bouton
accueil
japonaismembre
plan_site
 Connexion   Inscription    FAQ    Candysan

Index du forum » Ailleurs en Asie » Chine » Découverte de la Chine




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message : [Arts Martiaux] Wing-Chun
 Message  Publié : 13 Juil 2008, 13:57 
Hors-ligne

Inscription : 29 Mai 2006, 18:39
Message(s) : 648
Localisation : Nord
Âge : 34
[center]Wing-Chun[/center]


[center]Image[/center]

Le Wing-Chun, Wing-Tsun (en cantonais), Ving Tsun, Wing-chun-kuen, Wing-tsun-kuen, Yong-chun-chuan, Wyng-Tjun, Ving-Tjun: (咏春/詠春 en écriture chinoise traditionnelle, les différentes transcriptions en lettres latines sont propres à chaque fédération et servent à les différencier) "Poing du joli temps de printemps", style de boxe chinoise (Quan-fa) du sud (Nan-quan) très développé à Hong-Kong et à Singapour.

Son expansion rapide à travers l'Europe et les USA s'explique par le fait qu'une certaine efficacité peut y être acquise assez rapidemment et suivant des principes issus à la fois des styles durs et des styles doux, ainsi que par ses Sifu
(notamment Leung Ting) plus ouverts aux idées sportives modernes amenées par les étrangers intéressés par la boxe chinoise. Par-dessus tout, il la dut à la soudaine notoriété de l'acteur Bruce Lee qui avait pu bénéficier quelque temps de l'enseignement de Yip Man, le dernier grand Sifu incontesté du style, mort en 1972. Mais à cette époque Yip Man ne délivrait plus personnellement ses connaissances; c'est à dire qu'il ne pratiquait plus avec de nouveaux élèves, donc seulement pour des photos on aperçoit Bruce et Sifu en posture Chi-sao. Celui qui forma la star du kung fu, fut Wong Shun Leung, célèbre pour ses nombreux combats sans aucune défaite.
A Foshan, il y a un musée en l'honneur de Yip Man, on peut apercevoir des photos, des objets concernant le Wing Chun, et tous ses élèves, excepté Bruce Lee, que le Maître avait banni parce qu'il enseigna à des non-Chinois.


[center]Image[/center]
[center]Yip Man & Bruce Lee[/center]


Les rudiments de ce style de combat du sud ont été jetés au XVe siècle par une nonne bouddhique, Ng Mui (c'est la première fois que l'on trouve mention d'une femme à la source d'une école, encore qu'il semble que ces premiers balbutiements n'aient eu qu'un vague rapport avec le système enseigné actuellement).
Puis ces bases furent transmises à une autre femme, Yim Wing-chun (alias Yim-Yee-Gung), qui vécut plusieurs années au contact de Ng Mui avant d'épouser Leung Bok-cho. Ce fut en réalité ce dernier qui, après le décès de son épouse, poursuivit l'élaboration et la codification du style et l'appela Wing-chun, peut-être en hommage à celle qui l'y avait initié, peut-être en allusion à l'espoir de voir, en ces siècles de domination mandchoue, chassé l'envahisseur abhorré grâce à une renaissance du Shaolin-si (selon certaines sources des moines dispersés après la destruction du fameux temple par les Mandchous se seraient régulièrement retrouvés en cachette dans une salle d'entraînement du nom de Wing-chun).
Puis le style fut transmis par Wong Wah-bo, par Leung Yee-tye, par Leung Jun, enfin par Chang Wah-soon (Chan Wah-shun).
Ce dernier n'enseignait qu'à seize étudiants triés sur le volet, et dont le plus jeune s'appelait Yip Man.
Celui-ci décéda en 1972 et laissa plusieurs Sifu qui s'en déclarèrent les successeurs officiels, ainsi, parmi les plus en vue, Kim Chiu, Leung Cheong, Lo Man Kam (neveu de Yip Man), Tang Sang et Leung Ting, qui a repris l'enseignement de Yip Man, basé sur des mouvements plus direct. Ce qui explique qu'il existe actuellement plusieurs associations rivales de Wing-chun à travers le monde.


[center][youtube]http://fr.youtube.com/watch?v=NjqL9MdLj0k[/youtube][/center]
[center]Yip Man & mook jong [/center]


Techniquement, le Wing-chun incarne l'efficacité à travers une grande économie de mouvements, donc d'énergie.
Les mouvements sont très courts, à partir d'une position très stable, permettant des réactions rapides dans toutes les directions.
Les esquives sont souples, les contre-attaques fulgurantes. En Wing-chun la réponse fondamentale à une attaque est Chi-sao, technique très particulière consistant à coller les avant-bras tout contre ceux de l'adversaire, non pas d'une manière statique mais en des entrelacets savants et très fluides. Elle se pratique d'un seul bras, sous sa forme simple, puis des deux bras au stade avancé.
Le but est de prendre contact avec le coup de l'adversaire, à "fleud de peau", sans jamais le bloquer en force, pour le contourner très rapidemment, le dévier, le retourner à sa source, tout en permettant une contre-attaque instantanée de l'une ou de l'autre mains, sans qu'il y ait rupture d'équilibre (on retrouve le concept du Tui-shou).
A la force brute de l'attaque (force appelée Gong), il faut répondre par la force Yau, c'est-à-dire la passivité, l'élasticité.
Le Wing-chun est donc un style parfait pour le corps à corps, avec des contre-attaques extrêmement sèches et puissantes.


[center][youtube]http://fr.youtube.com/watch?v=cJG-FtMAA18[/youtube][/center]
[center]Chi-sao de Bruce Lee[/center]


Trois Tao-lu comprennent toutes les techniques de ce style.
Ces séquences développent nombre de qualités nécessaires et suffisantes pour faire un bon combattant:

_Siu-nim-tao, premier Tao

_Chum-kiu, second Tao

_Bil-jee, troisième Tao


Les principes essentiels du Wing-Chun sont les suivants:

avoir une bonne connaissance des 5 étapes du combat:

l'observation
l'approche
l'échange
la retraite
la poursuite


Quelques principes utiles :

Toujours protéger son centre que ce soit dans l'attaque ou la défense
Canaliser d'une manière constante la poussée des bras vers l'avant
Utiliser la force de l'adversaire pour la retourner contre lui.
Utiliser les principes de déviation de force pour la défense et la ligne droite pour l'attaque
Lorsque le pont a été établi, rester collé aux avant bras de l'adversaire car l'information qui transite par le contact est plus rapide que celle qui transite par l'œil
Si la force adverse est trop grande, cède et utilise ton système de déplacement pour te restructurer
Si l'adversaire recule, suis-le et maintiens la pression; ne le laisse pas rééchafauder de nouveaux plans.

Wushu du peuple hakka des jonques fleuries, le wing-chun a reçu les armes qu'on peut trouver sur ces bateaux en compagnie de dames galantes : la perche à la fleur de prunier pour faire avancer ces jonques et la paire de couteaux papillons. C'est en fait une paire de sabres d'apontage pour qu'une femme, n'ayant pas la même force qu'un homme, puisse dénouer sans force les nœuds marins ou trancher une corde d'apontage en cas d'urgence. Ces outils deviendront ainsi, dans le danger de ce commerce, des armes redoutables.

Les pratiquants s'entraînent aussi sur un mannequin de bois en utilisant une forme appelée Mook Yang Chong Fat. 木人樁, mu ren zhuang en mandarin pinyin est cet "homme de bois", haut comme un homme en effet, constitué d'un tronc d'une vingtaine de centimètres de diamètre, sur lequel on a ajouté trois bras et une jambe en fente avant fixe.



Source:
encyclopédie des arts martiaux, wikipédia.

images:
http://www.northeastwingchunsite.com
http://www.brucelee.fr

video:
http://fr.youtube.com/

_________________
[center]Impermanence
Comment décrire ce monde – un oiseau aquatique
De son bec perle une goutte où se mire le reflet de la lune.
[/center]
[center]Eihei Dôgen[/center]


Haut 
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
 
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Index du forum » Ailleurs en Asie » Chine » Découverte de la Chine


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)

 
 

 
Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers :