Spécial Tremblement de Terre
Commentaires 111

Spécial Tremblement de Terre

Les prochains jours il va être difficile de parler d’autre chose que du tremblement de terre sur Ici Japon. Voici une liste des articles publiés sur le blog ainsi que quelques chiffres clés (lisez les commentaires pour avoir les dernières infos):

seisme-japon-2011

Magnitude du tremblement de terre

9.0 – Le plus fort jamais enregistré au Japon, sans équivalent depuis 1900

Zones touchées

Toutes les côtes du Japon du nord au sud sans exception. La côté Est et le nord sont les plus touchés avec des tsunamis de parfois plus de 10m de haut.

Bilan provisoire des victimes

Le 27 mars: aumoins 27 000 morts et disparus (10 400 morts confirmées)

Centrale nucléaire de Fukushima

L’accident est classé au niveau 6 sur l’échelle de gravité internationale qui en compte 7.

Sur Ici Japon

17.03.2012 – Kit de survie spécial séisme

11.03.2012 – Un an après le tremblement de terre – Les toilettes

01.01.2012 – 1er janvier – 1er tremblement de terre de l’année

17.11.2011 – Onagawa – Projet fou 5: Tokyo II

02.08.2011 – Onagawa – 142 jours après le tsunami

01.08.2011 – Ishinomaki – 142 jours après le séisme

06.05.2011 – Rapide comme l’éclair

11.04.2011 – Un mois après le tremblement de terre

03.04.2011 – Une vidéo qui explique Fukushima aux enfants

30.03.2011 – Peut-on de nouveau voyager au Japon?

29.03.2011 – Tout le monde n’aime pas le Japon

27.03.2011 – Photos: Pendant ce temps là à Tokyo on fait du shopping

27.03.2011 – Les bons côtés du séisme pour le Japon

25.03.2011 – Posters: Économisez l’électricité et sauvez des gens

25.03.2011 – Le retour des étrangers à Tokyo (?)

25.03.2011 – Comment on économise l’électricité à Tokyo

24.03.2011 – Les japonais n’aiment pas la Volvic (?)

23.03.2011 – Séisme – Les choses dont je vais me rappeler

23.03.2011 – La vie ne s’arrête pas à Akihabara

22.03.2011 – Le soutien des cosplayers au Japon

21.03.2011 – Dernier problème à Tokyo: L’essence

19.03.2011 – Impact du séisme sur Ici Japon

19.03.2011 – Jour 8 après le tremblement de terre

18.03.2011 – Le séisme vu de France et du Japon

18.03.2011 – Jour 7 après le tremblement de terre

17.03.2011 – Jour 6 après le tremblement de terre

17.03.2011 – Le Japon vous fait-il peur?

16.03.2011 – Tev, est-ce que tu vas rester à Tokyo?

16.03.2011 – Rationnement dans les supermarchés japonais

16.03.2011 – Jour 5 après le tremblement de terre (midi)

15.03.2011 – Jour 4 après le tremblement de terre

14.03.2011 – Jour 3 après le tremblement de terre

13.03.2011 – Jour 2 après le tremblement de terre (soir)

13.03.2011 – Mobilisation générale du Japon pour aider les victimes

13.03.2011 – Tout le monde fait des provisions

13.03.2011 – Jour 2 après le tremblement de terre (midi)

13.03.2011 – Problème de réapprovisionnement dans les combini

12.03.2011 – Jour 1 après le tremblement de terre

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (5)

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (4)

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (3)

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (2)

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (1)

12.03.2011 – Les minutes après le tremblement de terre

12.03.2011 – Vidéos et récit du tremblement de terre

11.03.2011 – Premières impressions après le tremblement de terre

09-03-2011 – Tremblement de terre et prévention

05-02-2011 – Tokyo: dans l’attente DU tremblement de terre

Rationnement dans les supermarchés japonais
Commentaires 6

Rationnement dans les supermarchés japonais

Malgré le titre cette nouvelle est plutôt rassurante. Ce matin je suis allé faire des courses dans un supermarché de mon quartier, à Tokyo, et j’ai pu acheté tout ce dont j’avais besoin. Même si les rayons n’étaient pas plein on trouvait pour la première fois en 3 jours de l’eau en bouteille, des oeufs et des nouilles instantanées. La raison est la mise en place d’une politique de rationnement des supermarchés. Chaque personne ne peut acheter que deux bouteilles d’eau ou thé, une douzaine d’oeufs, est 9 rations de riz « micro-onde ». Il y avait aussi du pain et des bentos à volonté. L’eau et les nouilles instantanées étaient en rayon mais en très faible quantité. Les gens sont très nombreux dans les supermarchés, peut-être 5 à 10 fois plus nombreux qu’un jour de travail habituel. Pour autant les gens n’achètent pas de grosses quantité et 9 clients sur 10 resortent avec des paniers à moitié vide. Notez aussi que les prix n’ont augmenté nul part à Tokyo à ma connaissance et il y a même des promotions dans les supermarchés. Pour changer des images de rayons vides qui circulent sur le net en ce moment je vais vous montrer les rayons qui sont pleins .

seisme-supermarche-japon-2011
Rayon fruits et légumes plein à craquer

seisme-supermarche-japon-2011
Salades et bento à volonté
seisme-supermarche-japon-2011
Pas de problème pour trouver du pain frais
seisme-supermarche-japon-2011
Plus d'eau mais de la bière en veux-tu en voilà!
seisme-supermarche-japon-2011
Le poisson frais et les sashimi ne manquent pas non plus
seisme-supermarche-japon-2011
Assez de "riz micro-onde" pour tout le monde mais achats limités à 3 pack par personne.
seisme-supermarche-japon-2011
Exceptionnellement la queue aux caisses pouvait faire jusqu'à près de 10minutes (c'est rare au Japon). Remarquez les paniers à moitié vide de gens pas très inquiets de manquer.
seisme-supermarche-japon-2011
Mon panier était l'un des seuls à être plein. Plein de chocolats et bonbons pour la boutique du site...

Special Thanks à Franck B. qui m’a envoyé deux nouveaux logos pour les photos du site dont un spécial tremblement de terre.

Pendant ce temps là à Tokyo on fait du shopping
Commentaires 14

Pendant ce temps là à Tokyo on fait du shopping

Pour les derniers septiques qui pensent toujours que Tokyo est une ville morte, déserté de sa population, sans électricité, avec des magasins fermés, et où une vie normale est devenue impossible, voici quelques photos prisent ce dimanche dans les quartiers de divertissement et de shopping de la capitale. Je pense que les images parlent d’elle même et que je n’ai pas besoin de montrer des photos d’un dimanche ordinaire avant le séisme pour comparer.

seisme-japon-shinjuku
Shinjuku
seisme-japon-shibuya
Shibuya
seisme-japon-akihabara
Akihabara
seisme-japon-harajuku
Harajuku
seisme-japon-omotesando
Omotesando
Les minutes après le tremblement de terre
Commentaires 7

Les minutes après le tremblement de terre

Après la première secousse mon premier geste a été d’ouvrir mon téléphone portable. Je me doutais qu’il serait difficile de l’utiliser mais j’ai essayé quand même de contacter ma femme. Évidemment impossible de la contacter. Durant les grands rassemblements à Tokyo comme les feux d’artifice jusqu’à 200 000 personnes peuvent se déplacer et téléphoner en même temps et déjà là les communications deviennent difficiles, alors lorsque c’est tout un pays qui téléphone en même temps…

Puisqu’on parle de téléphone mentionnons que le système d’alerte n’a pas fonctionné cette fois ci et j’ai reçu mon premier message de prévention le lendemain du séisme.

J’étais en plein coup de bourre au boulot lorsqu’on a resenti les secousses. Et avec le temps perdu j’ai travaillé à une cadence de dingue durant les 3h qui ont suivi le choc. Difficile de se concentrer avec une grosse dose d’adrénaline qui circule dans le corps et les mains qui tremblent. Tout le monde était sous tension comme après un accident de voiture ou n’importe quel grand choc. Tout le monde regardait la télé sur son téléphone portable mais au magasin on a vite été débordé et personne n’avait vraiment le temps de suivre les infos. Ce n’est qu’après 18h en quittant mon travail que j’ai vraiment compris ce qui se passait. Avant ça je savais juste que Sendai avait été touché et que les trains étaient arrêtés à Tokyo. Une conséquence de l’arrêt des transports a apporté un gros afflux de clients qui ne pouvaient pas rentrer chez eux, ce qui a encore accéléré ma cadence de travail.

L’inquiétude a été plus forte avec la seconde secousse. Alors qu’on croyait l’évènement clos se faire toucher violemment à nouveau a rappelé à tous que les ondes de chocs pouvaient encore arriver. Et effectivement des secousses se sont faites sentir toutes les 20 minutes environ. Mais rien de comparable en intensité avec le premier choc.

Dehors tout le monde était inquiet mais personne n’a cédé à la panique et malgré la force du séisme les bâtiments ont très bien résistés à Tokyo. Même en marchant dans la ville quelques heures plus tard je n’ai vu que des dégâts superficiels. Rapidement la vie a repris son cours normal et seuls les bruits de sirènes au loin et le balais incessant des hélicoptères nous confrontaient à la réalité. Ça et les foules de personnes qui rentraient chez elles à pied faute de moyens de transport.

De l’avis de tous, personne n’avait jamais connu de séisme aussi violent.

Tev, est-ce que tu vas rester à Tokyo?
Commentaires 24

Tev, est-ce que tu vas rester à Tokyo?

question-dice Traditionnellement je réponds à l’une de vos questions chaque week-end. En raison de l’actualité que l’on connaît tous j’ai raté ce rendez-vous la semaine dernière mais je me rattrape aujourd’hui avec une question qu’on m’a beaucoup posé ces 3 derniers jours. Est-ce que tu comptes rester à Tokyo/au Japon?

Comme vous le savez les nouvelles aux infos ne sont pas très optimistes sur la situation de la centrale nucléaire de Fukushima située à 250km de Tokyo. L’ambassade de France conseille aux expatriés de s’éloigner de la capitale et la France est même le premier pays à organiser un rapatriement – je ne sais pas si on peut appeler ça comme ça mais ils préparent des avions pour évacuer les français.

À Tokyo on constate que beaucoup de français ont déjà quitté la ville. Vous le savez je travaille dans une boulangerie du quartier français et hier je n’ai vu aucun compatriote parmi la bonne vingtaine de clients français habituels. Sur le net on peut lire beaucoup de témoignages de français qui sont retournés en France ou descendus dans le sud du pays pour quelques jours ou semaines. Vous en avez peut-être lu sur les commentaires d’Ici Japon, et sur les sites d’expatriés assez connus on peut voir le témoignage de Daimaou d’Akihabara News qui rentre en France avec sa fille, ou de David Michaud de LeJapon.fr qui est parti à Kyoto. Beaucoup d’autres annoncent également leur départ sur Forum Japon, forum qui regroupe beaucoup d’expatriés. Au bureau de l’immigration ça devient difficile de mettre son passeport à jour à cause des queues interminables (il faut un « timbre » spécial pour revenir au Japon une fois que l’on sort).

Je comprends cette réaction de prudence qui ne me paraît pas excessive au vue de la situation. Je pense spécialement aux familles avec des enfants qui veulent les mettre en sécurité avant toute chose.

Pour ma part je regarde de près l’évolution de la situation à la centrale de Fukushima. Je n’ai pas encore pensé à partir ni même évoqué la possibilité sérieusement avec ma femme. Déjà parce que j’ai ma femme, ma belle-famille et deux boulots ici. Ensuite parce que je suis plutôt optimiste après avoir recoupé toutes les infos françaises, anglaises/américaines ou japonaises que je pouvais trouver. Je ne suis pas très inquiet au niveau d’un nouveau séisme ou de la pénurie dans les magasins, et seul le problème du réacteur me préoccupe mais reste assez loin de m’alarmer.

Au Japon je suis entouré presque uniquement de japonais et le fait de les voir calmes et aller au travail normalement doit m’inciter machinalement à faire la même chose. J’adopte la voie japonaise en quelques sortes. J’imagine que les expatriés qui parlent entre eux doivent sentir monter la pression à chaque nouvelle conversation, et ce n’est pas le cas avec moi et les personnes japonaises de mon entourage. En plus j’avoue que j’aime être au coeur de l’action et je me considère chanceux de pouvoir observer les évènements de mes propres yeux plutôt qu’à la télé. J’espère que je pourrais toujours me considérer comme chanceux dans les heures et jours à venir. Je vous rassure tout de même si la situation empire je ne vais pas rester planter au milieu de Tokyo pour prendre le nuage radioactif en photo au milieu de la ville (il est transparent en plus) et je partirai si j’estime l’heure venue et que ma femme m’accompagne. Mais je le répète je ne suis pas encore inquiet à ce point là et en plus le temps joue en notre faveur, chaque nouveau jour devient théoriquement de moins en moins dangereux.

Tout le monde n’aime pas le Japon
Commentaires 76

Tout le monde n’aime pas le Japon

Après la catastrophe qui a frappé le Japon les messages de soutien, les dessins, les dons et autres gestes amicaux ont fleuris partout dans le monde. Mais d’un autre côté beaucoup de gens se sont aussi réjouis du malheur des japonais. Ça peut paraître étonnant mais c’est pourtant bien le cas, principalement aux États-Unis. Les États-Unis sont un pays riche en paradoxe et avec le Tsunami on en a un bel exemple. Je me trompe peut-être mais j’ai l’impression que c’est le pays qui a récolté le plus de dons pour venir en aide au Japon que ce soit des dons de particuliers ou de célébrités, et on a vraiment l’impression que le pays est très solidaire de ce qui arrive en ce moment. Par contre on trouve parmi les américains un nombre apparemment assez important de personnes qui s’amusent ou se délectent de la mort de milliers de japonais. Pour la plupart de ces personnes le Tsunami n’est que justice rendue pour l’attaque de Pearl Harbor. Il fallait y penser…

On peut voir les interventions haineuses d’internautes sur les réseaux sociaux et un site qui regroupe les pires phrases ou discussions a même été créé: Ignorant and Online (c’est en anglais).

Sur Openbook, toujours en anglais, vous pouvez aussi regarder le statut des utilisateurs Facebook par mots clés et voir le nombre de fois que les allusions à Pearl Harbor sont faites.

Évidemment j’imagine que c’est une très faible partie de la population américaine qui a ce genre de réaction nauséabonde, mais quand même, si une catastrophe arrivait en Allemagne j’imagine mal des gens dire en France « c’est bien fait ils nous ont envahis en 40 ». Surtout que ce sont surtout les jeunes qui tiennent ces propos déplacés et on a du mal a voir comment ils peuvent encore ressentir autant de haine pour un acte qu’eux et leurs parents, et même souvent leurs grands-parents n’ont pas connu.

Comme quoi il y a vraiment toute sorte de personnes sur Terre. Vous imaginiez qu’on pouvez se réjouir de ce qui est arrivé au Japon?

Le soir du tremblement de terre (1)
Commentaires 5

Le soir du tremblement de terre (1)

Le soir du tremblement de terre les rues de Tokyo étaient totalement transformées. Privé de train j’ai dû marcher jusqu’à chez moi. Une bonne balade de 4h dont voici le récit en photos.

tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
À environ 18h je quitte le boulot et je trouve une rue bien différente des autres soirs envahie par la foule
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Impossible d'appeler avec son portable et les e-mails mettent parfois plusieurs heures à arriver à destination. Pour la première fois je vois des gens faire la queue devant les cabines téléphoniques. On en trouve encore beaucoup à Tokyo.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Voir des gens dans la rue avec des casques m'a frappé. On en voyait partout et j'ai déduit qu'ils avaient été distribués au personnel par les entreprises préparées au pire.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Je tente ma chance à la gare espérant que la circulation reprenne bientôt. Ce n'est que là que je découvre avec quelques autres les images dévastatrices des tsunami sur un écran géant. Choc!
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Tout le monde comprend que la train n'est pas près de repartir, et comme beaucoup je décide de rentrer à pied.
Le Japon vous fait-il peur?
Commentaires 65

Le Japon vous fait-il peur?

Vous étiez nombreux à rêver de Japon la semaine dernière. Maintenant que l’île a révélé au monde entier ses dangers êtes-vous toujours autant?

Toutes les personnes qui avaient prévues un voyage au Japon dans les jours ou semaines à venir se posent des centaines de questions à l’heure actuelle. Dois-je y aller? Changer ma date de départ? Annuler? Attendre avant de me décider? Combien ça va me coûter? etc.

J’imagine que la grande majorité de ces personnes vont au minimum repousser leur voyage. On m’a demandé quelques fois si je conseillais de venir ou non. Je conseille d’attendre le plus possible avant de se décider. Si vous devez partir dans la semaine ou avant la fin du mois, ne partez pas. Surtout si vous ne connaissez pas le pays. En plus des risques, vous allez être confronté aux problèmes de transport, aux coupures de courant et peut-être à des problèmes pour vous ravitailler (je suis assez optimiste sur ce dernier point aux vues de la situation actuelle). Certains endroits que vous voulez visiter risque d’être encore fermés (Tokyo Disneyland, Musée Ghibli) et vous penserez plus au séisme qu’à profiter du pays lui-même.

À côté de ça je constate à travers des témoignages sur le net que si les projets sont repoussés il sont rarement annulés. Je sais que vous êtes nombreux à suivre Sophie Durant et son projet de passer un an au Japon à partir du 21 mars sur son blog BD. Elle m’a confié par e-mail qu’elle ne voyait pas la situation s’améliorer en l’espace d’une semaine et qu’en plus des risques du nucléaire et de pénurie le temps n’était pas vraiment propice à la rigolade. Elle pense aussi à sa famille inquiète à l’idée d’un départ dans ces conditions. Pour ces raisons elle va certainement repousser son départ mais elle n’imagine pas annuler son projet pour autant. Elle n’est pas effrayée mais simplement prudente, et certainement comme tout le monde un peu déboussolée devant la quantité des nouvelles qu’on nous rapporte avec à chaque fois un son de cloche différent.

Et vous, votre vision du Japon a t-elle changée? Le pays vous fait-il peur? Préférez-vous changer de destination pour votre prochain voyage? Vos projets ou rêves de vivre au Japon ont-ils changés?

Peut-on de nouveau voyager au Japon?
Commentaires 30

Peut-on de nouveau voyager au Japon?

La majorité des personnes qui avaient prévue un voyage au Japon en mars ou avril de cette année, très belle saison, ont été obligés d’annuler leur séjour ou de repousser leur date de départ. Beaucoup se demandent quand il sera à nouveau sûr de venir au Japon et notamment à Tokyo. Et on m’a déjà posé la question plusieurs fois ces dernières semaines.

Je ne peux que conseiller de suivre les recommandations du Ministère des Affaires Étrangères, à savoir ne pas venir au Japon sauf raison impérative. Tant que la situation à Fukushima n’est pas stabilisée il est en effet impossible de dire que le Japon est aussi sûr que le mois dernier, et même si les risques d’une contamination importante sont faibles on ne peut pas dire qu’ils n’existent pas.

Cependant presque trois semaines après le séisme la situation dans la capitale est presque revenue à la normale et il faut vraiment connaître la ville pour voir des différences avec le Tokyo du mois dernier. D’ailleurs les autorités françaises précisent que « La situation à Tokyo ne soulève pas de préoccupation particulière » même si elles ajoutent « mais il est recommandé aux Français qui ont quitté la région pour le sud du pays de ne pas revenir dans la capitale sauf raison impérative. Il convient en effet de conserver une attitude générale de prudence tant que la situation des réacteurs endommagés des centrales nucléaires de Fukushima n’est pas stabilisée. »

Concrètement à Tokyo on constate un retour des touristes depuis près d’une semaine déjà. Alors que durant les deux semaines qui ont suivi le séisme on ne voyait plus un blanc dans les rues de la ville on commence à en voir pas mal (mois qu’avant tout de même) dans les quartiers touristiques. Objectivement on peut dire que les évènements qui arrivent au Japon ne gênent en rien les touristes qui voyagent actuellement dans la capitale. Les magasins sont ouverts, les rues sont animées, et la plupart des endroits à voir, les temples par exemple, sont ouverts. Même Tokyo Disneyland pense pouvoir réouvrir début avril. Les coupures d’électricité et les perturbations dans les transports ne concernent pas les quartiers populaires de la ville et même si les bouteilles d’eau minérale sont toujours rares on trouve toute sorte de boissons en abondance. De plus l’eau du robinet n’a été déclarée dangereuse que pour les enfants de moins d’un an et ce pour une seule journée il y a une semaine.

D’autre part le risque qu’un autre gros séisme frappe le Japon dans les prochains jours est maintenant d’environ 10% est diminue chaque jour.

Hors de Tokyo la situation dans le sud est encore plus sûre puisque l’on s’éloigne de la centrale nucléaire qui pose des problèmes mais évidemment les voyages dans le nord ne sont pas encore à l’ordre du jour.

La situation est toujours préoccupante à la centrale de Fukushima Daiichi mais dès que celle-ci se sera améliorée je ne vois pas de raison de ne pas venir au Japon. Au contraire l’argent des touristes fera même du bien à certains. Malheureusement on ne peut pas prévoir le temps qu’il faudra pour stabiliser les réacteurs de la centrale, cela peut prendre des jours comme des semaines ou des mois.

Le soir du tremblement de terre (3)
Commentaires 2

Le soir du tremblement de terre (3)

tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Dans la rue on ne voit plus les installations anti-sismiques du même oeil. Ici les piliers d'un pont.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Cette station de métro comme toutes les autres a été condamnée. J'ai vu aux infos que certaines avaient ré-ouvert pour accueillir des gens durant la nuit.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Ce panneau indique au moins 1h30 de bouchon. En fait c'est bien plus que ça. Mon beau-père qui était en voiture dans le même coin que moi au moment du séisme a passé toute la nuit dans son véhicule. Je plein ceux qui ont choisi l'option taxi pour rentrer et qui ont payé une fortune pour ne pas avancer.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Les stations de bus sont prises d'assaut par les gens qui habitent trop loin pour rentrer à pied
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Dans les bus ça a l'air d'être l'enfer. Les gens sont entassés alors que les véhicules restant à l'arrêt. Au bout d'un moment les bus se sont tout de même complètement vidés. J'ai demandé à un chauffeur pourquoi. Il me répond qu'il n'a pas bougé depuis deux heures.