Nintendo tu nous fais peur!
Commentaires 11

Nintendo tu nous fais peur!

Quand j’étais petit, ça fait longtemps, les enfants ne rêvaient que d’une chose: trouver une Gameboy ou une Super Nintendo sous le sapin à Noël. Je me demande si cette année la WiiU et la 2DS vont se retrouver sur la liste de cadeaux de beaucoup de monde.

Si vous avez loupé l’actu jeux vidéo des derniers jours je vous rappelle que Nintendo vient de créer la surprise en annonçant la 2DS, une version à bas prix de la 3DS qui ne se plie pas et qui ne gère pas la 3D. Si la WiiU avait reçu un accueil plutôt froid des gamers celui réservé à la 2DS est carrément glacé. Sur le net on trouve même pas mal de montages photos qui résument la pensée de beaucoup de monde, à savoir que la nouvelle console portable de Nintendo n’apporte rien de nouveau à part une forme qui inspire beaucoup de choses sauf une console de jeux dernière génération:

Normalement on devrait pourtant se réjouir de la sortie de la 2DS. Le 3DS ne disparaît pas et la 2DS n’a pas pour vocation de lui succéder. Nintendo propose simplement une alternative, une solution moins chère pour toucher plus de monde. C’est sa façon de lutter contre la baisse du pouvoir d’achat et l’explosion du jeu sur smartphone. Alors pourquoi se plaindre d’avoir plus de choix? Pourquoi se plaindre de voir Nintendo réagir?

En fait Nintendo paye pour toutes ses erreurs du passé et donne encore une fois l’impression d’ignorer les attentes des joueurs pour se concentrer sur le grand public et particulièrement les enfants. Au lieu de lutter en proposant des innovations et de nouvelles licences le fabricant veut lutter simplement par une baisse de prix en faisant du nivellement par le bas. C’est l’un des grands fléaux de ces dernières années. De plus en plus on propose du low cost au lieu d’investir pour sortir des produits meilleurs que la concurrence. On est de plus en plus avancé technologiquement et on achète des produits de moins en moins bonne qualité. Je ne dis pas que la 2DS est une mauvaise console et qu’elle ne trouvera pas son public, Nintendo a peut-être même eu une excellente idée. Mais la 2DS représente la solution de facilité.

Autre annonce de Nintendo: une baisse des prix de la WiiU. Une bonne nouvelle mais est-ce que ça suffira pour vendre la console sachant que Sony et Microsoft débarquent en force dans quelques semaines avec leurs PS4 et Xbox One? Et puis ceux qui ont acheté la console au prix fort au lancement l’année dernière et qui n’ont pas encore vu de grosses exclusivités ne vont-ils pas faire un peu la gueule? J’arrive à comprendre que Nintendo ait cherché à sortir la console de salon avant tout le monde mais le faire sans sortir un minimum de jeux c’est vraiment prendre les clients pour des cons. Et même les grosses nouveautés qui arrivent en fin d’année ou l’année prochaine ne sont que des suites de suites. Quand on s’appelle Nintendo on peut peut-être arriver à développer des jeux originaux et à les sortir plus rapidement. Surtout que sortir une console en misant en grande partie sur un gameplay original et innovateur via un nouveau type de manette et ne pas exploiter du tout le concept est une aberration.

Pour résumer Nintendo est simplement en train de reconnaître que la 3D ne servait pas à grand-chose et que la WiiU risque de se prendre une grosse claque face à ses rivales. Ils avouent qu’ils se sont plantés mais ne proposent rien pour régler le problème. J’espère sincèrement pour eux que la 2DS va bien se vendre et que les ventes de la WiiU vont décoller grâce à un nouveau Zelda ou Mario Kart 8, sinon Nintendo risque de connaître un destin à la Sega et ça serait dommage. Non?

Achat: Caméra Panasonic HX A100
Commentaires 13

Achat: Caméra Panasonic HX A100

Le mois dernier je me suis laissé tenter par la nouvelle Panasonic HX A100. Présentée comme une hybride entre la Go Pro et les Google Glass, et vendue à un prix raisonnable (j’en ai eu pour un peu plus de 200€ avec une fixation supplémentaire et une carte mémoire) je n’ai pas hésité très longtemps. Je me voyais déjà la porter tout le temps et vous faire découvrir plein d’endroits où l’on ne peut pas filmer ou prendre des photos au Japon en mode espion. Malheureusement ça ne va pas se passer comme ça.

La HX A100 est un dispositif divisé en deux parties. La caméra en elle-même peut être portée sur la tête grâce à une monture fournie, ou sur un autre support (casque, carrosserie de voiture…) à l’aide d’une fixation universelle en option. Elle est reliée par un câble à un boitier de contrôle qui permet de déclencher les photos et les vidéos, ou de passer en mode wi-fi.

Le gros avantage par rapport à la Go Pro est que la caméra de Panasonic est clairement destinée à être portée sur la tête. Elle est relativement discrète, légère, et montre avec fidélité ce que voit l’utilisateur (une Go Pro placée sur l’épaule ou en hauteur sur un casque n’offre pas un angle de vue idéal). Si on compare avec les Google Glass, pour le coup la HX A100 devient bien moins discrète et moins légère, en plus elle doit être reliée à un boîtier porté au bras et ne fonctionne pas sur commande vocale. Par contre elle a l’avantage d’une meilleure autonomie et d’une meilleure résolution vidéo (1080p contre 720p pour les Glass), elle est aussi étanche jusqu’à 1.5m de profondeur sans utiliser de caisson et résiste à la poussière.

Alors que certaines caméras pour le sport font un peu « cheap » la HX A100 ne donne pas l’impression d’être un gadget. Elle est bien finie et a l’air solide, on se dit qu’elle peut encaisser n’importe quoi. Même le câble qui serait plutôt le point faible du dispositif a l’air solide et fait pour durer. La monture pour la tête, l’attache pour le bras, et la fixation universelle en option inspirent aussi la confiance.

Une fois sur la tête la caméra est effectivement très légère et on la sent à peine, on peut bouger la tête dans tous les sens sans avoir l’impression qu’elle va se décrocher. Personnellement je me sens rapidement gêné par ce qui me serre la tête et j’ai rapidement mal aux oreilles et aux tempes. Je n’ai pas de problème avec des lunettes mais par exemple je ne supporte pas les masques à la japonaise, type masques de chirurgien. Et avec les HX A100 je retrouve malheureusement ce problème. J’ai trouvé la parade en les utilisant au-dessus d’une casquette et en modifiant l’angle du casque de quelques degrés au-dessus des oreilles régulièrement. Le casque est très modulable et s’adapte facilement à tous mais le problème est qu’à chaque fois que l’on touche le casque on risque de changer l’angle de vue de la caméra.

Le premier challenge c’est justement d’arriver à trouver le bon angle pour la caméra. Comme il n’y a pas d’écran sur le dispositif, on ne sait pas si on enregistre vraiment ce que l’on voit et surtout on ne sait pas si la caméra est bien droite. Heureusement la fonction wi-fi permet de se servir de son smartphone comme d’un écran. Cette fonction est essentielle et pour moi la caméra de Panasonic est presque inutilisable sans un smartphone, utile au minimum pour régler la caméra au départ. Comme la partie avec l’objectif est circulaire il est très difficile de savoir si la caméra est bien droite sans avoir de retour d’image. Le smartphone permet aussi de visionner et partager les photos/vidéos prises, et sert aussi de télécommande à distance pour déclencher l’appareil ce qui est plutôt sympa. Par contre établir la connexion wi-fi entre les deux appareils prend du temps et bouffe la batterie du téléphone en même temps que celle de la caméra.

Le gros problème de la HX A100 est qu’on ne peut pas la mettre sur sa tête et s’en servir tout de suite. Il faut déjà attacher la partie contrôleur sur son bras, connecter l’appareil à un smartphone pour l’ajuster, et après seulement on peut y aller. Et dès qu’on la touche on doit à nouveau vérifier que l’image est à niveau sur son smartphone. On perd de précieuses minutes à chaque fois et du coup on se rend compte qu’une utilisation quotidienne en continue est difficile. On sortira la HX A100 juste pour des moments spéciaux mais on ne l’aura jamais en permanence sur la tête.

La batterie n’est pas exceptionnelle mais promet tout de même bien plus d’autonomie que ce que nous promettent les Google Glass. On peut utiliser l’appareil une bonne demi-journée avec une prise régulière de photos et de vidéos. Les batteries se rechargent comme un smartphone et il suffit d’avoir un chargeur à piles sur soi, ou un port USB pour recharger l’appareil à l’extérieur. Avoir la possibilité de changer la batterie aurait quand même été un gros plus. Dommage aussi, il faut se connecter à son smartphone pour voir le niveau de charge restant car il n’y a pas d’indicateur sur la caméra.

À l’utilisation le dispositif est efficace. Bien réglé il capture fidèlement ce que l’on voit, et une fois que l’on a appuyé sur le bouton « enregistrer » on n’a plus à se soucier de rien. Si on n’avait pas le contrôleur sur le bras relié avec un câble on pourrait oublier que l’on est en train de filmer. Concrètement on peut filmer et photographier quasiment partout. J’ai fait des tests dans les magasins, dans le train et dans plusieurs autres endroits où il est difficile de sortir un appareil photo et personne ne m’a jamais rien dit à Tokyo. Une fois que la caméra est prête à l’utilisation c’est vraiment simple et rapide de prendre des vidéos et des photos et on est presque sûr de capturer tous les moments forts.

Là où la déception est grande c’est sur la qualité de l’image. En photo l’appareil de 3Mpx est simplement nul. La plupart des tests sur internet le jugeaient moyen mais pour moi il est quasiment inutilisable. Je me rappelle de mon premier appareil photo numérique qui tenait dans le creux de la main et avait un petit capteur de 2Mpx. C’était il y a presque 10 ans, et il faisait de belles photos. Je m’attendais à quelque chose de similaire, eh bien non, les photos sont vraiment moches même dans de bonnes conditions à l’extérieur. Si le but est de partager les photos avec des amis sur un smartphones alors ok, mais dès que l’on regarde les photos en grand c’est vraiment horrible. Quel dommage!

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Disons que cette caméra est faite pour la vidéo et pas du tout pour la photo. Mais même en mode vidéo la qualité n’est pas vraiment bonne. On est bien en-dessous de la qualité des dernières Go Pro, et c’est vraiment étonnant car Panasonic a une excellente réputation dans le domaine de l’image. Bon, les vidéos ne sont pas horribles non plus. Le système de stabilisation de l’image fonctionne très bien, le son est bon, et avec une bonne lumière on arrive à avoir quelque chose de regardable, mais on est bien en-dessous de la qualité des appareils photo compacts et c’est dommage encore une fois. J’ai fait un test dans le « Big Thunder Mountain » à Tokyo Disneyland, ça me paraît assez révélateur car ça va vite et on a des passages à l’extérieur comme à l’intérieur. Jugez par vous-mêmes (regardez en HD):

Au final je suis plutôt déçu après les premiers tests. Je n’ai pas eu l’occasion de beaucoup utiliser l’engin et il me reste peut-être des choses à découvrir pour améliorer la qualité de l’image. En tout cas le fait qu’il faille prendre plusieurs minutes pour bien préparer la caméra est très ennuyant et ne donne pas envie de s’en servir beaucoup. Ce dimanche je suis sorti en famille dans un genre de parc/ferme et je pensais me servir de la HX A100 pour capturer quelques scènes. Finalement elle est restée dans le sac toute la journée et j’ai utilisé uniquement le traditionnel compact et le smartphone. Maintenant je pense utiliser la HX A100 pour certaines occasions bien définies mais je l’oublie comme appareil de tous les jours. Pour ça je vais attendre la sortie des Google Glass.

La fibre à 2Gb/s arrive à Tokyo
Commentaires 25

La fibre à 2Gb/s arrive à Tokyo

C’est quoi votre vitesse de connexion? Non, parce que si vous êtes toujours à 2Mb/s vous pouvez maintenant vous dire qu’il y a 1 000 fois plus rapide ailleurs.

So-Net, un opérateur qui appartient à Sony, vient de lancer cette semaine la fibre optique à 2Gb/s pour le grand public sur Tokyo et six départements alentour. C’est juste le débit le plus rapide au monde proposé aux particuliers.

On parle d’un débit théorique, de 2Gb/s en voie descendante (download) et de 1Gb/s en voie montante (upload), qui est 10 à 20 fois plus rapide que les traditionnelles offres 100Mb/s ou 200Mb/s que l’on a au Japon depuis Mathusalem.

L’installation coûte environ 400€ mais ensuite le service devient très abordable avec un abonnement d’environ 40€ par mois, location du modem comprise.

Les smartphones font un tabac chez les enfants japonais
Commentaires 19

Les smartphones font un tabac chez les enfants japonais

Les smartphones sont devenus des objets indispensables du quotidien pour de nombreuses personnes. Au fil des années, c’est de plus en plus jeune que l’on possède son premier smartphone et cette tendance se vérifie au Japon et s’est même fortement accentuée en 2012.

Une étude a été réalisée à l’échelle nationale par le Bureau du gouvernement sur l’usage des téléphones portables et d’internet afin de recueillir des chiffres sur l’utilisation des téléphones portables de type smartphone chez les enfants japonais. Si pour de nombreux parents, offrir un smartphone à son enfant est devenu une chose banale, ce geste se fait de plus en plus tôt.

3000 jeunes âgés de 10 à 17 ans ont été interrogés dans le cadre de cette étude et sur les 62 % qui ont répondu il en est ressorti que :

  • 8 % des écoliers du primaire possèdent un smartphone alors qu’en 2011 il n’y en avait pas dans cette tranche d’âge
  • 25 % des collégiens ont un smartphone contre seulement 5 % en 2011
  • 56 % des lycéens ont un smartphone alors qu’il y en avait que 7 % en 2011

Ces chiffres montrent bien qu’en 2012 les smartphones sont devenu un accessoire du quotidien même chez les plus jeunes au Japon.

De votre côté, pensez-vous qu’il est bon pour les enfants de posséder un smartphone?

Envie de connaitre votre rythme cardiaque n’importe où ? C’est possible
Commentaires 8

Envie de connaitre votre rythme cardiaque n’importe où ? C’est possible

La célèbre entreprise d’électronique Fujitsu a mis au point un système capable de mesurer le pouls d’une personne grâce à un simple regard. Une invention qui pourrait être utile à de nombreuses personnes.

Ce système, intégré dans un téléphone ou une tablette, vous permet de collecter des informations utiles sur votre santé, que vous soyez chez vous, dans la rue ou sur votre lieu de travail. Vous n’avez même plus besoin de vous déplacer chez votre médecin pour connaitre votre rythme cardiaque, votre smartphone s’en charge. Comment cela fonctionne t-il ? En réalité, l’appareil mesure les variations de brillance du visage d’une personne causées par le flux sanguin. En pointant le téléphone sur le visage pendant cinq secondes, il peut mesurer le taux d’hémoglobine. Grâce à ces informations, le système, capable d’évacuer de ses calculs les mouvements de tête et autres perturbations, peut fournir une estimation précise du rythme cardiaque. Fujitsu prévoit de commercialiser cette invention dès cette année et même de l’étendre aux écrans de télévisions et aux miroirs.

Là où ceci pourrait devenir encore plus intéressant, c’est que, comme le souligne la société japonaise, le système pourrait servir dans le secteur de la sécurité, dans les lieux publics ou encore dans les aéroports. Il serait ainsi plus facile de repérer une personne malade ou suspecte.

AquaTop Display: Prendre son bain ne sera plus jamais comme avant
Commentaires 15

AquaTop Display: Prendre son bain ne sera plus jamais comme avant

Vous trouvez que prendre votre bain est ennuyeux ? Que diriez-vous de vous baigner en compagnie de méduses interactives ? Vous en avez peur? Peu importe. Pourquoi ne pas faire une petite partie de jeux alors ?

Tout ceci vous fait rêver ? Cela deviendra certainement réalité dans peu de temps. En effet, Yasushi Matoba, de l’Université d’électro-communication de Tokyo (Japon), a dévoilé une invention – dont il est co-créateur – qui est nommée AquaTop Display, pour le moins originale et surprenante. Sous les yeux ébahis des visiteurs présents lors de la démonstration, l’intéressé a plongé ses mains dans une baignoire remplie d’eau opacifiée par du sel de bain. Jusque là rien de transcendant ni de révolutionnaire vous me direz. Mais là où l’invention prend toute son importance et se dévoile c’est au moment où des boules d’énergie se sont littéralement matérialisées par une lumière orange tout autour des mains de Yasushi Matoba. D’un geste rapide et précis, il a lancé les fameuses boules d’énergie sur des sortes de petites méduses bleues virtuelles. Comme vous l’aurez compris, l’homme est en train jouer ! Mais comment ? Où est l’écran ? Il s’avère que son écran n’est autre que la surface de l’eau.

Le concept repose sur une caméra de détection des mouvements Kinect. Ainsi, le public peut du bout des doigts, déplacer des images, les agrandir ou les réduire de la même manière que sur un écran tactile. La seule différence est que ces images peuvent être effacées en plongeant les mains dans l’eau comme pour les noyer. D’après le directeur du salon où l’invention a été dévoilée, elle semblerait « quasiment directement commercialisable ». Une fort bonne nouvelle pour nous mais aussi pour Tomoya Suzuki, le créateur, qui avoue avoir pensé à ce système tout simplement parce que les Japonais aiment prendre des bains mais que les tablettes numériques ne sont pas résistantes à l’eau. Il fallait qu’il trouve une solution et visiblement c’est bien le cas.

Lorsqu’une startup française s’attaque au marché nippon
Commentaires 8

Lorsqu’une startup française s’attaque au marché nippon

Voici une info rapportée par Presse Citron. La boutique de mode 100 % mobile qui a été créée l’année dernière, Flipmylook, a remporté un fort succès. À tel point que cette jeune startup française a décidé d’élargir ses horizons jusqu’aux frontières du pays du Soleil Levant.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette application sachez qu’il s’agit d’une cabine d’essayage virtuelle grâce à laquelle vous pouvez essayer des vêtements à l’aide d’un mannequin virtuel, directement sur votre iPhone ou votre iPad. Ainsi, vous pouvez visualiser de nombreux looks très rapidement puisqu’il vous suffit simplement d’un petit « flip » pour changer de vêtements. En plus de proposer de nombreuses marques dans sa version grand public, l’application Flipmylook met en vente sa technologie à certaines autres marques. Kultes et Nunettes font partie des premiers à en avoir fait l’acquisition et soumettront donc très prochainement leur propres applications du même genre.

Grâce au succès escompté en seulement quelques mois, la startup dévoile ses plans d’exportation au Japon. En résumé, Flipmylook proposera une appli iPhone et iPad en japonais, et disposera également d’une présence dans le pays afin de reproduire le plus à l’identique possible, le modèle présent en France. Dans un premier temps, les clients japonais pourront profiter des 150 marques de vêtements français déjà disponibles. Par la suite un partenariat avec la société japonaise 111 Studio permettra à l’application de percer sur le marché B2B en vendant sa technologie à des marques locales tout comme en France. Mais ce ne sont pas les seuls espoirs pour cette société en devenir puisqu’elle cherchera également à commercialiser son application dans des magasins, sous forme de bornes iPad. Les visiteurs et clients potentiels pourront ainsi voir les vêtements en vente dans la boutique en question.

Investir le marché japonais n’est malheureusement pas chose aisée et encore moins pour une entreprise occidentale. Toutefois, les Japonais étant des adeptes des services mobiles, de mode et de jeux, Flipmylook veut croire en son futur au Japon tout simplement parce qu’une exportation là-bas ne pourra qu’accroitre son développement. L’avenir pour la startup ? Après s’être occupée du Japon, elle espère proposer son application à différents pays européens et même aux États-Unis. De plus, une version Android pourra même peut-être voir le jour.

Envie d’écouter de la musique ? Il vous suffit d’y penser
Commentaires 11

Envie d’écouter de la musique ? Il vous suffit d’y penser

Nos confrères de Live Japon ont mis en avant un article plutôt intéressant que nous vous rapportons ici. Le professeur Yasue Mitsukura, chercheuse japonaise à l’université de Keio, et ses étudiants ont mis au point un système révolutionnaire qui consiste à choisir quel genre de musique une personne a envie d’écouter simplement en y pensant. En un mot, vous pensez et votre baladeur s’exécute.

Ces spécialistes des flux neuronaux et de leur interprétation ont donc réalisé l’exploit de créer un dispositif capable de capter et de traduire les signes neuronaux. Ainsi, par déduction le système devinera si vous souhaitez écouter du rock, de la musique classique, de la pop ou tout autre style musical. Comment tout ceci pourra-t-il être mis en pratique ? En réalité les capteurs nécessaires à la bonne mise en marche sont intégrés dans un objet similaire à un casque qui lui, est relié à un lecteur de musique dans lequel sera contenu un logiciel permettant d’analyser la pensée puis de la transformer en instructions. Ce dispositif a d’ailleurs déjà été testé sur un panel de 1000 individus.

Pour le moment le type de baladeur compatible n’a pas encore été précisé mais il devrait certainement tourner sous Android ou iOS.

Pour être en mesure d’analyser la signification des signaux émis par le cerveau lorsqu’une personne pense à un style de musique en particulier, le logiciel doit tout d’abord créer une sorte de tableau de références individuelles, qui va servir à établir le lien entre un genre musical et les ondes générées par les neurones. Toutefois, chaque personne étant différente, le système peut donc différer d’une personne à l’autre, il sera donc nécessaire à chacun de le « programmer », de la même manière que les logiciels de reconnaissance vocale qui ont besoin d’un apprentissage préalable pour interpréter correctement les paroles d’un individu et donc de s’adapter à lui. L’équipe du professeur Mitsukura devra donc travailler avec des fabricants de baladeurs (et/ou smartphones) afin de réduire la taille de ces fameux capteurs et ainsi les intégrer à des casques audio vendus dans le commerce.

Pour rappel, le professeur Yasue Mitsukura et ses étudiants n’en sont pas à leur premier coup d’essai puisqu’il y a quelque temps ils avaient mis au point une technique qui permettait d’animer un avatar en temps réel d’après ses propres expressions. La jolie – et très célèbre – Hatsune Miku s’était même prêtée au jeu.

Publicité: au et Kyary Pamyu Pamyu
Commentaires 19

Publicité: au et Kyary Pamyu Pamyu

L’opérateur téléphonique japonais au a sorti LA publicité. La pub qui réunit absolument tous les ingrédients pour cartonner, faire du buzz et toucher un public super large. Je vous donne la recette:

1. L’ingrédient le plus important c’est la star qui va jouer dans le clip. Ici on prend carrément Kyary Pamyu Pamyu qui est LE phénomène au Japon ces dernières années. Elle est même pas mal connue en dehors du Japon aussi (vous l’avez vue dans Le Petit Journal sur Canal+?).

2. Le contenu. Au lieu de lui faire faire la potiche devant un fond vert sur un plateau, on organise un concert privé devant 1 500 personnes. C’est tout de suite plus classe!

3. Le petit plus. Parmi les titres qu’elle interprète on lui demande de chanter en exclusivité son prochain single. C’est le passage qu’on retiendra dans le clip publicitaire.

4. Le petit plus (2). On fait le concert le jour de ses 20 ans, et à la fin elle souffle ses bougies d’anniversaire sur un smartphone. Impossible de faire plus unique!

5. Le décor. Là il faut mettre le paquet. On monte la scène en haut des marches devant un temple bouddhiste. Tant qu’à faire on va au temple Zojo-ji qui est devant la Tour de Tokyo, ça nous fera un beau décor de fond.

6. La mise en avant du produit. Faire souffler les bougies d’anniversaire de Kyary Pamyu Pamyu sur un smartphone c’est bien, mais on peut trouver bien mieux pour montrer que les smartphones au sont super-géniaux. Ici ce qu’on peut faire c’est développer une appli qui permettra au public d’interagir sur l’environnement et de contrôler tout ce qu’il y a autour du concert. Ils pourront allumer des lumières, faire bouger des voitures, faire jaillir l’eau des fontaines, et en se mettant tous ensemble ils pourront même éteindre la Tour de Tokyo!

7. Il ne reste plus qu’à prier pour qu’il fasse beau le soir du concert sinon on est mal.

Et il a fait beau le 29 janvier dernier:

Ninja ri Bang Bang, le 5e single de Kyary Pamyu Pamyu, sortira dans 3 jours, le 20 mars.

Japan Red – Super Komachi
Commentaires 13

Japan Red – Super Komachi

Aujourd’hui un nouveau Shinkansen débarque au Japon, le « Super Komachi » ou « Japan Red » comme il est surnommé sur les nombreuses affiches publicitaires placardées dans les gares. Le Super Komachi va desservir le nord du pays, au départ de Tokyo et jusqu’à Akita. Il sera le Shinkansen le plus rapide du Japon avec une vitesse de pointe de 320km/h. Sa couleur rouge et sa forme évoquent un démon Namahage, l’un des symboles de la préfecture d’Akita que l’on peut rencontrer chaque année lors d’un festival local.

Le Japon est très actif dans le remplacement de ses trains et de nouveaux modèles sont mis en service régulièrement. Il y a à peine deux ans le Shinkansen Hayabusa qui dessert lui aussi le nord était inauguré, et ce train à grande vitesse de 5e génération (E5) se voit maintenant accompagné du Japan Red qui marque l’arrivée de la série E6 et remplacera petit à petit les Komachi de série E3. Étant tous deux moins hauts et moins larges que leurs prédécesseurs ils sont considérés comme des mini-Shinkansen car leur taille a été adaptée aux voies plus étroites du nord du pays.

Question design le Super Komachi en jette avec son rouge vif et son nez rallongé de 7 mètres pour diminuer le bruit lors de l’entrée dans les tunnels. Que l’on aime ou non sa forme et ses couleurs il ne laisse personne indifférent et les passagers sont sûrs d’attirer de nombreux regards sur leur passage.

Photos: http://rail.hobidas.com/