Tev, quel est ton parcours avant d’arriver au Japon?
Commentaires 13

Tev, quel est ton parcours avant d’arriver au Japon?

question-dice C’est une question qu’on me pose très fréquemment, voire même LA question qui revient tout le temps. Comment j’en suis arrivé à m’installer au Japon? Comme je l’ai déjà mentionné, même si j’adore le Japon je n’avais jamais pensé y vivre un jour. Quand j’ai quitté la France il y a quelques années mon but était assez vague et consistait surtout à découvrir le plus de choses possibles et à m’éloigner autant que je pouvais du modèle métro-boulot-dodo.

En 2003 je quitte la France pour le Canada. Au début mon objectif est d’apprendre l’anglais pendant 1 mois en stage intensif mais je décide de rester 1 mois supplémentaire puis 3 autres mois et finis par m’inscrire à l’université pour obtenir un visa d’étudiant et pouvoir rester à Montréal, une ville que j’adore. Ma chance c’est d’avoir eu des parents qui m’ont poussé à faire des études et qui m’ont envoyé à l’université à l’étranger même si ça leur coûtait un bras. À l’époque je n’avais absolument aucune envie d’aller à la fac mais le fait d’y aller à l’étranger m’a motivé.

Avant que le cursus ne commence à la fac j’ai décidé de partir au Japon pour 3 mois. Dans les classes d’anglais que je prenais à Montréal j’ai rencontré beaucoup de Japonais qui sont devenus des amis, mon premier contact avec le Japon, je ne connaissais rien de ce pays avant, et lorsque la plupart de ceux-ci sont retournés au Japon j’ai décidé de les accompagner.

Ce premier voyage m’a coûté presque toutes mes économies. C’est surtout le prix du logement et de l’école de japonais qui m’ont coûté cher. En effet je ne voulais pas voyager juste pour faire du tourisme mais essayer de découvrir le pays plus profondément et pour moi ça passe forcément par l’apprentissage de la langue. En plus j’avais découvert au Canada que les écoles de langues sont un excellent moyen de rencontrer des gens intéressants.

Ce premier voyage au Japon, à Tokyo, a été un vrai succès. Comme tous ceux qui débarquent pour la première fois j’étais étonné à chaque coin de rue et je suis reparti avec des souvenirs plein la tête. Quelques mois plus tard j’y suis retourné pour passer les fêtes de fin d’année chez une amie japonaise et j’en ai profité pour faire un saut à Tokyo. C’était le reste de mes maigres économies.

Après le Japon je suis retourné à Montréal où j’ai entamé mes études. Après ma deuxième année de fac, fac de droit, j’ai tout lâché. Les cours se passaient bien et encore un an et demi à ce rythme et j’étais avocat au Canada ou aux Etats-Unis. Mais petit à petit l’univers du droit et les personnes que je rencontrais me plaisaient de moins en moins. Je m’imaginais facilement dans ma maison de retraite, plein de thunes, mais sans avoir rien fait d’autre que de bosser toute ma vie dans un monde qui ne me plaisait pas. Ça ne collait pas vraiment à ma philosophie de la vie de l’époque basée sur le principe “pourquoi passer sa jeunesse à préparer son avenir si c’est pour passer son avenir à regretter sa jeunesse”. J’ai donc laissé la fac en plan pour partir au Japon avec un visa working holiday (WH).

J’avais un visa d’un an pour le Japon mais pas vraiment de projet. Une amie m’avait trouvé un petit boulot sympa et j’espérais profiter un maximum de mon année sur place et ensuite passer à un autre pays. Peut-être l’Austalie avec le même visa, ou alors un pays plus excitant et pas cher comme la Chine ou l’Inde. Je n’ai pas eu le temps de me poser sérieusement la question longtemps puisque j’ai rencontré celle qui est devenue ma femme assez rapidement après mon arrivée en WH. On a voyagé ensemble quelques années avant de se marier et de finalement s’installer définitivement au Japon. Ma femme adore voyager mais n’imagine pas faire sa vie ailleurs qu’à Tokyo, et comme c’est une ville dans laquelle je m’imaginais bien vivre elle n’a pas eu besoin de me convaincre.

La morale c’est qu’on peut vivre au Japon sans avoir de diplôme ni d’argent quand le destin s’en mêle. Mais malgré mon parcours le Japon me paraît très difficile d’accès si l’on n’a pas fait de grandes études et même pour un simple séjour en WH je conseille de partir bien préparé avec un bon budget devant soi et si possible en parlant japonais le mieux possible.

Tev, comment tu fais pour voyager autant?
Commentaires 41

Tev, comment tu fais pour voyager autant?

question-dice Comme chaque week-end je réponds à une de vos questions et pour une fois je choisis de répondre à une question concernant le voyage et non le Japon. Lors de mes articles je fais souvent référence à d’autres pays dans lesquels j’ai voyagé ou habité et régulièrement on me pose des questions ou on me demande des conseils sur le sujet. Le plus souvent on me demande comment je fais pour aller dans autant de pays, si j’ai gagné au loto ou comment faire pour passer un certain temps à voyager si on n’a pas beaucoup d’argent.

Déjà une petite mise au point. Via internet on se fait souvent une image faussée des personnes, en bien ou en mal, et si je donne parfois l’impression d’avoir été partout c’est loin d’être le cas. J’ai surtout voyagé en Asie. Du continent Américain je ne connais que le Canada et un tout petit peu les États-Unis. Je n’ai jamais mis les pieds sur le continent africain ni en Océanie. Il me reste donc énormément de pays à découvrir.

Pour voyager il faut deux éléments. L’argent et la volonté (En admettant qu’on ait la santé).

L’argent est souvent une mauvaise excuse. Ça n’est pas qu’il manque mais qu’on préfère l’utiliser autrement. C’est un problème de définition des priorités. Je n’ai jamais eu un compte en banque plein à craquer ni un salaire d’ingénieur de la Nasa mais ça ne m’a jamais empêché de partir. Évidemment tout le monde ne peut pas partir du jour au lendemain aux quatre coins du monde mais en redéfinissant ses priorités tout le monde peut arriver à voyager presque partout. Pour partir en voyage ça m’est arrivé plusieurs fois de dépenser jusqu’à mon dernier sou et quand je parle de sens des priorité ça veut dire qu’à l’époque où je voyageais beaucoup j’ai dit au revoir à beaucoup de choses. Plus de téléphone portable, plus de voiture, plus de moto etc. Pas besoin d’être un génie pour voir que le budget de la majorité des gens est grillé par les abonnements divers, les assurances, l’essence etc. Quand on se débarrasse de tout ça et qu’on décide de partir à l’étranger on a souvent plus besoin de grand chose pour vivre. Cela implique juste de choisir des pays abordables comme destination et de partir pour longtemps. Un pays comme l’Inde par exemple on peut y rester 1 an comme touriste et une fois le billet d’avion payé il ne faut pas beaucoup d’argent pour rester sur place. Et c’est pareil dans beaucoup de pays d’Asie.

Et en réalité, à part le Japon où j’ai travaillé et le Canada où je faisais des études je n’ai voyagé que dans des pays qui coûtaient 3 fois rien et souvent pendant de longues durées (1 an et demi en Chine, 7 mois en Malaisie) ou avec un sac à dos en mode routard (Inde, Laos, Thaïlande, Cambodge, Vietnam). En plus, une fois en Asie il devient très facile de passer d’un pays à l’autre pour pas cher. Depuis la France un voyage en Thaïlande peut paraître cher. Depuis la Malaisie c’est juste quelques dizaines d’euros pour un billet d’avion.

Évidemment si on veut partir en voyage organisé ou loger dans un hôtel 4 étoiles il faut un sacré budget. Mais en mode routard en logeant dans des hôtels pas chers et en mangeant dans la rue ou des petits restaurants avec les gens du pays on peut faire un super voyage de plusieurs mois pour le prix d’une semaine au club med.

J’ai tout de même deux avantages par rapport à beaucoup de monde qui sont 1. mes parents et 2. Ici Japon.

En effet tout le monde n’a pas la chance d’avoir un point de chute ou quelqu’un à pouvoir appeler en cas de problème. De mon côté j’ai toujours su que je n’avais qu’un coup de fil à passer à mes parents si j’avais besoin de quelque chose en cas d’urgence. C’est donc plus facile de partir dans ces conditions.

Ici Japon a était un coup de chance. Lorsque je suis parti vivre en Chine et ensuite voyager dans toute l’Asie je n’avais pas beaucoup d’argent devant moi. J’ai mis tout le temps et l’argent que j’avais pour faire une version des cours de japonais payante sur le site et retourner quelques semaines en France pour ouvrir une entreprise individuelle. Je ne m’attendais pas à gagner une fortune mais au moins à m’enlever le poids financier de l’hébergement du site qui coûte plusieurs centaines d’euros par an (l’équivalent de pusieurs mois de loyer en Chine dans mon optique de l’époque). Les recettes n’ont pas été exceptionnelles mais ça plus un peu de pub m’ont permis de vivre confortablement en Chine dans une ville où la vie ne coûtait pas chère. Ensuite ça m’a permis de voyager à travers l’Asie sans avoir à faire de halte pour travailler et mettre de l’argent de côté pour repartir.

Durant mes voyages j’ai rencontré beaucoup de voyageurs de divers nationalités et beaucoup étaient des gens avec un travail normal sans trop d’économie qui ont tout lâché, comme moi, pour partir faire un grand voyage ou un tour du monde. La plupart se débrouillait bien mieux que moi pour trouver du travail ou trouver des combines pour vivre pas cher.

Maintenant je suis de retour à une vie “normale”. J’ai de nouveau un travail, des factures et des abonnements à payer et je me vois mal partir en vacances plus d’une semaine dans les mois à venir. Mais j’ai déjà bien profité et je suis plutôt content de pouvoir poser mes bagages quelques temps.

La question que je vous pose est: seriez-vous prêt à tout abandonner pour partir que ce soit au Japon ou aileurs?

Tev, est-ce que tu vas rester à Tokyo?
Commentaires 24

Tev, est-ce que tu vas rester à Tokyo?

question-dice Traditionnellement je réponds à l’une de vos questions chaque week-end. En raison de l’actualité que l’on connaît tous j’ai raté ce rendez-vous la semaine dernière mais je me rattrape aujourd’hui avec une question qu’on m’a beaucoup posé ces 3 derniers jours. Est-ce que tu comptes rester à Tokyo/au Japon?

Comme vous le savez les nouvelles aux infos ne sont pas très optimistes sur la situation de la centrale nucléaire de Fukushima située à 250km de Tokyo. L’ambassade de France conseille aux expatriés de s’éloigner de la capitale et la France est même le premier pays à organiser un rapatriement – je ne sais pas si on peut appeler ça comme ça mais ils préparent des avions pour évacuer les français.

À Tokyo on constate que beaucoup de français ont déjà quitté la ville. Vous le savez je travaille dans une boulangerie du quartier français et hier je n’ai vu aucun compatriote parmi la bonne vingtaine de clients français habituels. Sur le net on peut lire beaucoup de témoignages de français qui sont retournés en France ou descendus dans le sud du pays pour quelques jours ou semaines. Vous en avez peut-être lu sur les commentaires d’Ici Japon, et sur les sites d’expatriés assez connus on peut voir le témoignage de Daimaou d’Akihabara News qui rentre en France avec sa fille, ou de David Michaud de LeJapon.fr qui est parti à Kyoto. Beaucoup d’autres annoncent également leur départ sur Forum Japon, forum qui regroupe beaucoup d’expatriés. Au bureau de l’immigration ça devient difficile de mettre son passeport à jour à cause des queues interminables (il faut un “timbre” spécial pour revenir au Japon une fois que l’on sort).

Je comprends cette réaction de prudence qui ne me paraît pas excessive au vue de la situation. Je pense spécialement aux familles avec des enfants qui veulent les mettre en sécurité avant toute chose.

Pour ma part je regarde de près l’évolution de la situation à la centrale de Fukushima. Je n’ai pas encore pensé à partir ni même évoqué la possibilité sérieusement avec ma femme. Déjà parce que j’ai ma femme, ma belle-famille et deux boulots ici. Ensuite parce que je suis plutôt optimiste après avoir recoupé toutes les infos françaises, anglaises/américaines ou japonaises que je pouvais trouver. Je ne suis pas très inquiet au niveau d’un nouveau séisme ou de la pénurie dans les magasins, et seul le problème du réacteur me préoccupe mais reste assez loin de m’alarmer.

Au Japon je suis entouré presque uniquement de japonais et le fait de les voir calmes et aller au travail normalement doit m’inciter machinalement à faire la même chose. J’adopte la voie japonaise en quelques sortes. J’imagine que les expatriés qui parlent entre eux doivent sentir monter la pression à chaque nouvelle conversation, et ce n’est pas le cas avec moi et les personnes japonaises de mon entourage. En plus j’avoue que j’aime être au coeur de l’action et je me considère chanceux de pouvoir observer les évènements de mes propres yeux plutôt qu’à la télé. J’espère que je pourrais toujours me considérer comme chanceux dans les heures et jours à venir. Je vous rassure tout de même si la situation empire je ne vais pas rester planter au milieu de Tokyo pour prendre le nuage radioactif en photo au milieu de la ville (il est transparent en plus) et je partirai si j’estime l’heure venue et que ma femme m’accompagne. Mais je le répète je ne suis pas encore inquiet à ce point là et en plus le temps joue en notre faveur, chaque nouveau jour devient théoriquement de moins en moins dangereux.

Interview de Tev sur Tokyo Incognito
Commentaires 38

Interview de Tev sur Tokyo Incognito

C’est plutôt flatteur, l’équipe de Tokyo Incognito m’a invité pour une interview cette semaine. C’était un entretien assez décontracté de type interview audio, à mi-chemin entre le podcast et la discussion entre amis. La rencontre était intéressante, d’autant plus que Céline et Othmane qui m’ont reçu sont très sympas.

On a abordé des sujets “classiques” mais sur lesquels il y a beaucoup de choses à dire: la vie à Tokyo, le tremblement de terre, Ici Japon, les Kit Kat au thé vert…

Si vous avez des questions sur le contenu, si vous voulez me faire remarquer que je dis des conneries (car j’en dis quelques-unes) ou que je ne devrais pas parler la bouche pleine, postez un commentaire ici ou sur Tokyo Incognito. J’essayerai d’y répondre pour rendre l’expérience plus interactive. Ou alors vous pouvez simplement laisser un petit message d’encouragement sur Tokyo Incognito, c’est un site assez jeune avec une équipe qui se donne du mal et je pense qu’un mot de soutien leur fera plaisir, surtout s’il est sincère 🙂

icon Écouter/lire l’interview sur Tokyo Incognito

Deux mots sur Tokyo Incognito:

Le site appartient à une entreprise japonaise qui se spécialise dans l’intégration des étrangers au Japon ainsi que dans l’échange culturel entre les personnes de différentes nationalités. Vous avez peut-être entendu parler des guest houses Tokyo Stay ou du bar Speakeasy (sur le blog de Dreamy par exemple). C’est la même boîte.

Tokyo Incognito c’est un site sur la culture japonaise, ainsi que sur la vie et sur les évènements à Tokyo qui est rédigé par des francophones au Japon. Chaque jour ou presque, à 10h, un nouvel article y est publié. Le contenu est assez varié et intéresse aussi bien ceux qui aiment la culture japonaise que ceux qui préparent leur voyage.

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (1)
Commentaires 30

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (1)

J’ai entrepris d’écrire un article pour répondre aux différentes questions qu’on me pose sur la vie à l’étranger. Ça fait deux semaines que je travaille sur cet article et je n’en vois pas le bout, donc je vais vous le livrer petit à petit, point par point.

On me demande régulièrement ce que j’aime au Japon ou ce qui me manque de France. Depuis longtemps ça m’a donné envie de répondre sous forme d’un duel France vs. Japon afin de dresser une liste des bons et mauvais côtés de chacun des pays. Pour ne pas laisser de côté les nombreux Canadiens qui suivent ce blog j’ai décidé ensuite de rajouter le Canada dans le comparatif. Et finalement pourquoi ne pas rajouter aussi dans le match la Chine qui est un pays haut en couleurs et qui accueille de plus en plus de monde. Je vais aussi mentionner d’autres endroits mais je vais surtout me concentrer sur ces quatre pays dans lesquels j’ai habité le plus longtemps.

Attention, je ne donne que mon avis personnel, et bien entendu chaque personne aura une perception différente de chaque pays.

En guise d’introduction je dirais juste que la France, le Japon, la Chine et le Canada sont tous des pays que j’aime beaucoup et dans lesquels j’ai beaucoup aimé vivre. Cependant je les aime pour des raisons très différentes, et la vie dans chacun d’entre eux a ses bons côtés mais aussi ses mauvais côtés. Il n’y a pas d’endroit parfait.

En France j’ai habité dans plusieurs régions différentes jusqu’à mes 23 ans (24 ans?). En Chine j’ai habité un peu plus d’un an à Shenyang, une ville du nord-est d’environ 7 millions d’habitants qui se modernise mais qui a encore pas mal de retard sur les villes les plus modernes (Pékin, Shanghai et Hong Kong), et j’ai aussi beaucoup voyagé dans le reste du pays. Au Canada je suis surtout resté à Montréal, presque 4 ans, comme étudiant. Au Japon, je suis installé définitivement à Tokyo avec femme et enfant, et j’y ai passé environ 4 ans.

Administration

Je commence par un thème chiant à mourir mais je vais prendre chaque point par ordre alphabétique.

L’administration est une machine infernale dans chaque pays à laquelle l’expatrié est obligé de se frotter s’il n’est pas employé d’une grosse entreprise qui s’occupe de tous les papiers pour lui. Que ce soit pour des raisons de visa, de changement de situation familiale, d’assurance ou autres on a tout le temps besoin de faire des démarches administratives. Si vous trouvez déjà ça pénible dans votre pays essayez comme moi de réunir en France les papiers nécessaires à un mariage au Japon tout en habitant en Malaisie… Bienvenue en enfer!

Clairement le pire que j’ai vu c’est en Chine. En Chine on est libre de ses mouvements (moins qu’ailleurs mais ça va tout de même) mais les autorités veulent toujours savoir où se trouvent les étrangers. En théorie quand on se déplace dans le pays on doit se rendre au poste de police du quartier pour informer que l’on s’absente de la ville et dire où l’on va et pour combien de temps. Je ne sais pas si beaucoup de monde le fait mais la seule fois où je me suis rendu au poste de police c’était pour m’enregistrer lors de la location de mon appartement (c’est obligatoire), et l’endroit était tellement horrible que ça m’a passé l’envie d’approcher la police chinoise pour quelque raison que ça soit. Et c’est pareil pour toute la paperasse et toute l’administration, ça prend du temps, les locaux sont pourris, et le personnel est le plus mal aimable possible. Sans compter que les gens ne parlent que chinois et ne font aucun effort pour te comprendre ou t’aider à t’orienter.

Au Japon, comme on pourrait s’y attendre, tout est super carré. Le personnel est prévenant et en général on trouve des guichets et des formulaires pour les étrangers (en anglais et parfois en chinois). Par contre tout est payant et relativement cher. Et les démarches sont parfois complexes. Il n’y a pas de problème pour tout ce qui touche le visa etc. mais ma femme et moi avons bien galéré pour changer le nom de famille de notre fils par exemple.

En France j’ai eu l’impression que les démarches peuvent être parfois très simples et parfois super galères. Et que tout dépend en grande partie de la personne que tu as en face de toi au guichet ou au téléphone. Certaines personnes peuvent être très désagréables alors que d’autres se donnent à fond pour toi. Mais en général l’administration française est une grosse machine, très complexe et très lente.

Au Canada je connais un peu moins étant donné que les étudiants français sont bien encadrés et bénéficient de pas mal d’avantages (toutes les démarches se font en français au Québec, l’assurance est gratuite et facile à obtenir, etc.). Il y a tout de même quelques aberrations (comme partout). Par exemple on ne peut pas changer de statut sur place et je me rappelle avoir dû traverser la frontière US juste pour changer mon visa de tourisme en visa étudiant.

Mon classement:

1. Canada
2. Japon
3. France
4. Chine

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (2)
Commentaires 43

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (2)

icon Voir tous les articles sur la série “Vivre à l’étranger”

Confort de vie

Je parlerai du coût de la vie plus tard. Dans “confort de vie” je regroupe tout ce qui est facteur de détente ou de stress dans un pays, sans rapport avec la situation financière d’une personne.

Commençons avec le Canada. C’est un pays dans lequel il est facile de vivre et je pense que n’importe qui peut s’adapter au mode de vie sans grande difficulté. Pour un francophone le Québec est idéal puisque tout se fait en français, mais même dans le reste du pays tout le monde peut se débrouiller en ne parlant que quelques mots d’anglais. Ça n’est pas comme s’il fallait apprendre le chinois pour vivre normalement. En plus c’est un pays moderne, en ville on trouve tout ce que l’on veut, et avec peu de violences ce qui est un gros plus par rapport à la France. L’hiver de six mois peut être un problème, beaucoup d’expatriés abandonnent le Canada après deux ou trois ans à cause du froid et de la nuit qui tombe vite et rend morose. Vivre à Montréal était pour moi très simple et sans aucun stress, comme j’aime les sports de glisse et que j’habitais dans la ville avec tout à portée de main l’hiver ne me gênait pas vraiment non plus.

La France est un pays dans lequel on vit assez confortablement. Le climat est plutôt agréable par rapport à de nombreux pays (pas de grand froid, pas de grandes chaleurs, pas d’humidité ou de fortes pluies) et on y respire un air pur. Par contre l’enfer débute avec les transports en commun, surtout à Paris, qui sont indignes d’un grand pays, et se poursuit avec les grèves à répétition. Autre facteur de stress pour beaucoup de monde, en tout cas ça l’était souvent pour moi, il y a toujours des voisins insupportables dans les parages qui ne respectent pas les autres (genre la musique à fond). Enfin gros problème en France que je n’ai jamais rencontré à cette échelle ailleurs: le racket, le vol, et la violence en général. Sortir son smartphone dans un lieu public ne se fait pas si facilement, et laisser sa voiture garée dehors c’est prendre des risques. Et puis, ça a peut-être évolué ces dernières années, mais je ne connais aucun autre pays avec autant de merdes de chiens dans la rue.

La Chine. Pollution, saleté, nuisances sonores, politesse inexistante… tous les facteurs de stress sont réunis au même endroit. Vous me direz il y a pire, l’Inde par exemple, mais tout de même la vie en Chine est vraiment pénible. Il faut faire de gros efforts pour faire la moindre petite chose. Acheter un simple billet de train est une vraie galère par exemple et à la banque il faut littéralement gueuler pour faire avancer les choses. Et bien sûr tout se passe en chinois. Dans plusieurs pays d’Asie on se débrouille bien avec seulement l’anglais (Inde, Malaisie, Thaïlande dans une moindre mesure) mais en Chine le concept même de langue étrangère est inconnu pour une grande partie de la population. Essayez de commander, en chinois, une bouteille de gaz par téléphone pour voir. Même en étant un peu à l’écart de la population (résidence calme, cours dans un bâtiment spécial sur le campus de l’université) chaque mouvement du quotidien est stressant. Le simple fait de marcher dans la rue est stressant, il y a des trous entre les pavés, même parfois des bouches d’égout ouvertes, les gens te crachent presque sur les pieds, les voitures ne respectent aucun feu… Au bout de quelques mois on s’habitue mais au final le stress revient et on a tendance à s’énerver pour un rien. Mais d’un autre côté c’est aussi ce qui fait “le charme” du pays, au moins on est dépaysé et le quotidien n’est pas banal. En plus la Chine évolue vite et se “civilise”, même si dans la plupart des endroits on part de très loin et il faudra encore pas mal d’années avant d’arriver au niveau de confort des autres pays riches.

Pollution en Chine, ville de Shenyang

Au Japon on a tout le contraire de la Chine. Les gens vivent dans le respect des autres et tout est fait pour faciliter la vie des gens. Les transports en commun fonctionnent comme une montre suisse, on ne se sent pas agressé par le regard des autres, on est toujours bien accueilli. On sent vraiment que les gens se donnent à fond dans tout ce qu’ils font. Un vrai plaisir. Une chose que j’apprécie beaucoup aussi est le fait que les magasins ouvrent tous les jours même le dimanche, et bien sûr il y a des combinis ouvert 24h/24 – 7j/7 partout ainsi que des distributeurs de boissons à chaque coin de rue (littéralement – même plusieurs). Autre chose bien pratique: la carte Suica (ou Pasmo) qui permet de circuler sur tous les réseaux de transport mais aussi de faire ses achats un peu partout. Du coup la monnaie devient de moins en moins utile et on gagne pas mal de temps. Bref, plein de petites choses viennent faciliter la vie au quotidien et tout ça mis bout à bout fait du Japon le pays le plus confortable pour moi. Question climat il fait un peu trop chaud et humide l’été pour beaucoup, et le pays connaît aussi une saison des pluies mais honnêtement ça ne gêne pas vraiment. Les typhons et les tremblements de terre (petits en général) sont aussi fréquents mais là non plus ça ne gêne pas le quotidien.

Mon classement:

1. Japon
2. Canada
3. France
4. Chine

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (3)
Commentaires 24

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (3)

icon Voir tous les articles sur la série “Vivre à l’étranger”

Coût de la vie et Niveau de vie (article édité le 06 oct. 2012)

Avec Tokyo classée en 2011 comme la ville la plus chère du monde pour les expatriés et Osaka classée troisième, le Japon paraît mal engagé dans la bataille sur le coût de la vie.

Une pomme à 15 € à Tokyo

Mais voyons la France d’abord. Ça fait déjà quelques années que je suis parti mais à l’époque la France était déjà un pays où le coût de la vie me paraissait très élevé. Et d’après ce que j’entends dans mon entourage ou ce que je vois dans les infos (je m’intéresse quand même beaucoup à ce qui se passe en France) ça devient de pire en pire. Vu depuis l’étranger les Français ont l’air de bien galérer et d’avoir du mal à s’en sortir même avec un bon boulot. On a même l’impression que tous les Français vivent de trucs Low cost et que dès qu’une personne a un salaire un peu plus élevé il sort du lot et se fait cracher dessus par les autres (au Japon les “riches” parlent de leur salaire à la télé et sont plutôt montrés comme des exemples à suivre). Avant la classe moyenne française avait un train de vie agréable mais maintenant ça n’est plus vraiment le cas.

Au Canada les salaires sont un peu plus bas qu’en France mais les loyers, les factures, la nourriture, les loisirs et pleins d’autres choses sont généralement moins chers que dans les autres pays industrialisés. À Montréal j’appréciais par exemple de pouvoir me faire livrer à domicile n’importe quel genre de nourriture sans me ruiner, j’allais aussi un cinéma deux fois par semaine sans que ça se sente vraiment sur mon budget. Ce sont des choses difficiles à faire en France ou au Japon. Question loyer et charges liées au logement (eau, gaz, électricité, chauffage) je pense que le Canada est aussi moins cher que la France et le Japon. Ce n’est pas “donné” mais les prix paraissent généralement raisonnables. Par contre l’euro devient de moins en moins fort face au dollar canadien et ceux qui s’installent au Canada mais qui ont un revenu en euros (salaire d’une entreprise étrangère, bourse etc. perdent progressivement du pouvoir d’achat). Et puis avec la crise en ce moment je ne sais pas trop à quel point le pouvoir d’achat des Canadiens a pris un coup (apparemment pas trop d’après un commentaire à cet article).

En Chine le coût de la vie varie énormément d’une ville à l’autre et a tendance à grimper très vite. Ceci dit si on écarte Pékin, Shanghai et Hong Kong, on est le roi du pétrole avec quelques centaines d’euros par mois. Enfin, plus pour très longtemps c’est vrai. Quand j’étais étudiant en Chine, en 2008, je dépensais à peine 300€ par mois (hors voyages). La moitié passait dans le logement mais pour 150€ par mois j’avais un appartement de 75m2 meublé, presque neuf, bien situé au 21ème étage d’une résidence privée (avec gardien, parc pour les enfants etc.). D’après des amis de là-bas le coût de la vie a un peu augmenté depuis mais pas radicalement. Pour vous donner une idée le salaire d’un ingénieur à Shenyang est d’environ 500€ ou 600€ en ce moment. Avec un salaire comme ça on peut vivre très correctement mais c’est difficile d’acheter le dernier smartphone qui sort. En effet le prix de l’électronique ou des vêtements de marque par exemple varie assez peu d’un pays à l’autre. Questions transports le bus est presque gratuit mais c’est le sommet de l’inconfort, le train est un moyen très bon marché de se déplacer d’une ville à l’autre, le taxi n’est pas cher du tout et très pratique. Le bon point est pour la nourriture qui est vraiment bonne et bon marché. Des petits restaurants familiaux pas chers (et un peu super crades) se trouvent à chaque coin de rue et en général on se fait péter le ventre tellement c’est bon (et gras). Par contre il faut savoir lire un menu en chinois ou connaitre le nom des plats par cœur. Bref, si on ne cherche pas à se procurer les derniers produits à la mode la Chine est un endroit où on peut se faire plaisir pour pas cher et bien profiter de la vie.

Le Japon enfin. Le pays le plus cher mais aussi le pays dans lequel les gens ont le meilleur revenu. Les loyers sont chers (surtout à Tokyo), les transports sont chers, les assurances sont chères, les études sont chères, les produits de marques sont chers etc. Certaines choses sont toutefois bien plus abordables qu’en France comme la restauration rapide par exemple. Les taxes, les impôts pour les particuliers et les charges sociales pour les entreprises sont aussi très bas comparés à la France où on est vraiment pressés comme des citrons. Au final comme les salaires sont élevés en rapport avec le coût de la vie les gens vivent plutôt bien et ne se privent pas comme ailleurs. Le Niveau de vie au Japon est meilleur qu’ailleurs malgré les prix élevés mais pour un étranger qui débarque dans le pays de ses propres moyens c’est souvent difficile de trouver un travail raisonnablement bien payé, surtout en ce moment.

Mon classement:

Je prend en compte le niveau de vie que peut espérer, d’après moi, un expatrié français qui débarque dans un des trois autres pays par ses propres moyens (sans être envoyé par une grande entreprise par exemple) et en parlant un peu la langue locale. Et je le compare avec le niveau de vie “moyen” espéré en France.

1. Chine
2. Canada
3. Japon
4. France

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (4)
Commentaires 24

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (4)

icon Voir tous les articles sur la série “Vivre à l’étranger”

Courses et shopping

Mine de rien c’est très important de pouvoir faire ses courses normalement, de pouvoir s’habiller, de trouver des sucreries qui nous plaisent et d’autres choses comme ça.

Le Japon c’est à la fois le pire et le meilleur. J’en ai déjà parlé plusieurs fois sur Ici Japon, au Japon je ne trouve presque rien à ma taille. Quasiment tous mes vêtements et la plupart de mes chaussures je les ai acheté en Thaïlande ou en Inde avant de m’installer à Tokyo car j’avais prévu le problème. Avec le temps je commence à m’habituer, j’ai trouvé un magasin où acheter des chapeaux, j’ai réussis à trouver des baskets sympas etc. Mais ça reste galère.
Si on met de côté ce problème de taille, le Japon, et surtout Tokyo, c’est tout de même LE pays du shopping. On voit des centres commerciaux pousser par dizaines dans toutes les villes d’Asie mais on est toujours loin de ce qu’on trouve à Tokyo. Que ce soit pour la mode, l’électronique, le sport, la musique, les loisirs ou le luxe il y a tout ce que l’on peut imaginer à Tokyo. Il y a le choix et surtout la qualité. C’est souvent assez cher en revanche mais d’un autre côté on peut aussi se faire plaisir sans se ruiner si on fait attention. Côté supermarchés c’est un peu déstabilisant au départ mais c’est en fait très simple de faire ses courses au Japon. Il y a beaucoup de produits frais et aussi des plats tout fait, voire des bentos, un peu partout. Autres bons points pour le Japon: le personnel est extrêmement accueillant, et les emballages sont très soignés.

La Chine est devenu un pays dans lequel les gens qui ont un peu d’argent consomment énormément, mais c’est très différent du Japon. Déjà faire ses courses dans un supermarché chinois est une vraie galère. Les produits vendus sont radicalement différents et c’est très difficile de savoir quoi acheter et comment le préparer. Heureusement qu’il y a souvent des plats tout fait que l’on peut acheter en pointant du doigt.
Heureusement aussi qu’il y a de plus en plus d’enseignes étrangères qui arrivent dans le pays (Carrefour, Auchan, Metro, Wal-Mart, Tesco). Ces supermarchés sont très différents de ceux qu’on trouve en Occident, avec des produits adaptés à la population locale, mais on peut au moins y acheter des pâtes et des steaks. Metro va même plus loin en proposant une majorité de produits importés de l’étranger (fromage Président, Nutella etc.), c’est super cher mais on est tout de même content. Mais de toute façon, en Chine, ça coûte souvent moins cher de manger dehors que de cuisiner à la maison.
Pour le Shopping on trouve vraiment tout ce que l’on veut mais les produits de marque (vêtement, électronique…) sont aussi presque chers qu’ailleurs, et paraissent donc hors de prix par rapport au coût de la vie en général. Après il y a énormément de contrefaçons, et presque tous les produits chinois destinés au marché chinois sont vraiment merdiques. C’est le seul pays que je connaisse où, avant de payer un produit, on le teste pour voir s’il n’est pas déjà cassé dans l’emballage.

Même si je ne suis pas un mordu de shopping je prenais beaucoup de plaisir au Canada, à Montréal, que ça soit dans les grands centres commerciaux reliés les uns aux autres, ou dans les rues commerçantes. Par rapport à la France tout paraît moins cher et aucun problème de taille comme au Japon. L’un des gros plus du Québec par rapport aux autres endroits c’est d’avoir un choix énorme en livres, aussi bien en français qu’en anglais, et les librairies de Montréal sont vraiment top.
Du côté des supermarchés aucun problème pour moi. Il n’y a pas vraiment de produits qui étonnent un français et les magasins sont plutôt pratiques et agréables.

La France enfin est de très loin le pays où je prends le moins de plaisir à faire du shopping. Je ne connais pas bien Paris mais dans tous les endroits où j’ai habité je n’ai jamais eu l’impression d’avoir un choix énorme et surtout tout est hors de prix. Un simple jeans Levis coûte facilement trois fois plus cher qu’au Canada, et quand on voit les prix à la FNAC on a juste envie de faire ses achats sur internet. Après ça n’est pas la faute des commerçants, c’est surtout que les charges et les taxes sont sans comparaisons avec les autres pays.
Faire ses courses en France c’est super pratique et je pense que c’est le pays du monde qui a les meilleurs super/hypermarchés. Par contre la nourriture est chèèère et le passage à la caisse est un enfer. Et d’après ce que j’entends la qualité des produits proposés en rayons se dégrade petit à petit.

Mon classement:

1. Japon
2. Canada
3. France
4. Chine

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (5)
Commentaires 32

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (5)

icon Voir tous les articles sur la série “Vivre à l’étranger”

Ça m’a pris un peu de temps pour publier la cinquième partie de cette série d’articles sur la vie à l’étranger. À l’origine j’avais prévu d’aborder le point “Éducation et enfants” qui est un point très important pour tout parent (ou futur parent) mais j’ai eu beau retourner la question dans tous les sens c’était vraiment trop difficile d’évaluer le système éducatif et le cadre dans lequel évoluent les enfants dans chaque pays. Déjà parce que je n’ai pas beaucoup de connaissances sur le sujet, et ensuite parce que les situations sont trop différentes au sein même de chaque pays et même dans chaque famille. Finalement ça ne me paraît pas déraisonnable de dire qu’un enfant aura probablement une bonne éducation où qu’il soit du moment qu’il a des parents aimants et attentifs près de lui.

Je passe donc au sujet suivant.

Les filles

Je ne vais pas me risquer à faire un classement pour cette catégorie mais le sujet est assez important pour être au moins brièvement abordé.

Sans faire de généralité on remarque vite que les filles sont très différentes dans chaque pays, et que les Français ne sont pas accueillis par la gente féminine partout de la même manière. Au Canada comme je l’ai dit plus tôt on peut rencontrer facilement des gens de toutes les nationalités et de toutes les cultures, et c’est vraiment LE pays dont on ne peut pas dire “Les filles sont comme ça ou comme ça”. Même les “pures” Canadiennes donnent l’impression de venir de pays différents ne serait-ce qu’à cause de la langue. Certaines parlent anglais et d’autres français, beaucoup mélangent les deux langues dans la même phrase, certaines ont un accent très prononcé et d’autres pas du tout… Et chaque langue ou façon de parler donne l’impression de personnalités différentes. Bref, il y a un peu de tout au Canada, et c’est plutôt une bonne chose.

La Chine c’est sûrement le pays, parmi ceux qui nous intéressent, où les Français (et les blancs en général) remportent le plus de succès. Les étrangers sont hyper-rares dans la quasi-totalité du pays et ont l’image de personnes bien éduquées, riches et romantiques. En plus, si on est grand et mince on ressemble d’office à un acteur de cinéma américain. On part déjà avec pas mal d’avantages donc. Si on arrive à passer la barrière de la langue les Chinoises sont en général des personnes qui aiment s’amuser et ne sont pas vraiment timides. Par contre, et pour moi c’est rédhibitoire, souvent les Chinoises ne s’épilent pas sous les bras (ça change tout de même un peu), et elles ont un sens de la mode plutôt spécial, souvent super kitsch. Mais comme toujours la Chine est vaste et très diversifiée. On trouve des jeunes femmes très classe et sophistiquées dans certaines villes et le sud du pays est plein de filles magnifiques.

Deux super copines chinoises

Les Japonaises ont parfois la réputation d’être des compagnes idéales, douces et avenantes, un peu fragiles. De l’autre côté les Français sont perçus comme cultivés, chaleureux et romantiques. À priori les deux nationalités ont tout pour se plaire, et ça se vérifie plutôt dans les faits. Clairement les Japonaises plaisent aux Français, et les Français plaisent aux Japonaises. C’est comme si les deux, tellement différents, s’attiraient comme des aimants et se complétaient. mais bien sûr il ne suffit pas d’être blanc pour devenir une “sex machine” au Japon. Si l’on s’écarte des clubs ou des boîtes de nuit, les Japonaises recherchent en général chez un homme, et ce dès le départ, la stabilité, l’assurance et la gentillesse. Il vaut donc mieux pouvoir mettre en avant ce genre de qualités. En plus les Japonais(es) sont tout de même méfiants voire craintifs par rapport aux étrangers. En général ceux-ci impressionnent déjà par leur taille/gabarit, et en plus ils n’ont pas vraiment une image de personnes qui respectent les autres (souvent à raison d’ailleurs). La langue est aussi une double-barrière car ne pas pouvoir parler japonais rend la communication plus difficile et aussi ne permet pas de donner ce sentiment de confiance nécessaire. Heureusement le Japon est un pays où l’on peut facilement se faire des amis et correspondants par le biais du net avant de partir pour faciliter son intégration et accélérer tous les processus de rencontres. Sinon, le Japon est pour moi le pays où les gens s’habillent le mieux. Que ça soit les filles ou les garçons, ils sont soit élégants soit cools, mais sans en faire trop (enfin, il y en a quand même certains qui vont très loin dans les extrêmes). Les filles sont très féminines, sans être vulgaires, et peuvent se permettre toutes les libertés sans craindre le regard des autres (ou une agression à chaque coin de rue). Les Japonais(es) sont aussi des personnes qui ont une excellente hygiène de vie et font très attention à entretenir de bonnes relations avec tout le monde. Par contre ceux qui n’ont jamais habité à l’étranger manquent souvent de “culture internationale” et c’est là que l’on sent vraiment que le Japon est une île et que les habitants ne s’intéressent pas vraiment à ce qui se passe en dehors des frontières.

Désolé les filles mais je ne saurais faire un point sur “les garçons”, mais vous pouvez nous donner votre avis dans les commentaires.

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (6)
Commentaires 23

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (6)

icon Voir tous les articles sur la série “Vivre à l’étranger”

Intégration dans la société

Il y a deux types d’expatriés. Ceux qui vivent entre expatriés, et ceux qui vivent avec les gens du pays. L’idéal pour moi c’est de me fondre le plus possible dans la population locale. Ça ne veut pas dire couper les liens avec les Français, mais je pense qu’à Rome il faut vivre comme les Romains. En général je n’ai pas de mal à m’adapter mais c’est toujours plus facile dans certains pays que d’autres.

Paradoxalement ça n’est pas toujours dans son propre pays qu’on s’intègre le mieux dans la société. Trouver du travail, se faire des amis, c’est parfois plus facile ailleurs. En plus être un étranger attire souvent la sympathie des gens, voire la curiosité, ce qui facilite les prises de contact. Les pays où les étrangers sont accueillis avec froideur ou méfiance ne sont pas si nombreux. Évidemment si l’on ne fait pas l’effort d’apprendre la langue du coin on s’enferme automatiquement dans une bulle car il devient presque impossible d’avoir de vrais échanges avec les gens, et il faut donc faire quelques efforts au départ.

En général les gens attirent vite la sympathie quand ils voyagent dans un pays étranger, mais ça n’est pas forcément une vérité. Par exemple j’ai toujours eu de bonnes relations avec les Canadiens mais il existe quand même au Québec un “sentiment anti-Français” (le mot est sûrement un peu fort) chez certaines personnes. Souvent les cultures qui sont les plus proches de nous ont tendance à nous accueillir plus froidement. En Europe aussi les Français sont souvent vus comme fainéants et râleurs, et dans d’autres pays francophones on parle d’eux comme des gens fiers qui se pensent supérieurs aux autres. En Asie par contre la France reste synonyme de luxe, de culture et de romantisme.

Au Canada c’est facile de s’intégrer. Surtout au Québec où les gens parlent français. Par contre, même si on se sent vite chez soi c’est toujours un sentiment étrange d’être au milieu de gens qui parlent la même langue mais ont une culture et un humour différent. Oui, parce que c’est bien embêtant de ranger au placard ironie et humour noir quand on parle en français. À part ça il n’y a pas un fossé énorme entre les cultures et c’est à peine si on a l’impression d’être dans un pays différent quand on est Français et qu’on habite à Montréal.

La Chine par contre c’est presque une autre planète. Pour commencer on est littéralement dévisagé dans la rue et on nous balance des “Hello” à chaque coin de rue. Ça n’est pas méchant mais il n’y a rien de tel pour rappeler continuellement que l’on est un étranger. Le bon point c’est quand même que, à part dans certains coins très touristiques, l’étranger n’est pas synonyme de pigeon à plumer comme par exemple en Thaïlande ou en Inde. On peut donc faire ses courses ou prendre le taxi sans trop de risques de se faire arnaquer et sans être tout le temps sur ses gardes. Mais s’intégrer à la population est très difficile. Souvent en Chine les expatriés restent entre eux. Évidemment la barrière de la langue est énorme, et les Chinois qui parlent une langue étrangère sont rares. Ce sont généralement des gens qui ont voyagé et qui ne sont pas forcément représentatifs du reste de la population. Pourtant les Chinois sont très amicaux, prennent plaisir à accueillir les étrangers et à échanger quelques mots, alors que nouer une vraie relation amicale avec quelqu’un n’est pas si simple. Comme toujours en Chine tout est toujours plus facile dans les grandes villes modernes.

Au Japon c’est assez facile de s’intégrer et on se sent vite à l’aise si l’on fait l’effort d’apprendre quelques mots de japonais. Personnellement je m’y sens vraiment chez moi, mais beaucoup témoignent au contraire qu’ils n’arrivent pas à trouver leur place ici. Le problème c’est que l’étranger n’est pas considéré comme une personne de confiance. Souvent il suffit d’échanger quelques mots avec une personne pour rétablir ce sentiment de confiance, mais face aux grandes institutions et à tout ce qui touche à l’argent c’est souvent très compliqué. Pas facile d’avoir un visa de résidence permanente même en ayant sa famille et son travail sur place, pas facile d’avoir une simple carte de crédit même avec des revenus semblables à ceux d’un Japonais et plusieurs années passées dans le pays, pas facile de louer un appartement sans avoir un garant japonais, pas facile d’avoir un prêt à la banque pour acheter une maison etc. Le fait d’être marié à un(e) Japonais(e) facilite un peu tout ça mais jamais complètement. Même bien intégré on est donc toujours un peu à part. Mais notons que je n’ai jamais ressenti le fameux “racisme japonais” dont on parle parfois.

La France enfin, n’est pas forcément le pays dans lequel un Français se sentira le mieux intégré. Je n’ai jamais rencontré de problème en France et je m’y sens évidemment comme chez moi. Mais je me sens quand même plus à l’aise dans d’autres endroits. Pour moi le fait d’être étranger est un facteur qui permet de rencontrer plus de monde et qui donne l’opportunité d’appartenir à plusieurs réseaux. En plus je ne vois pas vraiment de relation entre le fait d’être né à un endroit et d’y passer sa vie, c’est comme d’habiter un château mais de rester toujours dans une seule pièce. Avec cette vision je considère la France comme “un chez moi” et pas simplement comme “chez moi”. D’ailleurs le nombre d’expatriés français dans le monde est en forte augmentation et de plus en plus de ces expatriés ne veulent pas retourner dans leur pays d’origine. C’est bien qu’ils arrivent à trouver leur place ailleurs.

Mon classement:

En partant du principe que l’on fasse l’effort d’apprendre la langue du pays:

1. Canada
2. Japon
3. France
4. Chine

Pour beaucoup de Français je pense que la France arriverait logiquement en première position.