Tev, quel est ton parcours avant d’arriver au Japon?
Commentaires 14

Tev, quel est ton parcours avant d’arriver au Japon?

question-dice C’est une question qu’on me pose très fréquemment, voire même LA question qui revient tout le temps. Comment j’en suis arrivé à m’installer au Japon? Comme je l’ai déjà mentionné, même si j’adore le Japon je n’avais jamais pensé y vivre un jour. Quand j’ai quitté la France il y a quelques années mon but était assez vague et consistait surtout à découvrir le plus de choses possibles et à m’éloigner autant que je pouvais du modèle métro-boulot-dodo.

En 2003 je quitte la France pour le Canada. Au début mon objectif est d’apprendre l’anglais pendant 1 mois en stage intensif mais je décide de rester 1 mois supplémentaire puis 3 autres mois et finis par m’inscrire à l’université pour obtenir un visa d’étudiant et pouvoir rester à Montréal, une ville que j’adore. Ma chance c’est d’avoir eu des parents qui m’ont poussé à faire des études et qui m’ont envoyé à l’université à l’étranger même si ça leur coûtait un bras. À l’époque je n’avais absolument aucune envie d’aller à la fac mais le fait d’y aller à l’étranger m’a motivé.

Avant que le cursus ne commence à la fac j’ai décidé de partir au Japon pour 3 mois. Dans les classes d’anglais que je prenais à Montréal j’ai rencontré beaucoup de Japonais qui sont devenus des amis, mon premier contact avec le Japon, je ne connaissais rien de ce pays avant, et lorsque la plupart de ceux-ci sont retournés au Japon j’ai décidé de les accompagner.

Ce premier voyage m’a coûté presque toutes mes économies. C’est surtout le prix du logement et de l’école de japonais qui m’ont coûté cher. En effet je ne voulais pas voyager juste pour faire du tourisme mais essayer de découvrir le pays plus profondément et pour moi ça passe forcément par l’apprentissage de la langue. En plus j’avais découvert au Canada que les écoles de langues sont un excellent moyen de rencontrer des gens intéressants.

Ce premier voyage au Japon, à Tokyo, a été un vrai succès. Comme tous ceux qui débarquent pour la première fois j’étais étonné à chaque coin de rue et je suis reparti avec des souvenirs plein la tête. Quelques mois plus tard j’y suis retourné pour passer les fêtes de fin d’année chez une amie japonaise et j’en ai profité pour faire un saut à Tokyo. C’était le reste de mes maigres économies.

Après le Japon je suis retourné à Montréal où j’ai entamé mes études. Après ma deuxième année de fac, fac de droit, j’ai tout lâché. Les cours se passaient bien et encore un an et demi à ce rythme et j’étais avocat au Canada ou aux Etats-Unis. Mais petit à petit l’univers du droit et les personnes que je rencontrais me plaisaient de moins en moins. Je m’imaginais facilement dans ma maison de retraite, plein de thunes, mais sans avoir rien fait d’autre que de bosser toute ma vie dans un monde qui ne me plaisait pas. Ça ne collait pas vraiment à ma philosophie de la vie de l’époque basée sur le principe “pourquoi passer sa jeunesse à préparer son avenir si c’est pour passer son avenir à regretter sa jeunesse”. J’ai donc laissé la fac en plan pour partir au Japon avec un visa working holiday (WH).

J’avais un visa d’un an pour le Japon mais pas vraiment de projet. Une amie m’avait trouvé un petit boulot sympa et j’espérais profiter un maximum de mon année sur place et ensuite passer à un autre pays. Peut-être l’Austalie avec le même visa, ou alors un pays plus excitant et pas cher comme la Chine ou l’Inde. Je n’ai pas eu le temps de me poser sérieusement la question longtemps puisque j’ai rencontré celle qui est devenue ma femme assez rapidement après mon arrivée en WH. On a voyagé ensemble quelques années avant de se marier et de finalement s’installer définitivement au Japon. Ma femme adore voyager mais n’imagine pas faire sa vie ailleurs qu’à Tokyo, et comme c’est une ville dans laquelle je m’imaginais bien vivre elle n’a pas eu besoin de me convaincre.

La morale c’est qu’on peut vivre au Japon sans avoir de diplôme ni d’argent quand le destin s’en mêle. Mais malgré mon parcours le Japon me paraît très difficile d’accès si l’on n’a pas fait de grandes études et même pour un simple séjour en WH je conseille de partir bien préparé avec un bon budget devant soi et si possible en parlant japonais le mieux possible.

E-book: Bien préparer son voyage au Japon
Commentaires 10

E-book: Bien préparer son voyage au Japon

Aujourd’hui j’attire votre attention sur un e-book destiné à ceux qui préparent leur premier voyage au Japon. Je sais que vous êtes nombreux sur Ici Japon à être dans ce cas, et l’ouvrage “Bien préparer son voyage au Japon” vous sera sûrement utile. Ce livre numérique est disponible sur le site Kanpai.fr, l’un des sites francophones les plus connus sur le Japon et sa culture que je ne crois pas nécessaire de présenter.

« Bien préparer son voyage au Japon » aborde les informations générales sur le Japon et les Japonais, la vie lors d’un séjour sur place, donne des conseils précis et des bons plans pour organiser son voyage dans les meilleures conditions et planifier ses visites, jusqu’aux derniers préparatifs avant le départ. Le contenu du livre est en grande majorité inédit ; pour le reste, c’est une synthèse sérieusement mise à jour de dizaines d’articles des archives de Kanpai.fr.

Gael, l’auteur du livre et fondateur de Kanpai.fr, m’a fait parvenir “une copie” que j’ai lue en entier pour vous donner mes impressions. Notons déjà que Gael traite du Japon sur son site depuis l’année 2000 et qu’il a effectué plusieurs voyages au Japon sur une période de presque 10 ans; d’emblée on peut supposer qu’il sait de quoi il parle.

“Bien préparer son voyage au Japon” c’est avant tout une synthèse, un regroupement d’infos, que l’on peut glaner à droite et à gauche sur le net, compilées de façon claire et pratique. Je salue le travail de mise en forme au passage. À ceci l’auteur ajoute son point de vue, ses conseils personnels, et partage son expérience. Concrètement le livre permet de ne rien oublier dans la préparation de son voyage et présente l’avantage de se lire facilement et rapidement surtout, car Gael va directement au vif du sujet sans s’encombrer de choses superflues. Comme l’e-book vient de paraître il a aussi l’avantage de donner des informations à jour.

Évidemment vous y retrouvez tous les renseignements classiques allant de comment bien réserver son billet d’avion en passant par la rubrique santé et toute une partie sur les transports bien détaillée et vraiment pratique. Quelques autres rubriques sont aussi une bonne idée, par exemple sur le fonctionnement de la poste japonaise ou sur comment configurer son smartphone pour s’en servir au Japon. Le livre s’adresse surtout aux personnes qui partent par elles-mêmes, sans utiliser une agence de voyage, et qui veulent organiser leur budget, leurs logements et leurs déplacements. Dans la majorité des cas je suis en accord avec les conseils de Gael et il y a notamment un passage sur “avec qui partir” qui reflète exactement ma pensée.

L’e-book fait 96 pages, disons 80 pages si on enlève les photos, la table des matières, les remerciements etc. Il se lit assez vite mais 80 pages ça fait déjà un bon paquet d’infos et d’adresses utiles, surtout que le livre ne traite que de la partie préparation du voyage. Un second tome sur les visites à faire sera publié dans le futur. Étant donné que je ne suis pas vraiment la cible de ce livre je ne saurais pas vous dire objectivement s’il vaut un investissement de presque 10€. Je vous invite donc à lire les avis des acquéreurs de l’e-book sur le site Kanpai.fr qui sont plutôt positifs pour le moment. Je vous invite aussi à donner votre avis ici si vous connaissez déjà “Bien préparer son voyage au Japon”.

J’ajoute aussi qu’acheter ce genre de guide plutôt qu’un ouvrage “classique” en librairie encourage grandement les personnes qui partagent leur passion du Japon sur le net, comme le fait Gael.

Guest House Ici Japon
Commentaires 51

Guest House Ici Japon

On ne dirait pas en regardant le rythme de publication sur le blog mais nous travaillons dur sur de nombreux projets et aujourd’hui je peux enfin (oui c’était long…) vous dévoiler l’un d’entre eux !

Pas de suspens puisque vous avez lu le titre du post donc. Ici Japon ouvre une guest house à Tokyo cette année ! Tout est officialisé depuis quelques jours seulement et le gros du travail va commencer maintenant pour durer plusieurs mois. Je ne peux pas encore vous donner tous les détails mais j’espère partager avec vous toutes les étapes de l’évolution du projet qui est très excitant pour nous et j’espère pour vous aussi.

Ce que je peux déjà vous dire c’est que le nom “guest house” n’est pas approprié à 100% puisque nous proposerons une formule d’hébergement assez spéciale qui reprendra le meilleur de la guest-house mais aussi les avantages du logement chez l’habitant et pas mal de sacrés bonus. Je peux vous dire aussi que l’on aura la meilleure guest house de Tokyo en terme de confort, d’espace, d’ambiance et aussi de prix 🙂

Évidemment tous les détails vous seront dévoilés bientôt, pour le moment il est encore trop tôt pour répondre à la plupart des questions (mais vous pouvez en poser tout de même). Le but de ce post est de vous signaler le début du projet et je vais vous faire un point régulièrement sur l’avancée. La date d’ouverture est fixée pour le moment à octobre 2014.

Votre budget pour le Japon
Commentaires 79

Votre budget pour le Japon

yens japon “Combien ça coûte d’aller au Japon?”. C’est la question qu’on me pose tout le temps. Le Japon a la réputation d’être un pays cher et beaucoup ont peur de partir avec un budget trop serrer et de manquer d’argent une fois sur place. Pour orienter les futurs voyageurs j’ai écris il y a quelques temps cette page: Calculer son budget pour un voyage au Japon. C’est un point de départ mais ça ne suffit pas puisque les gens veulent du concret. Ils veulent savoir combien ça coûte d’aller au Japon. Ils veulent un chiffre. Et ils le veulent maintenant!

C’est pourquoi j’invite tous ceux qui sont déjà allés au Japon à dévoiler sans complexe combien leur a coûté leur(s) voyage(s). Aidez ceux qui vont suivre le même chemin que vous en partageant votre expérience.

De petites explications sur votre type de logement, votre itinéraire etc. seraient bienvenues. Mais un simple “J’ai passé X semaines à Tokyo et ça m’a coûté X euros” aiderait déjà beaucoup de monde.

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (5)
Commentaires 32

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (5)

icon Voir tous les articles sur la série “Vivre à l’étranger”

Ça m’a pris un peu de temps pour publier la cinquième partie de cette série d’articles sur la vie à l’étranger. À l’origine j’avais prévu d’aborder le point “Éducation et enfants” qui est un point très important pour tout parent (ou futur parent) mais j’ai eu beau retourner la question dans tous les sens c’était vraiment trop difficile d’évaluer le système éducatif et le cadre dans lequel évoluent les enfants dans chaque pays. Déjà parce que je n’ai pas beaucoup de connaissances sur le sujet, et ensuite parce que les situations sont trop différentes au sein même de chaque pays et même dans chaque famille. Finalement ça ne me paraît pas déraisonnable de dire qu’un enfant aura probablement une bonne éducation où qu’il soit du moment qu’il a des parents aimants et attentifs près de lui.

Je passe donc au sujet suivant.

Les filles

Je ne vais pas me risquer à faire un classement pour cette catégorie mais le sujet est assez important pour être au moins brièvement abordé.

Sans faire de généralité on remarque vite que les filles sont très différentes dans chaque pays, et que les Français ne sont pas accueillis par la gente féminine partout de la même manière. Au Canada comme je l’ai dit plus tôt on peut rencontrer facilement des gens de toutes les nationalités et de toutes les cultures, et c’est vraiment LE pays dont on ne peut pas dire “Les filles sont comme ça ou comme ça”. Même les “pures” Canadiennes donnent l’impression de venir de pays différents ne serait-ce qu’à cause de la langue. Certaines parlent anglais et d’autres français, beaucoup mélangent les deux langues dans la même phrase, certaines ont un accent très prononcé et d’autres pas du tout… Et chaque langue ou façon de parler donne l’impression de personnalités différentes. Bref, il y a un peu de tout au Canada, et c’est plutôt une bonne chose.

La Chine c’est sûrement le pays, parmi ceux qui nous intéressent, où les Français (et les blancs en général) remportent le plus de succès. Les étrangers sont hyper-rares dans la quasi-totalité du pays et ont l’image de personnes bien éduquées, riches et romantiques. En plus, si on est grand et mince on ressemble d’office à un acteur de cinéma américain. On part déjà avec pas mal d’avantages donc. Si on arrive à passer la barrière de la langue les Chinoises sont en général des personnes qui aiment s’amuser et ne sont pas vraiment timides. Par contre, et pour moi c’est rédhibitoire, souvent les Chinoises ne s’épilent pas sous les bras (ça change tout de même un peu), et elles ont un sens de la mode plutôt spécial, souvent super kitsch. Mais comme toujours la Chine est vaste et très diversifiée. On trouve des jeunes femmes très classe et sophistiquées dans certaines villes et le sud du pays est plein de filles magnifiques.

Deux super copines chinoises

Les Japonaises ont parfois la réputation d’être des compagnes idéales, douces et avenantes, un peu fragiles. De l’autre côté les Français sont perçus comme cultivés, chaleureux et romantiques. À priori les deux nationalités ont tout pour se plaire, et ça se vérifie plutôt dans les faits. Clairement les Japonaises plaisent aux Français, et les Français plaisent aux Japonaises. C’est comme si les deux, tellement différents, s’attiraient comme des aimants et se complétaient. mais bien sûr il ne suffit pas d’être blanc pour devenir une “sex machine” au Japon. Si l’on s’écarte des clubs ou des boîtes de nuit, les Japonaises recherchent en général chez un homme, et ce dès le départ, la stabilité, l’assurance et la gentillesse. Il vaut donc mieux pouvoir mettre en avant ce genre de qualités. En plus les Japonais(es) sont tout de même méfiants voire craintifs par rapport aux étrangers. En général ceux-ci impressionnent déjà par leur taille/gabarit, et en plus ils n’ont pas vraiment une image de personnes qui respectent les autres (souvent à raison d’ailleurs). La langue est aussi une double-barrière car ne pas pouvoir parler japonais rend la communication plus difficile et aussi ne permet pas de donner ce sentiment de confiance nécessaire. Heureusement le Japon est un pays où l’on peut facilement se faire des amis et correspondants par le biais du net avant de partir pour faciliter son intégration et accélérer tous les processus de rencontres. Sinon, le Japon est pour moi le pays où les gens s’habillent le mieux. Que ça soit les filles ou les garçons, ils sont soit élégants soit cools, mais sans en faire trop (enfin, il y en a quand même certains qui vont très loin dans les extrêmes). Les filles sont très féminines, sans être vulgaires, et peuvent se permettre toutes les libertés sans craindre le regard des autres (ou une agression à chaque coin de rue). Les Japonais(es) sont aussi des personnes qui ont une excellente hygiène de vie et font très attention à entretenir de bonnes relations avec tout le monde. Par contre ceux qui n’ont jamais habité à l’étranger manquent souvent de “culture internationale” et c’est là que l’on sent vraiment que le Japon est une île et que les habitants ne s’intéressent pas vraiment à ce qui se passe en dehors des frontières.

Désolé les filles mais je ne saurais faire un point sur “les garçons”, mais vous pouvez nous donner votre avis dans les commentaires.

10 endroits extrêmes à voir au Japon
Commentaires 22

10 endroits extrêmes à voir au Japon

Si vous recherchez des lieux d’exception ou des sensations fortes au Japon, voici les endroits à ne pas louper. Attention certains endroits de la liste sont difficiles d’accès voire interdits.

1. Volcan de Aogashima

Cette île apparaît régulièrement dans les listes des plus beaux endroits du monde. C’est l’une des îles habitées les plus isolées du Japon, elle se trouve à environ 350 kilomètres au sud de Tokyo. À voir les photos aériennes je me dis qu’elle doit valoir le détour.

photo: www1.kaiho.mlit.go.jp

2. Gunkanjima

La célèbre ville fantôme située sur une île abandonnée près de Nagasaki. On peut y faire des visites guidées (assez limitées) ou essayer de s’y rendre par ses propres moyens même si c’est normalement interdit car assez dangereux. Le Japon aimerait que le site soit classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

photo: http://www.photoblog.hk

3. Dreamland

Un grand parc abandonné très célèbre au Japon car laissé en état depuis de nombreuses années. Il s’agit d’un lieu privé et interdit d’accès que pas mal de personnes s’amusent à visiter en sautant au-dessus des clôtures la nuit. Ce lieu, comme Gunkanjima et plein d’autres endroits abandonnés au Japon, est à découvrir sur le site de référence de Jordy Meow Totorotimes

photo: abandonedkansai.com

4. Fuji-Q Highland

Encore un parc d’attractions mais bien ouvert celui-ci. Localisé juste à côté du Mont Fuji l’endroit garantit les sensations avec deux des plus grandes maisons hantées du monde et surtout un bon paquet de montagnes russes de tout type (lancées, inversées, quadridimensionnelles, mega montagnes russes…) classées dans le top des plus grandes ou plus rapides montagnes russes du monde. Une ou deux sont même interdites à partir d’un certain âge.

5. Jigokudani

Le Parc aux singes de Jigokudani dans la préfecture de Nagano est connu pour ses macaques japonais qui se baignent l’hiver dans les sources chaudes. C’est un endroit touristique assez facile d’accès et populaire mais l’aventure c’est de se baigner avec les singes, Je ne sais pas si c’est autorisé mais on voit des photos de personnes qui le font.

photo: www.jana-press.com

6. La forêt de Aokigahara

La forêt du suicide, on en parlait déjà ici. Lieu connu au Japon mais pas vraiment pour y faire du tourisme. En s’y baladant on a assez peu de chances de trouver des cadavres partout mais on peut y voir beaucoup d’indices que des gens y viennent pour s’ôter la vie (voitures abandonnées sur le parking, cordes dans les arbres etc.). Si vous ne voulez pas voir d’horreurs ne tapez surtout pas “Aokigahara” dans la page images de Google.

photo: www.vice.com

7. Les ruines sous-marines de Yonagunijima

Tout au sud du Japon, à Okinawa, on peut plonger près de l’île de Yonagunijima pour y observer ce qui est peut-être le reste d’une ancienne civilisation disparue. Les scientifiques et historiens sont apparemment divisés sur le sujet mais le mystère qui plane autour de cet endroit ne fait que lui donner encore plus d’attrait.

8. Route de Tateyama Kurobe

Vous avez peut-être déjà vu sur internet ces images de routes de montagne enfermées entre des murs de neige immenses. Eh bien c’est au Japon, je ne sais pas où mène cette route mais j’ai bien envie de l’emprunter au moins une fois.

photo: en.rocketnews24.com

9. Les glaces de Hokkaido

Hokkaido, tout au Nord du Japon, regorge de choses superbes à faire en hiver. Festival de glace, hôtel de glace, labyrinthe de glace… Ce qui me tente le plus c’est les expéditions sur la banquise sur la côte Nord de l’île. Selon le type de sensations que l’on recherche on peut choisir des balades à pied sur la glace flottante, la nage en combinaison dans les eaux glacées, ou carrément la plongée sous-marine.

photo: http://blog.goo.ne.jp

10. Musée des parasites

Pour un autre type de sensations vous pouvez visiter ce musée hors du commun, le seul au monde à priori, qui expose plus de 300 parasites conservés dans du formol. Ça se passe à Tokyo, Meguro. J’ai visité 3 fois le musée Siriraj à Bangkok qui est dans le même esprit et je peux vous dire que ça laisse des souvenirs.

photo: www.theeverydayjoys.com

Alors, qu’est-ce qui vous tente le plus ?

La meilleure période pour voyager au Japon
Commentaires 40

La meilleure période pour voyager au Japon

climat-japon Il n’y a pas de bonne réponse à la question “Quelle est la meilleure période pour partir au Japon?”. Pourtant on me la pose régulièrement cette question et je suis généralement embarrassé et fini par répondre “ça dépend”. Effectivement je ne suis pas sûr que l’on puisse trouver LA bonne période pour visiter le Japon.

Beaucoup partent lors de la saison des cerisiers en fleurs pour le hanami, début avril à Tokyo, quelques semaines plus tôt dans le sud et plus tard dans le nord. C’est vrai que c’est joli et il fait plutôt bon à cette époque de l’année. Par contre d’autres vont éviter justement cette période pour ne pas voyager en même temps que tous les touristes, ou parce que les billets d’avions et hôtels sont plus chers.

L’été est peut-être le moment de l’année où l’on voit le plus d’étrangers au Japon. C’est vrai que tant qu’à claquer ses économies pour partir au bout du monde autant voyager durant les vacances scolaires et rester 1 ou 2 mois plutôt qu’une ou deux semaines. Et puis en été il y a les matsuri et les feux d’artifice, c’est aussi la seule période où l’on peut gravir le Mont Fuji. Mais en été la chaleur et l’humidité sont parfois (souvent? généralement?) assommantes et juillet et août sont sans aucun doute les mois les moins agréables pour ce balader, surtout en ville.

Et puis il y a les périodes que l’on est tenté d’éviter. Le mois de juin par exemple, jusqu’à mi-juillet. C’est la saison des pluies. Mais saison des pluies ne veut pas dire qu’il pleut tout le temps et au final certains aiment le Japon à ce moment car le climat et plus supportable que durant les deux mois suivants. Et les billets d’avion sont moins chers. Sans parler qu’il y a beaucoup moins de monde. Allez par exemple dans les îles du sud d’Okinawa en juin et vous aurez des plages magnifiques pour vous seul. Mais voyager durant la saison des pluies c’est un peu la loterie. Certaines années il y a très peu de pluie et d’autres il y a des déluges continuellement. Alors il reste septembre. Théoriquement il fait moins chaud qu’en juillet et août et il y a moins de vacanciers. Oui mais septembre est un mois qui peut-être agité. Cette année par exemple le Japon a été balayé par plusieurs gros typhons. Et les jours de soleil il faisait aussi chaud qu’en été. Enfin les fans de jeux vidéo aimeront le Tokyo Game Show qu’il pleuve ou qu’il vente.

L’hiver est agréable au Japon. Même en plein Tokyo on a le plus souvent un beau ciel bleu au-dessus de la tête. Il n’y a pas autant d’évènements qu’en août mais tout de même des choses très intéressantes à voir (Le Tokyo Auto Salon, le Comiket, le Wonder Festival). Et puis un onsen sous la neige après une journée au ski est une expérience inoubliable. Mais en hiver les gens préfèrent souvent partir au chaud même si Tokyo est mille fois plus agréable en janvier que Paris. Personnellement c’est à Tokyo que j’ai passé mes hivers les plus agréables.

Qu’est ce qu’il reste? Mai? C’est sans doute un bon mois pour venir au Japon. Il y fait bon et c’est le mois du Sanja matsuri (l’un des 3 plus gros matsuri du Japon). Et Puis il y a octobre. Et ce mois-ci je me dis depuis quelques semaines que la première moitié d’octobre était vraiment une très bonne période pour découvrir Tokyo. Il y a eu deux ou trois fois de la pluie mais les autres jours était très doux, le genre de journée où l’on se balade avec plaisir en jean et chemise à manches longues. En plus octobre n’est pas en reste côté salons avec le CEATEC pour les geeks et l’Ita G Festa pour les otakus.

Enfin j’oublie de parler du mois de novembre qui est le mois du momiji dans le centre du Japon, le mois où l’on peut voir les magnifiques couleurs d’automne sur les érabliers. Mais il faut sortir de la ville.

Et vous, quelles est votre période préférée pour visiter le Japon? Que ce soit Tokyo ou ailleurs. Si vous ne connaissez qu’une seule saison aidez tout de même les gens qui préparent leur voyage en nous disant quel mois vous êtes parti, dans quelles région, et comment était le temps. Vous avez été nombreux à participer sur le fil consacré au budget pour voyager au Japon, j’espère que vous serez aussi nombreux cette fois.

Dernière mise à jour de cet article le 8 juin 2016.

Découvrez avec moi Tokyo durant le hanami et Okinawa fin avril/début mai

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (6)
Commentaires 23

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (6)

icon Voir tous les articles sur la série “Vivre à l’étranger”

Intégration dans la société

Il y a deux types d’expatriés. Ceux qui vivent entre expatriés, et ceux qui vivent avec les gens du pays. L’idéal pour moi c’est de me fondre le plus possible dans la population locale. Ça ne veut pas dire couper les liens avec les Français, mais je pense qu’à Rome il faut vivre comme les Romains. En général je n’ai pas de mal à m’adapter mais c’est toujours plus facile dans certains pays que d’autres.

Paradoxalement ça n’est pas toujours dans son propre pays qu’on s’intègre le mieux dans la société. Trouver du travail, se faire des amis, c’est parfois plus facile ailleurs. En plus être un étranger attire souvent la sympathie des gens, voire la curiosité, ce qui facilite les prises de contact. Les pays où les étrangers sont accueillis avec froideur ou méfiance ne sont pas si nombreux. Évidemment si l’on ne fait pas l’effort d’apprendre la langue du coin on s’enferme automatiquement dans une bulle car il devient presque impossible d’avoir de vrais échanges avec les gens, et il faut donc faire quelques efforts au départ.

En général les gens attirent vite la sympathie quand ils voyagent dans un pays étranger, mais ça n’est pas forcément une vérité. Par exemple j’ai toujours eu de bonnes relations avec les Canadiens mais il existe quand même au Québec un “sentiment anti-Français” (le mot est sûrement un peu fort) chez certaines personnes. Souvent les cultures qui sont les plus proches de nous ont tendance à nous accueillir plus froidement. En Europe aussi les Français sont souvent vus comme fainéants et râleurs, et dans d’autres pays francophones on parle d’eux comme des gens fiers qui se pensent supérieurs aux autres. En Asie par contre la France reste synonyme de luxe, de culture et de romantisme.

Au Canada c’est facile de s’intégrer. Surtout au Québec où les gens parlent français. Par contre, même si on se sent vite chez soi c’est toujours un sentiment étrange d’être au milieu de gens qui parlent la même langue mais ont une culture et un humour différent. Oui, parce que c’est bien embêtant de ranger au placard ironie et humour noir quand on parle en français. À part ça il n’y a pas un fossé énorme entre les cultures et c’est à peine si on a l’impression d’être dans un pays différent quand on est Français et qu’on habite à Montréal.

La Chine par contre c’est presque une autre planète. Pour commencer on est littéralement dévisagé dans la rue et on nous balance des “Hello” à chaque coin de rue. Ça n’est pas méchant mais il n’y a rien de tel pour rappeler continuellement que l’on est un étranger. Le bon point c’est quand même que, à part dans certains coins très touristiques, l’étranger n’est pas synonyme de pigeon à plumer comme par exemple en Thaïlande ou en Inde. On peut donc faire ses courses ou prendre le taxi sans trop de risques de se faire arnaquer et sans être tout le temps sur ses gardes. Mais s’intégrer à la population est très difficile. Souvent en Chine les expatriés restent entre eux. Évidemment la barrière de la langue est énorme, et les Chinois qui parlent une langue étrangère sont rares. Ce sont généralement des gens qui ont voyagé et qui ne sont pas forcément représentatifs du reste de la population. Pourtant les Chinois sont très amicaux, prennent plaisir à accueillir les étrangers et à échanger quelques mots, alors que nouer une vraie relation amicale avec quelqu’un n’est pas si simple. Comme toujours en Chine tout est toujours plus facile dans les grandes villes modernes.

Au Japon c’est assez facile de s’intégrer et on se sent vite à l’aise si l’on fait l’effort d’apprendre quelques mots de japonais. Personnellement je m’y sens vraiment chez moi, mais beaucoup témoignent au contraire qu’ils n’arrivent pas à trouver leur place ici. Le problème c’est que l’étranger n’est pas considéré comme une personne de confiance. Souvent il suffit d’échanger quelques mots avec une personne pour rétablir ce sentiment de confiance, mais face aux grandes institutions et à tout ce qui touche à l’argent c’est souvent très compliqué. Pas facile d’avoir un visa de résidence permanente même en ayant sa famille et son travail sur place, pas facile d’avoir une simple carte de crédit même avec des revenus semblables à ceux d’un Japonais et plusieurs années passées dans le pays, pas facile de louer un appartement sans avoir un garant japonais, pas facile d’avoir un prêt à la banque pour acheter une maison etc. Le fait d’être marié à un(e) Japonais(e) facilite un peu tout ça mais jamais complètement. Même bien intégré on est donc toujours un peu à part. Mais notons que je n’ai jamais ressenti le fameux “racisme japonais” dont on parle parfois.

La France enfin, n’est pas forcément le pays dans lequel un Français se sentira le mieux intégré. Je n’ai jamais rencontré de problème en France et je m’y sens évidemment comme chez moi. Mais je me sens quand même plus à l’aise dans d’autres endroits. Pour moi le fait d’être étranger est un facteur qui permet de rencontrer plus de monde et qui donne l’opportunité d’appartenir à plusieurs réseaux. En plus je ne vois pas vraiment de relation entre le fait d’être né à un endroit et d’y passer sa vie, c’est comme d’habiter un château mais de rester toujours dans une seule pièce. Avec cette vision je considère la France comme “un chez moi” et pas simplement comme “chez moi”. D’ailleurs le nombre d’expatriés français dans le monde est en forte augmentation et de plus en plus de ces expatriés ne veulent pas retourner dans leur pays d’origine. C’est bien qu’ils arrivent à trouver leur place ailleurs.

Mon classement:

En partant du principe que l’on fasse l’effort d’apprendre la langue du pays:

1. Canada
2. Japon
3. France
4. Chine

Pour beaucoup de Français je pense que la France arriverait logiquement en première position.

Le Japon seul, mais pas tout seul
Commentaires 34

Le Japon seul, mais pas tout seul

Une question qui revient régulièrement mais que l’on n’a pas encore eu l’occasion d’aborder vraiment sur Ici Japon est “Comment rencontrer du monde à Tokyo?”. Effectivement c’est bien de partir à l’aventure au Japon mais pour vraiment profiter du pays c’est souvent mieux de rencontrer des gens sur place. Que ce soit parler à des Japonais pour s’imprégner de la culture locale, ou discuter avec des expatriés et des voyageurs pour échanger points de vue et bons plans, voir de nouvelles têtes à l’étranger est toujours très enrichissant.

Et pour rencontrer du monde au Japon il y a beaucoup de solutions. Voici quelques pistes.

Avant de partir

Grâce à la magie d’internet on peut aujourd’hui communiquer facilement avec des personnes n’importe où dans le monde. Alors pourquoi ne pas chercher un correspondant japonais sur le net? Les Japonais qui désirent échanger avec des personnes se trouvant dans d’autres pays sont très nombreux. Ils y voient un bon moyen de s’améliorer dans une langue étrangère et l’occasion de découvrir de nouvelles choses. Beaucoup de sites proposent des services de mise en relation avec des Japonais. Utilisez votre moteur de recherche préféré (Google donc) avec les mots clés “correspondant japon” ou mieux en anglais “penpal japan” et vous trouverez une quantité plus que suffisante de bons sites.

Avoir un correspondant japonais avant de partir au Japon a plusieurs avantages. Bien sûr vous pourrez généralement rencontrer votre correspondant en personne au Japon mais en plus vous pourrez lui poser toutes les questions qui vous passent par la tête pour préparer votre départ. En plus tout cela ne vous coûtera généralement pas un sou (prévoyez tout de même un petit cadeau à apporter au Japon).

L’hébergement

L’hébergement est un point à ne pas négliger car c’est l’endroit le plus facile pour rencontrer du monde de façon naturelle.

Évidemment si vous choisissez de loger dans un hôtel “classique” il y a peu de chances que vous fassiez de “vraies” rencontres. L’idéal, mais vous devrez généralement rester au Japon au moins un mois, c’est de loger dans une guest house. Vous pouvez y rencontrer toute sorte de monde selon l’endroit où vous logez. On y croise des voyageurs, des expatriés fraîchement débarqués, des gens en visa vacances-travail, et parfois des Japonais. Pensez-y lorsque vous rechercherez votre hébergement. Autant une petite guest house est souvent plus calme autant on a plus de chance de rencontrer des gens dans une grande maison.

Si vous voyagez au Japon pour une courte durée ou si vous prévoyez de bouger dans le pays, pourquoi ne pas tenter le couchsurfing? Partout dans le monde des centaines de milliers de personnes sont prêtes à vous accueillir gratuitement, juste parce qu’elles sont sympas. Beaucoup de Japonais vous ouvrent leurs portes et pour les trouver vous pouvez vous inscrire sur le site de référence www.couchsurfing.org. Ce site vous prévient aussi de l’organisation de certains évènements dans les villes où vous voyagez.

Les guides

Plus traditionnel mais diablement efficace. Louer les services d’un guide est une bonne idée surtout si vous ne restez au Japon qu’une ou deux semaines. Quand on arrive à Tokyo par exemple il faut compter un petit temps d’adaptation pour se faire aux transports en commun, et il y a tellement de choses à faire et d’endroits à voir qu’on est souvent obligé de laisser de côté certains quartiers ou certaines activités faute de temps. En prenant un guide vous gagnez un temps fou et vous profitez du point de vue et des conseils de personnes qui vivent dans le pays. Vous avez aussi avec vous quelqu’un qui parle normalement japonais et qui peut donc vous aider à faire vos achats ou régler certaines formalités (achat de billets de train, activation du JR Pass, envoi de colis à l’étranger etc.).

Ce genre de service peut coûter cher selon l’endroit où l’on s’adresse. Mon conseil c’est de prendre un guide pour un ou deux jours, voire trois, au début de son séjour et ensuite de se débrouiller seul.

Il n’est pas toujours facile de trouver un guide francophone, surtout à un prix abordable. Je vous encourage à jeter un œil au nouveau service de guides-accompagnateurs proposé par Kanpai depuis cet été. C’est à mon avis la meilleure solution du moment.

Les cours

On n’y pense pas forcément mais prendre des cours dans un pays est un excellent moyen de rencontrer du monde. Au Japon ça peut être des cours de langue, des cours d’arrangement floral, des stages d’arts martiaux et plein d’autres choses encore. Je vous parle d’expérience car prendre des cours de langue dans les pays où je voyage est ma méthode préférée. Au Japon vous y rencontrerez surtout des étrangers plus que des Japonais (même si on en rencontre aussi bien sûr) et vous aurez l’occasion de vous faire des amis qui viennent de partout dans le monde. C’est extrêmement enrichissant et ça vous donne envie de voyager encore plus. En général, surtout dans les cours de langue, les étudiants connaissent tous les bons plans et les choses à faire dans le coin, bien mieux que les Japonais eux-mêmes, et vous êtes sûrs de ne rien louper et d’être toujours en bonne compagnie.

La tranche d’âge des personnes qui fréquentent les cours de langue est plutôt de 20 à 30 ans, si vous cherchez à rencontrer des personnes plus âgées orientez-vous vers d’autres activités.

Les cours ne prennent généralement que 4 heures par jour même en programme intensif ce qui vous laisse plein de temps libre pour profiter du pays. L’autre bonne nouvelle c’est qu’avec un simple visa de tourisme vous pouvez vous inscrire dans n’importe quel cours pour une durée de 3 mois ou moins (jusqu’à 6 mois pour les Suisses).

Pensez aussi que ce type d’activité rend bien sur un CV.

Sorties et soirées

À Tokyo, et sûrement ailleurs aussi au Japon, vous avez un grand nombre d’associations ou d’entreprises qui organisent des rencontres, soirées, sorties et évènements entre Japonais et étrangers. Que vous soyez de passage ou au Japon pour de bon pour trouverez certainement des évènements qui vous correspondent.

Je ne fais jamais d’apparition à ce genre de rendez-vous mais c’est uniquement par faute de temps car je trouve ce genre de concept très intéressant et j’en entends beaucoup de bien.

Le site Meetup est un bon plan pour trouver des évènements et rassemblements à Tokyo presque tous les jours en fonction de vos centres d’intérêt. Juste pour aujourd’hui et demain on peut y voir des dizaines d’évènements listés.

Pour les francophones vous pouvez aussi essayer Bonjour Tokyo. C’est Julien, un Français qui vit à Tokyo depuis 6 ans et qui m’a contacté récemment qui organise des évènements très diversifiés de façon régulière (ça va du piquenique à la soirée en passant par des évènements cosplay ou de networking).

Club Japon

Si vous êtes membre de notre Club vous pouvez participer aux évènements que nous organisons à Tokyo (soirées jeux vidéo, feux d’artifice, restos…).

La majorité des rencontres sont gratuites.

Autres

Si vous avez d’autres bons plans n’hésitez pas à les partager.

Quelques idées de choses à faire même seul(e) en vidéos

Les Cocoon Bus
Commentaires 51

Les Cocoon Bus

En français les “cars cocon”. Ce sont des cars de la compagnie Willer Express qui font la navette entre Tokyo et Osaka. Le trajet dure 6h et coûte un peu plus de 100 euros. C’est plus long mais moins cher que le Shinkansen, et surtout c’est certainement plus sympa. Dans les Coccon Bus vous avez votre “pod” personnel, un véritable cocon qui vous isole des autres passagers. Votre siège s’incline à 140 degrés, vous avez la télé, le wifi, des jeux vidéos, une prise électrique pour charger vos appareils mobiles, de la lumière, une petite table… bref c’est du voyage en car mais en première classe. La suite en photos:

coccon-bus

coccon-bus

coccon-bus

coccon-bus

coccon-bus

coccon-bus