Les lanternes japonaises (Ishi Doro) furent introduites au Japon à l’époque de Nara. Elles provenaient de Chine où elles étaient largement utilisées. Leur but initial était d’éclairer les fidèles des temples et des sanctuaires lors des cérémonies religieuses nocturnes. Mais à côté de cet aspect strictement utilitaire, on les disposait également aux endroits importants, afin de symboliser la présence divine dans l’enceinte du temple.
Ces lanternes furent d’abord réalisées en métal avec un piédestal en pierre puis l’utilisation de la pierre s’imposa dans les temples japonais. Hautes de 2 mètres à 2 mètres 50 en général, elles pouvaient atteindre 5 mètres ou plus dans les plus grands sanctuaires du Japon.
Les plus connues sont les lanternes avec piédestal qui de nos jours ont un but décoratif.
On les trouve principalement dans les jardin de thé, le jardin cour et le jardin promenade et elles sont placées prés d’un point d’eau ou sur une pierre plate.

Au cœur d’un site boisé, l’allée qui mène au Grand sanctuaire shintô Kasuga Taisha est flanquée des deux côtés d’une enfilade de lanternes de pierre (Ishidôro). Le contraste formé par ce sanctuaire vermillon se détachant sur la verdure de la forêt environnante est d’un effet saisissant.

Au temple Kasuga, il y a dix mille lanternes, dont trois mille en pierre. Chacune a été offerte par de simples gens en témoignage de leur foi. Ces lanternes sont allumées deux fois par an à l’occasion de cérémonies (début février et mi-août).

Sources

  • http://www.nihon-zen.ch
  • http://www.trek-japon.com

Auteur: ooka

3 Réponse à “Les lanternes japonaises”

  1. Artémis dit :

    je trouve ça super esthetique ! ça fais chic, raffiné, elegant, posé … japonais quoi ! 😉

  2. Rinu-Chan dit :

    Ouaip traditionnel et pratique 🙂

  3. Touret dit :

    Quels sont les différentes lanternes existantes et leur utilisation et orientations ?

Laisser un message