Bouchées de poisson cru.

Sashimi

Le sashimi est la création d’un Daizen-Shoku, chef cuisinier de l’Empereur, de l’époque de Nara (710 à 794). À l’origine, on utilisait essentiellement des poissons d’eau douce contrairement à aujourd’hui. C’est sous l’ère Edo (1600 à 1868) que le sashimi devient vraiment un plat du quotidien dans tout le Japon et depuis il se propage à travers le monde.

Bouchées de poisson le plus souvent cru, on trouve aussi des sashimi végétariens comme le konnyaku ("langue du diable") à base de pousses de bambous et plus rarement des sashimi à base de viande crue (boeuf, poulet ou cheval).
En plus de la fraîcheur, c’est la façon de choisir le poisson et de le découper qui font le sashimi de qualité. La préparation, simple en théorie, se révèle un art dans la pratique. Ainsi deux morceaux de sashimi provenant du même poisson mais découpés par deux chefs différents n’aura pas le même goût. Aussi la qualité du sashimi varie selon la partie du poisson utilisée. Dans le thon par exemple, les parties les plus prisées sont l’o-toro et le chu-toro, plus grasses, prélevées sur la partie inférieure du poisson alors que l’akami (viande rouge), plus populaire, provient de son dos.

Au Japon, on déguste le sashimi aussi bien dans les restaurants traditionnels que dans les Izakaya, bars où l’on peut boire, fumer et manger toutes sortes de délicieux petits plats.
Son goût et son fondant unique en font un mets très apprécié de tous et pas uniquement des amateurs de poisson. On le consomme le plus souvent avec de la sauce de soja et du wasabi. Ne pas y goûter sous prétexte qu’il s’agit de poisson cru serait une grosse erreur car le sashimi est l’une des plus belles saveurs que peut vous offrir le Japon.

Les poissons et mollusques les plus utilisés

Maguro (thon)
Le plus utilisé. Il existe beaucoup de variétés de thon cuisinées en sashimi, le thon rouge, le thon blanc, le thon à gros yeux… C’est le thon rouge qui est le plus utilisé, on le considère comme le "roi des thons" grâce à la couleur foncée de sa chair.

Sake (saumon)

Katsuo (bonite)
Peu connu en Occident car difficile à conserver, ce poisson est très utilisé au Japon où il est considéré comme un mets très raffiné. On en trouve plusieurs sortes au goût différent.

Hamachi (sériole à ceintures)

sashimi5

Tai (dorades)

sashimi6

Suzuki (loup)

sashimi7

– Unagi (anguille), Saba (maquereau), Tako (pieuvre), Ika (calamar), Uni (oursin), oeufs de poissons…

Outils et ustensiles

– Couteau yanagiba : Environ 40 cm de long, il sert à lever les petits et moyens morceaux de sashimi.

sashimi8

– Couteau usuba : Utilisé pour les légumes.

sashimi9

– Couteau deba : Plus lourd, il permet de couper toute taille de morceaux de poisson avec précision. C’est le couteau essentiel pour la préparation de sashimi.

sashimi10

Il faut compter entre 100 € et 300 € pour un bon couteau.
D’autres types de couteaux sont également utilisés comme le couteau à sculpter ou le couteau à écailler. Notez que le sashimi est souvent servi avec des baguettes de métal.

Choix du poisson

– Utilisez des poissons d’eau de mer, les poissons d’eau douce pouvant contenir des parasites qui ne seront tués que par la cuisson.
– Évitez les filets déjà préparés, achetez plutôt un poisson entier.

– Utilisez du poisson très frais, il ne faut pas l’acheter en supermarché et jamais congelé. Choississez plutôt le poissonnier ou le marché et demandez si l’on peut le manger cru. Des yeux brillants sont souvent un gage de fraîcheur.

_____________

Sources

Sashimi de Hideo Dekura, Éditions Soline
La cuisine japonaise de Emi Kazuko et Yasuko Fukuoka, Éditions Sélection Champagne
icon Auteur: Tev

Sur Candysan

Dégustez vos sashimi avec des produits en provenance du Japon, disponible sur notre boutique en ligne !

8 Réponse à “Le sashimi”

  1. mi-temps dit :

    Bonjour. Je suis Japonais et j’ai heureusement rencontré ce site en naviguant sur Internet. C’est la première fois que j’envoie un message.
    Les articles concernant des spécialités japonais m’interessent beaucoup.

    Je ne savais pas jusqu’ici le mot “Daizen-Shoku”.
    Ainsi j’ai consulté un dictionnaire japonais pour mieux comprendre ce que c’est que le mot.
    Il en est ressorti que “Daizen-Shoku” s’écrit “大膳職” et se prononce “Daizen-Shiki”.

    C’est tout et merci beaucoup.

  2. mi-temps dit :

    Je suis Japonais donc je mange de temps en temps du konnyaku.
    Mais ce n’est pas celui à base de pousses de bambous.
    Si j’ai bonne mémoire, le konnyaku se fait avec du tubercule comme une colocase, qui s’appelle “konnnyaku-imo”.
    Si je me suis trompé, excusez-moi s’il vous plaît.

  3. micheala dit :

    je trouve que les sashimi sont faciles à faire mais il faut avoir le matériel !

    • mi-temps dit :

      Enchanté. Merci pour votre réponse.
      Dans ma jeunesse, il y a environ 25 ans, j’habitais près de Tokyo et travaillais à Tokyo.
      Actuellement je suis à la retraite et habite dans la préfecture de Shiga situé l’est de KYoto, où se trouve le lac Biwa, le plus grand lac du Japon.

  4. micheala dit :

    enchanté . j’ai vu des photos du lac Biwa et c’est magnifique !! Vous avez beaucoup de chance !!!
    J’aimerai une fois dans ma vie visiter le Japon !!! surtout au printemps !

  5. fatima dit :

    j ai toujours voulue visiter le japon surtout pour les jardin et les sushi j ai vue les photos du lac au printemps et c est féerique ce qui habite la ba on beaucoup de chance !!!!!

    merci

  6. Aurélian dit :

    Moi j’aimerais bien visiter le japon pour Tokyo surtout. Vu que je suis un geek, je connais déjà quelques endroits à visiter seul quand je serai plus grand et qui plairont surtout et même exclusivement aux geeks.

Laisser un message