Tremblement de terre!
Commentaires 65

Tremblement de terre!

Vous êtes tous au courant qu’il y a eu un tremblement de terre énorme au Japon aujourd’hui. Je rentre juste du boulot après 4h de marche, les transports en commun étant stoppés, et je n’ai même pas d’eau chaude pour pendre une bonne douche donc je suis crevé. Mais je vais bien et mes proches aussi.

Demain vous aurez un rapport complet sur le tremblement de terre avec photos et vidéos. Pour ce soir juste quelques mots si j’arrive à garder les yeux ouvert.

Le tremblement de terre était impressionnant. En fait il s’agit d’une vague de plusieurs secousses dont deux ont été assez grosses. La première grosse secousse a eu lieu un peu avant 15h et la seconde 30 minutes plus tard.Là il est minuit et demi et on ressent encore des secousses toutes les 20 minutes environ. Dehors l’atmosphère est très étrange. Les trains et métros étant arrêtés des centaines de milliers de personnes rentrent chez-elles à pied en marchant des heures. Dans la rue on ne ressent pas du tout les secousses alors que dans les bâtiments ça tremble dans tous les sens.

Tokyo a été plutôt épargnée et il n’y a pas de très gros dégâts matériels. Enfin rien de vraiment visible dans la rue mais j’ai vu aux infos que le nouvel aéroport près de la ville par exemple avait pris un sacré coup. Rien de comparable toutefois avec ce qui se passe dans le nord du pays où des tsunami avec des vagues de parfois 10m rasent des villes entières. Pour l’instant le bilan officiel et de 200 morts et des centaines de disparus mais en voyant les images on a l’impression que les victimes vont se compter en milliers.

Pour vous donner une idée de comparaison je ressens la même sensation que lors des attaques du 11 septembre à New York. Tout le monde est scotché devant les infos, personne ne sait si c’est fini ou si ça va continuer encore longtemps, de nouveaux endroits sont régulièrement frappés et le bilan des victimes s’alourdi petit à petit.

Demain je devais aller à une réception de mariage qui a été annulée car l’intérieur de la salle de réception a été saccagé par les secousses et de toute façon personne ne voudrait faire la fête ce jour là.

À demain pour plus de détails.

Dimanche au Tokyo Dome
Commentaires 6

Dimanche au Tokyo Dome

Hier je suis allé au Tokyo Dome avec ma femme pour se balader, faire du shopping, voir les illuminations de Noël, et éventuellement faire un tour de grand huit (mais il était à l’arrêt). En arrivant sur place nous nous sommes rendu compte qu’il y avait deux évènements organisés dans la journée. Un rassemblement de cosplay et un concert du boys band 8Uppers (ou Kanjani8).

Du coup entre les cosplayers, les fans du groupe et les personnes venues faire du shopping il commençait à y avoir beaucoup de monde. Et voir les groupes se mélanger, le tout dans un décor de Noël était assez excitant, on ne savait plus où regarder tellement il y avait de choses à voir.

cosplay tokyo dome

Dès la sortie de la station de train on pouvait sentir que quelques chose se préparait en voyant de nombreux fans avec des pancartes du genre “achète billet de concert”. La revente de tickets est interdite au Japon mais ça n’a pas l’air de déranger beaucoup de monde.

En arrivant devant le Tokyo Dome après 1 ou 2 minutes de marches au milieu d’adolescentes excitées d’aller au concert, on a pu découvrir que l’espace était entièrement occupé par des centaines de cosplayers. L’ambiance était assez différente des salons comme le Komike car les cosplayers occupaient l’espace plus naturellement, il n’y avait pas d’organisateurs un peu partout et les personnes qui prenaient des photos étaient plutôt rares. En fait les cosplayers étaient venu surtout pour se prendre en photo entre eux et certains avaient même du matériel très pro avec des réflecteurs etc. Enfin il y avait quand même quelques otakus venus avec du bon matos et j’aurais bien aimé me joindre à eux pour prendre des photos mais il fallait acheter un pass spécial vendu uniquement dans la matinée et je suis arrivé dans l’après-midi. J’ai juste osé quelques photos de loin mais ça n’a pas donné de bonnes photos. Le temps en plus n’était pas terrible. C’est dommage car il y avait beaucoup de cosplay intéressant. J’ai surtout remarqué le nombre impressionnant d’hommes déguisés en filles et, choses plus rare, pas mal de filles avec des coplays d’homme (genre One Piece, Naruto).

Au milieu des cosplayers ce qu’on voyait le plus était les groupes de jeunes filles venues assister au concert. Une grande partie était habillée de façon bizarre avec des lunettes de couleurs et souvent des vêtements et des perruques colorés également. Et presque toutes achetaient des éventails horribles avec la tête de leur idole préférée dessus.

Je vous laisse avec une petite galerie de photos en vrac de la journée:

Photo du jour: Ravitaillement
Commentaires 31

Photo du jour: Ravitaillement

La photo du jour n’a rien à voir avec le Japon, c’est un paquet que j’ai reçu de mes parents depuis la France. Je suis sûr que la majorité des personnes qui vont regarder la photo vont se dire. “Ouais, 3 paquets de bonbons et du chocolat et alors?”.

ravitaillement-france-japon

Alors? Autant les rayons des supermarchés japonais vous ferrez peut-être halluciner tellement il y a de bonnes choses qu’il n’y a pas ailleurs, autant il y a aussi plein de bonnes choses ailleurs qu’on ne trouve pas au Japon. Les bonbons Haribo qu’on trouve au Japon par exemple, il y en a, sont vendus à prix d’or en format poche et en plus ils sont mauvais (importés d’Allemagne). D’ailleurs ici les bonbons tout court sont plutôt rares et/ou mauvais et/ou cher, donc c’est vous dire si j’apprécie de recevoir ce genre de choses. Les Lions je ne sais même pas si je vais oser les manger. Ça doit faire 7 ou 8 ans que j’en ai pas vu, je ne savais même pas que ça existait encore. J’ai envie de les garder pour une grande occasion. Les KitKat on en a en pagaille ici mais c’est marrant jamais je n’en achète de classiques. Bref, il ne me faut pas grand chose pour illuminer ma journée.

Le truc qui est dommage c’est que j’aimerai bien faire découvrir ça à mon entourage mais je ne connais pas beaucoup de japonais qui aiment ce genre de sucreries. Ils ont une alimentation trop saine, c’est pas drôle.

Jour 4 après le tremblement de terre
Commentaires 21

Jour 4 après le tremblement de terre

Comme hier j’ai travaillé en non stop du matin jusqu’au soir – une vraie journée de japonais – et je n’ai pas suivi les infos. Encore une fois vous êtes certainement plus au courant de se qui se passe au niveau des centrales nucléaires et autres choses exceptionnelles que moi. Je ne peux que faire un petit compte rendu de la situation à Tokyo.

Aucun tremblement de terre resenti de toute la journée, une première depuis le 11 mars, et aucune alerte sur mon téléphone non plus. C’est peut-être un faux sentiment de sécurité mais j’ai l’impression que l’épisode “séisme” est passé.

Dans la rue tout à l’air normal, comme hier, mais certains rayons de supermarché sont toujours vides. Le problème n’est pas encore gênant car comme je l’ai déjà dit si certains produits manquent on en trouvent toujours d’autres pour compenser.

Le plus pénible reste le problème des transports. Hier ma ligne de train était coupée et j’ai emprunté une autre compagnie pour me rendre au travail. Aujourd’hui c’était le contraire, ma ligne était en service mais ce sont les autres compagnies qui avaient fermé. Tous les passagers se sont à nouveau regroupés sur un petit nombre de lignes et c’était encore invivable. Les compagnies de train et de métro font maintenant face au problème des coupures l’électricité. Même si elles ne concernent pas tous les quartiers de la capitale elles ont bien lieu à Tokyo et suffisent pour rendre les transports difficiles.

train-seisme-japon

Pour économiser l’électricité tout le monde y met du sien. Dans les lieux publics les escalators sont coupés et beaucoup de magasins, les grandes surfaces en tête, ferment plus tôt que d’habitude. Devant ma station de train j’ai vu une bande de jeunes qui a trouvé une autre façon de participer en organisant une collecte d’argent au nom de leur quartier pour aider les victimes du tremblement de terre. Ils y mettaient du coeur et ça faisait plaisir à voir.

collecte-argent-japon-seisme

————

Comme à chaque fois que je vais valider un article une secousse se fait sentir. Il en fallait bien une dans la journée.

———–

Et de deux. Et la seconde donne des frissons.

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (1)
Commentaires 30

Vivre à l’étranger: France vs Japon vs Chine vs Canada (1)

J’ai entrepris d’écrire un article pour répondre aux différentes questions qu’on me pose sur la vie à l’étranger. Ça fait deux semaines que je travaille sur cet article et je n’en vois pas le bout, donc je vais vous le livrer petit à petit, point par point.

On me demande régulièrement ce que j’aime au Japon ou ce qui me manque de France. Depuis longtemps ça m’a donné envie de répondre sous forme d’un duel France vs. Japon afin de dresser une liste des bons et mauvais côtés de chacun des pays. Pour ne pas laisser de côté les nombreux Canadiens qui suivent ce blog j’ai décidé ensuite de rajouter le Canada dans le comparatif. Et finalement pourquoi ne pas rajouter aussi dans le match la Chine qui est un pays haut en couleurs et qui accueille de plus en plus de monde. Je vais aussi mentionner d’autres endroits mais je vais surtout me concentrer sur ces quatre pays dans lesquels j’ai habité le plus longtemps.

Attention, je ne donne que mon avis personnel, et bien entendu chaque personne aura une perception différente de chaque pays.

En guise d’introduction je dirais juste que la France, le Japon, la Chine et le Canada sont tous des pays que j’aime beaucoup et dans lesquels j’ai beaucoup aimé vivre. Cependant je les aime pour des raisons très différentes, et la vie dans chacun d’entre eux a ses bons côtés mais aussi ses mauvais côtés. Il n’y a pas d’endroit parfait.

En France j’ai habité dans plusieurs régions différentes jusqu’à mes 23 ans (24 ans?). En Chine j’ai habité un peu plus d’un an à Shenyang, une ville du nord-est d’environ 7 millions d’habitants qui se modernise mais qui a encore pas mal de retard sur les villes les plus modernes (Pékin, Shanghai et Hong Kong), et j’ai aussi beaucoup voyagé dans le reste du pays. Au Canada je suis surtout resté à Montréal, presque 4 ans, comme étudiant. Au Japon, je suis installé définitivement à Tokyo avec femme et enfant, et j’y ai passé environ 4 ans.

Administration

Je commence par un thème chiant à mourir mais je vais prendre chaque point par ordre alphabétique.

L’administration est une machine infernale dans chaque pays à laquelle l’expatrié est obligé de se frotter s’il n’est pas employé d’une grosse entreprise qui s’occupe de tous les papiers pour lui. Que ce soit pour des raisons de visa, de changement de situation familiale, d’assurance ou autres on a tout le temps besoin de faire des démarches administratives. Si vous trouvez déjà ça pénible dans votre pays essayez comme moi de réunir en France les papiers nécessaires à un mariage au Japon tout en habitant en Malaisie… Bienvenue en enfer!

Clairement le pire que j’ai vu c’est en Chine. En Chine on est libre de ses mouvements (moins qu’ailleurs mais ça va tout de même) mais les autorités veulent toujours savoir où se trouvent les étrangers. En théorie quand on se déplace dans le pays on doit se rendre au poste de police du quartier pour informer que l’on s’absente de la ville et dire où l’on va et pour combien de temps. Je ne sais pas si beaucoup de monde le fait mais la seule fois où je me suis rendu au poste de police c’était pour m’enregistrer lors de la location de mon appartement (c’est obligatoire), et l’endroit était tellement horrible que ça m’a passé l’envie d’approcher la police chinoise pour quelque raison que ça soit. Et c’est pareil pour toute la paperasse et toute l’administration, ça prend du temps, les locaux sont pourris, et le personnel est le plus mal aimable possible. Sans compter que les gens ne parlent que chinois et ne font aucun effort pour te comprendre ou t’aider à t’orienter.

Au Japon, comme on pourrait s’y attendre, tout est super carré. Le personnel est prévenant et en général on trouve des guichets et des formulaires pour les étrangers (en anglais et parfois en chinois). Par contre tout est payant et relativement cher. Et les démarches sont parfois complexes. Il n’y a pas de problème pour tout ce qui touche le visa etc. mais ma femme et moi avons bien galéré pour changer le nom de famille de notre fils par exemple.

En France j’ai eu l’impression que les démarches peuvent être parfois très simples et parfois super galères. Et que tout dépend en grande partie de la personne que tu as en face de toi au guichet ou au téléphone. Certaines personnes peuvent être très désagréables alors que d’autres se donnent à fond pour toi. Mais en général l’administration française est une grosse machine, très complexe et très lente.

Au Canada je connais un peu moins étant donné que les étudiants français sont bien encadrés et bénéficient de pas mal d’avantages (toutes les démarches se font en français au Québec, l’assurance est gratuite et facile à obtenir, etc.). Il y a tout de même quelques aberrations (comme partout). Par exemple on ne peut pas changer de statut sur place et je me rappelle avoir dû traverser la frontière US juste pour changer mon visa de tourisme en visa étudiant.

Mon classement:

1. Canada
2. Japon
3. France
4. Chine

Pourquoi au Japon on a le droit d’avoir de l’argent
Commentaires 56

Pourquoi au Japon on a le droit d’avoir de l’argent

Attention: article sujet à polémique.

En France on aime l’argent! Mais on n’aime pas les gens qui ont de l’argent!
En France on aime l’argent! Mais on n’aime pas parler d’argent!
En France on aime l’argent! Mais on n’a pas d’argent!

Au Japon on aime l’argent! Et on n’a rien contre les gens qui ont de l’argent!
Au Japon on aime l’argent! Et on n’a rien contre le fait de parler d’argent!
Au Japon on aime l’argent! Et on a de l’argent!

La relation que les Japonais entretiennent avec l’argent est totalement différente de celle qu’ont les Français avec l’argent. Le Japon est une vraie société de consommation où les gens achètent et sortent beaucoup, on y paye presque tout en liquide, et on n’a pas peur de mettre un peu plus pour avoir de la qualité. En France on paye par carte et souvent à crédit, les dépenses pour le plaisir y sont relativement rares, et de plus en plus on recherche le lowcost dans tous les domaines.

Bien sûr j’exagère et tout ceci est à relativiser. Mais deux choses sont évidentes. Les Japonais ont un plus grand pouvoir d’achat que les Français. Avoir de l’argent au Japon, s’en servir et en parler n’est pas mal vu, alors que ça n’est pas du tout le cas dans l’hexagone.

Pourquoi?

Répondre à la première affirmation est à la fois simple et compliqué. Si les Japonais ont un fort pouvoir d’achat, qui diminue malheureusement mais qui reste tout de même élevé par rapport à la majorité des pays développés, c’est grâce à une politique qui encourage le travail et permet aux entrepreneurs, et donc aussi aux salariés, de recueillir pleinement le fruit de leurs efforts. Cette politique a été très payante entre les années 60 et 90 durant lesquelles le Japon est devenu le Numéro 1 de l’automobile, de l’électronique et du secteur bancaire. Et aujourd’hui les Japonais vivent encore sur les fruits de ces trois décennies. Mais même en ce moment, alors que la situation économique est difficile au Japon comme ailleurs, voire même plus qu’ailleurs, les Japonais arrivent à conserver un bon train de vie sans puiser dans leurs économies. Bien sûr ils dépensent moins qu’avant et les salaires sont moins élevés que dans les années 80, mais dans l’ensemble les foyers s’en sortent plutôt pas mal. La raison à cela est que les gens ne sont pas étouffés par les taxes.

Autant les particuliers que les entreprises ne sont pas sucés jusqu’au sang par des taxes et des impôts. Ils en payent assez, soyons clairs, mais pas avec excès. Par exemple la TVA va passer de 5% à 8%. C’est une augmentation très forte mais on reste loin des 19,6% en France ou des 21% en Belgique.
Pour les entreprises c’est différent mais mieux pensé. Par exemple pour une grosse entreprise japonaise le taux d’imposition s’élève à environ 38% mais les petites entreprises ne sont imposées qu’à hauteur de 6% à 7% sur les bénéfices, et c’est tout. En plus les démarches administratives sont très claires et simples. Au Japon on a une chance de se développer en partant de zéro et on peut tout de suite profiter des fruits de son travail. En France les impôts sont énormes même pour les petites entreprises et pour vous dire honnêtement j’ai cherché le taux d’imposition qui s’appliquait aux entreprises individuelles et aux auto-entrepreneurs et je n’ai rien compris. Les chiffres sont différents sur toutes les sources, ils varient selon les personnes et les années, selon que l’on prélève sur le revenu, le revenu réel ou carrément le chiffre d’affaire… Bref, c’est le bordel pour parler franchement. Mais on comprend qu’on devra payer beaucoup.

Rapidement j’évoque que la France est le pays du monde où la pression fiscale est la plus forte (et donc la plus illogique), que celle-ci empêche les revenus faibles de consommer et encourage les revenus forts à quitter le pays pour aller consommer ailleurs. Allez comprendre…

Le résultat c’est que les salaires sont meilleurs au Japon et que les prélèvements y sont plus faibles. Par contre vivre au Japon reste cher, mais c’est pour des raisons différentes de la politique économique du pays (manque de place dans les villes et qualité du service très élevée par exemple).

Alors oui! En France on paye plus d’impôts mais on a plus de services gratuits. Alors oui! Au Japon les frais d’hôpitaux et l’université coûtent très cher. Je ne saurais pas vous dire quel système est le meilleur pour tous, mais ce qui est clair c’est que le système français ne marche plus. La France fait payer les contribuables de plus en plus pour des services de moins en moins bons. Au Japon on sait dès le départ que l’on va devoir débourser un max pour les études de ses enfants ou pour se faire redresser les dents. Mais on peut gérer son budget à sa façon, on peut donner un ordre à ses priorités, on peut faire des choix, on est libre d’utiliser son argent comme on veut.

C’est vrai que les impôts ne font pas tout. Les Japonais ont aussi un meilleur salaire, et c’est en grande partie parce qu’ils travaillent plus. C’est un choix de vie à l’échelle du pays, c’est le célèbre “Travailler plus pour gagner plus” à la sauce japonaise. Et là on peut se demander si ça vaut le coup de sacrifier ses loisirs et sa vie de famille pour un peu plus de confort matériel. C’est un autre débat.

Je parle je parle mais en fait ce qui était l’inspiration de départ de ce billet était l’énorme différence entre le sentiment “anti-riches” que l’on ressent nettement depuis quelques années en France et l’étalage des richesses que font les célébrités à la télévision japonaise.

Oui parce qu’au Japon gagner beaucoup d’argent n’est pas quelque chose de mal vu, tout comme aux États-Unis, en Angleterre et en fait dans la plupart des pays du monde. En France si on arrive à gagner beaucoup d’argent on devient une cible. Cible des politiques qui veulent tout te prendre, et cible des personnes qui ont des revenus plus bas qui estiment que les riches doivent redresser le pays avec leur argent et que de toute façon les riches sont des méchants. 78% des Français pensent qu’être riche en France est mal perçu, 70% des Français pensent que les riches doivent participer à créer ou maintenir l’emploi, et 82% des Français estiment que les riches n’ont pas un comportement exemplaire (source: le Figaro). Dans ces conditions on comprend que les personnes qui gagnent bien leur vie n’exhibent pas leur argent. La situation est tellement aux antipodes de celle du Japon que c’est à peine croyable. Je me rappelle il y a quelques semaines (ou mois déjà?) que les ministres de France dévoilaient leur patrimoine en essayant pour la plupart d’entre eux de montrer à tout le monde qu’ils ne possédaient presque rien. “Regardez je gagne 10 000 euros par mois mais je roule en Opel Corsa” … Ok … Exactement dans le même temps des personnalités japonaises participaient à un jeu télé et le but était de deviner qui avait la collection de sacs à main la plus chère “Celui-ci coûte 150 000 euros, c’est un exemplaire unique bla bla bla”.

Ces émissions télé sont très fréquentes au Japon, et très diversifiées. Par exemple des chefs d’entreprises se présentent et on doit deviner qui gagne le plus gros salaire, les célébrités ouvrent la porte de leur maison et montre tout ce qu’elles possèdent, parfois on doit deviner quelle idole a le plus grand nombre de paires de chaussures, et les sportifs disent sans complexe combien ils ont gagné lors de rencontres. Je me souviens d’un ancien sumotori (sumo) qui disait avoir touché ¥160,000,000 (1,2 millions d’euros) pour avoir participé à un match de K1 dans lequel il s’était étalé en 2 minutes. Et non seulement les célébrités parlent d’argent mais en plus elle utilisent leur propre argent dans les émissions. Il y a un jeu assez connu dans lequel il faut deviner quels sont les objets qui valent 1€ parmi des objets de collections très chers. Chacun choisit un objet à son tour et on est obligé d’acheter le produit que l’on a désigné. Donc si on n’arrive pas à trouver les objets à 1€ on se retrouve à payer des milliers d’euros pour un vieux T-Shirt dédicacé ou pour une poterie ancienne. Dans une autre émission “on force” les célébrités à se faire plaisir, par exemple en allant acheter une montre de luxe. Et ça n’est pas tout, les personnalités participent à la plupart des jeux télé pour gagner de l’argent (même si parfois ils en perdent) et on sait souvent combien ils gagnent, des fois on leur remet même leur cachet en liquide ou dans une enveloppe devant les caméras. Vous imaginez ça en France? C’est totalement impensable.

Et on ne voit pas cela qu’à la télévision. Ce comportement se retrouve aussi dans le quotidien. Pas dans le sens déballage de richesses, mais dans le sens de l’absence de complexes. Les Japonaises par exemple n’ont pas peur de dire que l’argent est un critère important dans le choix d’un partenaire alors que l’on n’entend pas vraiment ce discours dans les autres pays industrialisés alors que, soyons réalistes, c’est un critère important partout dans le monde, plus ou moins important selon les personnes, mais on ne peut pas dire que ça ne compte pas.

Pourquoi une telle différence?

Ça vient peut-être du fait que les Japonais se désintéressent de la politique. En France, comme partout, la politique encourage clairement les divisions. La droite des riches contre la gauche du peuple, on veut augmenter la compétitivité des entreprises mais les taxer plus, il faut préserver l’emploi mais évoluer vers plus de flexibilité pour le licenciement etc… Au Japon il n’y a pas vraiment de débat politique, ni dans les médias, ni dans la rue. Logiquement on se désunit moins et les riches ne sont pas montrés du doigt.

Mais la chose qui joue le plus est certainement que la société japonaise n’a pas évolué sur les bases du catholicisme qui valorise le pauvre par rapport au riche. “Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux”, “Nul ne peut servir deux maîtres. Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent”, “Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer au royaume de Dieu”… Ça ne ferait pas 2 000 ans qu’on nous dit que les pauvres sont les gentils et que les riches sont les méchants?

Autre chose très importante. Les très riches en France (et en Occident en général) ont souvent une attitude choquante! Qu’ils soient politiques ou célébrités on a l’impression qu’ils finissent tous par avoir des problèmes avec la justice pour une raison ou pour une autre. Sexe, drogue, évasion fiscale, corruption et j’en passe. Ces problèmes ne sont pas absents au Japon mais ils sont beaucoup moins présents, on entend parler de problèmes de corruption ou de détournement d’argent de temps en temps mais les gros scandales sont plutôt rares.

Pour tout cela l’argent est devenu un tabou en France alors que c’est un pays dans lequel on peut aborder simplement des sujets tout aussi clivants comme le sexe, la politique ou la religion. Le paradoxe c’est que tout le monde veut devenir riche. Il n’y a qu’a voir les millions de personnes qui jouent au loto chaque semaine en espérant décrocher le gros lot. Ou alors c’est qu’on a le droit de devenir riche si on gagne à un jeu, à la limite si on est un sportif ou un acteur, mais pas si on a de grosses responsabilités en tant qu’homme politique ou chef d’entreprise? Le contraire ne serait-il pas plus logique? Est-ce que le président français est condamné à se déplacer en train pendant que le premier ministre russe va au travail en hélicoptère, Hollande doit-il passer ses vacances en Corrèze pendant qu’Obama fait du golf à Hawaï? D’accord en temps de crise sûrement que “oui”.

Non, en fait le problème en France c’est qu’on aime l’argent, juste pas celui des autres. On a l’impression que les riches n’ont jamais travaillé alors qu’au Japon la notion d’effort est reconnue par tous. D’ailleurs en français on dit “gagner” de l’argent, alors que non, on ne le gagne pas cet argent, on le mérite, on le crée “we make money”. Peut-être qu’il faut juste au final arriver à connecter la notion d’effort à la notion d’argent en France. D’ailleurs il n’y a qu’un pas puisque toujours selon le Figaro “76% des Français trouvent que c’est une bonne chose de vouloir gagner de l’argent et de devenir riche”.

Ce qui est malheureux dans tout ça, c’est qu’avec les ressources que l’on a, avec le savoir que l’on a, avec les moyens techniques que l’on a, tout le monde devrait être riche. Enfin relativisons, on est tous le riche de quelqu’un.

10 choses françaises qui me manquent au Japon
Commentaires 57

10 choses françaises qui me manquent au Japon

1. La nourriture

Évidemment ! Je n’ai aucun problème avec la cuisine japonaise, au contraire, mais ça n’empêche pas que régulièrement j’ai envie d’un bon cassoulet, d’un chausson aux pommes ou d’un “vrai” sandwich jambon camembert. On ne se rend pas compte du nombre de bonnes choses qu’il y a en France avant de partir longtemps à l’étranger. Au départ j’y pensais moins mais ces derniers temps ça revient de plus en plus souvent.

2. Les distributeurs automatiques de billets.

Autant le Japon est en avance sur certaines choses autant pour les DAB c’est l’âge de pierre. C’est vraiment très ennuyeux de ne pouvoir utiliser sa carte Visa ou Mastercard presque nulle part. Déjà dans pas mal de pays les DAB sont soit Visa, soit Mastercard, et déjà c’est lourd. Mais au Japon c’est carrément ni l’un ni l’autre dans l’immense majorité des cas. C’est surtout embêtant pour les touristes qui n’ont pas de compte en banque avec une carte de retrait japonaise, mais même ayant ça et en étant habitué au système ça m’arrive encore de me faire avoir de temps en temps.

3. Les cinémas

Par rapport à la France les cinémas japonais ne sont vraiment pas terribles. C’est cher, les écrans sont généralement assez petits et le choix en films américains est très limité (et en plus ils arrivent des semaines ou des mois après). En plus, même pour un blockbuster américain il y a souvent juste une ou deux séances par jour, impossible de se faire un bon ciné sur un coup de tête. Ce que j’aime bien en revanche c’est que tous les films sont en v.o.

4. Voyager facilement

Où que l’on soit en France on se trouve à juste quelques heures de voiture ou de train d’un autre pays. Pas besoin de passeport, pas besoin de changer de monnaie, pas besoin de réserver un billet d’avion pour passer le week-end à l’étranger. Sur une île c’est bien plus compliqué et chaque voyage demande pas mal de préparation. Quand j’étais en France je partais toujours à droite ou à gauche en voiture en me décidant à la dernière minute. Depuis que je suis au Japon je ne sors presque plus du pays.

5. Les hypermarchés

Les hypermarchés français sont typiquement français. Les équivalents que l’on retrouve ailleurs dans le monde sont assez différents (même quand il s’agit de chaînes françaises). Au Japon les hypermarchés sont quasiment inexistants. Carrefour s’était implanté il y a quelques années avant de repartir. Ici on ne fait pas ses courses pour la semaine avec un caddie mais ses courses pour un ou deux jours avec un panier. Le concept est donc totalement différent. Au Japon on apprécie que les supermarchés proposent beaucoup de produits frais et de plats tout prêts cuisinés le jour même. En revanche le choix est terriblement limité pour quelqu’un qui connaît la France. Dans le rayon des yaourts on a peut-être une dizaine de choix max. Et c’est comme ça pour tout. Et à part de la nourriture, des produits d’entretien et un rayon cosmétique/PQ, il n’y a rien d’autre. Pas de Hi-fi, pas de rayons jardin, automobile, vêtements, CD, livres, sport etc. Bref faire ses courses au Japon n’est pas très excitant.

6. L’ouverture sur le monde

Le Japon est une île et ça se sent. Les Japonais sont très tournés sur la culture et les informations intérieures du pays et ne s’intéressent pas trop à ce qui se passe ailleurs. Le fait que le Japon ait une très grosse industrie du divertissement (musique, cinéma, drama, manga, jeux vidéo…) rajoute encore à ce phénomène d’isolation car les Japonais n’ont pas besoin d’aller chercher ailleurs ce qu’ils font très bien chez eux. Avec internet on a accès à tout et on ne manque ni d’infos ni de divertissements étrangers. Le problème arrive quand on parle avec les Japonais. Je dis régulièrement que c’est impossible de parler de séries américaines au Japon mais c’est aussi le cas pour de nombreuses choses. À moins de s’entourer de Japonais qui ont beaucoup voyagé ou qui ont habité en Occident c’est très difficile de partager certaines choses ou d’avoir des débats d’idées intéressants.

7. Les Jeux

Les Français sont très joueurs. Jeux de cartes, jeux-vidéo, jeux de plateau etc., on aime se retrouver autour d’une table ou sur un canapé entre amis pour une belote, une partie de Mario Kart, un Trivial Pursuit ou un Loups-Garous. Les Japonais ne connaissent pas vraiment ça. Ils se divertissent surtout à l’extérieur, dans les Karaoke par exemple. Je fais régulièrement des soirées Mahjong avec des amis et ça remplace un peu, mais je ferais bien une soirée Soul Calibur ou un Risk de temps en temps.

8. Les brosses à dents

Les brosses à dents japonaises ne sont vraiment pas terribles. On dirait des brosses à dents de voyage, petites et toutes simples. Quand on est habitué aux brosses à dents Colgate ou Signal “Expert Vertical Inside Precision Sonic Extra-clean Integral 8 Actions 360° Sensitive Pro-Apaisant MaxWhite One” ça change. Du coup je suis obligé de me faire envoyer ça de France. (Maman si tu lis ce message, il ne m’en reste plus qu’une…). Il y a 10 ans j’aurais aussi parlé du déodorant mais ça s’est bien amélioré ces dernières années.

9. Les vêtements

Je suis loin d’être un fana du shopping mais au Japon je galère grave pour trouver des vêtements à ma taille et surtout des chaussures à ma pointure. Je vais vous dire franchement ça fait longtemps que je ne cherche même plus. Heureusement que mes jeans survivent de nombreuses années. Pour le reste (T-shirt, chaussettes etc.) j’achète presque tout à Uniqlo et pour les chaussures je vais faire venir ça directement des États-Unis à partir de maintenant.

10. L’humour français

Être le seul à rigoler à ses blagues c’est un peu con…

Records de chaleur à Tokyo
Commentaires 0

Records de chaleur à Tokyo

soleil

J’ai eu l’occasion de dire dans deux ou trois messages du blog que cet été était plutôt chaud à Tokyo. Et bien ce matin je viens de lire sur le journal en ligne The Japan Times que le thermomètre avait passé la barre des 30°C 71 fois depuis le début de l’année dans le centre de Tokyo. Un record depuis que l’agence météorologique japonaise a commencé à enregistrer ces données en 1876. Le précédent record était en 2004.

La température de la mer également a été la plus chaude depuis la mise en place du nouveau système de mesure  en 1985, avec en août une eau atteignant 25°C en surface dans une bonne partie de l’Océan Pacifique et de la Mer du Japon.

Arrivée des vivres
Commentaires 6

Arrivée des vivres

Je suis quelqu’un qui essaye d’avoir une alimentation saine et équilibrée. C’est donc en toute logique que je consacre au moins 30% de mes repas en bonbons et chocolat. Au Japon on ne peut pas dire que je sois malheureux côté sucreries, mais l’Europe reste tout de même imbattable pour tout ce qui touche au rayon confiserie. Je me fais donc envoyer de temps en temps un paquet de victuailles de France par mes parents histoire de pouvoir manger du vrai chocolat aux noisettes, et cette semaine j’ai reçu un paquet.

J’en profite aussi pour faire découvrir la nourriture de France aux japonais. Hier par exemple on a fêté Noël chez ma belle-famille et c’est la première fois qu’ils mangeaient du Foie Gras.

bonbons france

Tev, qu’est-ce qui te manque au Japon?
Commentaires 23

Tev, qu’est-ce qui te manque au Japon?

question-dice Depuis que je vous ai encouragés à me poser des questions sur la vie au Japon, mon parcours ou tout ce qui touche le pays du Soleil Levant je reçois pas mal de messages privés ou d’e-mails et j’ai déjà un bon stock de questions à répondre (continuez à en envoyer quand même). Je ne promets rien mais je vais essayer de garder le rythme d’une réponse chaque week-end entamé il y a deux semaines.

Ces derniers temps j’ai pas mal parlé de chocolat et de camembert et des lecteurs du blog m’ont demandé si la nourriture me manquait tant que ça ou s’il y avait d’autres choses qui me manquaient au Japon.

C’est vrai que la nourriture est la chose qui manque le plus. Au début c’est assez facile, la nourriture japonaise est bonne et même dans tous les pays où je suis allé j’y ai toujours trouvé des choses excellentes. Au bout d’un certains temps quand même il y a des choses qui manquent. Le fromage et le chocolat, tout comme le pain, sont des choses que l’on trouve au Japon mais à des prix plutôt élevés. Plutôt que de manque je parlerais de frustration de devoir payer un pot de Nutella ou du camembert une fortune et de ne pouvoir en manger qu’à l’occasion.

Mais ce qui me manque surtout en nourriture au Japon ce sont tous les trucs congelés ou en boîte qu’on peut se préparer facilement en France. Une boîte de cassoulet, des steak hachés 100% bœuf, des cordons bleus etc. Toutes ces choses bonnes et faciles à cuisiner (ou plutôt réchauffer) ne se trouvent pas du tout au Japon. Ça c’est vraiment dommage. Il y a de bons plats congelés au Japon aussi mais les goûts sont totalement différents. Les conserves, elles, sont presque inexistantes pour les plats cuisinés (pas de cassoulet, ni de chili, ni de raviolis, ni de paella, ni de couscous etc.). Et se faire envoyer des trucs comme ça au Japon, bonjour le prix des frais de port.

Paradoxalement la nourriture d’autres pays me manque aussi. Ayant passé pas mal de temps au Canada par exemple je rêve de manger une bonne poutine ou du popcorn arrosé de Becel, et la nourriture pas chère dans la rue de Chine ou d’Inde par exemple me manque aussi. Mon idéal serait un pays dans lequel on puisse manger facilement toutes les nourritures du monde. Le plus drôle c’est que quand j’étais plus jeune je n’attachais aucune espèce d’importance à la nourriture et que maintenant c’est presque devenu une raison pour voyager. Si j’avais les moyens je ferais un aller-retour à Montréal juste pour manger un sandwich au café Santropol.

À côté la nourriture il ne me manque pas grand chose. À part trouver des vêtements et chaussures à ma taille, et aussi l’humour français. C’est tout con mais les conversations entre Français avec de vannes toutes les deux phrases c’est un côté qu’on regrette de ne pas retrouver à l’étranger.