bouton
accueil
japonaisguide
plan_site
 Connexion   Inscription    FAQ    Candysan

Index du forum » Ailleurs en Asie » Laos » Informations et conseils de voyage




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : [Témoignage] Passage de la frontière Laos - Cambodge
 Message  Publié : 18 Juin 2009, 09:10 
Hors-ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Jan 2005, 06:14
Message(s) : 7554
Localisation : Tokyo - Japon
Âge : 39
[center]Témoignage : Champasak à Stung Treng – Passage de la frontière du Laos au Cambodge[/center]

Le matin à Champasak, le tuk-tuk qui nous ramène de Wat Phu que l’on vient de visiter, passe par l’hôtel pour que l’on puisse récupérer nos sacs avant de nous déposer à l’embarcadère. On mange une soupe de poulet (10'000 Kip) et des bananes en beignets (1'000 Kip) en attendant le départ de la barge qui ne part qu’une fois pleine. Le passage nous coûte 5'000 Kip par personne.
De l’autre côté du fleuve, impossible de trouver un songtaew direct pour la Cambodge comme prévu. À la place on prend un songtaew jusqu’à Lak 30 à l’embranchement de la route 13 qui descend vers le sud. 5'000 Kip par personne. Pas de bancs, on fait le trajet assis sur des sacs de riz. Une fois à Lak 30 il nous restera 100km à parcourir jusqu’à la frontière cambodgienne.
Arrivés à Lak 30, pas vraiment un village mais plutôt un regroupement de restaurants et de vendeurs ambulants, nous commençons à faire du stop pour le Cambodge. Les songtaew sont nombreux à passer mais aucun ne descend jusqu’à la frontière. Ce n’est qu’après une heure qu’on nous explique qu’il faut aller jusqu’à Nakasan puis prendre un tuk-tuk jusqu’à la frontière depuis là-bas. Un songtaew qui va à Nakasan vient justement de s’arrêter au moment où l’on apprend ça mais il est déjà plein à craquer. Le peu de place libre qu’il reste est occupé par les 3 ou 4 touristes anglophones qui viennent juste d’arriver à Lak 30 et qui vous aux 4'000 îles. Ils sont tellement tassés qu’ils me demandent de les prendre en photo. Plus de place pour nous, on prendra le prochain.
Quelques minutes plus tard un nouveau songtaew s’arrête et accepte de nous amener à Nakasan. Il est vide et ne prend personne normalement mais après une petite discussion le chauffeur et es deux amis nous laissent tout de même monter. On devra payer 50'000 Kip par personne au lieu des 30'000 Kip du tarif normal mais on aura toute la place qu’on veut. Notre objectif est de dépenser moins de 100'000 Kip par personne pour arriver à la frontière, c’est le prix en minibus de puis Champasak.
Le songtaew roule bien, on rattrape le temps perdu avec les 90 minutes d’attente à Lak 30 qui s’ajoutent à 30 minutes d’attente après avoir traversé le fleuve à Champasak. En route on double le songtaew qui a embarqué les anglophones. Il était tellement chargé qu’un essieu a cassé. Ils nous regardent passer en souriant mais vous devoir attendre un bout de temps au milieu de nulle part par plus de 40°C.
Nous arrivons à Nakasan comme prévu et on paye nos 50'000 Kip par personne. Je ne sais pas pourquoi un des amis du chauffeur avait insisté pendant presque tout le trajet pour qu’on les paye avant d’arriver mais on avait refusé. À Nakasan trois motos nous attendent. Notre chauffeur a du leur téléphoner durant le trajet. Ils nous proposent de nous amener à la frontière du Cambodge à quelques kilomètres de là pour 10'000 Kip par personne. Ok. Ça ne nous paraît pas cher mais on ne connait pas les prix des trajets en moto et la frontière est peut-être très proche. Le bout de chemin en moto est une aventure sympa, on se prend en photo et on profite du vent qui est le bienvenu par la chaleur.
Les trois motos s’arrêtent au poste de frontière qui est ridiculement petit. Première surprise on nous demande maintenant 30'000 Kip par personne pour le trajet effectué. C’est cher mais bon « il faut bien qu’ils payent l’essence, et puis le trajet était sympa ». Deuxième surprise, encore moins agréable, nos nouveaux amis ne nous ont pas emmener à la frontière classique qui mène au Cambodge mais à un point de passage vers le Cambodge en bateau et non par la route. Seulement on veut passer par le route et de toute façon il n’y a pas de bateau qui traverse en ce moment. Les chauffeurs de moto nous expliquent qu’il faut recevoir un tampon de sortie à cette frontière avant de prendre un taxi qui nous amène à la frontière routière « by land » où l’on pourra recevoir notre visa cambodgien. Autant dire qu’ils nous prennent pour des cons puisque qu’il est évident que l’on peut recevoir un tampon de sortie en passant par la route aussi. On comprend alors qu’ils nous on emmener ici car c’est moins loin que la frontière terrestre et ils économisent un peu sur l’essence et aussi parce qu’ils comptaient nous « refiler » à un autre taxi pour nous faire dépenser encore plus comme ça se fait régulièrement au Laos.
Le ton monte un peu et on refuse de laisser partir les motos avant qu’ils nous emmènent à l’endroit prévu et voyant qu’on ne compte pas descendre des motos ils sont forcés de s’exécuter. On repart alors jusqu’à la « vraie frontière » qui n’est qu’à une dizaine de kilomètres plus loin. Arrivés au bon endroit ils nous demandent, sans gène, de payer un supplément pour le trajet supplémentaire. On ne paye pas bien évidemment. Dommage de rester sur cette mauvaise image du Laos.
Maintenant à pied on fait tamponner notre passeport une première fois pour sortir du territoire puis on se dirige vers le poste frontalier du Cambodge à 200m de là. Entre parenthèse notre coup de tampon pour la sortie aura coûté 10'000 Kip par personne alors que ça devrait être gratuit.
Le douanier cambodgien qui s’occupe de nous parle français. Il est torse nu quand on arrive mais enfile une chemise propre officielle avant de s’assoir derrière son bureau. Prix du visa 21$ au lieu de 20$. On se doute que le dollar supplémentaire va dans la poche du douanier. On peut également payer en Bath thaïlandais ou en Kip laotiens : 100'000 Bath ou 25'000 Kip. Le taux de change est extrêmement désavantageux, c’est de l’arnaque pure et simple. De toute façon le prix des visas écrit à la main au marqueur vert sur une feuille vierge est louche dès le départ.
Le poste de frontière est au milieu de nulle part, à 60km de la ville la plus proche qui est Stung Treng. De plus la rue est déserte et c’est une mauvaise nouvelle car on nous avez dit que l’on pouvait prendre un bus depuis la frontière jusqu’à la ville mais ça n’est pas le cas. Notre seule option est de prendre un taxi privé que nous propose le douanier. Ça nous coûtera 50$ ou 500'000 Kip (60 dollars) pour le trajet. C’est environ 4 fois le prix normal mais on n’a pas le choix.
Enfin arrivés à Stung Treng on demande au chauffeur de nous arrêter à un ATM. Il nous arrête devant un hôtel. On ne veut pas descendre ici mais aller à une banque ou un ATM. Une personne de l’hôtel se présente comme étant le frère du chauffeur et insiste pour monter avec nous dans le taxi pour nous indiquer la direction de la banque (à 200m à peine en fait). On refuse de le laisser monter mais il insiste en disant maintenant que c’est ça voiture, qu’il n’y a pas de problème et il glisse le mot « police » dans une phrase que je ne comprends pas. Mais rien à faire on insiste pour aller à la banque sans lui et le chauffeur s’exécute finalement à contrecœur. Il n’aura pas sa commission de l’hôtel.
À la banque mauvaise surprise (une de plus), le seul ATM de la ville ne prend que les cartes Visa et on a tous une Mastercard. On a 50$ en poche pour 3 personnes. Le séjour au Cambodge commence bien…

Au final on aura dépensé 90'000 Kip par personne pour faire le trajet Champasak-frontière alors qu’en Minibus on aurait fait le trajet beaucoup plus facilement et rapidement pour 10'000 Kip de plus. Une solution meilleure encore aurait été de retourner à Pakse, la plus grande ville du sud du Laos et de prendre un Bus qui va directement à Kratie ou à Phnom Penh, la capitale du Cambodge. C’est la solution qui est de loin la plus pratique, mais on a moins de choses à raconter par la suite.

_________________
Mon profil Japon


Haut 
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Témoignage] Passage de la frontière Laos - Cambodge
 Message  Publié : 18 Juin 2009, 17:58 
Hors-ligne
Donateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Jan 2005, 10:17
Message(s) : 4072
Localisation : Suisse
Âge : 35
Exellent mot de fin :bleu: Que d'aventures en effet.

Un songtaew en fait c'est une sorte de bus pour le tourisme?

_________________
Il le pratèle et le libucque et lui barufle les ouillais.


Haut 
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: [Témoignage] Passage de la frontière Laos - Cambodge
 Message  Publié : 18 Juin 2009, 18:24 
Hors-ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Jan 2005, 06:14
Message(s) : 7554
Localisation : Tokyo - Japon
Âge : 39
Merci de m'avoir lu jusqu'au bout :P

Turlupin a écrit :
Un songtaew en fait c'est une sorte de bus pour le tourisme?


Oui, en thaï songtaew veut dire "deux bancs". Les songtaew sont des camionnettes transformées pour transporter des gens à l'arrière (en gros on y a mis une armature en métal et deux bancs dans le benne). On en trouve un peu partout en Asie du sud-est parfois un peu différents selon les pays.

[center]Image[/center]

_________________
Mon profil Japon


Haut 
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
 
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 

Index du forum » Ailleurs en Asie » Laos » Informations et conseils de voyage


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

 
 

 
Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers :