Pourquoi je n’ai pas envie de retourner en France
Commentaires 147

Pourquoi je n’ai pas envie de retourner en France

Le Japon est propre – Le Japon est un pays sûr – Le Japon est un pays moderne – Les Japonais sont aimables et respectueux – Les espaces publics au Japon sont bien entretenus – Les trains japonais sont toujours à l’heure – Les Japonaises sont mignonnes, féminines et portent des mini-jupes même en hiver – Il n’y a pas de grève au Japon – Le Japon est un pays magnifique – Les combinis japonais sont ouverts 24h/24 – Au Japon le client est vraiment roi – Au Japon les toilettes publiques sont propres.

Voilà pour la liste non exhaustive des bon côtés que l’on remarque tout de suite au Japon. Ce sont toutes ces petites choses qui rendent le pays agréable aux touristes, et encore plus agréable à ses habitants. Si je devais résumer tout cela en une phrase je dirais que le Japon est un pays sans source de stress inutile. Évidemment même au Japon on peut être très stressé à cause de son travail, de ses études ou à cause des relations que l’on entretient avec telle ou telle personne. Mais on ne ressent pas, ou très rarement, toutes ces mini-agressions quotidiennes qui agacent, énervent, et rendent au final une journée désagréable. Par exemple, les gens qui parlent fort dans les transports en commun, les vendeurs mal-aimables, les dégradations, même minimes, à droite et à gauche, les chauffeurs de taxi qui ne connaissent pas leur route, les regards agressifs dans la rue, les trains qui arrivent en retard etc. Tout cela n’existe pas au Japon. À Tokyo on peut très bien être serré dans le métro aux heures de pointe, subir de grosses chaleurs en été ou encore être victimes d’autres gênes, mais ce sont des choses qui ne peuvent pas être évitées, ça n’est la faute de personne, et ça change tout.

La qualité de la vie au Japon, et particulièrement à Tokyo, me manquerait beaucoup si je devais quitter le pays. Mais ça n’est pas à cause de toutes ces choses que je n’ai aucune envie de revenir en France. Je suis Français, fier de mes origines, de ma culture et de l’éducation que j’ai reçue. J’estime qu’être Français est une chance et un atout et je ne changerais ma nationalité pour aucune autre. Pourtant retourner vivre en France me paraît aujourd’hui impossible.

Photo de Paris: Eirik Holmøyvik

Edit: C’est dommage de devoir le préciser mais au vu des réactions de nombreuses personnes ça me paraît nécessaire: cette photo est volontairement exagérée et n’a pas pour ambition de représenter la réalité. Ça me paraissait logique au moment de la publier mais apparemment ça n’est pas si logique que ça.

Ça fait maintenant 11 ans que j’ai quitté la France et je n’y suis pas revenu très souvent. Trois fois, peut-être quatre. Pour être franc la France ne me manque pas, et comme ma famille vient me voir régulièrement je n’éprouve pas le besoin d’y retourner. J’y suis allé l’année dernière pour faire découvrir mon pays à ma femme et à mon fils mais à part cette fois à chaque fois j’y suis retourné uniquement pour des raisons administratives en rapport avec le travail ou des visas. Dans le futur j’y retournerai régulièrement mais certainement plus dans le cadre de mon travail ou pour rapprocher mon fils de ses origines que par un besoin de retour aux sources. Si la France ne me manque pas c’est surtout parce que je trouve vite ma place là ou je suis, ça n’a pas vraiment de rapport avec le Japon. Quand j’habitais dans d’autres pays c’était pareil, surtout au Canada où je me sentais comme chez moi.

Écartons quelques minutes le fait que le Japon est un pays dans lequel il fait bon vivre et que je ne sois pas du genre à considérer mon pays comme mon « habitat naturel ». Oublions le fait que j’ai maintenant ma famille et mon travail au Japon. Ce qui ne me donne pas envie de revenir en France c’est tout autre chose.

Depuis l’étranger l’image de la France est catastrophique !

Étant Français je m’intéresse tout naturellement à l’actualité de mon pays. Je ne regarde pas que les actualités françaises mais il est très rare qu’un jour passe sans que je ne regarde le JT de 20h de France 2 et C dans l’air, et quotidiennement je fais le tour de l’info sur pas mal de sites internet français. En passant, vive internet qui permet de ne rien rater de ce qui se passe partout dans le monde.

Que ça soit aux infos, dans les émissions, à la télé, sur le net, à la radio, les nouvelles venant de France font peine à voir. Il y a d’abord la classe politique toute entière qui donne une image lamentable du pays. Il y a ensuite les reportages sur les braquages qui tournent mal et les violences qui s’enchaînent partout. Tout cela est entrecoupé de nouvelles de grèves, de manifestations et de tous les moyens de contestations possibles et imaginables. Côté divertissement on n’entend parler que de Nabila et de Touche pas à mon poste. Voilà l’image que l’on a de la France depuis l’étranger. Même en sachant que ça ne représente pas la réalité avouez que ça ne donne pas envie d’y aller.

Mais il y a encore pire que ça. Vous pouvez regarder n’importe quel article d’un site d’actualité français, et même régulièrement des articles sur des sites qui n’ont rien à voir avec l’actu. Quel que soit le sujet, neuf fois sur dix le premier commentaire est « De toute façon avec Flanby au pouvoir il ne faut pas s’étonner », immédiatement suivi d’un « Tu crois que c’était mieux avec le nain », et ça continue sans s’arrêter. C’est désespérant. On a l’impression que tous les Français sont des rageux pessimistes irrespectueux qui ne savent que se plaindre et s’engueuler. Je sais bien sûr que ça n’est pas le cas et d’ailleurs ce que je vois sur internet contraste énormément avec les Français que je rencontre à l’étranger qui sont toujours des personnes intéressantes avec qui je passe du bon temps. Mais ça me fait peur quand même. Aujourd’hui je regardais un documentaire américain qui expliquait comment les gens qui nous entouraient influençaient nos habitudes et notre humeur. Par exemple si vous avez des amis obèses vous avec plus de chances de devenir obèse à votre tour que si vous n’en connaissez pas. S’il y a beaucoup de divorces dans votre entourage vous avez plus de chances de divorcer. Si vos relations sont heureuses vous devenez heureux également. Ça marche autant IRL que sur internet et les réseaux sociaux. Sachant cela auriez-vous envie de vous entourer volontairement de la population la plus pessimiste du monde?

Je ne vous cache pas qu’un autre facteur me gêne beaucoup en France. C’est le statut d’entrepreneur. Les gens qui montent leur entreprise sont enfoncés par les gouvernements successifs avec des taxes insupportables et une législation infernale (c’est tellement simple au Japon !). Et comme si ça ne suffisait pas ils sont détestés par une grosse partie de la population. Je crois que la France est le seul pays au monde ou presque où les gens qui créent des emplois sont mal aimés des gens qui veulent du travail. La France est le seul pays au monde ou presque où la réussite n’est pas un exemple. Depuis l’étranger on a l’impression que partout dans le monde les gens cherchent à avoir une vie meilleure et se donnent les moyens pour ça, mais qu’en France les gens voudraient que personne ne réussisse. Encore une fois je ne suis pas en France depuis de nombreuses années et toutes ses conclusions je les tire des infos qui me parviennent à travers les filtres de l’actualité moderne.

Pour un Français, quand on habite à l’étranger, paradoxalement, on se sent bien plus Français que lorsque l’on est en France. C’est le cas pour moi en tout cas. En dehors de la France le moindre détail nous rappelle presque à chaque instant, par automatisme, que l’on est Français. De ce fait on a vraiment envie de voir son pays briller et quand ça n’est pas le cas c’est extrêmement décevant voire même blessant. Personnellement je me sens comme un représentant de mon pays à l’étranger. J’ai conscience que tout ce que je fais donne une image positive ou négative de la France aux gens qui m’entourent. À ce titre j’essaye d’avoir toujours un comportement irréprochable pour que les gens se disent « Ils sont bien ces Français ». C’est d’autant plus important au Japon où je suis souvent le premier Français avec qui les Japonais que je rencontre ont une interaction. Et franchement je ne me sens pas aidé par mon pays. Essayer de présenter une bonne image d’un pays qui se ridiculise à l’étranger ça n’est pas toujours facile. Heureusement que la France est encore synonyme de romantisme, de mode et de culture sinon on n’aurait plus grand-chose.

Tout ça pour dire que depuis quelques années la France renvoie une image déplorable aux autres pays, et même en étant soi-même Français ça ne donne pas envie d’y vivre.

Et ça n’est pas que moi. Je rencontre régulièrement des Français bien intégrés au Japon ou dans un autre pays qui me disent ne pas vouloir retourner en France, ou même avoir fait une dépression après être rentré. Ça peut être pour diverses raisons comme la qualité de la vie au Japon, le pouvoir d’achat et les salaires bas en France, la difficulté de créer son entreprise ou de faire une carrière intéressante et bien d’autres choses. En tout cas vivre en France n’est pas attirant quand on a vécu dans un autre pays, particulièrement quand il s’agit du Japon.

Maintenant dites-moi ! La vision de la France que j’ai en ce moment depuis l’étranger est-elle juste, exagérée, ou totalement fausse ?

Le meilleur pays pour vivre
Commentaires 24

Le meilleur pays pour vivre

La banque HSBC a mis en ligne un outil intéressant appelé Expat Explorer Interactive qui permet de déterminer quel est le meilleur pays pour vivre. L’outil est entièrement personnalisable et donne la possibilité de comparer une trentaine de pays en fonction de nombreux critères. Le classement des pays pour chaque critère est basé sur un sondage réalisé auprès d’expatriés en 2012.

Avant de regarder de plus près le classement des pays on notera que le sondage a été réalisé par une banque, auprès d’expatriés à priori anglophones, et que les critères économiques, relatifs à l’intégration dans la société et relatifs au travail, sont plus mis en avant que les critères basés sur la vie au quotidien. De plus seuls 30 pays sont listés et seulement 9 pays prennent en compte les critères relatifs à l’éducation des enfants.

Si on fait une comparaison globale en retenant tous les critères sauf ceux relatifs à l’éducation, le Japon arrive en 19ème position derrière l’Inde et juste avant les Émirats Arabes Unis. La France est 25ème. Évidemment certains critères ne concernent que les personnes très riches qui veulent mener une vie de luxe. Par exemple on a « Voiture de luxe », « Bateau et yacht », « Domestiques », « Piscine » et « Résidence secondaire ». Du coup les pays qui arrivent en haut de la liste sont les endroits qui attirent les riches et les paradis fiscaux:

1. Singapour
2. Thaïlande
3. Iles Caïmans
4. Bermudes
5. Hong Kong

En désactivant tous les critères économiques les Iles Caïmans arrivent en 1ère position. Le Japon lui chute à la 26e place alors que la France remonte au 13ème rang et que l’Espagne monte carrément sur la 3ème marche du podium.

Ce classement effectué par des expatriés est assez étonnant, et il est intéressant de regarder point par point quels sont les avantages des autres pays par rapport au Japon.

Si l’on regarde séparément chaque critère le Japon arrive premier en rien. Son meilleur classement est 5ème pour la culture locale. Il s’en sort bien aussi pour la nourriture saine et l’utilisation de la langue locale (7ème), les revenus (8ème), la possibilité de se faire des amis (9ème), et la nourriture en général (10ème).

Par contre le Japon arrive souvent dernier ou presque. Sur 39 critères on le retrouve 10 fois dans les trois derniers. Il est 30ème en « bateau et yacht », dans les déplacements entre le lieu de résidence et le lieu de travail, et en comparaison charge de travail et temps libre. Il est 29ème en culture de l’entreprise et en organisation des finances. Il est 28ème en organisation de la scolarité des enfants, hébergement de qualité supérieure, résidence secondaire, voiture haut de gamme et intégration dans la société.

icon Voir tous les classements

Bref le Japon n’est pas un pays où l’on peut vivre facilement dans le luxe et où l’on doit beaucoup travailler.

Par contre on remarque avec étonnement que le Japon est très mal classé pour les transports locaux (18ème), en climat (27ème), en shopping (18ème), en divertissement (27ème), pour tout ce qui touche l’intégration dans la société, et en général il est classé 26ème en expérience de vie.

Bref les expatriés ont plutôt tendance à décrire le Japon comme un pays assez difficile à vivre, où la charge de travail est grande, où les divertissements sont rares, et où il est difficile de s’intégrer dans la société.

Inutile de préciser que je ne suis pas en accord avec de nombreux points mais bien sûr je ne connais pas tous les pays mis en comparaison. Clairement ce classement n’est pas à l’avantage du Japon car la plupart des bons côtés du pays ne sont pas pris en compte: sécurité, propreté, modernité, dynamisme, culture populaire, et surtout les gens; mais c’est très intéressant de voir que les expatriés considèrent le Japon comme difficile d’accès par rapport à beaucoup d’autres pays.

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (9)
Commentaires 61

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (9)

Incivilités

Jeter un papier au sol, écraser sa cigarette sur un rebord de poubelle, se garer sur une place réservée, tous ces petits gestes simples du quotidien facilitent la vie… en pourrissant celle des autres.
Vous savez que dès que l’on parle de respect et de propreté le Japon fait presque figure de paradis, et vous devinez déjà quel pays va se trouver en haut du classement. Mais la différence avec les autres pays est-elle si importante?

Pour être plus clair je pense que l’on peut diviser les mauvais comportements en trois catégories: les incivilités envers les lieux publics, les incivilités envers les organismes et les incivilités envers les personnes.

Les incivilités envers les lieux publics

Les dégradations et les actions qui salissent les lieux publics sont probablement ce qui se remarque le plus. La vie en société est une chose particulièrement difficile car chaque action d’une personne peut avoir un impact sur une autre personne. Quand on parle d’incivilités, ou même de micro-incivilités, elles peuvent importuner ou agacer fortement lorsqu’elles sont répétées des milliers de fois.

La Chine a sa propre conception de la vie en société et on peut la résumer en une seule règle: « Chacun pour soi ». Pour un pays communiste c’est un peu un comble. Attention dans les grande villes comme Pékin, Shanghai et Hong Kong les gens adoptent un comportement de plus en plus irréprochable. L’arrivée des J.O. de 2008 a entraîné un pas de géant en matière de propreté, surtout à Pékin, avec l’instauration de règles et de sanctions contre les jets d’ordures et les crachats dans la rue. Ailleurs en Chine par contre c’est la jungle. Ça fait déjà plus de 4 ans que je suis parti est la situation s’est sûrement un peu améliorée car le gouvernement fait beaucoup d’efforts là-dessus mais je garde de la Chine l’image d’un pays où l’on marche sur les détritus et où l’on te crache devant les pieds à chaque pas. Pourtant les villes chinoises pourraient être propres très facilement. Là où j’habitais, à Shenyang, il y avait des poubelles publiques à chaque coin de rue, et le personnel de la ville ramassait sans cesse les ordures. Seulement le temps qu’ils nettoient jusqu’en haut de la rue, le bas de la rue était déjà de nouveau dégueulasse.

En Chine, dans un train entre Shenyang et Harbin en 2008

En France on remarque aussi pas mal de détritus au sol, et la particularité nationale que sont les crottes de chiens. Mais comparé à la Chine les rues sont vraiment très propres. Ce qui choque par contre en France, et que l’on ne trouve pas en Chine ce sont les dégradations volontaires. Que l’on parle de petites incivilités comme le fait d’écraser sa cigarette sur une poubelle en plastique, ou de vandalisme comme rayer les vitres dans les trains, endommager les cabines téléphoniques ou faire des tags moches je pense que la France, et particulièrement à Paris, atteint des sommets. Non seulement ça nuit fortement à la qualité de vie mais en plus ça coûte extrêmement cher au contribuable. Il y a beaucoup de pays dans le monde où les dégradations sont extrêmes et en France la situation est loin d’être la pire, mais généralement les dégradations sont le fait du temps et d’un usage intensif. En France on arrive à avoir des installations à la fois neuves et détériorées.

À cela s’ajoute un autre problème non négligeable, surtout à Paris encore une fois, l’entretien et les réparations sont d’une lenteur incroyable. Faute de moyens plus que de volonté ou de compétence certainement. Pour tout cela, à mon avis le niveau de stress engendré par les incivilités envers les lieux publics est particulièrement important en France car la majorité des personnes respecte les règles et ne demande qu’à vivre dans un endroit propre, on a l’impression de subir injustement le comportement des autres chaque jour .

Au Canada on est agréablement surpris comparé à la France. Les incivilités existent et se remarquent mais sont bien plus rares. Les villes paraissent plus propres et généralement les installations fonctionnent. On note souvent l’usure du temps sur les bâtiments ou sur les routes, mais des mauvais comportements de l’homme la seule chose qui irrite un peu sont les déchets un peu trop présents dans certaines grandes rues.

Le Japon enfin devrait être le modèle à suivre. Les dégradations sont quasiment inexistantes et, malgré l’absence de poubelles publiques ailleurs que dans les stations de trains ou devant les combinis, les déchets dans les rues sont très rares et plus souvent dus aux corbeaux qu’aux hommes. Au contraire même des groupes de volontaires se forment pour nettoyer les rues, et beaucoup de personnes entretiennent spontanément le morceau de rue devant leur entrée. On assiste même parfois à des scènes étonnantes de grands-mères à quatre pattes en train de couper au ciseau l’herbe qui dépasse de la grille autour des arbres. En bientôt 5 ans passés au Japon j’ai dû voir seulement 4 ou 5 fois une crotte de chien par terre. Ici les propriétaires de chiens se déplacent avec un petit sac pour les déjections, mais aussi avec une bouteille d’eau pour nettoyer l’urine.

Les incivilités envers les organismes

Il y a deux jours passait sur le JT de France 2 un reportage sur les gens qui utilisent les transports en commun sans payer. J’ai été étonné de voir le nombre de resquilleurs en France. Surtout que c’était vraiment Monsieur et Madame Tout-le-Monde qui avouait ne pas payer régulièrement. Je ne sais pas si c’est le manque d’habitude mais quand j’ai vu cet hiver des gens passer au-dessus ou en-dessous des tourniquets à Paris ça m’avait choqué. En gros ceux qui payent leur place payent aussi celle des gens qui voyagent gratuitement. Mais ça ne s’arrête pas à ça. En France on ressent clairement une certaine forme d’irrespect envers les institutions, envers la police par exemple, envers le code de la route aussi, et envers l’autorité en général. La situation n’est pas non plus désastreuse et je dis ça surtout en comparant avec le Japon. Je ne suis pas un spécialiste mais j’ai l’impression qu’en France on enlève trop de libertés, on cherche trop à encadrer n’importe quel comportement, et du coup on obtient l’effet contraire de celui recherché. Sur la route par exemple les Français se plient de plus en plus aux règles de vitesse mais c’est vraiment sous de grosses contraintes. En Allemagne on laisse des espaces de liberté aux automobilistes (pas de limitation) et lorsque les limitations de vitesses sont appliquées le conducteur comprend que c’est nécessaire et les respecte sans rechigner. Au Japon on laisse une marge assez importante au-dessus des limitations de vitesse mais le respect de la signalisation en ville est plus observé. On a l’impression que la France manque de souplesse et de capacité d’adaptation dans l’imposition des règles.

En Chine la situation est totalement différente d’une ville à l’autre. À Pékin les automobilistes sont très respectueux des règles mais dans d’autres villes il pourrait ne pas y avoir de feux de signalisation et de passages piétons ça serait la même chose.

Une fois encore le Japon pourrait servir d’exemple car les Japonais et l’attitude rebelle font deux. Les resquilleurs sont rares, j’ai dû en voir seulement deux depuis que je suis à Tokyo et les contrôles deviennent même presque inexistants. Même dans les supermarchés on ne voit pas de portiques de sécurité et certains articles se trouvent même de l’autre côté de la caisse donc on fait vraiment confiance aux clients. Attention rien n’est parfait, en dehors des villes on peut voir par exemple des « gangs de motards », les bôsôzoku, qui se rassemblent pour faire du bruit dans la rue et narguer la police. Mais il s’agit le plus souvent de jeunes de 15 ou 20 ans qui ont l’air de saints à côté des Hells Angels.

Au Japon on respecte les règles de vie en société

Quant au Canada, encore une fois je le situe dans la moyenne. Ça n’est pas un pays utopique mais on y remarque moins de mauvais comportements qu’en France et le sentiment de sécurité y est plus grand que dans beaucoup d’autres pays industrialisés.

Les incivilités envers les personnes

Commençons par la Chine cette fois. Incontestablement le respect de l’autre n’est pas la première valeur inculquée aux enfants chinois. Ça change mais on part de très loin. Je pourrais vous citer des dizaines d’exemples qui montrent à quel point les Chinois adoptent un comportement qui a l’air égocentrique pour la majorité des étrangers. Par exemple si seulement deux personnes attendent un bus qui arrive presque vide, elles n’hésiteront pas à se pousser pour rentrer en premier. Dans certaines villes les voitures accélèrent pour passer juste devant un piéton qui traverse la route, même à quelques centimètres, plutôt que de perdre 10 secondes à freiner. En Chine c’est « Un contre tous, et tous contre un ».

En France comme au Canada on remarque finalement assez peu de comportements déplaisants envers les personnes. Les gens ne sont pas toujours aimables mais pas franchement impolis non plus. En France il y a parfois de mauvais échanges de regards et des bousculades (et pas seulement à Paris) que l’on ne retrouve pas au Canada où les gens paraissent moins agressifs, mais d’un autre côté La France est aussi le pays où les gens se lèvent le plus facilement dans les transports en commun pour céder leur place à une personnes âgée ou une femme enceinte.

À Montréal au Canada on se promène avec sérénité

Au Japon les gens restent toujours discrets et polis envers les autres. Je le dis souvent mais c’est vraiment un pays dans lequel on a le sentiment d’être en sécurité et où on pense que rien ne peut nous arriver. L’incivilité envers les personnes n’est pas un problème au Japon et décidément le mot « incivilité » ne semble pas du tout correspondre à ce pays.

Mon classement

Sans surprise je classe le Japon premier haut la main sur ce thème mais le Canada s’en sort très bien aussi. On notera que le Canada est le pays où l’immigration est la plus importante (1 Canadien sur 5 est né a l’étranger, et à Montréal c’est un tiers des habitants qui sont des immigrés) mais que les incivilités sont peu nombreuses. Comme quoi faire un lien entre les deux phénomènes comme on le fait souvent en France n’est pas si simple. En France on se rend compte que les incivilités les plus marquantes sont dues à une faible minorité de personnes mais elles sont tellement visibles, si peu condamnées, et réparées si lentement que l’on se sent prisonnier dans un pays en délabrement continu. Je parle souvent de Paris car les dégradations y sont très visibles mais on est confronté à des incivilités sur tout le territoire. Je n’ai jamais vu autant de crottes de chiens que dans le premier arrondissement de Lyon et je n’ai jamais été autant agressé physiquement ou verbalement qu’à Rouen par exemple (Ça fait longtemps, dites-moi si ça a changé). Enfin en Chine il y a encore tout à faire mais il y a une bonne nouvelle, les choses changent vite et la situation a déjà bien évolué dans les grandes villes.

1. Japon
2. Canada
3. France
4. Chine

Même classement que pour le confort de vie.

Chine vs. Japon: dans quel pays voyager?
Commentaires 43

Chine vs. Japon: dans quel pays voyager?

La Chine et le Japon sont deux pays superbes dans lesquels voyager laisse un souvenir impérissable. Ce sont aussi deux pays radicalement différents qu’il est toujours intéressant de mettre en parallèle. Alors qui de l’Empire du Milieu ou du Pays du Soleil Levant remportera le match de la meilleure destination touristique?

Chiffres du tourisme

Chine: 3e ou 4e destination touristique mondiale derrière la France et les États-Unis et au coude à coude avec l’Espagne. 58,6 millions de touristes en 2012.

Japon: 37e destination touristique mondiale en 2012 avec 6.2 millions de visiteurs (contre 8.6 millions en 2010, avant le séisme de mars 2011).

Les Prix

L’un des facteurs clés qui rentre en compte dans le choix d’une destination de voyage c’est son budget. On le sait tous, partir au Japon coûte cher. De l’autre côté, voyager en Chine est très abordable.

Une fois que l’on a payé son billet d’avion les postes de dépenses les plus importants du voyageur sont le logement et les transports. Deux choses réputées onéreuses au Japon à cause du coût de la vie et de l’excellence de l’offre. On peut trouver des bons plans et même voyager au Japon pour moins cher que dans beaucoup de pays européens si on fait un peu attention à son porte-monnaie, mais se déplacer du nord au sud du pays et rechercher un logement confortable revient vraiment cher.

En Chine l’offre est extrêmement variée et à toutes les étapes d’un séjour on a le choix entre le luxe hors de prix et le mode survie à la limite du supportable. Si on préfère le train à l’avion et le bus au taxi, si les douches froides ne font pas peur, et si on mange dans les petits restaurants familiaux, alors on peut traverser le pays de long en large avec pas grand-chose. Et même un voyage plus confortable coûte bien moins cher que dans n’importe quel pays industrialisé.

Chine: note
Japon: note

La facilité de voyager

Dans chacun des deux pays la langue est une grosse barrière et l’anglais ne sera pas très utile dans la plupart des situations. Si vous avez la bonne idée d’apprendre quelques mots essentiels avant de partir alors le japonais sera bien plus facile à retenir et à comprendre une fois sur place que le chinois.

Si l’on reste durant tout son voyage dans une grande ville comme Tokyo ou Pékin alors on peut s’en sortir relativement simplement dans tous les cas. Quelques indications écrites en anglais de temps en temps et un bon guide touristique (et mieux un voyage bien préparé à l’avance) permettent toujours de se débrouiller seul. En ville le plus gros challenge est souvent de comprendre le fonctionnement des transports en commun et là-dessus le Japon s’en sort mieux si l’on exclut le petit temps d’adaptation nécessaire les premiers jours et les difficultés pour trouver la bonne sortie dans les gares immenses. Deuxième challenge: commander au restaurant, et là aussi le Japon a beaucoup d’avance car souvent on trouve des photos dans les menus et beaucoup de noms d’aliments viennent de l’anglais (chicken, beef, potato, soup, salada…).

Menus chinois

Les difficultés arrivent lorsque l’on se déplace dans le pays en mode routard. Il faut trouver les moyens de transport adaptés, des endroits pour se loger, faire face à tous les problèmes que l’on peut rencontrer en voyage. Au Japon on est vraiment aidé par l’amabilité des gens et l’excellence du service dans tous les domaines. En Chine au contraire on est confronté à la rudesse des personnes et à un système parfois totalement incompréhensible pour un non-Chinois. Acheter un simple billet de train par exemple est une vraie galère qui demande beaucoup de patience et pas mal de connaissances si on ne veut pas payer le prix fort dans une agence de voyages.

Chine: note
Japon: note

Le climat

Le climat au Japon est assez agréable. La période allant de début juin à mi-septembre durant laquelle s’enchaînent la saison des pluies et un été très chaud et humide peut être difficilement supportable. Mais les autres mois de l’année sont plutôt agréables, on est assez proches du climat français dans tout le centre du Japon.

Avec son territoire immense la Chine connaît tous les extrêmes. Déserts arides, paysages de glace, forêts humides… on trouve de tout en Chine. En général l’été est assez chaud partout dans le pays sauf en montagne, mais le reste de l’année le climat est totalement différent selon les régions, ce qui est plutôt une bonne chose. En ville l’impression de beau temps est souvent effacée par des nuages de pollution mais dans certaines régions on peut découvrir un ciel d’un bleu incroyable.

Chine: note
Japon: note

Les gens

Que ça soit au Japon ou en Chine les étrangers sont bien accueillis. Selon les personnes les Japonais peuvent être vus comme froids alors que les Chinois seront plutôt chaleureux, mais la politesse et la civilité des Japonais sont des traits qui ne peuvent marquer que positivement les visiteurs. S’il est sûrement plus facile d’engager la conversation avec un Chinois, il sera plus facile de débuter une vraie relation avec un Japonais. Attention en Chine les gens sont très différents d’un endroit à l’autre, et les différences entre la ville et la campagne sont extrêmes. Si dans les grandes villes les Chinois ont parfois un mode de vie similaire à celui de l’Occident, ceux des campagnes vivent à une époque différente.

Si on met à part le côté « amical » des personnes on peut noter que les Japonais sont d’apparence sérieuse, discrète et donnent l’impression de respecter les autres. Le climat de sécurité, le silence, et le bien-être qui s’en dégagent sont incomparables avec ce que l’on voit en Chine où faire la queue et laisser la priorité à un piéton qui traverse la route sont des notions inconnues à de nombreux endroits.

Chine: note
Japon: note

Les paysages

La Chine comme le Japon sont deux pays magnifiques. D’un côté on trouve des déserts de toutes sortes et des montagnes splendides, et de l’autre on a la mer d’Okinawa et le Mont Fuji. Et dans les deux pays on peut découvrir des paysages urbains à couper le souffle.

Si les plages et les fonds marins des îles du sud du Japon sont sans doute l’un des plus beaux endroits au monde, la Chine se démarque par la variété de ses décors et l’impression d’immensité que l’on peut ressentir partout dans le pays.

La Chine
Le Japon

Chine: note
Japon: note

Les sites et le patrimoine mondial de l’UNESCO

En 2013, la Chine compte 44 sites inscrits au patrimoine mondial: 30 sites culturels, 10 sites naturels et 4 sites mixtes (+ 50 sites en attente). La même année le Japon compte 17 sites inscrits au patrimoine mondial dont 13 sites culturels et 4 sites naturels (+ 13 sites en attente).

Il y a énormément de belles choses à voir dans les deux pays, mais la Chine compte bien plus de sites d’exception, et en plus beaucoup de ces sites sont totalement démesurés et sans équivalent dans le monde (la Grande Muraille, l’armée de terre cuite, le Bouddha de Leshan, La Vallée de Jiuzhaigou…).

La Chine

Chine: note
Japon: note

La nourriture

Deux pays de la gastronomie s’affrontent. Le Japon inspire la délicatesse, la fraîcheur et le dépaysement, alors que la Chine évoque la diversité, la quantité et la surprise. Deux cultures différentes que l’on prendra grand plaisir à découvrir. Les deux pays étonneront par le choix énorme offert en matière de restauration. Le voyageur comprendra vite que la cuisine japonaise ne se limite pas à du riz et à du poisson, et que les Chinois ont mille façons de cuisiner chaque légume et chaque morceau de viande. Dans un pays comme dans l’autre on fait de très nombreuses découvertes culinaires mais les plats sur les tables chinoises n’auront pas grand-chose à voir avec ceux posés sur les tables japonaises.

Là où les Chinois préfèrent avoir des assiettes bien remplies avec de la nourriture riche en goût et en calories (beaucoup d’huile, beaucoup de sauce) les Japonais préfèrent des plats fins et légers bien présentés. Là où le Japon prend un gros avantage sur la Chine c’est du côté des sucreries et des desserts qui sont excellents, abondants et variés. Autre bon point pour le Japon: la cuisine occidentale omniprésente qui permet généralement au visiteur d’avoir le choix entre goûter un nouveau plat ou rester sur une valeur sûre. Tout le monde n’aime pas changer ses habitudes alimentaires.

Nourriture en Chine
Nourriture au Japon

Chine: note
Japon: note

La sécurité

Se sentir en sécurité quand on voyage est un élément non négligeable. Sur ce point le Japon est imbattable et se rapproche de la perfection. Mais la Chine ne s’en tire pas trop mal non plus. Les voyageurs sont parfois victimes de vols ou d’arnaques mais bien moins que dans des pays comme la Thaïlande et sans doute moins qu’en Europe. De plus la violence n’est pas un trait de caractère des Chinois et si on fait attention à garder ses objets de valeur en sécurité on a rarement de problèmes en Chine.

Chine: note
Japon: note

L’ouverture sur le reste du monde

Si la Chine n’est pas un pays facile d’accès du point de vue administratif avec la nécessité d’obtenir un visa et périodes de séjour autorisées assez courtes et toujours changeantes elle offre un avantage certain sur le Japon. C’est celui d’offrir un accès facile à de nombreux autres pays. Depuis la Chine il suffit de prendre le train ou le bus pour se rendre en Russie, en Mongolie, à Hong Kong ou à Macao, au Laos, au Vietnam et j’en passe. La Thaïlande, l’Inde, le Cambodge et bien d’autres pays sont également accessibles raidement et à moindre coût en avion. Même des visites en Corée du Nord deviennent possibles depuis Pékin. Bref la Chine est idéalement placée pour les personnes désirant découvrir l’Asie alors que le Japon est une île isolée de laquelle on ne peut s’échapper qu’en avion et qui ne propose comme destination vraiment proche que la Corée du Sud.

Chine: note
Japon: note

La découverte et le dépaysement

Si on voyage à l’autre bout du monde c’est pour découvrir de nouvelles choses. Que ça soit dans le mode de vie, la nourriture, les décors, l’interaction avec les personnes, les spectacles et festivals, les objets dans les magasins, le sentiment de partir à l’aventure et bien d’autres choses, on peut placer le Japon comme la Chine dans les pays très dépaysants.

Evènements au Japon

Chine: note
Japon: note

L’enrichissement personnel

Est-ce qu’un voyage en Chine ou au Japon change les gens? Peut-être qu’un séjour d’une semaine ne suffit pas mais à la longue ces pays, et particulièrement le Japon, transforment les visiteurs.

En Chine on est appelé à beaucoup réfléchir. On rencontre un mode de vie en société, des formes de pensée et des situations que l’on n’aurait même pas imaginés. Tout ceci nous force à porter un regard différent sur notre vie et nos priorités.

Au Japon le respect impose le respect. On est presque choqué par le respect qu’ont les gens envers les autres personnes, mais aussi envers la nature et les lieux publics. Consciemment ou inconsciemment on adopte rapidement de plus en plus de règles de vie à la japonaise. Enlever ses chaussures à l’intérieur devient la chose la plus logique au monde, on se met à recycler, on adopte des gestes et formules de politesse qui nous paraissaient insensés auparavant, bref, on change vraiment, pas seulement dans la tête mais dans chaque geste du quotidien.

Chine: note
Japon: note

Les filles

Je suis obligé d’aborder le sujet, ne serait-ce que pour améliorer le référencement de cette page sur Google.

De plus en plus dans le monde la Japonaise est vue, à tort ou à raison, comme la femme qui se rapproche le plus de la femme idéale. Aucun doute que dans l’esprit de beaucoup la Japonaise est un argument qui tend à rendre le Japon attractif. Les Chinoises n’ont pas toujours cette image et sur ce point la victoire revient au Japon à mon avis. Je vais me passer de mettre un note là-dessus, ma femme étant japonaise je ne serai pas objectif de toute façon.

Japonaises à Tokyo

Bilan

Dans l’absolu on atteint presque l’égalité parfaite avec 39 cœurs pour la Chine à 40 cœurs pour le Japon. Très légère victoire pour le Japon à première vue mais à vous de faire bouger le curseur en donnant des coefficients plus grands aux points qui vous paraissent plus importants.

Idéalement il faut voir les deux pays. Personnellement j’aime beaucoup voyager au Japon, mais je préfère la Chine pour le côté aventure et le sentiment de gigantisme omniprésent. Disons que le Japon m’a donné envie de rester et que la Chine m’a donné envie de revenir.

Cet article ne reflète que mon avis et est basé sur mon expérience personnelle uniquement. Les notes sont attribuées en comparant la Chine et le Japon, deux pays dans lesquels j’ai passé beaucoup de temps, mais aussi en prenant en compte l’expérience acquise et les sentiments vécus dans d’autres pays.

Pourquoi au Japon on a le droit d’avoir de l’argent
Commentaires 54

Pourquoi au Japon on a le droit d’avoir de l’argent

Attention: article sujet à polémique.

En France on aime l’argent! Mais on n’aime pas les gens qui ont de l’argent!
En France on aime l’argent! Mais on n’aime pas parler d’argent!
En France on aime l’argent! Mais on n’a pas d’argent!

Au Japon on aime l’argent! Et on n’a rien contre les gens qui ont de l’argent!
Au Japon on aime l’argent! Et on n’a rien contre le fait de parler d’argent!
Au Japon on aime l’argent! Et on a de l’argent!

La relation que les Japonais entretiennent avec l’argent est totalement différente de celle qu’ont les Français avec l’argent. Le Japon est une vraie société de consommation où les gens achètent et sortent beaucoup, on y paye presque tout en liquide, et on n’a pas peur de mettre un peu plus pour avoir de la qualité. En France on paye par carte et souvent à crédit, les dépenses pour le plaisir y sont relativement rares, et de plus en plus on recherche le lowcost dans tous les domaines.

Bien sûr j’exagère et tout ceci est à relativiser. Mais deux choses sont évidentes. Les Japonais ont un plus grand pouvoir d’achat que les Français. Avoir de l’argent au Japon, s’en servir et en parler n’est pas mal vu, alors que ça n’est pas du tout le cas dans l’hexagone.

Pourquoi?

Répondre à la première affirmation est à la fois simple et compliqué. Si les Japonais ont un fort pouvoir d’achat, qui diminue malheureusement mais qui reste tout de même élevé par rapport à la majorité des pays développés, c’est grâce à une politique qui encourage le travail et permet aux entrepreneurs, et donc aussi aux salariés, de recueillir pleinement le fruit de leurs efforts. Cette politique a été très payante entre les années 60 et 90 durant lesquelles le Japon est devenu le Numéro 1 de l’automobile, de l’électronique et du secteur bancaire. Et aujourd’hui les Japonais vivent encore sur les fruits de ces trois décennies. Mais même en ce moment, alors que la situation économique est difficile au Japon comme ailleurs, voire même plus qu’ailleurs, les Japonais arrivent à conserver un bon train de vie sans puiser dans leurs économies. Bien sûr ils dépensent moins qu’avant et les salaires sont moins élevés que dans les années 80, mais dans l’ensemble les foyers s’en sortent plutôt pas mal. La raison à cela est que les gens ne sont pas étouffés par les taxes.

Autant les particuliers que les entreprises ne sont pas sucés jusqu’au sang par des taxes et des impôts. Ils en payent assez, soyons clairs, mais pas avec excès. Par exemple la TVA va passer de 5% à 8%. C’est une augmentation très forte mais on reste loin des 19,6% en France ou des 21% en Belgique.
Pour les entreprises c’est différent mais mieux pensé. Par exemple pour une grosse entreprise japonaise le taux d’imposition s’élève à environ 38% mais les petites entreprises ne sont imposées qu’à hauteur de 6% à 7% sur les bénéfices, et c’est tout. En plus les démarches administratives sont très claires et simples. Au Japon on a une chance de se développer en partant de zéro et on peut tout de suite profiter des fruits de son travail. En France les impôts sont énormes même pour les petites entreprises et pour vous dire honnêtement j’ai cherché le taux d’imposition qui s’appliquait aux entreprises individuelles et aux auto-entrepreneurs et je n’ai rien compris. Les chiffres sont différents sur toutes les sources, ils varient selon les personnes et les années, selon que l’on prélève sur le revenu, le revenu réel ou carrément le chiffre d’affaire… Bref, c’est le bordel pour parler franchement. Mais on comprend qu’on devra payer beaucoup.

Rapidement j’évoque que la France est le pays du monde où la pression fiscale est la plus forte (et donc la plus illogique), que celle-ci empêche les revenus faibles de consommer et encourage les revenus forts à quitter le pays pour aller consommer ailleurs. Allez comprendre…

Le résultat c’est que les salaires sont meilleurs au Japon et que les prélèvements y sont plus faibles. Par contre vivre au Japon reste cher, mais c’est pour des raisons différentes de la politique économique du pays (manque de place dans les villes et qualité du service très élevée par exemple).

Alors oui! En France on paye plus d’impôts mais on a plus de services gratuits. Alors oui! Au Japon les frais d’hôpitaux et l’université coûtent très cher. Je ne saurais pas vous dire quel système est le meilleur pour tous, mais ce qui est clair c’est que le système français ne marche plus. La France fait payer les contribuables de plus en plus pour des services de moins en moins bons. Au Japon on sait dès le départ que l’on va devoir débourser un max pour les études de ses enfants ou pour se faire redresser les dents. Mais on peut gérer son budget à sa façon, on peut donner un ordre à ses priorités, on peut faire des choix, on est libre d’utiliser son argent comme on veut.

C’est vrai que les impôts ne font pas tout. Les Japonais ont aussi un meilleur salaire, et c’est en grande partie parce qu’ils travaillent plus. C’est un choix de vie à l’échelle du pays, c’est le célèbre « Travailler plus pour gagner plus » à la sauce japonaise. Et là on peut se demander si ça vaut le coup de sacrifier ses loisirs et sa vie de famille pour un peu plus de confort matériel. C’est un autre débat.

Je parle je parle mais en fait ce qui était l’inspiration de départ de ce billet était l’énorme différence entre le sentiment « anti-riches » que l’on ressent nettement depuis quelques années en France et l’étalage des richesses que font les célébrités à la télévision japonaise.

Oui parce qu’au Japon gagner beaucoup d’argent n’est pas quelque chose de mal vu, tout comme aux États-Unis, en Angleterre et en fait dans la plupart des pays du monde. En France si on arrive à gagner beaucoup d’argent on devient une cible. Cible des politiques qui veulent tout te prendre, et cible des personnes qui ont des revenus plus bas qui estiment que les riches doivent redresser le pays avec leur argent et que de toute façon les riches sont des méchants. 78% des Français pensent qu’être riche en France est mal perçu, 70% des Français pensent que les riches doivent participer à créer ou maintenir l’emploi, et 82% des Français estiment que les riches n’ont pas un comportement exemplaire (source: le Figaro). Dans ces conditions on comprend que les personnes qui gagnent bien leur vie n’exhibent pas leur argent. La situation est tellement aux antipodes de celle du Japon que c’est à peine croyable. Je me rappelle il y a quelques semaines (ou mois déjà?) que les ministres de France dévoilaient leur patrimoine en essayant pour la plupart d’entre eux de montrer à tout le monde qu’ils ne possédaient presque rien. « Regardez je gagne 10 000 euros par mois mais je roule en Opel Corsa » … Ok … Exactement dans le même temps des personnalités japonaises participaient à un jeu télé et le but était de deviner qui avait la collection de sacs à main la plus chère « Celui-ci coûte 150 000 euros, c’est un exemplaire unique bla bla bla ».

Ces émissions télé sont très fréquentes au Japon, et très diversifiées. Par exemple des chefs d’entreprises se présentent et on doit deviner qui gagne le plus gros salaire, les célébrités ouvrent la porte de leur maison et montre tout ce qu’elles possèdent, parfois on doit deviner quelle idole a le plus grand nombre de paires de chaussures, et les sportifs disent sans complexe combien ils ont gagné lors de rencontres. Je me souviens d’un ancien sumotori (sumo) qui disait avoir touché ¥160,000,000 (1,2 millions d’euros) pour avoir participé à un match de K1 dans lequel il s’était étalé en 2 minutes. Et non seulement les célébrités parlent d’argent mais en plus elle utilisent leur propre argent dans les émissions. Il y a un jeu assez connu dans lequel il faut deviner quels sont les objets qui valent 1€ parmi des objets de collections très chers. Chacun choisit un objet à son tour et on est obligé d’acheter le produit que l’on a désigné. Donc si on n’arrive pas à trouver les objets à 1€ on se retrouve à payer des milliers d’euros pour un vieux T-Shirt dédicacé ou pour une poterie ancienne. Dans une autre émission « on force » les célébrités à se faire plaisir, par exemple en allant acheter une montre de luxe. Et ça n’est pas tout, les personnalités participent à la plupart des jeux télé pour gagner de l’argent (même si parfois ils en perdent) et on sait souvent combien ils gagnent, des fois on leur remet même leur cachet en liquide ou dans une enveloppe devant les caméras. Vous imaginez ça en France? C’est totalement impensable.

Et on ne voit pas cela qu’à la télévision. Ce comportement se retrouve aussi dans le quotidien. Pas dans le sens déballage de richesses, mais dans le sens de l’absence de complexes. Les Japonaises par exemple n’ont pas peur de dire que l’argent est un critère important dans le choix d’un partenaire alors que l’on n’entend pas vraiment ce discours dans les autres pays industrialisés alors que, soyons réalistes, c’est un critère important partout dans le monde, plus ou moins important selon les personnes, mais on ne peut pas dire que ça ne compte pas.

Pourquoi une telle différence?

Ça vient peut-être du fait que les Japonais se désintéressent de la politique. En France, comme partout, la politique encourage clairement les divisions. La droite des riches contre la gauche du peuple, on veut augmenter la compétitivité des entreprises mais les taxer plus, il faut préserver l’emploi mais évoluer vers plus de flexibilité pour le licenciement etc… Au Japon il n’y a pas vraiment de débat politique, ni dans les médias, ni dans la rue. Logiquement on se désunit moins et les riches ne sont pas montrés du doigt.

Mais la chose qui joue le plus est certainement que la société japonaise n’a pas évolué sur les bases du catholicisme qui valorise le pauvre par rapport au riche. « Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux », « Nul ne peut servir deux maîtres. Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent », « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer au royaume de Dieu »… Ça ne ferait pas 2 000 ans qu’on nous dit que les pauvres sont les gentils et que les riches sont les méchants?

Autre chose très importante. Les très riches en France (et en Occident en général) ont souvent une attitude choquante! Qu’ils soient politiques ou célébrités on a l’impression qu’ils finissent tous par avoir des problèmes avec la justice pour une raison ou pour une autre. Sexe, drogue, évasion fiscale, corruption et j’en passe. Ces problèmes ne sont pas absents au Japon mais ils sont beaucoup moins présents, on entend parler de problèmes de corruption ou de détournement d’argent de temps en temps mais les gros scandales sont plutôt rares.

Pour tout cela l’argent est devenu un tabou en France alors que c’est un pays dans lequel on peut aborder simplement des sujets tout aussi clivants comme le sexe, la politique ou la religion. Le paradoxe c’est que tout le monde veut devenir riche. Il n’y a qu’a voir les millions de personnes qui jouent au loto chaque semaine en espérant décrocher le gros lot. Ou alors c’est qu’on a le droit de devenir riche si on gagne à un jeu, à la limite si on est un sportif ou un acteur, mais pas si on a de grosses responsabilités en tant qu’homme politique ou chef d’entreprise? Le contraire ne serait-il pas plus logique? Est-ce que le président français est condamné à se déplacer en train pendant que le premier ministre russe va au travail en hélicoptère, Hollande doit-il passer ses vacances en Corrèze pendant qu’Obama fait du golf à Hawaï? D’accord en temps de crise sûrement que « oui ».

Non, en fait le problème en France c’est qu’on aime l’argent, juste pas celui des autres. On a l’impression que les riches n’ont jamais travaillé alors qu’au Japon la notion d’effort est reconnue par tous. D’ailleurs en français on dit « gagner » de l’argent, alors que non, on ne le gagne pas cet argent, on le mérite, on le crée « we make money ». Peut-être qu’il faut juste au final arriver à connecter la notion d’effort à la notion d’argent en France. D’ailleurs il n’y a qu’un pas puisque toujours selon le Figaro « 76% des Français trouvent que c’est une bonne chose de vouloir gagner de l’argent et de devenir riche ».

Ce qui est malheureux dans tout ça, c’est qu’avec les ressources que l’on a, avec le savoir que l’on a, avec les moyens techniques que l’on a, tout le monde devrait être riche. Enfin relativisons, on est tous le riche de quelqu’un.

1 minute sur un parking au Japon
Commentaires 38

1 minute sur un parking au Japon

Je ne sais pas vous, mais personnellement je regarde beaucoup les voitures dans chaque pays où je vais. Bien souvent le parc automobile est très différent d’un endroit à l’autre, et il représente assez fidèlement le mode de vie des habitants du pays.

En Chine par exemple de petites voitures à trois roues toutes pourries roulent à côté de Porsche Cayenne tout neufs et on sent bien la société à plusieurs vitesses du pays. À Hong Kong par contre on n’a quasiment que des berlines de luxe qui circulent et on voit sur les plaques d’immatriculation des grosses allemandes des « AS » ou des « 777 », ici on est là pour réussir dans les affaires et on le montre. En Thaïlande comme souvent en Asie du Sud-Est les gens se déplacent beaucoup en Pickups, pratiques pour transporter n’importe quoi à l’arrière, même des passagers, et puis vous avez les Tuktuk qui représentent le côté très touristique du pays.

Au Japon on trouve toutes sortes de voitures mais on remarque tout de suite quelques particularités. Premièrement les Japonais considèrent avant tout l’aspect pratique lors de l’achat d’un véhicule, et on voit ainsi beaucoup de petites voitures cubiques sur les routes, qui se garent facilement dans les petits garages du Japon mais offrent tout de même un grand espace intérieur. Toujours dans cette optique de recherche de place intérieure les monospaces sont vraiment populaires partout dans le pays, même en ville.

Une autre chose qui attire tout de suite l’œil, et j’en parle régulièrement, c’est le grand nombre de voitures hybrides qui sont littéralement visibles à chaque coin de rue. Les Prius se vendent comme des petits pains chauds et Toyota comme Honda mais aussi Nissan, Mazda et Mitsubishi ont maintenant un catalogue de modèles hybrides très fourni. Même Subaru se met à l’hybride. En ce moment ce sont les petites Toyota Aqua qui font leur apparition un peu partout. Du coup le côté « écolo » des Japonais ressort vraiment.

Et puis une autre chose marque encore plus fortement, c’est le nombre de voitures japonaises. Il serait intéressant d’avoir des chiffres précis mais je pense que le Japon est de très loin le pays dans lequel les gens achètent le plus de voitures de marque locale. D’une manière générale les Japonais sont très fiers de leur industrie et achètent du « Made in Japan » dès que possible. Je fais pareil pour tout vous dire. Premièrement on a confiance dans la qualité du produit et du service après-vente, et on a vraiment l’impression de faire travailler l’économie du pays. Pour les voitures il y a aussi autre chose qui joue, c’est encore une fois cette question de l’espace et de l’aménagement intérieur. Beaucoup de Japonais se trouvent confinés dans une citadine occidentale, ou se disent ennuyés par le manque de place et de modularité à l’arrière. Conclusion, au Japon je dirais qu’au moins 8 voitures sur 10 sont de marque japonaise (Si quelqu’un a des chiffres…).

Dernier point et pas le moindre. En fait c’est ce qui se remarque le plus au Japon. Les voitures sont super propres. La plupart ont clairement l’air de sortir de chez le concessionnaire, et même les voitures plus anciennes sont propres et bien entretenues. De même les voitures rayées ou cabossées sont plutôt rares. Je l’avais déjà mentionné mais même les bétonnières ou les camions poubelles sont nickels. Ici on apprécie vraiment le côté respectueux des Japonais. Ça montre aussi un côté d’une certaine manière moins positif à mon avis, qui est que les gens font extrêmement attention à ce que pensent les autres.

Toutes ces observations peuvent se vérifier presque n’importe où au Japon je pense. Sur la vidéo ci-dessous vous pouvez voir les voitures japonaises sur un parking très classique:

J’oubliai. Ça ne se voit pas sur cette vidéo car on est sur un parking de lieu touristique plutôt familial, mais les Japonais aiment beaucoup le tuning et partout on voit des voitures modifiées. Ça peut être fait discrètement ou à l’extrême mais de manière générale c’est du tuning « propre » et qui coûte cher.

Todai, meilleure université d’Asie
Commentaires 28

Todai, meilleure université d’Asie

Le Times Higher Education (THE), mensuel anglais spécialisé dans l’éducation supérieure, vient de publier pour la première fois un Top 100 des meilleures universités d’Asie. L’Université de Tokyo (Todai) se trouve sur la première marche du podium.

Avec 22 universités dans le Top 100 et 2 dans le Top 10 (Université de Kyoto en 7e position), c’est le Japon qui domine en Asie lorsque l’on parle d’enseignement supérieur. Mais attention, dans la course à la meilleure université de la région l’Université de Singapour et l’Université de Hong Kong sont vraiment très proches de Todai. Hong Kong se retrouve même deux fois dans le Top 10, tout comme la Chine. La Corée est là aussi et arrive à placer 3 de ses universités dans le Top 10. Taiwan est assez loin du sommet mais se retrouve tout de même à 16 reprises dans ce Top 100. On l’aura compris ce sont les pays modernes de l’est de l’Asie qui proposent la meilleure éducation supérieure de la région.

Il faut attendre la 15e place pour voir apparaître Israël et la 22e place pour la Turquie. L’Inde qui a la réputation d’être un pays à fabriquer des scientifiques n’atteint que la 30e place au mieux.

icon le Top 100 de l’Asie complet

Times Higher Education se base sur 5 critères pour réaliser son classement: le niveau d’enseignement, le rayonnement international, les revenus de l’industrie, la recherche, les publications.

Si Todai est en tête de l’Asie elle n’arrive qu’à la 27e place au niveau mondial. Même si son niveau d’enseignement et ses recherches sont excellents l’université doit fortement améliorer son réseau international pour rivaliser avec les établissements d’enseignement supérieur aux États-Unis et en Angleterre. Notons tout de même que Todai est la seconde Université non-anglophone après l’Institut de Technologie de Zürich en Suisse.

icon le Top 400 mondial complet

Une semaine de nourriture dans le monde
Commentaires 37

Une semaine de nourriture dans le monde

J’ai vu à la télé japonaise il y a quelques semaines un reportage sur les habitudes alimentaires dans le monde. Une séquence était particulièrement intéressante. On y voyait des photos prises dans plusieurs pays très différents. À chaque fois on pouvait y voir la quantité de nourriture utilisée pour une famille pendant une semaine. La différence entre chaque pays est tout simplement énorme et c’est dingue tout ce que l’on peut comprendre sur un pays rien qu’en regardant ce qu’il y a sur la table des habitants (quand ils en ont une…).

J’ai retrouvé ces photos un peu partout sur le net. Apparemment leur origine vient du livre Hungry Planet: What the World Eats. En voici quelques-unes.

France - Go Nutella -
Canada - Bacon en tranches, pain en tranches, fromage en tranches -
Japon - Cup Noodle spotted -
Allemagne - Une petite soif? -
Italie - Un peu de pain avec ton pain? -
Angleterre - Pas de dessert si tu ne finis pas tes Bakers et ton Go Cat -
Pologne - J'ai le même éléphant bleu chez moi, sauf qu'il est rose, plus petit, et que c'est un ours -
États-Unis - 57 000 calories par repas -
Mexique - Qu'est-ce qu'il y a dans la bassine verte? -
Australie - Viande, patates et œufs, c'est bon je m'installe en Australie! -
 
Chine (Pékin) - KFC, Häagen-Dazs, et Ferrero Rochers... 90% des Chinois n'en n'ont jamais mangé -
Inde - Curry, légumes, naan, et un peu de Thumbs Up pour faire passer -
Bhoutan - C'est une maison ou un temple?
Turquie - L'autre pays du pain -
Mongolie - Un œuf fait bande à part -
Koweït - Ils ont fait installer une nouvelle cuisine juste pour prendre la photo -
Équateur - Ils gardent le sourire même en étant sur la paille -
Égypte - Original le plateau à bananes -
Tchad - On rigole moins là -

Dans le livre vous pouvez voir des photos de plus de pays, et plusieurs photos par pays. De plus le prix global des aliments sur les photos est annoncé.

—————–

Et déjà 100 followers sur l’Instagram Ici Japon! Merci!

France: Bon point – Mauvais point (2)
Commentaires 31

France: Bon point – Mauvais point (2)

Un bon point: Le patrimoine culturel

En France il faut reconnaître que l’on a un patrimoine culturel incroyable, à Paris bien sûr mais aussi partout à travers le pays. Avec tout ce qu’il y a à voir on comprend que la France soit le pays Numéro 1 du tourisme. Honnêtement, notre type de vacances idéal à ma femme et moi ça n’est pas vraiment la visite des églises et des musées. Mais à Paris il y a tout de même un bon paquet de lieux incontournables qu’Akiko a pris plaisir à découvrir. Elle a surtout aimé l’Opéra. Mais plus que le Château de Versailles ou la Tour Eiffel, elle a surtout aimé le fait que la capitale ait su garder son style ancien avec ses bâtiments en pierres bien solides et à peu d’étages. Dans les villes du Japon en effet, comme un peu partout en Asie, on ne construit pas pour que ça dure des siècles. On rase vite le vieux pour construire plus haut et plus moderne. À Tokyo par exemple ça donne souvent des scènes loufoques avec un tout petit magasin ou un vieux temple qui résistent, coincés entre deux tours en verre de 50 étages. Personnellement j’aime le changement et je prends plaisir à voir les villes évoluer. Mais en revenant à Paris j’ai trouvé que garder des traces du passé et essayer de préserver une atmosphère typique était une bonne chose aussi.

Un mauvais point: L’accès au métro

Ceci est mon Mega coup de gueule du séjour! Tous ceux qui ont déjà pris le métro de Paris avec des bagages savent combien on galère. Ça m’est déjà arrivé plusieurs fois de faire la navette jusqu’à l’aéroport les bras bien chargés et à chaque fois j’en ai chié comme pas possible dans le métro. Mais cette fois on se déplaçait avec une poussette (clique ici pour voir la poussette de Mini-Tev). Sans mentir on n’était pas trop de quatre pour la trimballer. Parce que non seulement il n’y a ni ascenseur et ni escalator qui descendent (le peu qu’il y a montent ou sont en panne), mais en plus les poussettes ne passent pas les tourniquets. En plus il n’y a pas de portes pour passer avec une poussette ou des bagages encombrants partout, et quand il y en a on trouve rarement du personnel pour les ouvrir. Résultat on devait porter la poussette dans les marches mais aussi se débrouiller pour la faire passer au dessus des tourniquets entre les portes super étroites. Bref c’était super énervant.

Pour la ville la plus touristique du monde je trouve ça choquant que les transports en commun soient si galère pour les personnes qui sont chargées, et qu’il y ait si peu de personnel. Et ce même dans les stations les plus fréquentées et les plus proches des sites touristiques.

Et je me demande bien comment font les gens avec un handicap ou simplement une blessure pour utiliser le métro. Vraiment c’est honteux. Si moi et mes parents on était surtout énervé, Akiko trouvait ça complètement incroyable.

Photos: markshaiken.com et youcity.bombardier.com

Au Japon le train et le métro sont un vrai plaisir à utiliser. Ils ont la réputation d’être propres et toujours à l’heure mais ils sont aussi très facilement accessibles à tous. Une personne avec une chaise roulante peut utiliser n’importe quelle station sans rencontrer de problème d’accès et il y aura toujours du personnel pour l’aider à monter et sortir du train. L’accès aux transports en commun est aussi facilité pour les personnes ayant des problèmes de vue grâce à un marquage au sol spécial présent partout (dans la rue aussi d’ailleurs), et les personnes qui sont chargées ne rencontrent pas non plus de problème car au Japon il n’y a pas de tourniquets ni de portes automatiques étroites.

En gros on a l’impression qu’au Japon on fait tout pour faciliter la vie des gens (de tous) et qu’en France les priorités sont très différentes. Et qu’on ne vienne pas dire que c’est parce que le métro de Paris est vieux, il est presque aussi vieux à Tokyo même si tout a l’air neuf.

Un point neutre: Les employés aux blagues « pourries »

Je suis le premier à sortir des vannes à 3 francs mais ça m’a fait bizarre d’en entendre autant en deux semaines, surtout venant de la part de vendeurs dans les magasins ou du personnel dans divers établissements. Le fossé est énorme entre les employés japonais hyper polis qui appliquent à la lettre le principe « le client est roi » et les employés français souvent très familiers et moqueurs. Un exemple: au Louvre je dépose la poussette de Mini-Tev au dépôt des objets encombrants ou interdits à l’entrée. L’employé: « Vous pourrez la récupérer là-bas… si on n’a pas réussi à la revendre sur E-Bay entre temps ». Un autre employé dans un ascenseur à la sortie: « Ça fera 1 000 euros par personne ». Ça fait sourire mais je n’imagine pas ça au Japon.

Akiko ne parle pas français. Donc les blagues… Par contre son impression sur le personnel et les vendeurs en général est plutôt mauvaise. Elle retiendra que souvent on a l’impression de déranger quand on demande quelques chose et que les vendeurs n’ont pas vraiment envie de vendre. Mais c’est à nuancer car on a tout de même rencontré plein de vendeurs vraiment gentils et qui faisaient bien leur travail. C’était sûrement même la majorité, mais comme souvent dans ce genre de situations on est plus marqué par les mauvaises impressions.

Un point surprenant: Le parfum

Akiko a été surprise par le nombre de personnes qui se parfument. Une fois durant le voyage, dans un centre commercial, elle s’est même sentie mal à cause du mélange des odeurs.

Au Japon les personnes qui se parfument sont assez rares. Parfois on détecte sur quelqu’un l’odeur d’un shampoing ou d’une lessive, mais les parfums, après-rasages et déodorants parfumés sont loin d’être fréquents. En général les Japonais considèrent les gens qui se parfument comme des personnes qui veulent cacher des mauvaises odeurs. Même si c’était effectivement utilisé comme ça il y a quelques siècles et que ça a changé les Japonais conservent cette image négative des parfums.

France: Bon point – Mauvais point (1)
Commentaires 59

France: Bon point – Mauvais point (1)

C’est la troisième fois que je reviens en France en presque 10 ans. À chaque fois j’ai eu une nouvelle vision du pays.

La première fois c’était après avoir passé plusieurs années au Canada, à Montréal. Je n’ai pas trouvé la France mieux ou moins bien qu’avant mais j’ai remarqué de nombreuses choses pratiques qui me manquaient au Québec: les distributeurs de billets à chaque coin de rue et qui acceptent toutes les cartes (et pas Visa ou Mastercard au choix…), les hypermarchés, les routes éclairées et bien entretenues. Par contre je me souviens avoir trouvé qu’il y avait peu de choix au cinéma en France, et surtout un choix minable dans la restauration rapide. Je précise aussi que je préfère de loin vivre à Montréal qu’à n’importe quel endroit de France.

La deuxième fois, après un long séjour en Chine, j’ai trouvé la France super propre, agréable à vivre, avec des gens aimables partout. Par contre j’ai aussi trouvé que la vie en France était super « plate », sans surprises ni découvertes au quotidien. En gros la vie en France m’a semblé simple et pas désagréable mais peu enrichissante.

Cette fois-ci, après deux ans et demi passés à Tokyo, j’ai encore eu une autre image de la France. J’ai noté quelques bons côtés mais je ne peux plus m’imaginer vivre dans ce pays. Ou alors il faudrait que je prenne ça comme un challenge avec pour objectif de changer les choses autour de moi.

Avec Akiko et Mini-Tev nous sommes restés quelques jours à Paris, on a fait un petit tour à Metz, puis on est redescendu dans le fin fond de la Creuse. Mes parents nous ont accompagnés pendant tout le voyage, le but du séjour c’était qu’ils passent du temps avec leur petit-fils.

Je ne vais pas vous faire un récit du voyage mais je vais essayer de vous décrire la vision que l’on peut avoir de la France quand on est Japonais (à travers les yeux de ma femme) ou quand on a passé beaucoup de temps au Japon. Pour ne pas écrire un roman je vais faire plusieurs articles, et à chaque fois je citerai un bon côté et un mauvais côté du pays, d’après notre expérience personnelle bien sûr et en comparant avec le Japon. Je vais aussi rajouter un « point neutre », ni bon ni mauvais, et un point surprenant (beaucoup de choses ont étonné Akiko).

Un bon point: La bouffe

C’est clairement là-dessus que je me suis fait le plus plaisir en rentrant. Le seul et unique truc que j’avais préparé avant de venir en France c’était une liste de choses que je voulais manger. Des trucs tout cons mais que l’on ne trouve pas (ou pas facilement) au Japon, ou alors avec un goût différent. Exemples: des cordons-bleus, des steak hachés 100% pur bœuf, des pommes de terre / chou-fleur à la sauce blanche, des Chipster, des Balisto aux fruits des bois etc. Finalement ce qui m’a fait le plus plaisir de remanger c’est tout bêtement le pain. J’avais commencé à m’habituer au pain du Japon qui n’est pas mauvais, mais il est encore trèèès loin d’égaler le pain français. En plus une baguette est 2,5 fois plus chère à Tokyo qu’à Paris. Même constat pour les viennoiseries. Et je me suis empiffré de pains au chocolat, de chaussons aux pommes et de lunettes à l’abricot. Ensuite j’ai été super content de pouvoir remanger des Kebab (avec des frites dedans), j’ai bien apprécié le beurre facile à tartiner (Akiko n’avait jamais vu ça) et j’ai descendu quelques litres de Yop. Il y a plein de choses qui me faisaient aussi envie au rayon confiserie des supermarchés. J’ai d’ailleurs été étonné de voir qu’il y avait pas mal de nouveautés. Les nouveaux gâteaux et bonbons ne sortent pas vite en France comparé au Japon où l’on voit un nouveau produit presque chaque jour, mais en quatre ans ça a tout de même évolué pas mal.

Akiko a bien apprécié la nourriture aussi. Elle a adoré le pain et les croissants. Par contre pour une Japonaise tout paraît gras et lourd, et à la fin du séjour elle avait l’estomac en vrac. En même temps le menu que j’avais préparé c’était tartiflette, gaufres, poulet rôti etc. On aurait pu faire plus léger.
Puisque l’on est dans la nourriture, Akiko a aussi été très surprise par la longueur des repas et du temps passé à les préparer. Elle avait un peu l’impression qu’en France, à part cuisiner et manger on ne faisait rien d’autre de la journée. ‘fin en Creuse il n’y a pas beaucoup d’autres choses à faire. Surtout avec le temps dégueulasse qu’on a eu.

Un mauvais point: Les trucs HS

Première sortie dans Paris. La première chose que l’on voit c’est un tourniquet dans le métro marqué « HS ». La seconde chose que l’on remarque c’est un ascenseur « Hors Service ». Plus loin un escalator qui ne fonctionne pas, suivi d’un distributeur automatique « En panne »… Putain! mais il n’y a rien qui marche dans cette ville?

Franchement on a halluciné sur le nombre de choses qui ne fonctionnaient pas. À croire que la maintenance en France ça consiste à coller un mot « Hors Service » sur un appareil. En plus on est resté dans les quartiers les plus touristiques de la capitale, donc je n’ose même pas imaginer comment c’est dans les quartiers dits « défavorisés ». Vraiment, en plus d’être une source de stress, ça donne tout de suite une mauvaise image du pays. À Tokyo pour comparer je ne me souviens pas avoir vu un seul ascenseur en panne, ni aucun escalator. Par contre on voit très souvent des escalators ou des portiques de métro en réparation. Ça veut dire qu’au Japon soit la maintenance est faite très régulièrement, soit les réparateurs arrivent tout de suite
(en fait c’est sûrement les deux). Bref pour un grand pays, sixième puissance mondiale, leader de l’Europe, avec une capitale qui est la ville la plus touristique du monde… ça la fout mal.

!Un point neutre: Les toilettes

Partout on fait tout un plat sur les toilettes en France qui sont horriblement dégueulasses. Bon. Comparé aux toilettes au Japon c’est effectivement dégueulasse. Mais ça pourrait être bien pire. En général les toilettes sont tout de même normalement utilisables. Je m’attendais vraiment à pire. On voit même des toilettes automatiques gratuites près des lieux touristiques et c’était une bonne surprise. Évidemment la moitié des robinets et des sèche-mains ne fonctionnent pas et on a genre une seule toilette dans un centre commercial de 500 000m² mais bon…

Un point surprenant: Les toilettes

Restons dans les toilettes. La première chose qui a surpris Akiko quand elle est arrivée en France, dès l’aéroport, c’est la hauteur des sièges de toilettes. Elle sort des toilettes avec un grand sourire et elle me dit « Tu te rends compte, quand je m’assois sur les toilettes mes pieds ne touchent pas le sol ». Après elle a compris que c’était pareil dans les transports en commun et un peu partout. Au Japon elle n’a pas ce problème.