En direct du Japon
bouton
Blog | Cours de japonais | Voyager au Japon | Cuisine | Photos | Dossiers | Forum | Boutique | english
accueil
japonaismembre
Ici-Japon | Zone membre
Le Japon   separation   Blog   separation   Chaînes   separation   Fiches   separation   Projets Japon   separation   Nos Boutiques   separation  

Ici-Japon | Zone Membre

Bienvenue

Se connecter


J'ai oublié mon mot de passe



icon S'inscrire
totorochan
instagram
instagram
instagram
candysan
juil 22

Ici Japon vient de passer sur un serveur dédié ! Je vous passe les détails techniques mais en gros ça veut dire que les sites d’Ici Japon sont maintenant hébergés sur leur propre serveur au lieu de partager une machine avec des dizaines d’autres sites. Concrètement on pourra accueillir plus de monde, les sites planteront moins souvent, et les pages s’afficheront bien plus vite. Vous devriez déjà voir la différence dès maintenant.

Ce changement était nécessaire pour deux raisons. Déjà parce que l’on était déjà au-dessus des limites imposées par notre ancien hébergement et que cela entraînait des problèmes de connexion et des ralentissements sur nos sites déjà pas bien rapides à l’origine. Ces dernières semaines ça s’empirait même presque de jour en jour avec la popularité croissante des boutiques. Ensuite parce que l’on prépare petit à petit le terrain pour la mise en route de nos futurs projets pour lesquels un serveur dédié est une étape obligatoire.

Pour le moment ce changement s’applique à Ici Japon et à tous nos petits sites complémentaires (Ici Chine, Ici Thaïlande etc.). Les boutiques Totorochan et Candysan suivront le même chemin très bientôt.

Comme pour chaque changement important des bugs peuvent apparaître à droite ou à gauche. Valentin a déjà corrigé tous les problèmes qu’on a trouvés mais comme on ne peut pas faire le tour de toutes les fonctions de toutes les pages du site, entre la zone membres, le forum, les fiches et les articles, il est possible que certaines choses ne fonctionnent pas encore correctement. Merci de nous signaler les bugs que vous rencontrez.

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
juil 09

Après plusieurs années au Japon il me reste encore énormément de choses à découvrir, et ma dernière expérience intéressante est l’achat d’une voiture. C’est la première fois que j’achète une voiture au Japon, et même connaissant la qualité du service dans ce pays j’ai été impressionné. J’avais déjà parlé du SAV excellent de Sony et au pour mon portable (et comme je l’avais prédit à l’époque j’ai racheté un Xperia) mais là on est encore un niveau au-dessus.

J’ai acheté un Toyota HIACE modèle Super GL, c’est un hybride entre utilitaire et voiture familiale. C’est, je pense, la voiture que l’on voit le plus à Tokyo. Il sert aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers et peut être transformé en presque n’importe quoi (ambulance, mini-bus…) . Par contre il existe tellement de modèles différents et il y a tellement de façons de le personnaliser qu’on en voit rarement deux pareils.

Le récit trop détaillé de cet achat.

Comme nous avons peu de temps libre avec ma femme, nous faisons normalement nos achats sur internet. C’est pratique, à Tokyo on est souvent livré le jour même ou le lendemain. Mais pour une voiture on a dû trouver le temps de sortir. Nous sommes allés au Toyota City Showcase de Odaiba le samedi matin. C’est un endroit où l’on peut voir et essayer tous les modèles de voitures Toyota. Étant donné que c’est une voiture pour le travail avant tout je n’ai pas réfléchi longtemps sur le modèle, et je voulais juste voir si l’intérieur ne faisait pas trop “camion” car j’aime bien mon petit confort quand je roule. Le personnel sur place nous a parlé un peu de la voiture et nous a dirigés vers le concessionnaire le plus proche de chez nous pour passer commande. Entre parenthèses j’ai appris qu’au Japon les voitures Toyota étaient parfois vendues sous deux noms différents, d’un côté distribuées par Toyota (comme le HIACE) et de l’autre par un concessionnaire différent (comme le Regius, clone du HIACE). Les voitures sont très légèrement différentes, genre le bouton de la clim’ est carré à la place d’être rond, mais je ne vois pas vraiment l’intérêt du principe. Un jour je mènerai l’enquête.

On est arrivé chez le concessionnaire dans l’après-midi et nous avons tout de suite été pris en charge. Ça nous a pris plusieurs heures pour passer en revue toutes les options et modifications possibles de la voiture, et pour choisir ce qu’on voulait. Quand on est repartis, à 21h30, un samedi je le rappelle, le magasin était déjà fermé mais trois personnes sont restées pour nous accompagner dont le gérant du magasin. C’était vraiment agréable de faire cet achat car on ne s’est jamais sentis poussés à acheter quoi que ce soit, il n’y a pas de marchandage, de prix qui changent ni de calculs à la calculatrice toutes les 5 minutes. J’ai toujours l’impression de me faire enfumer quand on me sort des rabais de tous les côtés et qu’on me balance des “parce que c’est vous…”. Au Japon rien de tout ça, le commercial était vraiment là pour essayer de comprendre ce qu’on voulait et pour nous conseiller. En ce moment on achète aussi pas mal de meubles pour la nouvelle maison et le vendeurs sont hyper clean également, ils ne donnent pas l’impression de calculer leur commission dans leur tête en même temps qu’ils te parlent. Vous voyez sûrement ce que je veux dire.

Après ça la seule fois où l’on est retournés chez le concessionnaire c’est pour aller chercher la voiture. Nous avons revu le représentant 3 ou 4 fois pour signer des papiers ou transmettre des documents, mais c’est lui qui s’est déplacé chez nous à chaque fois. Même le dimanche ou tard le soir. Et régulièrement nous avions des updates par téléphone pour nous rappeler de faire telle démarche ou pour nous renseigner sur l’avancée de l’assemblage de la voiture. Les voitures Toyota sont assemblées au Japon, vers Nagoya, et ça fait toujours plaisir d’acheter du “made in Japan” aussi bien pour la qualité que pour participer à l’économie du pays. Au final la voiture a été livrée en moins d’un mois, je trouve ça plutôt rapide mais je n’ai pas de point de comparaison.

Le jour de la remise du véhicule était assez spécial. On est venu nous chercher à la maison dans une grosse berline haut de gamme de Toyota (une Crown) qui était super classe. Genre la sobriété qui en a sous le capot. Arrivés chez le concessionnaire on a fait le tour de la voiture et on nous a expliqué l’utilisation du moindre bouton, même les options du GPS, les conseils d’entretien etc. C’était plutôt long et inutile dans l’ensemble car l’Estima de mes beaux-parents n’est pas très différente, mais tout de même utile sur certains points. J’imagine que c’est très rassurant et appréciable surtout quand on n’a jamais roulé en Toyota. Ce qui m’a vraiment étonné c’est que tout le personnel du magasin et de l’atelier, à l’exception de deux filles à la réception, s’est arrêté de travailler pour nous saluer au moment du départ. Ils ont attendu 10 bonnes minutes alignés et se sont inclinés sur notre passage lorsque l’on se dirigeait vers la sortie. Du service VIP 5 étoiles.

Et le plus beau c’est que ça ne s’arrête pas là. Le représentant reste en contact avec nous pour nous informer de l’approche d’une révision ou de la disponibilité d’une MAJ pour le GPS et autres trucs du genre. D’ailleurs, même service excellent pour la révision, on vient carrément chercher ta voiture à domicile !

La plaque d’immatriculation

Au Japon on peut choisir son numéro de plaque, ça coûte juste quelques dizaines d’euros. Les numéros comme “1″ ou “777″ sont intouchables car trop de monde les veut et je crois que ça se vend entre particuliers. Mais pour le reste on peut s’amuser à choisir librement du moment que le premier chiffre n’est pas un zéro (dommage pour les fans de James Bond). J’ai choisi le numéro 42, la réponse ultime. On doit être environ une personne au Japon à comprendre cette référence… J’espère qu’on sera au moins deux sur Ici Japon.

Les autres premières fois

La première voiture c’est aussi la première assurance auto. Je n’ai pas de remarques à faire là-dessus, ça me paraît assez classique. Tous les assureurs ont l’air d’avoir les mêmes contrats à des tarifs très proches. Là encore le commercial s’est déplacé chez nous, mais c’est une connaissance de mon beau-père donc on a sûrement eu un traitement de faveur. Petite anecdote, mon assurance est Tokio Marine Nichido. Le mot “Marine” m’a interpellé. Au Japon les compagnies d’assurance sont très anciennes, surtout si je compare avec la France, et celle-ci a été fondée au 19e siècle. À l’époque les voitures se résumaient encore à un fauteuil en cuir posé sur un moteur avec trois roues de vélo, et l’assurance était destinée aux bateaux.

Autre première fois: ma première place de parking. À Tokyo, impossible d’acheter une voiture sans posséder de place de parking. Les places libres d’utilisation à tous n’existent pas.

Au final, vous l’avez compris, j’ai été très content de faire cet achat, et je suis tout autant satisfait du véhicule en lui-même. Ce genre d’aventure me rappelle sans cesse que j’ai de la chance d’habiter à Tokyo.

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
Tags:
juil 03

Mon point de vue sur les clichés et les stéréotypes envers le Japon et les Japonais.

Photo: Icher Jonathan (www.jonathanicher.com)

Nourriture

Les Japonais ne mangent que du riz et du poisson cru X Faux

La cuisine japonaise est l’une des plus diversifiées au monde et puise souvent son inspiration dans les habitudes alimentaires de toutes les régions du monde. Au Japon la nourriture est même beaucoup plus importante que dans l’immense majorité des autres pays et on ne voit d’ailleurs presque que des émissions en rapport avec la cuisine à la télé.

Les Japonais mangent des trucs bizarres √ Vrai

C’est parfois vrai, mais chaque pays a des plats qui paraissent étranges, étonnants, répugnants ou révoltants. Au Japon on peut manger des algues, des haricots fermentés (nattô), des cœurs de poulet sur le grill ou du poisson encore vivant. En France on mange du cheval, du lapin, des grenouilles et on gave des oies. Ailleurs on voit des insectes, du chien, des chauves-souris et bien d’autres choses dans les assiettes.

Les Japonais mangent de la baleine √ Vrai

C’est vrai mais c’est rare. La baleine est très loin de faire partie des habitudes alimentaires des Japonais et la majorité d’entre eux n’en a même jamais mangé.

Travail

Les Japonais travaillent beaucoup √ Vrai

Les Japonais travaillent souvent tard le soir et beaucoup travaillent aussi le week-end. Les congés payés sont également très courts et la plupart du temps on ne prend des jours de repos que dans des situations d’urgence ou quand on n’a pas le choix. D’un autre côté les jours fériés sont relativement nombreux ce qui équilibre un tout petit peu les choses.

Travailler dans une entreprise japonaise est infernal √ Vrai et X Faux

Dans les entreprises japonaises les relations entre les employés sont très compliquées à cause d’un système de hiérarchie complexe et de règles à respecter très nombreuses. Les cas de personnes qui sont hyper stressées au travail sont plus que fréquents. Mais ça n’est pas le cas dans toutes les professions et dans toutes les entreprises, beaucoup de personnes sont aussi contentes de leur situation et partent au boulot sans boule au ventre.

Divertissement

Le sumo est le sport national X Faux

C’est le baseball. Le sumo intéresse assez peu de personnes et est pratiqué par seulement une poignée de Japonais. Loin devant le sumo les Japonais préfèrent le baseball et le foot puis le tennis, le golf, le patinage artistique et d’autres.

Les Japonais ne tiennent pas l’alcool √ Vrai

C’est physiologique. Tout le monde ne réagit pas de la même façon à l’alcool et les Japonais en ressentent les effets plus rapidement. En plus au Japon il n’est pas mal vu de boire jusqu’à perdre toute dignité, ce qui renforce l’image du Japonais bourré le soir. Le bon côté c’est qu’ils sont aussi moins sujets à la gueule de bois le lendemain.

Mode

Les Japonais s’habillent bizarrement X Faux

Les looks excentriques comme les gothiques lolita existent bien mais on ne voit ces styles que dans certains quartiers et plus de 99% de la population s’habille de façon “classique”.

Les Japonais s’habillent tous en costumes et tailleurs X Faux

C’est faux mais c’est plus vrai qu’ailleurs, et c’est bien moins cliché que les looks excentriques. La norme en entreprise c’est le costume cravate avec chaussures cirées et business cards dans la poche intérieure de la veste. C’est particulièrement vrai pour toutes les professions, autres que commerçants, qui sont en contact avec des clients. Mais bien sûr tout le monde ne travaille pas dans un bureau ou dans la vente.

Les Japonais adorent les marques de luxe √ Vrai

Je ne sais pas s’ils adorent tous mais on voit des sacs Louis Vuitton et des Rolex partout. Pour les hommes ce sont souvent des outils de travail et une marque de respect envers leurs interlocuteurs. On signe plus facilement un contrat avec une Rolex au poignet et un stylo Mont Blanc qu’en T-shirt avec un Bic. Les Japonais ont aussi un pouvoir d’achat plus élevé que la moyenne mondiale ce qui explique qu’ils peuvent se permettre plus facilement ce genre d’accessoires (même si tout le monde n’est pas riche, attention).

Les Japonais n’aiment pas le bronzage X Faux

En fait ça dépend des personnes, certaines pensent encore que le bronzage fait “paysan” ou “ouvrier” alors qu’une peau blanche est symbole de délicatesse, de pureté et d’un rang social plus élevé. Ça reste quand même une idée peu répandue et dépassée. Si les Japonaises sortent ombrelles, gants et chapeaux en été ça n’est pas dans le but de ne pas bronzer mais avec l’objectif de se préserver de l’agression du soleil. Et elles ont sans doute raison.

Les tatouages sont mal vus au Japon √ Vrai

Tout le monde a déjà entendu que les personnes tatouées étaient refusées dans les onsen et piscines au Japon, et c’est vrai, c’est la règle. Plus que ça, certains emplois sont impossibles pour les personnes tatouées pour ne pas dire beaucoup d’emplois si les tatouages sont visibles. L’association aux Yakuza n’est pas automatique mais le tatouage est considéré en général comme de la bêtise ou une erreur de jeunesse. Ce n’est souvent pas le tatouage lui-même qui est mal vu mais plutôt le fait de se faire tatouer tout en sachant que ça va poser des problèmes durant toute sa vie.

Physique

Les Japonais sont petits √ Vrai

C’est vrai sans aucun doute. Pour repérer un étranger dans une foule de Japonais c’est très simple. Il dépasse d’une tête. Pour un Occidental il est difficile de trouver de quoi s’habiller au Japon et il faut constamment faire attention à ne pas se cogner.

Les Japonais ne sont pas gros √ Vrai

Ils ont une meilleure alimentation (bien meilleure) et passent moins de temps devant la télé ou l’ordinateur (bien moins de temps). Tout est dit.

Les Japonais ont une petite bite √ Vrai

Pas besoin de lire des dizaines de sondages et d’études pour savoir que c’est vrai. Deux ou trois allers-retours dans des onsen ou bains publics pour hommes et on comprend tout de suite. Et pour une méthode plus fiable et générale il suffit de comparer la taille des préservatifs de taille standard vendus au Japon avec ceux d’autres pays.

Les Japonaises ont de petits seins √ Vrai

Non seulement ça se voit à l’œil nu mais en plus on est roulé car tous les soutiens-gorges vendus au Japon (oui 100%, ou presque) sont rembourrés. La taille moyenne de bonnet doit être “B” mais c’est l’équivalent du “A” dans les autres pays. Tout comme le XL japonais est l’équivalent du “L” en Europe et du “M” aux USA.

Education et Manières

Les Japonais sont polis et respectueux √ Vrai

Rien de plus vrai. C’est ce qui rend la vie au Japon si agréable. Ils respectent les autres personnes et aussi les lieux publics, l’environnement et les autres cultures.

Le système éducatif japonais est mauvais √ Vrai et X Faux

Aucun système n’est parfait et comme partout on peut trouver des bons et des mauvais côtés aux écoles japonaises. C’est peut-être vrai que l’on n’encourage pas les enfants à exprimer leur différence et à s’affirmer. C’est certainement vrai que l’on n’apprend rien à l’université. Mais l’école enseigne aussi de nombreuses valeurs importantes sur lesquelles on n’insiste pas dans beaucoup de pays: travail en commun, présentation en public, respect des lieux publics, activités sportives et culturelles etc.

Société

La vie au Japon est chère √ Vrai

C’est surtout vrai à Tokyo, l’une des villes les plus chères au monde, et bien sûr le Japon ça n’est pas juste Tokyo. Mais en règle générale voyager ou vivre au Japon coûte plutôt cher. C’est surtout les logements, les transports et tout ce qui est assurances, sécurité sociale etc. qui sont de gros postes de dépense. Les revenus moyens permettent une vie confortable à Tokyo comme ailleurs mais il vaut mieux ne pas être trop en-dessous de la moyenne.

Le Japon est très propre √ Vrai

D’un côté les Japonais font très attention aux espaces publics, et de l’autre tout est très bien entretenu. Les dégradations et détritus dans la rue sont l’exception.

Le Japon est très sûr √ Vrai

Il y a peu de vols et quasiment pas de violence au Japon. On peut se promener la nuit sans crainte n’importe où et laisser ses affaires sans surveillance sans craindre qu’on les vole. Apparemment c’était encore mieux il y a quelques dizaines d’années, les gens dormaient avec la porte d’entrée ouverte même en ville mais ça n’est plus du tout le cas.

Le Japon est un pays High-Tech √ Vrai

C’est vrai, le Japon est à la pointe de la technologie. Mais il ne faut pas pour autant s’imaginer un pays radicalement différent des autres avec 10 ans d’avance technologiquement et des robots qui courent dans les rues.

Les Japonais sont ceux qui se suicident le plus X Faux

Le Japon connaît un taux de suicide élevé mais ça n’est pas le plus haut du monde et surtout il ne se démarque pas radicalement des autres pays développés.

Le Japonais sont en bonne santé et vivent plus longtemps √ Vrai

L’espérance de vie au Japon est l’une des plus hautes au monde et seuls de petits territoires riches comme Monaco et Andorre ont une espérance de vie équivalente. C’est aussi l’un des pays au monde ayant le plus faible taux d’obésité (5% en 2008 contre 18.20% en France, 33% aux États-Unis et 74.6% dans les Samoa tout en haut de la liste – source CIA)

Le Japonais ne sont pas “cools” √ Vrai et X Faux

En règle générale les Japonais privilégient le pratique au style. C’est pour cela qu’on voit des voitures carrées partout et que tout le monde roule sur un vélo de grand-mère avec un panier. Ils ont aussi moins tendance à se mettre en avant et à chercher l’attention.

Mais attention, d’un autre côté ils font plus attention à leur style vestimentaire et à leur apparence en général, ils adorent le tuning classe, font beaucoup de sport “tendance”, et ont plutôt bon goût.

Le Japonais évitent les sujets qui fâchent √ Vrai

C’est rare de voir des Japonais débattre sur la politique et la religion, ils ne manifestent presque pas et ne connaissent pas la grève. C’est un mélange de “on fait avec”, “on n’a pas le choix”, “on s’en fout” couplé à l’habitude de faire des efforts et à une qualité de vie tout de même assez élevée dans le pays.

Les Japonais sont racistes X Faux

Les Japonais ont parfois peur des étrangers et cherchent à préserver leur culture. La discrimination envers les étrangers est aussi fréquente. Mais tout ceci n’a rien à voir avec le racisme tel qu’on le définit en Occident. Il n’y a pas de ressenti envers les autres populations, ni de jugement sur les origines ou la religion. Au contraire les Japonais sont même dans l’ensemble très curieux et accueillants.

La femme n’est pas l’égal de l’homme √ Vrai

C’est vrai mais surtout du point de vue du travail. Les femmes ont un salaire moins élevé et accèdent très difficilement à des postes de responsabilité. La division homme au travail et femme à la maison est encore très présente et si la femme travaille aussi c’est toujours la carrière de l’homme qui passe en premier. Par contre dans les ménages c’est souvent la femme qui tient la bourse et décide combien le mari peut dépenser chaque mois (elle lui donne littéralement de l’argent de poche). Les trentenaires d’aujourd’hui sont bien plus famille que les générations précédentes et les pères s’occupent beaucoup et bien de leurs enfants.

Vie en ville

Les Japonais mettent des masques pour se protéger de la pollution X Faux

Les masques servent à se protéger du pollen pour les allergiques ou à ne pas transmettre ses virus si on est malade. En gros on voit des gens avec des masques surtout à l’arrivée du printemps et de l’hiver.

On est serré en ville X Faux

Oui, il y a des trains bondés aux heures de pointe sur certaines lignes. Oui, dans certains quartiers la foule est dense le week-end ou à l’heure de la sortie des bureaux. Oui, le mètre carré est cher et les appartements plus petits. Mais les Japonais ne vivent pas en centre-ville. Les quartiers résidentiels sont très calmes et on peut vivre dans une maison de taille raisonnable avec un salaire moyen.

Sexe

Les Japonais sont des pervers X Faux

Ce sont des pervers, mais pas plus qu’ailleurs. Ils sont en revanche plus ouverts sur de nombreuses choses, par exemple les sex-shops ne sont pas glauques mais destinés à tous, et les love hotels sont présents partout. Ils ont aussi une industrie du sexe extrêmement puissante et créative que le législateur a du mal à encadrer.

Les Japonaises sont des filles faciles X Faux

Au contraire elles sont même très exigeantes et se laissent moins séduire par le physique. Par contre les Occidentaux leur paraissent souvent attirants, cultivés et romantiques ce qui peut expliquer que les étrangers ont “plus de chance” au Japon que dans leur pays d’origine.

Les Japonais font moins l’amour √ Vrai

Plusieurs raison à cela. Déjà on se marie automatiquement si sa partenaire tombe enceinte, et le divorce en revanche est loin d’être automatique si on ne s’entend plus. Il y a de fait beaucoup de couples qui ne s’entendent pas. Ensuite et surtout le Japon offre moins de liberté et d’occasions de se retrouver seul. On habite avec ses parents avant de se marier et on se marie quand on a des enfants. Les Japonais sont aussi très occupés, que ça soit par leur travail ou leur vie sociale il y a toujours une personne du couple qui rentre tard le soir complètement crevée. Le sexe est aussi peu présent dans la culture populaire. Par exemple dans un manga ou un drama japonais c’est toute une histoire quand deux des personnages se tiennent par la main ou se font un petit bisou. Dans les films et séries américaines que l’on regarde en Occident on n’est pas surpris de voir les protagonistes les fesses à l’air dans toutes les pièces de la maison et au boulot, ça donne peut-être plus d’envies. Enfin, la mode des petites amies virtuelles touche une certaine partie de la population, qui n’est pas si importante mais vient amplifier le phénomène.

Et le plus gros cliché de tous

Les Japonais sont des Chinois X Faux

Pour beaucoup les Asiatiques se ressemblent tous et les Japonais c’est pareil que les Chinois. Il n’y a pas plus différent que ces deux populations et ces deux pays. Ce sont presque deux opposés parfaits.

Et vous? Vous en pensez quoi? Vous êtes d’accord? J’ai oublié des clichés?

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
juin 24

À partir de 2015 Ici Japon accueille les talents au Japon !

L’objectif numéro un d’Ici Japon est de faire découvrir du mieux possible le Japon et sa culture au monde entier. Mieux, nous voulons devenir le pont le plus large qui relie le Japon au reste du monde. Nous essayons de rendre le Japon plus accessible à tous, et cela par tous les moyens possibles. Et vous pouvez nous aider !

Si vous avez un talent ou une compétence particulière et que vous êtes prêts à mettre votre expérience, vos connaissances et votre bonne volonté au service d’Ici Japon pour nous aider à développer notre activité ou à participer à faire connaître le Japon nous vous accueillons à bras ouverts.

Nous savons que les talents ne manquent pas et que beaucoup d’entre vous rêvent d’aventure et ne demandent qu’à relever des défis. Si vous avez envie de vivre une expérience unique au Japon et que vous pensez pouvoir nous aider nous pourrons sans doute faire de belles choses ensemble.

Nous recevons régulièrement des demandes d’aide et de conseils concernant divers projets en rapport avec le Japon, ou bien des propositions pour nous aider à améliorer nos sites. Jusque là nous n’avions pas la capacité d’y répondre. L’année prochaine tout cela changera grâce à notre programme d’échange qui visera à combiner vos compétences et nos ressources.

Ce que nous recherchons

Toutes les compétences sont les bienvenues. Vous nous intéressez si vous êtes vraiment très bons dans un domaine et que vous avez une idée pour mettre à profit cette compétence afin de nous aider dans notre entreprise. Vous pouvez être seuls ou en équipe.

Quelques exemples de domaines de compétences qui nous intéressent: le dessin, la vidéo, la photo, l’animation, l’infographie, le web design, les langues.

Ce que nous offrons

Cela dépendra de votre projet. Au minimum nous offrons un accueil au Japon et un hébergement. Selon vos besoins et l’intérêt que nous portons à vos projets nous pouvons envisager une aide financière, une aide en matériel et un espace de travail. À vous de nous séduire avec vos idées et votre motivation.

Pour participer

Pour participer contactez-nous à ici-japon[a]hotmail.fr.

Vous devez nous envoyer une présentation complète de votre projet expliquant en détail quelle est votre idée et le sens de votre démarche, et comment vous pouvez être utiles à Ici Japon, ou comment vous pouvez faire découvrir le Japon sous un angle intéressant. Vous devez nous prouver votre compétence en nous montrant ce que vous avez déjà fait dans le passé, nous ne retiendrons que les meilleurs, ne nous contactez pas si vous n’êtes pas sûrs de vous. Vous devez nous décrire en détail les ressources et le matériel que vous possédez et ce qui est nécessaire à la réalisation de votre projet. Précisez-nous également la durée estimée de votre entreprise et la période qui vous convient le mieux.

À partir de quand

Nous ne vous donnons pas de date de lancement du programme pour le moment. Nous espérons pouvoir commencer vers le printemps 2015. Le but de ce message est de vous prévenir le plus tôt possible du démarrage de ce programme pour que vous puissiez préparer votre dossier du mieux possible.

Vous aurez plus de détails dans le courant de l’année mais vous pouvez déjà commencer à soumettre vos propositions.

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
Tags:
juin 23

Ce mois-ci ça fait juste 4 ans que j’habite au Japon. J’étais déjà venu plusieurs mois en touriste et même une année complète avec un visa vacances-travail (WH) mais ça fait 4 ans que je suis installé définitivement. Et ça y est, depuis quelques jours je me sens accepté par le pays. Je ne sais pas si “accepté” est un bon mot car je ne me suis jamais non plus senti rejeté jusque-là. Au contraire même j’ai toujours été bien accueilli et suis à Tokyo comme chez moi dès le départ, mais disons que j’ai enfin gagné la confiance des institutions. Je m’explique.

Lorsqu’on arrive dans un nouveau pays dans le but d’y faire sa vie c’est vraiment un nouveau départ. C’est d’autant plus vrai si on le fait comme moi, sans diplômes et sans argent en poche. Si vous n’avez pas lu mes aventures passionnantes relatées habilement au travers des messages de ce blog je rappelle que j’ai arrêté mes études de droit sur un coup de tête pour venir un an au Japon en WH . J’ai ensuite voyagé en Asie quelques années avec celle qui allait devenir ma femme avant de poser mes valises définitivement à Tokyo (un bref résumé ici).

J’exagère quand je dis qu’on n’avait pas du tout d’argent, on avait un peu de sous de côté, mais une fois payée l’installation à Tokyo avec notamment 5 mois “d’avance” pour l’appartement, les meubles et les achats indispensables (PC, portables, vélos etc.) il nous restait juste de quoi survivre. Pour tout dire on était même dans le rouge assez souvent. C’était surtout le cas les 6 premiers mois à Tokyo quand j’essayais de mettre au point une stratégie pour réussir dans la vie en pesant le pour et le contre des différents emplois envisageables et leur compatibilité avec la flexibilité dont j’avais besoin pour démarrer mon entreprise au Japon. Après avoir cherché du travail dans divers secteurs pendant un mois sans résultats satisfaisants je me suis retrouvé boulanger, un travail que je m’étais juré de ne plus faire après y avoir consacré environ deux ans en France (oui, avant des études de droit ça paraît bizarre mais j’ai un parcours assez spécial). Finalement ce travail que j’ai fait durant deux ans et demi n’était pas si mal. Déjà parce que j’étais très bon (par rapport aux autres) et que ça m’a permis d’avoir très vite un meilleur salaire et de venir au boulot sans stress, mais aussi et surtout car un métier manuel me laissait tout le temps pour penser à autre chose. Et toute la journée je réfléchissais à comment développer Ici Japon pour arriver à atteindre mes objectifs.

Pendant deux ans et demi j’ai bossé quatre ou cinq jours par semaine de 6h du matin à 17h, sans pause et avec deux heures de train en plus, et durant tout ce temps je prenais des notes et des notes et j’entassais les idées pour préparer l’avenir. Le soir je consacrais mon temps au blog d’Ici Japon et à la petite boutique du site. Les jours de congé je donnais des cours de français et faisais le guide en plus de travailler sur le site. Un rythme d’enfer donc. Et pareil pour ma femme ! De retour au Japon elle a repris des cours à l’université en même temps qu’elle travaillait puis a passé des concours et entretiens pour être maintenant enseignante. Avec le recul j’ai du mal à croire qu’on ait trouvé le temps de vivre une vie normale et d’avoir un enfant au milieu de tout ça.

Finalement j’ai atteint la première étape importante de mon parcours en octobre dernier alors que j’ai quitté mon travail en boulangerie pour me consacrer à plein temps à Ici Japon, avec la confiance d’en tirer des revenus satisfaisants et la sensation d’avoir créé une entreprise prometteuse. Fin 2013 – début 2014 était une excellente période. Après un peu plus de trois ans de gros efforts j’avais enfin la vie que je voulais, j’étais à mon compte, avec de bons revenus, je travaillais à la maison et pouvais profiter de mon fils, et ma femme avait un travail épanouissant elle aussi. On s’est lancé dans la construction d’une grande maison ce qui va nous permettre d’ici quelques mois de vivre confortablement et d’envisager d’agrandir la famille. Côté professionnel ça va me permettre de développer encore plus Ici Japon et tous les projets que vous connaissez.

Après tout ça j’étais évidemment heureux, satisfait et soulagé mais je ne me sentais pas encore “accepté” par le Japon. J’ai obtenu un visa non pas pour mes compétences mais parce que j’étais marié à une Japonaise. J’ai pu louer un appartement car le père de ma femme a prêté son nom pour que ça soit possible. J’ai pu construire une maison non pas parce que je travaillais dur mais parce que ma femme avait un travail fiable. J’ai eu une carte de crédit mais uniquement liée au compte de ma femme. J’avais un visa mais je devais le renouveler régulièrement et prouver que j’étais toujours marié. Bref je n’ai jamais rencontré d’obstacle infranchissable mais en réfléchissant sur ma situation je voyais bien que j’obtenais ce que je voulais parce que ma famille était japonaise et non pas grâce à mes efforts.

Mais récemment j’ai obtenu mon visa de résident permanent et c’était vraiment le premier signe que l’on me faisait confiance. Pour moi on me disait “Ok, tu bosses, tu ne fais pas de conneries, tu as prouvé que tu pouvais vivre plusieurs années ici sans histoires, bienvenue au Japon !”. On travaille dur pour avoir une vie un peu plus confortable, pour réaliser ses projets, pour mettre sa famille à l’abri du besoin, mais ça fait vraiment plaisir quand le pays dans lequel tu veux vivre t’autorise à rester pour toujours. Finalement c’est une sacrée preuve de confiance.

Tout ça je ne l’ai pas réalisé tout de suite et j’y réfléchis plus en profondeur à mesure que je tape ces lignes en fait.

Mais ce n’est qu’il y a quelques jours que j’ai eu ce sentiment de réussite. J’ai acheté ma première voiture au Japon. Un utilitaire. Une voiture à mon nom que j’ai pu acheter tout seul avec un crédit uniquement à mon nom et sans garant. Comme un grand ! Dans la foulée Toyota m’a proposé de faire une demande de carte de crédit, et là encore aucun souci, j’ai enfin eu une carte de crédit obtenue grâce à mes propres revenus. Une Visa Gold en plus. Enfin j’ai l’impression que mes efforts ont payés, que toutes les portes sont ouvertes et que j’ai aujourd’hui réussi mon installation au Japon.

Alors quelle est la morale de cette histoire?

Tout le temps on entend que pour faire sa vie au Japon il faut de bons diplômes, dans des secteurs recherchés, et être surqualifié. Et c’est souvent vrai, je suis même le premier à le dire. Surtout en ce moment où les entreprises sont de plus en plus exigeantes et les étrangers qualifiés de plus en plus nombreux. Mais je suis aussi la preuve que l’on peut aussi réussir sans tout ça, et ça me paraît important de témoigner que l’on peut arriver là où l’on veut avec “juste” du travail et de la persévérance.

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
juin 12

J’attire votre attention sur Kokekokkō !, c’est pour moi LE livre sur le Japon à ne pas louper cette année !

16 dessinateurs français, 16 expériences du Japon. Qu’ils soient expatriés de longue date ou partis quelques semaines à la découverte du pays du soleil levant, accompagnez-les dans cette carte blanche de 336 pages de bandes dessinées où se mêlent récits de voyages, rencontres insolites et vie quotidienne (bien loin d’être zen et de tout repos !).

Ceci explique le titre: Kokekokkō c’est “cocorico” en japonais :)

Ça fait longtemps que je n’avais pas eu de coup de cœur mais là, le concept est juste génial ! 16 dessinateurs français se sont regroupés pour partager ensemble, dans le même livre, leur vision du Japon. Ça a donné une grosse BD géniale de plus de 300 pages dans laquelle chacun raconte ses aventures et ses anecdotes avec son style bien à lui. Un livre qui regroupe les talents donc, et déborde autant d’humour que d’infos pratiques.

Encore une fois c’est Issekinicho qui publie ce livre. Nous parlons d’eux régulièrement pour leurs superbes photos et illustrations du Japon, et depuis quelque temps aussi pour les livres qu’ils publient. Ils sont toujours plein de projets et à l’origine de nouvelles initiatives sympas.
Parmi les auteurs figurent bien sûr aAlex & Delfine, le couple Issekinicho, Dreamy que vous connaissez par cœur (c’est quand même elle qui fait les illustrations d’Ici Japon !), Florent Chavouet qui commence à être pas mal connu pour son magnifique travail et qui a même sa page Wikipedia (la classe !), Nini Wanted dont on a déjà parlé sur ce blog, et plein d’autres noms que vous avez sûrement déjà entendus pour la plupart.

La liste complète des auteurs:

Rémi Maynègre, Yllya, Cyrielle, Florent Chavouet, Remka, Yatuu, Jibé, Alexandre Bonnefoy, Delphine Vaufrey, Priscilla Moore, Dreamy, Julie Blanchin, Sylvie Bessard, Martin Faynot, Nini Wanted, Ulysse Malassagne.

Je vous invite vivement à (1) lire le post sur le blog d’Issekinicho qui raconte la genèse de l’ouvrage, et (2) à vous rendre sur la page officielle du livre où vous pouvez feuilleter déjà pas mal de pages et déjà le pré-commander.

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
Tags:
mai 08

projet-japon Vous le savez Ici Japon ça n’est pas qu’un simple site internet. Depuis bientôt 10 ans j’essaye de faire découvrir le Japon et tout ce que j’aime de ce pays au plus grand nombre de personnes possible et dans les meilleures conditions possibles. Ça a commencé par des cours de japonais et des articles sur la culture du Japon, un guide touristique, la mise en place d’outils pour fonder une communauté autour du Japon (forum, blog, zone membres), des partages réguliers sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram surtout), l’ouverture de boutiques en ligne (Candysan et Totorochan) et l’ouverture prochaine d’une Guest House à Tokyo. Ça commence à faire pas mal de choses et pourtant ça n’est rien pas rapport à toutes les bonnes choses qui vont encore arriver. Je vous parle régulièrement de nouveaux projets Ici Japon, certains se sont concrétisés, d’autres sont en cours de développement, certains sont au point mort, et le plus excitant n’a pas encore été dévoilé. Aujourd’hui je peux vous dire une chose. La guest-house que nous allons ouvrir à Tokyo n’est pas une guest-house. C’est bien plus que ça. C’est l’élément central qui va nous permettre de mettre en place de superbes projets. Si vous venez chez nous vous n’allez pas trouver un simple hébergement mais découvrir un univers unique qui vous permettra de profiter à 100% du Japon. Et si vous nous suivez de derrière votre écran on vous réserve aussi de belles surprises. Pour vous mettre l’eau à la bouche voici une idée des choses qui vont arriver bientôt.

Candysan / Totorochan

Nos boutiques Candysan et Totorochan. sont au centre de tout l’édifice Ici Japon puisque c’est notre source de financement. Tout le premier étage de la maison sera consacré à l’exploitation d’Ici Japon et la moitié au moins sera utilisée pour les boutiques. Notre espace de stockage va à peu près tripler et on aura la possibilité d’avoir plus de personnel. On va donc pouvoir proposer beaucoup plus de produits et en plus grand nombre. On a hâte que ça arrive parce que Candysan se développe à une vitesse à peine croyable et ça devient dur de trouver de la place.

Nos invités seront les bienvenus pour voir comment on travaille et des dégustations de bonbons et autres seront sûrement organisées régulièrement.

Jobs Japon

Vu la vitesse à laquelle on se développe on aura besoin de plus en plus de main-d’œuvre. Vous savez qu’avec notre projet “jobs Japon” nous ambitionnons de proposer du travail en rapport avec le Japon aux personnes intéressées par ce pays et sa culture. Jusque-là nous avons fait quelques essais et il s’avère que c’est très difficile de travailler avec des personnes à distance. Bientôt nous aurons des locaux et nous pourrons proposer de vrais emplois sur place, correctement rémunérés, et nous pourrons travailler sérieusement ensemble.

Accueil Japon

L’année dernière je proposai la création d’un cercle d’accueil constitué de personnes vivant au Japon pour accueillir les nouveaux expatriés et échanger conseils et bons plans dans une atmosphère décontractée. L’idée semble plaire car je reçois tout le temps des messages de personnes intéressées pour participer à ce genre de rencontres. Lorsque j’ai voulu démarrer ce projet en avril 2013 il s’est passé deux choses dans les jours qui ont suivi. Déjà les ventes de Candysan ont commencé à vraiment décoller et le peu de temps libre que j’avais s’est retrouvé considérablement réduit. Mais surtout ma femme a changé de travail ce qui fait que je ne peux plus sortir les soirs tout simplement parce que je m’occupe de notre fils. Mais ce projet va enfin pouvoir prendre forme après l’été puisque nous organiserons régulièrement des rencontres, entre autres activités, au sein même de la guest-house. Les invités pourront profiter de l’expérience de ceux arrivés dans le pays avant eux et nous aurons un endroit confortable pour nous retrouver.

Objectif Japon / Talents au Japon

Une autre chose qui me tient à cœur et d’aider les personnes qui ont un projet en rapport avec le Japon à le réaliser. Nous avons déjà parlé de plusieurs possibilités pour aider les amoureux du Japon à financer leurs rêves (sponsoring, formule d’abonnement pour créer une cagnotte etc.) mais grâce à la guest-house nous pourrons aller plus loin. Dès l’année prochaine, voire même peut-être dès la fin de l’année, nous allons accueillir des personnes gratuitement. Au moins une chambre sera réservée à l’accueil de personnes ayant un projet original en rapport avec le Japon, ou bien ayant un talent qu’elles seraient prêtes à partager pour aider soit à faire connaître notre entreprise, soit à faire connaître le Japon. Nous allons lancer un appel et vous serez libres de nous soumettre vos projets dès cet été. Vos projets pourront toucher n’importe quel univers comme la vidéo, la photo, le dessin, le sport, la musique etc. On en reparle bientôt.

Et plus…

Tout ceci n’est qu’un premier pas car si Candysan continue à se développer au rythme actuel et si la guest-house rencontre un minimum de succès il nous faudra rapidement déjà de nouveaux locaux et je pense même à ouvrir un “village d’accueil” à l’avenir.

Et je ne vous ai pas encore parlé de notre plus grand projet. Je vous donne un mot clé: “Manga” :)

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
Tags:
avr 27

Notre guest house sera située dans l’arrondissement Katsushika, à l’est de Tokyo, dans un quartier résidentiel. On la trouvera au calme, au bout d’un petit chemin privé, entourée de maisons et sans grande route ni voie ferrée à proximité.

Plusieurs stations de trains proches permettent de rejoindre facilement une grande partie des endroits incontournables de Tokyo, on notera particulièrement:

- Station Keisei Takasago: direct pour l’aéroport international de Narita (48 min)

- Station Keisei Koiwa : direct pour Ueno (13 min).

- Station Koiwa (JR) : direct pour Ryogoku (12 min), Akihabara (16 min), Ochanomizu (18 min), Shinjuku (28-35 min), Mitaka/Musée Ghibli (44-55 min).

Petite info supplémentaire, des vélos seront disponibles pour vous déplacer librement dans le quartier ou rejoindre rapidement les différentes stations de trains alentour.

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
Tags:
avr 25

Update sur l’avancée du projet :)

En ce moment nous sommes dans la partie la moins excitante du projet et chaque semaine qui passe on s’enfonce de plus en plus dans les détails. Au rythme d’un rendez-vous par semaine avec l’entrepreneur nous avons choisi dans l’ordre “le mobilier fixe” (cuisines, toilettes etc.), les portes et les sols, l’emplacement des prises et interrupteurs, et la dernière fois l’intérieur des placards… Il faut aussi régler tous les problèmes qui surgissent au fur et à mesure (rajouter un bout de mur ici pour respecter les normes anti-sismiques, incliner un peu plus un bout de toit pour que la maison ne dépasse pas les dimensions autorisées…). Mais ça n’est pas ça qui est ennuyeux, le plus long c’est que les plans viennent d’être remis à la mairie et qu’il faut attendre l’autorisation de celle-ci pour débuter les travaux dans le courant du mois prochain. Donc, là on attend.

La construction n’a pas commencé mais en revanche le terrain est prêt depuis deux semaines.

En février je vous avais montré quelques photos de Tokyo sous la neige. Je n’avais rien dit mais sur l’une d’entre elles on voyait déjà l’emplacement de la future guest-house, elle prendra la place des deux maisons situées dans le fond, au bout du chemin (qui nous appartient aussi).

Depuis, les deux maisons ont été rasées et le terrain est tout propre. Ça a pris à peine une dizaine de jours pour tout nettoyer. Je n’avais pas d’objectif grand angle mais on comprend tout de même qu’il y a beaucoup de place, enfin pour Tokyo. J’ai maintenant hâte de voir les travaux débuter.

Et pour finir, voici les toilettes choisies ! Des toilettes à la japonaise modèle haut de gamme, Satis type S, avec une liste de fonctions impressionnante dont je comprends à peine la moitié des usages. Quelques fonctions pratiques: siège chauffant, désodorisation turbo, ouverture et fermeture automatique du couvercle, séchage à air chaud, siège en résine antibactérienne, Super Eco5 (économie de l’eau et de l’énergie), Ion Plasmacluster. De mémoire je crois même qu’il y a un éclairage de l’eau et la possibilité de contrôler toutes les fonctions via smartphone. Et bien sûr toutes les fonctions basiques de lavages et massages à l’eau :)

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
Tags:
avr 17

Si vous suivez l’Instagram d’Ici Japon vous savez que le mois dernier j’ai eu mon visa de résidence permanente pour le Japon. C’est le visa ultime, celui qui permet de rester au Japon indéfiniment et qui permet, en théorie, d’y vivre avec les mêmes “avantages” qu’un Japonais.

Je sais que c’est difficile de s’y retrouver dans les différents visas que ça soit au Japon comme ailleurs et pour vous situer dites-vous que c’est le visa le plus difficile à obtenir, tout en haut de la pyramide des visas. À titre d’exemple voici dans l’ordre les différents visas que j’ai eus pour le Japon.

- Visa de tourisme

C’est le visa de base qui ne demande pas de formalités particulières et qui permet de rester 3 mois au Japon (6 mois pour les Suisses). Il est remis à l’arrivée à l’aéroport et se présente sous la fome d’un timbre collé dans le passeport. Il ne donne aucun droit à part celui d’être sur le territoire. Impossible de travailler avec, d’ouvrir un compte en banque, de prendre un abonnement quelconque etc. Par contre on peut s’en servir pour prendre des cours de japonais pour trois mois, c’est ce que j’avais fait lors de mon premier voyage.

- Visa Vacances-travail (working-holiday ou WH)

C’est un visa spécial, fruit d’un accord entre le Japon et certains pays, basé sur un “échange de jeunes”. Vous pouvez déposer un dossier pour le demander si vous êtes Français ou Canadiens, mais les Belges et les Suisses peuvent passer leur chemin. Il faut répondre à certains conditions financières et avoir moins de 30 ans lors de la demande. Ce visa n’est attribué qu’une seule fois par personne mais permet de rester une année complète au Japon et d’y travailler sous certaines conditions (on ne peut pas faire du commerce ou travailler dans certains milieux).
Grâce à ce visa on a vraiment l’impression de vivre au Japon et l’expérience est un millier de fois plus enrichissante que de venir simplement en touriste. Par contre on sent rapidement ses limites car il ne permet absolument pas de vivre au Japon sur du long terme.

Vous trouverez pleins d’infos sur ce visa sur Ici Japon, cliquez sur le mot clé “Working Holiday” à la fin de ce billet ou utilisez la zone de recherche en haut de la page.

- Visa d’époux de citoyen Japonais

Ma femme étant japonaise j’ai naturellement eu le droit à un “spouse visa”. Je peux vous dire que l’on est déjà très content quand on a ce visa. On peut quasiment tout faire au Japon comme un Japonais, à savoir travailler dans n’importe quelle branche, ouvrir sa boîte, avoir autant de comptes en banque que l’on veut, prendre des assurances etc.

Pour avoir ce visa il faut simplement être marié à un Japonais ou une Japonaise et prouver que ce n’est pas un mariage blanc. D’autres documents sont aussi demandés pour évaluer la situation financière et professionnelle du couple mais je ne saurais pas vous dire à quel point c’est pris en compte.

Ce visa est très bien mais tout de même un peu contraignant car il faut le renouveler régulièrement. Chaque année au début, puis chaque x années ensuite il faut refaire une demande en présentant ses fiches de paie et autres justificatifs qui montrent que l’on paye ses taxes etc. C’est lourd car ça revient vite et à chaque fois il faut se présenter deux fois au bureau de l’immigration (deux jours de foutus en l’air). La reconduction du visa m’a l’air d’être une formalité mais je ne sais pas si c’est automatique. J’imagine qu’il vaut mieux avoir un travail et pas d’ennuis avec la justice, et bien sûr il ne faut pas divorcer.

Au-delà des formalités à refaire sans cesse j’ai rencontré un gros problème avec ce visa. Étant donné qu’il est limité dans le temps il est impossible d’obtenir un crédit quel qu’il soit avec, ce qui devient vite gênant. Je sais que certaines entreprises refusent aussi d’employer des étrangers avec ce type de visa pour ne pas devoir former une personne qui risque d’être renvoyée dans son pays dans peu de temps (et ça peut se comprendre).

Bref c’est un visa qui permet de vivre au Japon mais jusqu’à un certain point seulement.

- Visa de résidence permanente

On y arrive enfin. Ce visa permet donc de rester au Japon sans limite dans le temps ! Au revoir les formalités et les inconvénients des visas limités dans le temps. Bonjour la possibilité de réaliser ses projets et la tranquillité d’esprit. La seule chose à faire c’est de faire renouveler sa carte de résidence tous les sept ans mais c’est un détail (c’est comme de renouveler sa carte d’identité).

Vous devez vous demander comment l’obtenir. Pour être honnête je ne sais pas s’il y a des règles précises et je connais peu de personnes ayant ce statut. Chaque dossier est regardé au cas par cas et je peux vous dire qu’il faut avoir passé déjà plusieurs années au Japon et avoir une situation stable pour avoir une chance de l’obtenir.

Ma situation personnelle. Lorsque j’ai fait ma demande j’étais au Japon depuis trois ans et demi avec un visa d’époux. Ma femme et moi avons un travail stable et des revenus très corrects (je suis entrepreneur et ma femme enseignante dans le public). Nous avons aussi un enfant, ce qui est certainement un gros plus. Je ne sais pas si le fait que je vienne au Japon régulièrement depuis 10 ans, dont une fois en WH pour un an, a été pris en compte ou non. J’ajoute que nous payons nos taxes, n’avions pas de crédit et avons tous les deux un casier judiciaire vierge. Je pense que ces derniers éléments ne sont pas négligeables.

En gros pour obtenir ce visa il faut quelques années, une situation stable et être un bon citoyen. Vous n’êtes pas obligé d’être marié à un(e) Japonais(e) pour le demander, vous pouvez aussi avoir un visa de travail ou avoir fait de longues études au Japon, mais les conditions d’obtention semblent un peu plus sévères.

- Les autres visas

Histoire d’être complet je vous cite rapidement les autres visas connus pour le Japon. Les critères d’attribution et d’utilisation changent souvent et je vous engage à chercher plus d’informations sur les sites officiels comme sur le site du Ministère des Affaires Étrangères du Japon ou sur le site de l’Ambassade du Japon en France pour les Français.

Le visa d’étudiant permet de rester plusieurs années au Japon. Pour l’obtenir vous devez obligatoirement être inscrit dans une école (école de langue, université, collège privé…) et donc avoir pas mal de ressources financières pour payer l’inscription aux cours et supporter le coût de la vie au Japon. Ce visa permet de travailler un certain nombre d’heures par semaine mais pas assez pour vivre (même si certains travaillent plus que le nombre d’heures maximum quitte à en subir les conséquences).

Le visa de travail. Au même titre que le visa d’époux il vous permet de vivre de nombreuses années au Japon de façon normale. En revanche il n’est pas simple à obtenir et il ne permet pas de travailler dans une autre branche que celle dans laquelle vous travaillez au départ.

Le visa culturel est un visa de longue durée similaire à un visa d’étudiant à une grosse différence près: il ne permet pas de travailler. Il est destiné aux personnes qui veulent étudier la culture japonaise comme les arts martiaux, l’arrangement floral, la cérémonie du thé etc.

Les autres visas dont on entend le plus parler sont le visa de stage, le visa d’artiste, le visa d’affaires et le visa business (pour les grosses entreprises). Il y en a encore d’autres surtout destinés à certaines professions (chercheur, journaliste, médecin etc.).

Il y a le choix dans les visas donc, mais retenez que pour rester longtemps au Japon il faut le plus souvent de bonnes qualifications professionnelles ou pas mal d’argent de côté.

Faites circuler l'info:
  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Mixx
  • Reddit
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • MySpace
  • MSN Reporter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
Tags: