Le bonsaï forme par forme

Chokkan: la forme verticale

Dans cette forme, le tronc de l’arbre est parfaitement vertical et il s’amincit régulièrement du collet à la cime. La distribution des branches, horizontales, est régulière et elles sont systématiquement disposées par rapport au tronc. L’arbre donne en fait un effet de pyramide.

Voici un arbre dit de forme chokkan :

Moyogi: la forme semi-verticale

Dans ce style, contrairement au précédent, le tronc de l’arbre présente des sinuosités harmonieuses. Toutes les fantaisies, à condition qu’elles soient naturelles, sont permises. Ici aussi le tronc s’amincit régulièrement de la base au sommet et l’ensemble s’inscrit dans un triangle. Les branches restent horizontales.

Voici un bonsaï de forme moyogi:

Shakan: la forme légèrement penchée

Cette forme se distingue de la précédente, dont elle est tirée, en ce que la cime de l’arbre est extérieure à la perpendiculaire au pot passant par le collet. L’arbre peut aussi bien être penché a droite qu’à gauche.

Voici un bonsai de forme shakan :

Han-kengai : la forme en semi-cascade

C’est un peu une forme assagie de la forme " battus par les vents ". Les branches, dans ce cas, poussent vers le haut et forment une coupe plus ou moins régulière. Par contre, le tronc est moins horizontal ; il est plutôt légèrement tombant.

Un bonsaï de form han-kengai :

Kengai : la forme en cascade

C’est la forme en demi-cascade mais encore plus poussée. La moitié de l’arbre, au moins, croît à la verticale, donnant un effet très saisissant de tapisserie. C’est une des formes les plus convoitées chez les amateurs. Mais elle fait aussi l’objet de peu de réussite.

Un bonsaï de forme kengai :

Fukinarashi : la forme battue par les vents

L’aspect général de cette forme est celui d’un arbre, pris dans une tempête, dont toutes les branches et le tronc se dirigent dans la même direction. L’ensemble est censé donner l’illusion du mouvement même lorsqu’il ne bouge pas. Vu que dans ce style, les branches sont toujours horizontales, le tronc peut subir une inclinaison variable, allant de légèrement penché jusqu’à une ligne très voisine de l’horizontale.

Voici un bonsaï de forme fukinarashi :

Bunjingi : la forme du lettré

Cette forme très gracieuse est très appréciée par les Japonais. Le tronc est assez fin , l’arbre élevé et seulement habillé de quelques branches à son sommet. L’arbre est incliné comme dans la forme shakan (voir plus haut) mais beaucoup plus élevé.

Un bonsaï de forme binjingi :

Hokidachi : la forme en balais

Ce nom "en balais", pas très flatteur, correspond assez bien à ce style. Très efficace, il permet d’obtenir rapidement des arbres à l’air ancien. La particularité de ce style est que toutes les branches doivent donner l’impression de partir d’un même point : le sommet du tronc. Le tronc lui-même et laissé nu et sa hauteur doit être égale au tiers de la hauteur de l’arbre tout entier.

Ci-dessous un bonsaï de forme hokidachi :

Ishitzuki : la forme sur rocher

La forme sur rocher recouvre en réalité deux technique très différentes. Dans l’une, un rocher sert de toile de fond aux racines d’un arbre qui courent à la surface. Elles sont alors très développées et de même importance en volume que les branches.

Dans l’autre technique, un rocher est habillé à l’aide d’un ou plusieurs petits bonsaï. Dans ce cas, le but est la création de mini-paysages. Le rocher sert alors de pot.

Ici, on peut voir une sorte de mini-paysage grâcex au deux technique ishutzuki:

Kabudachi : la forme à troncs multiples

Ce n’est pas tout à fait un style. Il s’agit en fait d’un groupe de troncs traités dans un des styles vus précédemment. Celui qui est le plus souvent utilisé est "presque vertical". Ces troncs peuvent être au nombre de deux, trois, etc… Pour être de qualité, ils doivent être issus spontanément du même groupe de racines et en aucun cas être composés de trois, quatre, cinq arbres collés entre eux artificiellement. Donc seul le hasard permet d’en obtenir.

En voici un exemple:

Yose-ue: la forme en forêt

Comme son nom l’indique, cette forme évoque une forêt ou du moins un groupe de bosquets composés le plus souvent d’arbres de la même espèce. Il est possible toutefois d’associer par exemple conifères et feuillus. Il faut alors faire attention de bien regrouper des espèce ayant des besoins similaires. Le nombre de troncs est toujours impair et chaque fût reste bien visible.

Voici la forme yose-ue:

Ikada: La forme en radeau

Dans cette forme, l’aspect général du bonsaï est celui d’un bosquet ou d’une forêt. Tous les troncs sont issus de la même racine. Exceptionnelle, cette forme ne se rencontre guère en fait que chez les pinus pentaphylla. Sa rareté et sa beauté permettent la création de bonsaï fabuleux qui sont les plus recherché au japon.

Voici un bonsaï de forme ikada:

Retour: Le bonsaï – partie 1 (histoire)
Suite: Le bonsaï – partie 3 (achat)

Auteur: lalain

Une réponse à “Le bonsaï”

  1. Céline dit :

    Bonjour,
    Je suis étudiante en métal à l’école Boulle, pour mon projet de diplôme je m’intéresse aux plante et j’avais entendu parlé des Tsuri Shinobu (ce sont de petite boules de plantes) J’en avais entendu parlé comme d’un truc un peu mystique que l’on envoyait soigner lorsque l’on était malade, mais je ne trouve que des sites en japonais (que je ne comprends donc pas) ou en anglais qui trouve ça juste sympa comme idée déco… Je voulais savoir si vous saviez si ça avait vraiment une histoire ou non?

    En m’excusant et vous remerciant…

Laisser un message