Deux billets d’avion pour le Japon à Gagner
Commentaires 24

Deux billets d’avion pour le Japon à Gagner

La compagnies aérienne japonaise ANA lance la campagne Is Japan Cool? saison 2. Il s’agit d’un concours dont le premier prix est un lot de deux billets d’avion pour Okinawa depuis n’importe quel aéroport du monde desservi par ANA + un vol intérieur à Okinawa + une nuit d’hôtel au ANA Intercontinental Resort Hotel Manza Beach. Pour participer il faut remplir un formulaire en ligne sur le site officiel avant le 15 octobre 2012.

Bonne chance si vous participez!

Chine vs. Japon: dans quel pays voyager?
Commentaires 45

Chine vs. Japon: dans quel pays voyager?

La Chine et le Japon sont deux pays superbes dans lesquels voyager laisse un souvenir impérissable. Ce sont aussi deux pays radicalement différents qu’il est toujours intéressant de mettre en parallèle. Alors qui de l’Empire du Milieu ou du Pays du Soleil Levant remportera le match de la meilleure destination touristique?

Chiffres du tourisme

Chine: 3e ou 4e destination touristique mondiale derrière la France et les États-Unis et au coude à coude avec l’Espagne. 58,6 millions de touristes en 2012.

Japon: 37e destination touristique mondiale en 2012 avec 6.2 millions de visiteurs (contre 8.6 millions en 2010, avant le séisme de mars 2011).

Les Prix

L’un des facteurs clés qui rentre en compte dans le choix d’une destination de voyage c’est son budget. On le sait tous, partir au Japon coûte cher. De l’autre côté, voyager en Chine est très abordable.

Une fois que l’on a payé son billet d’avion les postes de dépenses les plus importants du voyageur sont le logement et les transports. Deux choses réputées onéreuses au Japon à cause du coût de la vie et de l’excellence de l’offre. On peut trouver des bons plans et même voyager au Japon pour moins cher que dans beaucoup de pays européens si on fait un peu attention à son porte-monnaie, mais se déplacer du nord au sud du pays et rechercher un logement confortable revient vraiment cher.

En Chine l’offre est extrêmement variée et à toutes les étapes d’un séjour on a le choix entre le luxe hors de prix et le mode survie à la limite du supportable. Si on préfère le train à l’avion et le bus au taxi, si les douches froides ne font pas peur, et si on mange dans les petits restaurants familiaux, alors on peut traverser le pays de long en large avec pas grand-chose. Et même un voyage plus confortable coûte bien moins cher que dans n’importe quel pays industrialisé.

Chine: note
Japon: note

La facilité de voyager

Dans chacun des deux pays la langue est une grosse barrière et l’anglais ne sera pas très utile dans la plupart des situations. Si vous avez la bonne idée d’apprendre quelques mots essentiels avant de partir alors le japonais sera bien plus facile à retenir et à comprendre une fois sur place que le chinois.

Si l’on reste durant tout son voyage dans une grande ville comme Tokyo ou Pékin alors on peut s’en sortir relativement simplement dans tous les cas. Quelques indications écrites en anglais de temps en temps et un bon guide touristique (et mieux un voyage bien préparé à l’avance) permettent toujours de se débrouiller seul. En ville le plus gros challenge est souvent de comprendre le fonctionnement des transports en commun et là-dessus le Japon s’en sort mieux si l’on exclut le petit temps d’adaptation nécessaire les premiers jours et les difficultés pour trouver la bonne sortie dans les gares immenses. Deuxième challenge: commander au restaurant, et là aussi le Japon a beaucoup d’avance car souvent on trouve des photos dans les menus et beaucoup de noms d’aliments viennent de l’anglais (chicken, beef, potato, soup, salada…).

Menus chinois

Les difficultés arrivent lorsque l’on se déplace dans le pays en mode routard. Il faut trouver les moyens de transport adaptés, des endroits pour se loger, faire face à tous les problèmes que l’on peut rencontrer en voyage. Au Japon on est vraiment aidé par l’amabilité des gens et l’excellence du service dans tous les domaines. En Chine au contraire on est confronté à la rudesse des personnes et à un système parfois totalement incompréhensible pour un non-Chinois. Acheter un simple billet de train par exemple est une vraie galère qui demande beaucoup de patience et pas mal de connaissances si on ne veut pas payer le prix fort dans une agence de voyages.

Chine: note
Japon: note

Le climat

Le climat au Japon est assez agréable. La période allant de début juin à mi-septembre durant laquelle s’enchaînent la saison des pluies et un été très chaud et humide peut être difficilement supportable. Mais les autres mois de l’année sont plutôt agréables, on est assez proches du climat français dans tout le centre du Japon.

Avec son territoire immense la Chine connaît tous les extrêmes. Déserts arides, paysages de glace, forêts humides… on trouve de tout en Chine. En général l’été est assez chaud partout dans le pays sauf en montagne, mais le reste de l’année le climat est totalement différent selon les régions, ce qui est plutôt une bonne chose. En ville l’impression de beau temps est souvent effacée par des nuages de pollution mais dans certaines régions on peut découvrir un ciel d’un bleu incroyable.

Chine: note
Japon: note

Les gens

Que ça soit au Japon ou en Chine les étrangers sont bien accueillis. Selon les personnes les Japonais peuvent être vus comme froids alors que les Chinois seront plutôt chaleureux, mais la politesse et la civilité des Japonais sont des traits qui ne peuvent marquer que positivement les visiteurs. S’il est sûrement plus facile d’engager la conversation avec un Chinois, il sera plus facile de débuter une vraie relation avec un Japonais. Attention en Chine les gens sont très différents d’un endroit à l’autre, et les différences entre la ville et la campagne sont extrêmes. Si dans les grandes villes les Chinois ont parfois un mode de vie similaire à celui de l’Occident, ceux des campagnes vivent à une époque différente.

Si on met à part le côté “amical” des personnes on peut noter que les Japonais sont d’apparence sérieuse, discrète et donnent l’impression de respecter les autres. Le climat de sécurité, le silence, et le bien-être qui s’en dégagent sont incomparables avec ce que l’on voit en Chine où faire la queue et laisser la priorité à un piéton qui traverse la route sont des notions inconnues à de nombreux endroits.

Chine: note
Japon: note

Les paysages

La Chine comme le Japon sont deux pays magnifiques. D’un côté on trouve des déserts de toutes sortes et des montagnes splendides, et de l’autre on a la mer d’Okinawa et le Mont Fuji. Et dans les deux pays on peut découvrir des paysages urbains à couper le souffle.

Si les plages et les fonds marins des îles du sud du Japon sont sans doute l’un des plus beaux endroits au monde, la Chine se démarque par la variété de ses décors et l’impression d’immensité que l’on peut ressentir partout dans le pays.

La Chine
Le Japon

Chine: note
Japon: note

Les sites et le patrimoine mondial de l’UNESCO

En 2013, la Chine compte 44 sites inscrits au patrimoine mondial: 30 sites culturels, 10 sites naturels et 4 sites mixtes (+ 50 sites en attente). La même année le Japon compte 17 sites inscrits au patrimoine mondial dont 13 sites culturels et 4 sites naturels (+ 13 sites en attente).

Il y a énormément de belles choses à voir dans les deux pays, mais la Chine compte bien plus de sites d’exception, et en plus beaucoup de ces sites sont totalement démesurés et sans équivalent dans le monde (la Grande Muraille, l’armée de terre cuite, le Bouddha de Leshan, La Vallée de Jiuzhaigou…).

La Chine

Chine: note
Japon: note

La nourriture

Deux pays de la gastronomie s’affrontent. Le Japon inspire la délicatesse, la fraîcheur et le dépaysement, alors que la Chine évoque la diversité, la quantité et la surprise. Deux cultures différentes que l’on prendra grand plaisir à découvrir. Les deux pays étonneront par le choix énorme offert en matière de restauration. Le voyageur comprendra vite que la cuisine japonaise ne se limite pas à du riz et à du poisson, et que les Chinois ont mille façons de cuisiner chaque légume et chaque morceau de viande. Dans un pays comme dans l’autre on fait de très nombreuses découvertes culinaires mais les plats sur les tables chinoises n’auront pas grand-chose à voir avec ceux posés sur les tables japonaises.

Là où les Chinois préfèrent avoir des assiettes bien remplies avec de la nourriture riche en goût et en calories (beaucoup d’huile, beaucoup de sauce) les Japonais préfèrent des plats fins et légers bien présentés. Là où le Japon prend un gros avantage sur la Chine c’est du côté des sucreries et des desserts qui sont excellents, abondants et variés. Autre bon point pour le Japon: la cuisine occidentale omniprésente qui permet généralement au visiteur d’avoir le choix entre goûter un nouveau plat ou rester sur une valeur sûre. Tout le monde n’aime pas changer ses habitudes alimentaires.

Nourriture en Chine
Nourriture au Japon

Chine: note
Japon: note

La sécurité

Se sentir en sécurité quand on voyage est un élément non négligeable. Sur ce point le Japon est imbattable et se rapproche de la perfection. Mais la Chine ne s’en tire pas trop mal non plus. Les voyageurs sont parfois victimes de vols ou d’arnaques mais bien moins que dans des pays comme la Thaïlande et sans doute moins qu’en Europe. De plus la violence n’est pas un trait de caractère des Chinois et si on fait attention à garder ses objets de valeur en sécurité on a rarement de problèmes en Chine.

Chine: note
Japon: note

L’ouverture sur le reste du monde

Si la Chine n’est pas un pays facile d’accès du point de vue administratif avec la nécessité d’obtenir un visa et périodes de séjour autorisées assez courtes et toujours changeantes elle offre un avantage certain sur le Japon. C’est celui d’offrir un accès facile à de nombreux autres pays. Depuis la Chine il suffit de prendre le train ou le bus pour se rendre en Russie, en Mongolie, à Hong Kong ou à Macao, au Laos, au Vietnam et j’en passe. La Thaïlande, l’Inde, le Cambodge et bien d’autres pays sont également accessibles raidement et à moindre coût en avion. Même des visites en Corée du Nord deviennent possibles depuis Pékin. Bref la Chine est idéalement placée pour les personnes désirant découvrir l’Asie alors que le Japon est une île isolée de laquelle on ne peut s’échapper qu’en avion et qui ne propose comme destination vraiment proche que la Corée du Sud.

Chine: note
Japon: note

La découverte et le dépaysement

Si on voyage à l’autre bout du monde c’est pour découvrir de nouvelles choses. Que ça soit dans le mode de vie, la nourriture, les décors, l’interaction avec les personnes, les spectacles et festivals, les objets dans les magasins, le sentiment de partir à l’aventure et bien d’autres choses, on peut placer le Japon comme la Chine dans les pays très dépaysants.

Evènements au Japon

Chine: note
Japon: note

L’enrichissement personnel

Est-ce qu’un voyage en Chine ou au Japon change les gens? Peut-être qu’un séjour d’une semaine ne suffit pas mais à la longue ces pays, et particulièrement le Japon, transforment les visiteurs.

En Chine on est appelé à beaucoup réfléchir. On rencontre un mode de vie en société, des formes de pensée et des situations que l’on n’aurait même pas imaginés. Tout ceci nous force à porter un regard différent sur notre vie et nos priorités.

Au Japon le respect impose le respect. On est presque choqué par le respect qu’ont les gens envers les autres personnes, mais aussi envers la nature et les lieux publics. Consciemment ou inconsciemment on adopte rapidement de plus en plus de règles de vie à la japonaise. Enlever ses chaussures à l’intérieur devient la chose la plus logique au monde, on se met à recycler, on adopte des gestes et formules de politesse qui nous paraissaient insensés auparavant, bref, on change vraiment, pas seulement dans la tête mais dans chaque geste du quotidien.

Chine: note
Japon: note

Les filles

Je suis obligé d’aborder le sujet, ne serait-ce que pour améliorer le référencement de cette page sur Google.

De plus en plus dans le monde la Japonaise est vue, à tort ou à raison, comme la femme qui se rapproche le plus de la femme idéale. Aucun doute que dans l’esprit de beaucoup la Japonaise est un argument qui tend à rendre le Japon attractif. Les Chinoises n’ont pas toujours cette image et sur ce point la victoire revient au Japon à mon avis. Je vais me passer de mettre un note là-dessus, ma femme étant japonaise je ne serai pas objectif de toute façon.

Japonaises à Tokyo

Bilan

Dans l’absolu on atteint presque l’égalité parfaite avec 39 cœurs pour la Chine à 40 cœurs pour le Japon. Très légère victoire pour le Japon à première vue mais à vous de faire bouger le curseur en donnant des coefficients plus grands aux points qui vous paraissent plus importants.

Idéalement il faut voir les deux pays. Personnellement j’aime beaucoup voyager au Japon, mais je préfère la Chine pour le côté aventure et le sentiment de gigantisme omniprésent. Disons que le Japon m’a donné envie de rester et que la Chine m’a donné envie de revenir.

Cet article ne reflète que mon avis et est basé sur mon expérience personnelle uniquement. Les notes sont attribuées en comparant la Chine et le Japon, deux pays dans lesquels j’ai passé beaucoup de temps, mais aussi en prenant en compte l’expérience acquise et les sentiments vécus dans d’autres pays.

[Témoignage] Devenir Mangaka au Japon
Commentaires 27

[Témoignage] Devenir Mangaka au Japon

Il y a quelques jours je vous présentai quelques œuvres d’un illustrateur français qui s’appelle Raynart. Il se trouve que le parcours de Raynart est riche d’une expérience très intéressante puisqu’il a tenté de devenir mangaka au Japon. Il est parti un an à Tokyo avec un visa vacances-travail et a démarché les grandes maisons d’édition japonaises. Malheureusement son expérience n’a pas été couronnée de succès mais même de retour en France il n’abandonne pas son ambition. Devenir mangaka au Japon est extrêmement difficile et les étrangers qui percent dans le milieu se comptent sur les doigts de la main. Même si le nom de Raynart n’est pas encore connu au pays de Dragon Ball et One Piece il n’en reste pas moins que son témoignage, rare et complet, est passionnant pour quelqu’un qui s’intéresse un peu à l’univers de la BD japonaise.

À travers son parcours on découvre principalement le fonctionnement des maisons d’édition japonaises et ça recoupe étonnamment bien ce que l’on peut voit dans Bakuman. Mais ça n’est pas tout puisque Raynart donne de nombreux conseils, parle de sa vie à Tokyo, de sa relation avec les Japonais et avec la langue du pays, montre ses œuvres ou photos, et partage ses bons plans comme les adresses où trouver du matériel de dessin à Tokyo. Bref on y apprend plein de choses et je vous conseille vivement de lire son aventure.

La première fois que j’ai découvert Raynart c’est sur un fil de Forum Japon qui regroupait les interventions de personnes voulant devenir mangaka au Japon. La discussion tourne principalement autour de trois intervenants qui partiront au Japon tenter leur chance. Je vous invite à lire le débat en entier mais celui étant très long voici un lien vers la page sur laquelle Raynart arrive dans la conversation. Il parle du parcours pour devenir mangaka point par point et répond aux questions des membres de façon très complète.

Ensuite vous pouvez lire le récit de son expérience de façon chronologique sur son blog. Son année à Tokyo est racontée à partir du 17 août 2010 (page 4 au jour d’aujourd’hui).

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (9)
Commentaires 61

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (9)

Incivilités

Jeter un papier au sol, écraser sa cigarette sur un rebord de poubelle, se garer sur une place réservée, tous ces petits gestes simples du quotidien facilitent la vie… en pourrissant celle des autres.
Vous savez que dès que l’on parle de respect et de propreté le Japon fait presque figure de paradis, et vous devinez déjà quel pays va se trouver en haut du classement. Mais la différence avec les autres pays est-elle si importante?

Pour être plus clair je pense que l’on peut diviser les mauvais comportements en trois catégories: les incivilités envers les lieux publics, les incivilités envers les organismes et les incivilités envers les personnes.

Les incivilités envers les lieux publics

Les dégradations et les actions qui salissent les lieux publics sont probablement ce qui se remarque le plus. La vie en société est une chose particulièrement difficile car chaque action d’une personne peut avoir un impact sur une autre personne. Quand on parle d’incivilités, ou même de micro-incivilités, elles peuvent importuner ou agacer fortement lorsqu’elles sont répétées des milliers de fois.

La Chine a sa propre conception de la vie en société et on peut la résumer en une seule règle: “Chacun pour soi”. Pour un pays communiste c’est un peu un comble. Attention dans les grande villes comme Pékin, Shanghai et Hong Kong les gens adoptent un comportement de plus en plus irréprochable. L’arrivée des J.O. de 2008 a entraîné un pas de géant en matière de propreté, surtout à Pékin, avec l’instauration de règles et de sanctions contre les jets d’ordures et les crachats dans la rue. Ailleurs en Chine par contre c’est la jungle. Ça fait déjà plus de 4 ans que je suis parti est la situation s’est sûrement un peu améliorée car le gouvernement fait beaucoup d’efforts là-dessus mais je garde de la Chine l’image d’un pays où l’on marche sur les détritus et où l’on te crache devant les pieds à chaque pas. Pourtant les villes chinoises pourraient être propres très facilement. Là où j’habitais, à Shenyang, il y avait des poubelles publiques à chaque coin de rue, et le personnel de la ville ramassait sans cesse les ordures. Seulement le temps qu’ils nettoient jusqu’en haut de la rue, le bas de la rue était déjà de nouveau dégueulasse.

En Chine, dans un train entre Shenyang et Harbin en 2008

En France on remarque aussi pas mal de détritus au sol, et la particularité nationale que sont les crottes de chiens. Mais comparé à la Chine les rues sont vraiment très propres. Ce qui choque par contre en France, et que l’on ne trouve pas en Chine ce sont les dégradations volontaires. Que l’on parle de petites incivilités comme le fait d’écraser sa cigarette sur une poubelle en plastique, ou de vandalisme comme rayer les vitres dans les trains, endommager les cabines téléphoniques ou faire des tags moches je pense que la France, et particulièrement à Paris, atteint des sommets. Non seulement ça nuit fortement à la qualité de vie mais en plus ça coûte extrêmement cher au contribuable. Il y a beaucoup de pays dans le monde où les dégradations sont extrêmes et en France la situation est loin d’être la pire, mais généralement les dégradations sont le fait du temps et d’un usage intensif. En France on arrive à avoir des installations à la fois neuves et détériorées.

À cela s’ajoute un autre problème non négligeable, surtout à Paris encore une fois, l’entretien et les réparations sont d’une lenteur incroyable. Faute de moyens plus que de volonté ou de compétence certainement. Pour tout cela, à mon avis le niveau de stress engendré par les incivilités envers les lieux publics est particulièrement important en France car la majorité des personnes respecte les règles et ne demande qu’à vivre dans un endroit propre, on a l’impression de subir injustement le comportement des autres chaque jour .

Au Canada on est agréablement surpris comparé à la France. Les incivilités existent et se remarquent mais sont bien plus rares. Les villes paraissent plus propres et généralement les installations fonctionnent. On note souvent l’usure du temps sur les bâtiments ou sur les routes, mais des mauvais comportements de l’homme la seule chose qui irrite un peu sont les déchets un peu trop présents dans certaines grandes rues.

Le Japon enfin devrait être le modèle à suivre. Les dégradations sont quasiment inexistantes et, malgré l’absence de poubelles publiques ailleurs que dans les stations de trains ou devant les combinis, les déchets dans les rues sont très rares et plus souvent dus aux corbeaux qu’aux hommes. Au contraire même des groupes de volontaires se forment pour nettoyer les rues, et beaucoup de personnes entretiennent spontanément le morceau de rue devant leur entrée. On assiste même parfois à des scènes étonnantes de grands-mères à quatre pattes en train de couper au ciseau l’herbe qui dépasse de la grille autour des arbres. En bientôt 5 ans passés au Japon j’ai dû voir seulement 4 ou 5 fois une crotte de chien par terre. Ici les propriétaires de chiens se déplacent avec un petit sac pour les déjections, mais aussi avec une bouteille d’eau pour nettoyer l’urine.

Les incivilités envers les organismes

Il y a deux jours passait sur le JT de France 2 un reportage sur les gens qui utilisent les transports en commun sans payer. J’ai été étonné de voir le nombre de resquilleurs en France. Surtout que c’était vraiment Monsieur et Madame Tout-le-Monde qui avouait ne pas payer régulièrement. Je ne sais pas si c’est le manque d’habitude mais quand j’ai vu cet hiver des gens passer au-dessus ou en-dessous des tourniquets à Paris ça m’avait choqué. En gros ceux qui payent leur place payent aussi celle des gens qui voyagent gratuitement. Mais ça ne s’arrête pas à ça. En France on ressent clairement une certaine forme d’irrespect envers les institutions, envers la police par exemple, envers le code de la route aussi, et envers l’autorité en général. La situation n’est pas non plus désastreuse et je dis ça surtout en comparant avec le Japon. Je ne suis pas un spécialiste mais j’ai l’impression qu’en France on enlève trop de libertés, on cherche trop à encadrer n’importe quel comportement, et du coup on obtient l’effet contraire de celui recherché. Sur la route par exemple les Français se plient de plus en plus aux règles de vitesse mais c’est vraiment sous de grosses contraintes. En Allemagne on laisse des espaces de liberté aux automobilistes (pas de limitation) et lorsque les limitations de vitesses sont appliquées le conducteur comprend que c’est nécessaire et les respecte sans rechigner. Au Japon on laisse une marge assez importante au-dessus des limitations de vitesse mais le respect de la signalisation en ville est plus observé. On a l’impression que la France manque de souplesse et de capacité d’adaptation dans l’imposition des règles.

En Chine la situation est totalement différente d’une ville à l’autre. À Pékin les automobilistes sont très respectueux des règles mais dans d’autres villes il pourrait ne pas y avoir de feux de signalisation et de passages piétons ça serait la même chose.

Une fois encore le Japon pourrait servir d’exemple car les Japonais et l’attitude rebelle font deux. Les resquilleurs sont rares, j’ai dû en voir seulement deux depuis que je suis à Tokyo et les contrôles deviennent même presque inexistants. Même dans les supermarchés on ne voit pas de portiques de sécurité et certains articles se trouvent même de l’autre côté de la caisse donc on fait vraiment confiance aux clients. Attention rien n’est parfait, en dehors des villes on peut voir par exemple des “gangs de motards”, les bôsôzoku, qui se rassemblent pour faire du bruit dans la rue et narguer la police. Mais il s’agit le plus souvent de jeunes de 15 ou 20 ans qui ont l’air de saints à côté des Hells Angels.

Au Japon on respecte les règles de vie en société

Quant au Canada, encore une fois je le situe dans la moyenne. Ça n’est pas un pays utopique mais on y remarque moins de mauvais comportements qu’en France et le sentiment de sécurité y est plus grand que dans beaucoup d’autres pays industrialisés.

Les incivilités envers les personnes

Commençons par la Chine cette fois. Incontestablement le respect de l’autre n’est pas la première valeur inculquée aux enfants chinois. Ça change mais on part de très loin. Je pourrais vous citer des dizaines d’exemples qui montrent à quel point les Chinois adoptent un comportement qui a l’air égocentrique pour la majorité des étrangers. Par exemple si seulement deux personnes attendent un bus qui arrive presque vide, elles n’hésiteront pas à se pousser pour rentrer en premier. Dans certaines villes les voitures accélèrent pour passer juste devant un piéton qui traverse la route, même à quelques centimètres, plutôt que de perdre 10 secondes à freiner. En Chine c’est “Un contre tous, et tous contre un”.

En France comme au Canada on remarque finalement assez peu de comportements déplaisants envers les personnes. Les gens ne sont pas toujours aimables mais pas franchement impolis non plus. En France il y a parfois de mauvais échanges de regards et des bousculades (et pas seulement à Paris) que l’on ne retrouve pas au Canada où les gens paraissent moins agressifs, mais d’un autre côté La France est aussi le pays où les gens se lèvent le plus facilement dans les transports en commun pour céder leur place à une personnes âgée ou une femme enceinte.

À Montréal au Canada on se promène avec sérénité

Au Japon les gens restent toujours discrets et polis envers les autres. Je le dis souvent mais c’est vraiment un pays dans lequel on a le sentiment d’être en sécurité et où on pense que rien ne peut nous arriver. L’incivilité envers les personnes n’est pas un problème au Japon et décidément le mot “incivilité” ne semble pas du tout correspondre à ce pays.

Mon classement

Sans surprise je classe le Japon premier haut la main sur ce thème mais le Canada s’en sort très bien aussi. On notera que le Canada est le pays où l’immigration est la plus importante (1 Canadien sur 5 est né a l’étranger, et à Montréal c’est un tiers des habitants qui sont des immigrés) mais que les incivilités sont peu nombreuses. Comme quoi faire un lien entre les deux phénomènes comme on le fait souvent en France n’est pas si simple. En France on se rend compte que les incivilités les plus marquantes sont dues à une faible minorité de personnes mais elles sont tellement visibles, si peu condamnées, et réparées si lentement que l’on se sent prisonnier dans un pays en délabrement continu. Je parle souvent de Paris car les dégradations y sont très visibles mais on est confronté à des incivilités sur tout le territoire. Je n’ai jamais vu autant de crottes de chiens que dans le premier arrondissement de Lyon et je n’ai jamais été autant agressé physiquement ou verbalement qu’à Rouen par exemple (Ça fait longtemps, dites-moi si ça a changé). Enfin en Chine il y a encore tout à faire mais il y a une bonne nouvelle, les choses changent vite et la situation a déjà bien évolué dans les grandes villes.

1. Japon
2. Canada
3. France
4. Chine

Même classement que pour le confort de vie.

Partir au Japon: qu’est ce qui vous retient?
Commentaires 69

Partir au Japon: qu’est ce qui vous retient?

fuck geisha
Photo: via blog.umoor.com

Le Japon est une destination de rêve pour beaucoup de monde mais les personnes qui y partent sont finalement peu nombreuses compte tenu de la popularité du pays. Pourquoi? Le Japon est-il un pays si difficile d’accès?

Avant de partir voici quelques difficultés à surmonter qui me viennent à l’esprit:

L’argent: Le Japon est un pays assez cher et ça n’est pas la porte à côté donc partir demande un bon petit budget. En plus il y a tant à faire et à découvrir que partir une ou deux semaines seulement c’est un peu dommage.

Le visa: Partir c’est bien mais pour combien de temps? Avec un visa de tourisme on ne peut rester au Japon que pour 3 mois (6 mois pour les suisses). C’est un peu juste si l’on veut faire l’expérience de la vie au Japon. Heureusement il existe d’autres visas comme le visa vacances-travail qui permettent de rester plus longtemps. Mais si on veut passer toute sa vie au Japon… problème.

La Famille: La famille ou les proches peuvent être un obstacle à un voyage lointain. Difficile par exemple de partir aussi loin sans son conjoint. Et si celui-ci n’aime pas prendre l’avion ou préfère dépenser son argent dans un écran plat ça n’est pas demain que vous ferez vos valises.

Le Travail: Difficile de lâcher son job ou de prendre plusieurs semaines de vacances pour pas mal de monde.

La langue: Le japonais fait peur surtout que l’anglais est assez peu parlé au Japon.

La peur: Peur de voyager seul, peur de se perdre dans l’immense capitale, peur de prendre l’avion etc.

Et vous, dites nous ce qui vous retient de partir, ou quelles solutions vous proposez pour surmonter les problèmes.

Dormir au milieu des dauphins
Commentaires 15

Dormir au milieu des dauphins

Une activité originale si vous voyagez au Japon dans les prochains jours: dormir au milieu des dauphins. Ça se passe à Yokohama, au Yokohama Hakkeijima Sea Paradise, dans un “aquarium tunnel” (la page officielle). Mais ne vous excitez pas trop car si l’expérience fait envie elle ne dure malheureusement que 4 jours entre septembre et octobre 2012 et est réservée à 20 personnes par nuit (sur tirage au sort), et seules les femmes de plus de 20 ans peuvent profiter de l’offre.

Pour ceux celles qui auront la chance de participer il en coûtera ¥12 000 (un peu moins de 120€) pour la nuit avec deux repas inclus. La relaxation est garantie.

Japon: partir plus longtemps avec moins d’argent ou partir moins longtemps avec plus d’argent?
Commentaires 28

Japon: partir plus longtemps avec moins d’argent ou partir moins longtemps avec plus d’argent?

Combien de temps partir et avec quel budget? C’est la question qu’on se pose normalement avant d’organiser son premier voyage au Japon. Au lieu de se demander encore une fois combien coûte un voyage au Japon, on va essayer d’aborder le problème sous un autre angle. En gros, vaut-il mieux partir au Japon quelques jours les poches pleines pour se faire plaisir ou y rester 1 ou 2 mois en mode survivor?

Quand on part au Japon il y a deux gros postes de dépense au départ: l’avion et le logement.

Le prix d’un billet d’avion ne sera pas plus cher si vous partez plus longtemps. Je viens de faire une simulation sur le comparateur de vols du site en prenant des périodes au hasard. L’aller-retour le moins cher entre le 10 septembre et le 17 septembre coûte 594€. Si j’élargis la période du 10 septembre au 10 octobre je trouve des billets à partir de 509€. Pour le même prix ou moins cher autant partir plus longtemps si on peut.

Mais plus on part longtemps et plus l’hébergement coûte cher. Faux! Tout dépend de l’hébergement que vous choisissez. Par exemple un mois en guest-house coûte souvent moins cher qu’une semaine dans un hôtel classique. Aussi, c’est plus cher que les guest-houses, mais louer un appartement est une solution moins chère que l’hôtel dès que l’on reste plus de deux semaines sur place. Bien sûr cela dépend de quel hôtel et de quel appartement mais en général l’hôtel est un hébergement qui revient très cher assez rapidement.

Finalement il ne reste plus qu’à considérer le budget nourriture/transport/loisirs. Et c’est la façon dont vous voulez vivre votre expérience au Japon qui va déterminer combien de temps vous allez pouvoir passer dans le pays avec l’argent dont vous disposez.

Le première question à se poser c’est: Tokyo ou le Japon? Rester en ville durant toute la durée de son séjour demande beaucoup moins de sous que de parcourir le pays du nord au sud. Même se limiter à la visite de deux villes, par exemple Tokyo et Kyoto, demande bien plus de ressources que de rester à un seul endroit car il faudra compter des déplacements onéreux et plusieurs hébergements différents. Sur ce point les avis sont très partagés. Certains essayeront de voir le maximum d’endroits alors que d’autres voudront explorer le plus possible la capitale et ses quartiers. Tokyo est une ville immense et très dynamique. On peut y passer un sacré bout de temps sans tourner en rond si on a préparé un peu son voyage. Vous pouvez aussi choisir une autre ville que Tokyo mais pour un premier voyage la majorité des visiteurs préfèrent la capitale.

Au Japon beaucoup de choses sont gratuites. Sans avoir un budget sorties énorme on peut tout de même faire des choses intéressantes tous les jours. Par exemple la majorité des grands temples et les parcs sont gratuits, c’est le cas aussi de beaucoup de conventions, des matsuri, ou des showrooms de grands constructeurs ainsi que de beaucoup d’autres endroits intéressants. Et bien sûr, à Tokyo, rien de plus excitant que de simplement marcher dans les rues des différents quartiers pour découvrir le paysage urbain et observer des scènes de vie. Mais partir en devant compter chaque sou peut aussi devenir un supplice. Déjà parce que l’on se privera d’aller à certains endroits payants ou trop éloignés, ensuite parce que l’on ne pourra pas profiter de la vie nocturne, encore parce que l’on devra se priver de certaines découvertes culinaires, et enfin parce que l’on devra résister à toutes les tentations d’achats (qui seront nombreuses).

Bref, avec un budget limité on peut tout de même profiter du Japon et faire un voyage de rêve. Mais nécessairement on loupe aussi beaucoup de choses intéressantes.

Que l’on choisisse de partir plus longtemps avec moins d’argent ou de partir moins longtemps avec plus d’argent, dans les deux cas on peut vivre une formidable aventure, et dans les deux cas on risque quelques frustrations. Selon vous quelle est la meilleure solution? Si vous êtes déjà partis au Japon comment avez-vous tranché la question?

Tev, comment tu fais pour habiter au Japon?
Commentaires 34

Tev, comment tu fais pour habiter au Japon?

question-dice Depuis que j’ai ouvert Ici Japon et encore plus depuis la création du blog je reçois beaucoup de questions sur mon parcours et ma vie personnelle. J’essaye de répondre dans la mesure du possible mais comme ça devient difficile je vais commencer à répondre sur le blog aux questions qui reviennent fréquemment, étant donné que ça a l’air d’intéresser du monde et que ça m’évitera d’écrire sans arrêt le même message je pense que c’est une bonne idée. Arrêtez-moi si je me trompe.

La question qu’on me pose le plus souvent c’est “comment tu fais pour habiter au Japon?”, ou “comment je peux faire pour habiter au Japon?”.

Pour faire sa vie au Japon je connais deux grandes solutions.

La première est de trouver un travail au Japon et d’obtenir un visa de travail qui sera renouvellé le temps de votre contrat qui peut durer des dizaines d’années. Mais attention ça n’est pas facile d’obtenir un visa de travail pour le Japon. Il faut pour cela trouver un travail dans une entreprise qui est capable de vous sponsoriser pour l’obtention du visa et aussi rencontrer certaines conditions comme pourvoir justifier d’un niveau Bac + 3 ou de plus de 10 ans d’expérience dans le domaine où vous allez travailler. Trouver du travail dans une grande compagnie japonaise c’est difficile sans avoir de bons diplômes, de l’experience et sans parler japonais. Surtout ces derniers temps ou c’est devenu presque même impossible. La meilleure solution est de trouver un emploi depuis votre pays dans une compagnie qui pourra vous envoyer au Japon. Là encore la clé c’est un bon diplôme. D’autres tentent leur chance directement au Japon, en prenant par exemple un visa vacances-travail d’un an et en espérant trouver quelque chose durant cette période. Ça peut marcher mais pas pour tout le monde. Surtout si vous débarquez au Japon sans connaître le pays ni la langue.

La seconde solution c’est d’avoir un conjoint japonais ou qui a un visa lui permettant de vivre au Japon. Je suis dans ce cas puisque ma femme est japonaise. Si j’habite au Japon c’est totalement par hasard. J’aime ce pays mais jamais je n’aurais pensé y vivre. Mon but était à l’origine de voyager à travers le monde et de découvrir le plus de chose possible, et c’est vraiment le fait d’avoir rencontré une japonaise qui préfère vivre à Tokyo qui fait que j’habite au Japon.

******

J’ai déjà un petit stock de questions à répondre mais n’hésitez pas à m’en poser d’autres par message privé sur le Forum ou en commentaires sur le blog. Pas forcement sur ma vie privée mais aussi sur la vie au Japon en général ou d’autres côtés du Japon qui vous intéressent.

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (1)
Commentaires 30

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (1)

J’ai entrepris d’écrire un article pour répondre aux différentes questions qu’on me pose sur la vie à l’étranger. Ça fait deux semaines que je travaille sur cet article et je n’en vois pas le bout, donc je vais vous le livrer petit à petit, point par point.

On me demande régulièrement ce que j’aime au Japon ou ce qui me manque de France. Depuis longtemps ça m’a donné envie de répondre sous forme d’un duel France vs. Japon afin de dresser une liste des bons et mauvais côtés de chacun des pays. Pour ne pas laisser de côté les nombreux Canadiens qui suivent ce blog j’ai décidé ensuite de rajouter le Canada dans le comparatif. Et finalement pourquoi ne pas rajouter aussi dans le match la Chine qui est un pays haut en couleurs et qui accueille de plus en plus de monde. Je vais aussi mentionner d’autres endroits mais je vais surtout me concentrer sur ces quatre pays dans lesquels j’ai habité le plus longtemps.

Attention, je ne donne que mon avis personnel, et bien entendu chaque personne aura une perception différente de chaque pays.

En guise d’introduction je dirais juste que la France, le Japon, la Chine et le Canada sont tous des pays que j’aime beaucoup et dans lesquels j’ai beaucoup aimé vivre. Cependant je les aime pour des raisons très différentes, et la vie dans chacun d’entre eux a ses bons côtés mais aussi ses mauvais côtés. Il n’y a pas d’endroit parfait.

En France j’ai habité dans plusieurs régions différentes jusqu’à mes 23 ans (24 ans?). En Chine j’ai habité un peu plus d’un an à Shenyang, une ville du nord-est d’environ 7 millions d’habitants qui se modernise mais qui a encore pas mal de retard sur les villes les plus modernes (Pékin, Shanghai et Hong Kong), et j’ai aussi beaucoup voyagé dans le reste du pays. Au Canada je suis surtout resté à Montréal, presque 4 ans, comme étudiant. Au Japon, je suis installé définitivement à Tokyo avec femme et enfant, et j’y ai passé environ 4 ans.

Administration

Je commence par un thème chiant à mourir mais je vais prendre chaque point par ordre alphabétique.

L’administration est une machine infernale dans chaque pays à laquelle l’expatrié est obligé de se frotter s’il n’est pas employé d’une grosse entreprise qui s’occupe de tous les papiers pour lui. Que ce soit pour des raisons de visa, de changement de situation familiale, d’assurance ou autres on a tout le temps besoin de faire des démarches administratives. Si vous trouvez déjà ça pénible dans votre pays essayez comme moi de réunir en France les papiers nécessaires à un mariage au Japon tout en habitant en Malaisie… Bienvenue en enfer!

Clairement le pire que j’ai vu c’est en Chine. En Chine on est libre de ses mouvements (moins qu’ailleurs mais ça va tout de même) mais les autorités veulent toujours savoir où se trouvent les étrangers. En théorie quand on se déplace dans le pays on doit se rendre au poste de police du quartier pour informer que l’on s’absente de la ville et dire où l’on va et pour combien de temps. Je ne sais pas si beaucoup de monde le fait mais la seule fois où je me suis rendu au poste de police c’était pour m’enregistrer lors de la location de mon appartement (c’est obligatoire), et l’endroit était tellement horrible que ça m’a passé l’envie d’approcher la police chinoise pour quelque raison que ça soit. Et c’est pareil pour toute la paperasse et toute l’administration, ça prend du temps, les locaux sont pourris, et le personnel est le plus mal aimable possible. Sans compter que les gens ne parlent que chinois et ne font aucun effort pour te comprendre ou t’aider à t’orienter.

Au Japon, comme on pourrait s’y attendre, tout est super carré. Le personnel est prévenant et en général on trouve des guichets et des formulaires pour les étrangers (en anglais et parfois en chinois). Par contre tout est payant et relativement cher. Et les démarches sont parfois complexes. Il n’y a pas de problème pour tout ce qui touche le visa etc. mais ma femme et moi avons bien galéré pour changer le nom de famille de notre fils par exemple.

En France j’ai eu l’impression que les démarches peuvent être parfois très simples et parfois super galères. Et que tout dépend en grande partie de la personne que tu as en face de toi au guichet ou au téléphone. Certaines personnes peuvent être très désagréables alors que d’autres se donnent à fond pour toi. Mais en général l’administration française est une grosse machine, très complexe et très lente.

Au Canada je connais un peu moins étant donné que les étudiants français sont bien encadrés et bénéficient de pas mal d’avantages (toutes les démarches se font en français au Québec, l’assurance est gratuite et facile à obtenir, etc.). Il y a tout de même quelques aberrations (comme partout). Par exemple on ne peut pas changer de statut sur place et je me rappelle avoir dû traverser la frontière US juste pour changer mon visa de tourisme en visa étudiant.

Mon classement:

1. Canada
2. Japon
3. France
4. Chine

Japon: 1 budget – 5 voyages (1)
Commentaires 50

Japon: 1 budget – 5 voyages (1)

1. Jean-François G. Delatune

icon 1 week-end détente à Tokyo
icon Budget: 6 000€

2. René Pantoufle

icon 10 jours à travers le Japon en voyage organisé
icon Budget: 6 000€

3. Jeanne Toulemonde

icon 3 semaines à travers le Japon en mode découverte
icon Budget: 6 000€

4. Vincent Gétudi

icon 3 mois à Tokyo en séjour linguistique
icon Budget: 6 000€

5. Frédéric Danladèche

icon 1 an à Tokyo en Working Holiday
icon Budget: 6 000€

Départ

Après une dure semaine de travail à négocier la fusion de son cabinet d’architecture avec l’entreprise leader mondiale du rideau de douche, Jean-François G. Delatune s’octroie deux jours de détente bien mérités à Tokyo. Il prend un vol direct Paris-Tokyo en première classe sur la compagnie aérienne Qatar Airways. Bien calé dans son grand fauteuil en cuir il s’endort paisiblement une coupe de champagne à la main en repensant au joli postérieur de l’hôtesse de l’air qui vient de passer dans le couloir. [3 000€]

Depuis que sa femme l’a quitté pour le plombier c’est la première fois que René Pantoufle part seul en voyage. Il profite de sa liberté retrouvée pour vivre le voyage de ses rêves à l’autre bout du monde. Il a choisi un voyage organisé, un circuit de 10 jours sur le thème du Japon traditionnel. Il embarque avec son groupe dans un avion de la compagnie Japan Airlines, en classe économique. Bien calé dans son fauteuil spacieux il s’endort sans mal un verre de vin rouge à la main en repensant au joli postérieur de l’hôtesse de l’air qui vient de passer dans le couloir. [5 000€]

Jeanne Toulemonde travaille comme secrétaire pour un petit avocat de Dijon. Chaque année elle fait un voyage à l’étranger, en général elle ne part pas si loin mais le Japon était sur sa liste des pays à voir depuis longtemps et comme le yen a bien baissé cette année elle a saisi l’occasion. Elle a organisé son voyage toute seule de A à Z. Pour l’avion elle a choisi la compagnie Emirates Airlines qui propose des prix intéressants et une qualité de services irréprochable. Bien calée dans son fauteuil confortable elle s’endort avant l’escale à Dubaï, un verre de jus de pomme à la main en pensant qu’elle aimerait bien avoir le même postérieur que l’hôtesse de l’air qui vient de passer dans le couloir. [700€]

Vincent Gétudi vient de finir son Master histoire et civilisations. Ça fait déjà un bout de temps qu’il sait qu’il ne trouvera pas de travail avec son diplôme et il a réussi à convaincre ses parents de l’envoyer au Japon pour dévaliser les magasins de Akihabara et draguer les Japonaises pour étudier le japonais afin de donner un aspect international à son CV et ainsi multiplier ses chances de succès dans la recherche d’un emploi. Son billet d’avion il le prend également sur Emirates Airlines car il était parmi les moins chers et en plus on lui a dit que les écrans incrustés dans les dossiers de sièges étant “super grands” et que le choix de films à bord était “énorme”. Bien calé dans son fauteuil confortable il s’endort un verre de coca à la main devant un épisode de Game of Thrones en repensant au joli postérieur de Daenerys Targaryen. [700€]

Frédéric Danladèche vient de perdre son boulot de responsable du rayon musique au Virgin Megastore de Toulouse. Il décide de positiver et de mettre à profit son nouvel emploi du temps allégé. Il s’envole pour le Japon avec toutes ses économies et un visa vacances-travail en poche. Son but est de rester un an à Tokyo et peut-être plus s’il décroche un visa de travail sur place. Pour économiser un maximum il a choisi sa date de départ en fonction du billet d’avion le moins cher qu’il ait trouvé sur internet. Un aller-retour d’une semaine sur la compagnie aérienne russe Aeroflot. Il sait qu’il n’utilisera pas le billet de retour mais cette solution coûte étrangement moins chère qu’un aller simple. Bien coincé dans son fauteuil il s’endort difficilement un verre d’eau à la main en pensant à l’état de son postérieur après avoir passé les services de sécurité à l’escale de Moscou. [500€]

À suivre…