Kita-Koiwa Omikoshi
Commentaires 1

Kita-Koiwa Omikoshi

Hier j’ai assisté à un matsuri (festival japonais) dont personne n’a certainement jamais entendu parlé: le matsuri de Kita-Koiwa. Il s’agissait d’un matsuri de type omikoshi. C’est un genre de festival extrêmement répandu au Japon que presque chaque quartier organise tous les deux ou trois ans. Les habitants s’habillent en habits folkloriques et transportent un petit temple à travers leur quartier en faisant le plus de bruit possible. C’est la façon traditionnelle de remercier les dieux pour la récolte.

Les plus grands omikoshi attirent les foules, le sanja matsuri d’Asakusa par exemple rassemble chaque année environ 2 millions de personnes. Celui de Kita-Koiwa est un tout petit peu moins connu et hier on était grosso-modo 150 à 200 participants. C’était la première fois que j’assistais à un si petit festival et j’ai adoré. Pourquoi? Parce que c’était vraiment une fête de quartier où tout le monde se parle, boit, mange et chante ensemble. C’était quasiment une fête privée, il n’y avait que des participants et aucun spectateur.

Les festivals de quartier de ce type attirent de moins en moins de monde malheureusement. Le dimanche les jeunes préfèrent souvent jouer au Baseball par exemple. Or pour porter le temple il faut quand même pas loin d’une centaine de personnes qui se relais. Pour regrouper plus de personnes les quartiers forment alors avec les autres quartiers voisins ce que l’on pourrait appeler des alliances qui peuvent se résumer ainsi: « Si tu m’aides à porter mon temple, je t’aiderai à porter le tien ». Hier en plus des habitants de Kita-Koiwa 4 ou 5 quartiers avaient envoyés une dizaine de personnes pour aider. Avec ma belle-famille on faisait partie d’un de ces groupes. Et dans deux semaines les habitants de Kita-Koiwa viendront au matsuri qu’on organise.

Le omikoshi a duré toute la journée du matin jusqu’au soir et il faisait une chaleur à assommer un buffle. Heureusement toute les demi-heures on faisait une pose et on nous servait des boissons, fruits et légumes à volonté. À midi et le soir on a également eu le droit à un grand pic-nic au temple shinto d’où part le cortège avec brochettes et onigiri en abondance. Chaque famille qui participe au festival donne une enveloppe au temple shinto pour aider à la préparation du matsuri. Hier les plus gros dons étaient de ¥50’000 (450€) et la majorité des autres dons étaient de ¥10’000 ou ¥5’000. Grâce à ça tout le monde peut manger et boire toute la journée. En remerciement pour la participation au matsuri on reçoit aussi de petits cadeaux (alcool, riz etc.) à ramener chez soi.

Ce que j’ai retenu de la journée c’est la bonne humeur. Je vous laisse découvrir avec quelques photos.

Komike 79 – Cosplay
Commentaires 7

Komike 79 – Cosplay

komike_79_cosplay

L’un des points fort du Komike c’est le Cosplay et particulièrement les deux zones réservées aux cosplayers dans lesquelles on peut prendre des photos librement. Pour cette 79 édition les cosplayers étaient de nouveau très nombreux et les personnages très diversifiés. Coup de chance pour les coplayers en tenu légère malgré l’hiver, il faisait beau pour cette première journée. La seconde journée a été bien plus fraîche et beaucoup ont du souffrir du froid.

Comme toujours les cosplays les plus populaires auprès des photographes étaient ceux des filles légèrement vêtues qui étaient un peu moins présentes qu’en été mais assez nombreuses tout de même. Les hommes déguisés en fille étaient eux aussi assez nombreux, comme d’habitude.

Le soir du tremblement de terre (2)
Commentaires 1

Le soir du tremblement de terre (2)

tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Avant de me lancer dans les rues de Tokyo j'essaye de ma procurer une carte de la ville dans un combini mais naturellement elles ont toutes été vendues. Plusieurs personnes achètent des tas de nouilles instantanées comme s'ils envisageaient la fin du monde.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Personne n'a l'habitude de se déplacer à pied sur de longues distances à Tokyo et on voit des gens chercher leur chemin devant chaque plan de quartier.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Oubliez les plans. À l'heure du numérique tout le monde a le nez collé à son iPhone. Merci Google Map!
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Premiers dégâts rencontrés après 30 minutes de marche. Juste des tuiles cassées. L'endroit a déjà été signalé par des plots.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Un peu plus loin ce restaurant a vu l'une de ses grande vitres voler en éclats. Déjà une dizaine d'ouvriers ont sécurisé le bâtiment.
Les Gangs de Rockers à Harajuku
Commentaires 20

Les Gangs de Rockers à Harajuku

Aujourd’hui nous sommes dimanche, et le dimanche si vous passez à Harajuku, devant l’entrée du parc Yoyogi, vous pouvez apercevoir d’étranges personnes qui semblent tout droit arrivées des années 50 dans une machine à voyager dans le temps. Il s’agit des gangs de rockers. Banane et cheveux gominés, tatouages, lunettes noires, peigne dans la poche arrière, ces rockers du dimanche ne laissent aucun détail au hasard. Certains arrivent même en décapotable américaine des années 60.

Musique à fond ils dansent le Rock’n Roll devant les passants intrigués et assurent le spectacle en fumant des cigarettes et en buvant de la bière, deux choses normalement interdites dans les rues japonaises.

Deux gangs se retrouvent chaque week-end. Les Levels qui portent des couleurs noires, et les Strangers qui s’habillent en jeans bleu et occupent l’espace principal. Difficile de savoir quelle est la relation entre les deux groupes. Il paraît qu’il y a parfois des bagarres entres eux mais en général ils ont plutôt l’air de s’ignorer ou même au contraire de bien s’entendre, j’en ai vu certaines s’échanger se balancer des bières. Un troisième petit groupe est généralement dans les environs mais celui-ci on aura du mal à le qualifier de « gang » puisqu’il est composé essentiellement de femmes d’âge mûr qui dansent le twist gentiment.

strangers harajuku
Le leader des Stangers ?
Levels Harajuku
Une jeune recrue des Levels
twist harajuku
Moi aussi je rock à fond, non?

icon Toutes les photos ici

Malgré leur look de dur et leurs tatouages de yakuza les rockers font plus souvent sourire qu’autre chose. Comme dans les dramas japonais ils ont tendance à surjouer leur personnage jusqu’à se rendre presque ridicule par moment. C’est surtout le cas pour le leader des Strangers qui boit de la bière puis la recrache aussitôt toutes les 30 secondes, et qui fait toujours les mêmes gestes. Clairement son but et de se montrer en spectacle plus que de simplement se réunir entre potes pour bouger sur de la bonne musique.

This is Now! Tokyo
Commentaires 21

This is Now! Tokyo

Il y a des personnes qui ont des idées brillantes. Parmi celles-là on trouve les gars à l’origine de This is Now! L’idée est simple: reprendre toutes les photos postées par les utilisateurs d’Instagram dans une ville donnée, grâce à la géolocalisation. En un instant vous pouvez voir en images, et quasiment en temps réel, ce qui se passe à l’autre bout du monde depuis le smartphone de Monsieur et Madame Tout-le-monde.

Vous pouvez voir les photos de Tokyo mais aussi de plusieurs autres villes dans le monde dont Paris, New York, Tel Aviv et plusieurs autres.

Japon: ce qui a changé en 10 ans
Commentaires 37

Japon: ce qui a changé en 10 ans

Ça fait déjà plus de 10 ans que je suis venu au Japon pour la première fois. J’ai fait mes premiers pas au Japon à Shinjuku, en plein milieu de Tokyo. Je me rappelle en sortant de la voiture d’avoir levé les yeux pour découvrir les grands immeubles modernes, puis les avoir baissés pour constater la propreté des rues. J’ai ensuite vu les enseignes colorées et je me suis me suis ruiné les oreilles à cause des vendeurs qui criaient au porte-voix « Irashaimaseeeee !!! » devant tous les magasins. C’était un autre monde. Passé ce premier contact j’ai découvert les looks extrêmes à Harajuku, les boutiques d’Akihabara et tout le reste. J’en prenais plein les yeux et je me suis régalé du moindre détail durant trois mois.

Ma première image du Japon, en avril 2004

10 ans plus tard le Japon et Tokyo ne sont pas si différents. Il y a 10 ans le Japon était déjà à la pointe de la modernité et il n’y avait déjà plus de place pour des changements extrêmes. Ça n’est pas comme en Chine où l’on voit les villes changer du tout au tout presque d’une année sur l’autre. Malheureusement je dirais même que Tokyo a perdu un peu de son intérêt. Ça n’est pas devenu moins bien et je pense que les personnes qui découvrent la capitale pour la première fois se régalent tout autant que moi lors de mon premier séjour. Mais on remarque d’un côté que le Japon a perdu son avance sur certaines choses, et de l’autre que Tokyo s’est « lissée » ou épurée. Quand je regarde en arrière je remarque malheureusement plus de choses qui ont changé dans le mauvais sens que dans le bon.

La technologie

C’est l’une des premières choses qui viennent à l’esprit quand on pense au Japon. Le Japon c’est le pays de la technologie et il reste leader dans de nombreux domaines High-tech. Les produits destinés au grand public ont toutefois été largement rattrapés par la concurrence coréenne, chinoise ou américaine. Pas en terme de qualité et de fiabilité mais en popularité, et ça grâce à plus d’innovation (Apple il y a quelques années), des prix plus bas (hp, LG, Asus, Acer…) et une bien meilleure maîtrise de leur image (Apple, Samsung).

Il y a 10 ans, en arrivant à Tokyo, je découvrais les superbes « keitai » japonais. Des téléphones qui permettaient de regarder la télé, de surfer sur le net, de payer ses achats, de prendre des photos, d’emprunter les transports en commun et tout ça sur un grand écran. Et ils coûtaient 1 yen (un centime d’euro) avec un abonnement d’un an ! À l’époque, dans le reste de monde on avait des Nokia dont les dernières innovations étaient la radio et l’écran couleur, et pour beaucoup plus cher… Tous ceux qui connaissaient voulaient un téléphone japonais mais ils ne fonctionnaient qu’au Japon. Et puis Apple a sorti son iPhone…

En 2004, les meilleurs téléphones étaient japonais.

Aujourd’hui on ne voit plus que des smartphones et la grande majorité sont des iPhone. Et même si les Japonais sont revenus dans la course, et de belle manière grâce à Sony, il n’y a plus de domination japonaise, tous les smartphones se ressemblent plus ou moins.

Avec l’arrivée des smartphones on remarque un autre changement. Il y a 10 ans je voyais dans le train plein de gens lire des mangas. La moitié était sur son téléphone et l’autre moitié soit lisait des mangas soit jouait sur console portable. Aujourd’hui tout le monde a le nez collé à son smartphone. Étant donné qu’il sert aussi à jouer et à lire des mangas…

Les magasins d’électronique japonais sont toujours aussi impressionnants qu’il y a 10 ans. Mais là encore on voit du changement. Il y a 10 ans on pouvait tester au Japon les consoles de Nintendo et les Playstation en avant-première. Pareil pour les ordinateurs. Aujourd’hui les consoles, PC, tablettes et smartphones sortent à peu près en même temps partout dans le monde. Le Japon voit même les produits japonais arriver chez lui après l’Europe et les US maintenant. Pas cool. Quant aux PC japonais, alors qu’il y a avait des centaines de modèles auparavant, et presque pas de marques étrangères, la situation s’est complètement inversée. J’essaye d’acheter des produits japonais au maximum pour la qualité et le service après-vente mais dans l’informatique ça devient presque impossible. PC, écrans, imprimantes… il n’y a presque plus que du matériel américain, coréen ou chinois. Et les produits japonais, quand il y en a, sont vraiment chers.

Trop content de pouvoir dire à tout le monde que j'ai joué à la PSP et à la DS avant leur sortie.

Quant à internet, lors de mon premier voyage j’ai découvert la fibre optique 100Mb, alors qu’à Montréal j’étais content d’être passé à une connexion de 6Mb et qu’en France c’était déjà très bien d’avoir 2Mb Aujourd’hui le Japon reste clairement en avance, on peut avoir du 2Gb chez les particuliers depuis 2013, mais le gap n’est plus aussi net. La majorité des foyers ne voit pas l’intérêt de passer au-dessus du 100Mb ou 200Mb standard. Pareil pour la 4G, ça fait un bout de temps que c’est le standard au Japon mais on ne voit pas arriver la suite et le Japon risque de perdre son avance.

Il y a 10 ans c’était aussi la mode du Aibo, le petit robot-chien (ou chien-robot?) de compagnie. On avait l’impression de rentrer dans l’ère de la robotique, d’être à un tournant crucial. Et puis en fait ça n’avance pas si vite. Le Japon des robots ça n’est que dans les reportages à la télé ou les mangas.

Les Aibo au Sony Building de Ginza en 2004, abandonnés par Sony en 2006 et vendus aujourd'hui plus de 15 000 euros sur le net.

Il y a tout de même des choses qui ont évolué dans le bon sens. Je pense à la carte Suica/Pasmo qui permet de voyager sur l’ensemble du réseau de train/métro/bus du Japon et qui s’utilise même dans les taxis, pour faire les courses, pour acheter des boissons aux distributeurs et pour d’autres choses encore. Ça facilite bien la vie, surtout pour le transport. Il y a 10 ans je vous passe les détails mais c’était galère de prendre le train.

Shinjuku-Odaiba en 2004: 3 lignes de trains sur 3 compagnies différentes -> la carte Suica plus 2 tickets.

Tokyo

Tokyo est une ville qui change vite. On ne voit pas de gros travaux qui modifient le paysage urbain comme de nouvelles lignes de métro et de nouveaux gratte-ciel mais les magasins changent constamment et de nouveaux centre commerciaux ouvrent régulièrement un peu partout. On a beau connaître un quartier il y a toujours de nouveaux magasins à découvrir ou au contraire des enseignes qui ont disparu. J’aime beaucoup voir que la ville évolue. Il y a 10 ans la plupart des plus grands magasins et centre commerciaux de la ville n’existaient pas encore.

Shinjuku est le quartier qui a le plus changé avec la construction du gratte-ciel Mode Gakuen Cocoon Tower qui change totalement le quartier des affaires, et aussi l’immense LABI (magasin d’électronique) qui améliore pas mal le côté Est du quartier.

Shibuya a connu quelques changements avec notamment une nouvelle tour imposante mais je trouve que le quartier a perdu un peu de son charme au niveau du célèbre « Shibuya Crossing ». Il y a 10 ans il y avait bien plus d’écrans géants, c’était presque aussi bien que Times Square, mais plusieurs ont été remplacés par de la publicité statique. C’est nettement moins bien.

Shibuya en 2004, le film Troie sort au Japon le même mois que le reste du monde, un exploit qui vaut bien 4 affiches géantes au même endroit.

Harajuku est pour moi le quartier qui a perdu le plus de son charme. Ça reste très intéressant à découvrir et ne pas y aller serait une grave erreur. Mais deux choses me manquent. Les gothiques lolitas et autres jeunes aux styles délirants ne se regroupent plus près de la gare. Et les mini-concerts sauvages partout dans le parc Yoyogi et ses abords qui avaient lieu tous les week-ends quand il faisait beau ont été interdits. Pour moi c’est une grosse erreur de la ville qui devrait plutôt essayer de préserver ce genre d’initiatives. C’était vraiment super de voir des jeunes s’exprimer vestimentairement ou musicalement.

Akihabara a aussi bien évolué. Dans le bon sens comme dans le mauvais. À l’époque le quartier était majoritairement consacré à l’informatique, à l’électronique et aux jeux vidéo. Aujourd’hui c’est devenu le quartier des hobbies. On y voit beaucoup plus de figurines et de goodies en rapport avec les mangas par exemple. Les « maid-café like » se sont aussi multipliés, tout comme les énormes magasins d’électronique. Le Yodobashi Akiba est le plus bel exemple de ces évolutions, le plus gros magasin d’électronique au monde mais avec tout un étage consacré aux hobbies. Ce qui est dommage c’est que les petites boutiques disparaissent au profit des gros immeubles, et ça n’est pas un plus à mon avis. Les petites boutiques sont très intéressantes à découvrir, on peut y trouver des trésors et faire de super affaires. Et encore une fois la ville devrait préserver ce quartier en interdisant l’ouverture de tout ces p*tain de magasins de vêtements ou de déco qui n’ont rien à faire ici.

Je signale rapidement Asakusa. Ce quartier n’a pas changé d’un poil durant la dernière décennie à part que l’impressionnante Tokyo Sky Tree s’est imposée dans le décor de fond. Et je note la disparition d’un magasin très spécial dans lequel on pouvait manger et acheter plein de produits à base de baleine.

L’ouverture sur le monde

Le Japon est une île, et une île qui cherche à préserver sa culture et son confort de vie. Du coup le pays est assez hermétique à l’entrée de la culture extérieure. On voit ça très bien avec le cinéma hollywoodien ou les séries américaines qui arrivent au Japon au compte-gouttes et longtemps après le reste du monde. Les blockbusters de l’été sortent au mieux en septembre et les séries us arrivent des années après quand elles arrivent un jour. N’essayez pas d’entamer une conversation sur Game of Thrones au Japon, du moins pas avec un Japonais. Quand on demande à un Japonais ce qu’il aime comme séries américaines la réponse classique est « 24 » (non, pas Live Another Day, la dernière saison il n’en a pas encore entendu parler), Lost et Prison Break. C’est frais tout ça. Mais ça bouge un peu quand même. Déjà avec l’iPhone mais aussi avec la percée de la K-Pop et la popularité grandissante du foot. Et surtout on voit beaucoup plus de touristes au Japon qu’il y a 10 ans, l’année 2013 a d’ailleurs battu tous les records de visiteurs en dépassant la barre des 10 millions d’entrées. Et ça ne va qu’augmenter.

La vie au Japon

Je ne trouve pas de changement marquant à la vie au Japon. Il y a une étonnante stabilité dans le pays, du moins en apparence. Par exemple il n’y a pas d’inflation et les prix ne bougent pas. Mon loyer a même baissé automatiquement l’année dernière. Il y a bien eu une hausse de la TVA de 3% cette année pour contrer les effets de la crise, ainsi qu’une taxe de 2,1% sur les revenus pour la reconstruction après le tremblement de terre, mais ça ne se sent pas tant que ça en comparaison aux mesures prises partout dans le monde. Ça fait quand même un peu mal quand on achète une voiture et qu’on fait construire une maison comme moi en ce moment, mais ça n’est pas vraiment notable au quotidien. Malgré la crise, le gouvernement n’a pas mis la pression ni sur les ménages ni sur les entreprises et même si on voit bien que les entreprises embauchent moins et que les Japonais sortent moins entre collègues dans les bars le soir, le changement n’est pas énorme.

Les 10 prochaines années

Je pense que les 10 prochaines années vont être assez excitantes au Japon, et ce pour plusieurs raisons. Le Japon commence à comprendre que pour être compétitif à l’étranger il ne faut pas juste faire des produits de qualité mais aussi et surtout soigner sa communication, innover et prêter plus d’attention à ce que veut le consommateur. Toyota, Sony mais aussi Uniqlo sont de bons exemples de ce qu’il faut faire en ce moment. De plus le Japon reste leader mondial dans des secteurs qui devraient exploser d’ici quelques années comme la robotique et la domotique. Sans compter que la culture populaire japonaise continue à gagner du terrain dans le monde entier grâce aux mangas et aux animés notamment mais aussi par la nourriture, la mode, la musique, les jeux vidéos etc.

Et puis en 2020 arrivent les Jeux Olympiques de Tokyo. Le pays va accélérer son développement pour montrer au reste du monde ce dont il est capable. On va voir Tokyo se moderniser encore plus et les changements intéressants devraient s’enchaîner. Enfin j’espère.

À L'époque on avait beaucoup plus de mouchoirs gratuits dans les rues
RIP les 99 Shop avec leur musique d'ambiance "kyu... kyu kyu... kyu kyu... kyu kyu kyu
RIP le Snoopy Town de Harajuku
RIP le Muscle Theatre de Yokohama
Je me disais dans la tête "Un jour il sera mien, oh oui un jour il sera mien". Et puis en fait non.
Mes premiers achats au Japon. Un yukata que je n'ai jamais mis, des moules à oeufs qui m'ont servi une fois, un écran avec prise allume-cigare pour transformer son Game Cuge en console nomade qui m'a servi deux fois, une imprimante photo que j'ai allumée deux ou trois fois, des mangas en japonais que je n'ai jamais lus, mais une montre qui a fait le tour du monde avec moi durant des années.

Bonus: Tev en 2004, An-2 avant la barbe.


Voir aussi

icon Le Japon d’aujourd’hui sur l’Instagram Ici Japon

icon 10 ans d’aventure

Photo du jour: Parkings à étages
Commentaires 14

Photo du jour: Parkings à étages

Au Japon, surtout à Tokyo, on manque de place. Et la solution pour « ranger » toutes les voitures c’est souvent la parking à étage. Tout est automatisé. On gare sa voiture normalement et elle se range toute seule. Chaque place est numérotée et il suffit de taper le numéro de sa place de parking sur une console pour que le mechanime descende la voiture automatiquement. Beaucoup de ces parking sont assez petits, certains particuliers en ont même un chez eux pour garer leurs deux voitures l’une au dessus de l’autre. Certains ont très impossants comme celui en photo ci dessous.

parking-etages-japon

Dans le même genre il existe aussi les parkings à étages pour vélos:

parking-velos-etages

Photo du jour: Après le Typhon
Commentaires 19

Photo du jour: Après le Typhon

Vous l’avez peut-être vu aux infos c’est la période des typhons au Japon. En fait il y a deux périodes des typhons, avant et après l’été. Cette année j’en ai vu 3 ou 4. Le premier a pourri mes vacances à Okinawa en juin, et le dernier a balayé Tokyo hier.

Si vous suivez les informations vous avez sûrement vu les images d’un autre typhon au début du mois qui a fait plusieurs morts et causé beaucoup de dégâts dans certaines parties du Japon. À Tokyo on n’a pas les rivières en crue qui passent devant la porte ni le toit des maisons qui s’envole mais tout de même pas mal de pluie et de vent. Assez pour que les trains arrêtent de circuler et pour perturber le trafic aérien.

Hier j’ai regardé par la fenêtre de mon salon et en moins de 5 minutes j’ai vu deux personnes tomber de vélo et une troisième, toujours en vélo, se faire stopper net par une rafale qui lui est venue de face. On aurait dit qu’elle venait de s’enfoncer dans les sables mouvants. Je suis sorti de chez moi à deux reprises au plus fort du cyclone et c’est vrai que par moment c’était du sport d’avancer dans la rue. D’ailleurs j’en ai trouvé un de sympa de sport. En vélo il suffit de déplier son parapluie et pour peu que le vent soit dans le bon sens on peut se déplacer sans pédaler, entraîné par le vent. Sans les trombes d’eau et le parapluie qui se retourne toutes les deux minutes ça peut être amusant.

Mais ce que j’aime bien c’est l’après-typhon. Le matin je pars au boulot très tôt, quand il n’y a encore personne dans les rues et que les éboueurs ne sont pas encore passés. Du coup je peux observer tranquillement la ville telle qu’elle a été chamboulée par le vent. On ne voit pas de choses spectaculaires comme des arbres arrachés, enfin si mais juste aux infos, mais c’est amusant de voir tous les vélos restés dehors couchés sur le sol comme des dominos, les poubelles éparpillées un peu partout, et surtout voir le nombre de cadavres de parapluies.

typhon-japon

typhon-japon

Photo du jour: Mascotte de la Tokyo Sky Tree
Commentaires 43

Photo du jour: Mascotte de la Tokyo Sky Tree

Les Japonais ont des mascottes pour tout. En ce moment c’est la mascotte de la Tokyo Sky Tree que l’on voit partout, car la tour ouvre au public à partir du mois prochain. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais perso, je n’ai jamais vu une mascotte aussi moche.