L’Unité 731
L’unité 731 – 731 部隊 (Nana-san-ichi butai)

L’unité 731 est une unité militaire japonaise de recherche bactériologique. Entre 1936 et 1945 elle est responsable de la mort de centaines de milliers de personnes qui ont été utilisées comme cobayes dans divers expériences. Plus tard elle sera reconnue responsable de crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

L’unité 731 est implantée en 1936 près de la ville de Harbin dans le nord de la Chine et est dirigée par Shiro Ishii. Le complexe s’étend sur près de 6km² et compte 150 bâtiments. Officiellement le site se consacre à la recherche pour « la prévention des épidémies et la purification de l’eau » mais en réalité l’activité principale est le développement d’armes bactériologiques et l’expérimentation sur des cobayes humains. Ce n’est qu’une unité, la plus connue, parmi de nombreuses autres implantées en Chine et ailleurs en Asie.

C’est le projet nom de code « Maruta » qui a pour but d’utiliser des hommes pour tester, entre autres, les effets d’agents bactériologiques. Les expériences menées sur des prisonniers de guerre, dont des femmes et des enfants, étaient extrêmement diversifiées et toutes particulièrement horribles.

Des cobayes étaient ainsi sujets à des vivisections sans anesthésie après que différents virus leur aient étés inoculés, pour observer les dommages causés sur les tissus. Sur d’autres on coupait des membres pour mesurer la quantité de sang perdue ; sur d’autres encore on prélevait tout ou partie d’un organe pour étudier les effets sur le patient ; sur des femmes enceintes on prélevait les fœtus, etc. Selon d’anciens scientifiques japonais les vivisections duraient de 10min à 3h.

Des tests étaient également menés sur les dégâts occasionnés par les armes. Ainsi certains prisonniers étaient exposés à des explosions de grenades ou servaient de cibles à différentes armes comme des lance-flammes.

Divers autres expériences dont les buts sont plus flous étaient aussi menées, on parle parfois de simple « curiosité ». On testait ainsi la résistance des prisonniers en les enterrant vivant, en les pendant la tête en bas, en les exposant à différentes pressions ou à de fortes doses de rayons X, on les brûlait ou congelait, on les affamait, on remplaçait leur sang par du sang animal ou de l’eau salée… Toutes les expériences étaient menées jusqu’à la mort du cobaye. Si un homme survivait, on le soumettait à une nouvelle expérience. Sur de nombreux points ces expériences rappellent celles des nazis à Auschwitz.

En plus des expériences menées sur des sujets individuels, d’autres expériences biologiques étaient menées à plus grande échelle sur des villages entiers où l’on inoculait à la population la peste, le choléra et d’autres maladies en contaminant les cultures ou les insectes.

En août 1945, lorsque les Soviétiques envahirent la Chine, l’armée japonaise et les scientifiques reçurent l’ordre de fuir en détruisant toutes preuves incriminantes. Les bâtiments furent alors dynamités et les derniers cobayes ainsi que les Chinois témoins des expériences furent exécutés.

Il est difficile de quantifier le nombre de victimes de l’unité 731. Selon certaines sources entre 3’000 et 10’000 personnes ont été victimes d’expériences au sein de l’unité 731 et environ 400’000 personnes vivant dans les villages alentour sont mortes du choléra, de la peste ou de l’anthrax. Parmi les victimes on compte un grand nombre de Chinois mais aussi des Russes, des Coréens, des Philippins et des Américains prisonniers de guerre.

Aujourd’hui il ne reste de l’unité 731 que quelques bâtiments rénovés et ouverts au public ainsi que les témoignages de certains scientifiques japonais qui ont confessé leurs actes. Des milliers de tonnes d’armes chimiques et bactériologiques sont encore enterrées en Chine et continuent de faire des victimes occasionnellement. Shiro Ishii et la plupart des autres officiers responsables n’ont jamais comparu devant un tribunal. Ils ont bénéficié d’une immunité en échange de quoi ils ont remis les résultat de leurs recherches aux États-Unis, qui ne se privèrent pas d’utiliser certains d’entre eux dans d’autres confits.

Sources

http://www.armees.com/Japon-2o-guerre-mondiale-les.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Unit%C3%A9_731
http://en.wikipedia.org/wiki/Unit_731

icon Auteur: Tev

Une réponse à “L’Unité 731”

  1. sakura dit :

    Très bon article tev, souvent quand on parle des pays que nous aimons ils y a des histoires que nous préférons oublier voire ignorer. Je suis animatrice dans une maison de retraite, la moyenne d’âge des résidents et de 88 ans, en début d’année 2015 je leur est fait découvrir le japon, sa culture, sa cuisine,sa musique, le cinéma, les mangas etc… je leur est parlé d’un japon que j’idéalisais, je ne savais pas comment aborder avec eux cette partie de l’histoire du japon, eux qui on connu la 2ème guerre mondiale avec l’occupation allemande et les exactions commis par les ss dans le puy de dôme notre région. Le dernier jour de cette animation, pour faire la transition avec la chine le deuxième pays que je leur est fait découvrir,les mots sont venus naturellement, simplement, et je leur est parlé des expériences, de la maltraitance des prisonniers de guerre etc…j’ai beaucoup aimé leur réaction, ils m’ont répondu” isabelle l’être humain est capable du meilleur comme du pire, en temps de guerre certain se comportent comme les pires individus, mais d’autres se comportent admirablement, le japon n’est pas pire que les autres pays, car tous on une mauvaise histoire à se reprochée”.

Laisser un message