Jour 1 après le tremblement de terre
Commentaires 11

Jour 1 après le tremblement de terre

Hier malgré l’excitation j’ai dormi comme une souche grâce à ma longue marche à travers Tokyo pour rentrer chez moi après une longue journée de travail.

À 6h du matin c’est une nouvelle secousse qui m’a réveillé. Assez faible. Il est bientôt minuit et on a resenti des secousses toute la journée à fréquence régulière. Je dirais facilement une par heure mais comme on les ressent différemment selon l’endroit où l’on se trouve on ne sait pas combien de secousses ont réellement lieu. Ce qui est sûr c’est que ça ne s’arrête pas.

Ce matin j’ai tout de même eu l’impression que la vie avait repris normalement quand j’ai reçu une livraison de tapis souris pour la boutique. Toutefois ce n’était pas le livreur habituel. Plus tard j’ai même eu la visite d’un démarcheur vendant des abonnements à un journal. Je me demande bien qui peut penser à ça un jour pareil mais bon il vaut pour ce démarcheur qu’il travaille s’il le peut. La circulation des trains a repris sur certaines lignes mais avec des trains assez rares. Plutôt que les trains, que j’entends passer de chez moi, c’est l’omniprésence des hélicoptères que je remarque.

J’ai passé toute la journée sans gaz avant de comprendre qu’il avait été coupé automatiquement lors du tremblement de terre et qu’il fallait le remettre en service manuellement. À la télé les news sont de plus en plus horribles à mesure que les vidéos prisent hier par les témoins des désastres arrivent aux chaînes de télé. Depuis hier il n’y a que des news sur toutes les chaînes. Même la pub n’est pas diffusée. Dehors un journal gratuit spécial tremblement de terre est distribué gratuitement.

Dans la journée on a reçu plusieurs alertes au tremblement de terre ou au tsunami, dont deux juste dans la dernière heure. Certains endroits sont encore à risque et tout le monde est un peu à cran. Ma belle-famille, j’imagine comme tous les japonais, regarde la télé avec une concentration intense et un silence de plomb. Je pense que jamais des images pareils n’ont été vues à la télé.

Ce soir j’ai téléphoné à mon patron pour lui dire que je ne pourrais peut-être pas venir demain faute de train. Il m’a appris que demain la boutique resterait fermé car les fournisseurs n’ont pas livrés aujourd’hui.

Du côté de ma belle-famille j’ai appris que mon beau-frère avait marché 7h pour rentrer chez lui hier. Mon beau-père est resté coincé toute la journée et toute la nuit dans les embouteillages et est arrivé chez lui à 6h du matin, juste à temps pour commencer une nouvelle journée de travail. Heureusement que tout le monde va pouvoir se reposer demain. La fatigue se fait sentir aussi bien physiquement que nerveusement.

Jour 8 après le tremblement de terre
Commentaires 11

Jour 8 après le tremblement de terre

Rien de neuf aujourd’hui. Il y a de grandes chances pour qu’aujourd’hui soit mon dernier rapport quotidien sur la situation à Tokyo car depuis quelques jours déjà il ne se passe rien et je répète presque la même chose tous les soirs. Je vais continuer à vous tenir informer occasionnellement – demain j’espère pouvoir aller prendre des photos de différents quartiers de Tokyo – mais vraiment il n’y a plus grand chose à dire sur ce qui se passe ici.

Même si l’on voit encore des rayons un peu vides de temps en temps on ne manque de rien dans les combini et les supermarchés. Les gens vont toujours travailler normalement et aujourd’hui, samedi, on pouvait voir pas mal de monde faire du shopping.

Comme chaque soir on a eu le droit à notre grosse réplique quotidienne, 6.1 de magnitude cette fois. Le train qui passait en bas de chez moi s’est arrêté aussitôt, et à l’intérieur personne n’a levé le nez de son livre ou de sa console de jeu.

À Fukushima les choses n’ont pas l’air de changer beaucoup non plus, mais en tout cas ça ne s’empire pas.

Rien d’autre.

Onagawa – 142 jours après le tsunami
Commentaires 14

Onagawa – 142 jours après le tsunami

Après avoir traversé la ville en partie détruite d’Ishinomaki j’ai continué ma route vers le nord en direction de la ville portuaire d’Onagawa.

Onagawa a été frappée de plein fouet par une vague destructrice de 17m de hauteur qui s’est enfoncée dans les terres sur environ 1km, emportant tout sur son passage et faisant plus d’un millier de victimes.

onagawa-tsunami-japon

Ce qui frappe directement en arrivant sur les lieux de la catastrophe c’est le vide. Là où devraient se trouver des dizaines d’habitations on ne voit plus rien, juste des fondations et quelques débris. Débris qui il y a quelques semaines recouvraient le sol sur parfois plusieurs mètres de haut mais qui ont été collectés avec comme idée en tête de permettre la circulation des véhicules puis les premiers pas vers la reconstruction. Nous sommes dimanche mais les camions ne cessent de passer transportant toujours autant de décombres. Tout près une équipe de journalistes japonais fait un reportage sur le terrain rasé de ses maisons.

Suivant une petite route on arrive à l’hôpital situé en hauteur. De là on a un panorama incroyable sur l’ensemble du port. On voit des bâtiments de plusieurs étages totalement détruits, certains ont été couchés sur le sol sans se briser et transportés quelques mètres plus loin. Sur le toit d’un immeuble j’aperçois la toiture entière d’une autre maison. À côté de moi une brigade de pompiers assiste au même spectacle.

En ce déplaçant à pied au milieu des ruines on se rend encore plus compte de la force d’un impact occasionné par un tsunami. Par endroit le sol s’est enfoncé de plusieurs mètres sous le poids de l’eau. Des morceaux de route ont été déplacés, les immeubles les plus solides, qui de loin paraissaient avoir mieux résisté au choc, sont totalement dévastés eux aussi même s’ils sont restés debout. On imagine mal comment une personne aurait pu survivre ici. Partout les horloges qui n’ont pas été emportées sont arrêtées à la même heure.

Ci-dessous une vidéo de la zone portuaire d’Onagawa. Pour les photos suivez ce lien.

Problème de réapprovisionnement dans les combini
Commentaires 9

Problème de réapprovisionnement dans les combini

Hier soir en voulant aller acheter un bento au 7 Eleven du coin j’ai trouvé des rayons vides dans le combini. C’est la première fois que je vois ça au Japon. Plutôt qu’une ruée vers les provisions je penche plutôt pour des problèmes d’approvisionnement car ce sont les produits frais uniquement qui étaient en rupture. J’ai tout de même trouvé de quoi faire un bon repas et j’ai craqué pour le jus de pêche One Piece histoire de faire sourire ma belle-famille au moins une fois dans la journée qui s’amusent de mon côté otaku.

7-eleven-tremblement-de-terre
Plus de bento ni d'onigiri ou salade au 7 Eleven
7-eleven-tremblement-de-terre
Désert également au rayon des pains et viennoiseries.
7-eleven-tremblement-de-terre
Je trouve quand même mon bonheur avec des frites et du poulet. Et même du chocolat au goût gâteau au fromage, encore une nouveauté.
Dernier problème à Tokyo: L’essence
Commentaires 5

Dernier problème à Tokyo: L’essence

Le séisme a fait des dizaines de milliers de sans-abri dans le nord du Japon et en ce moment même des gens risquent leur vie pour “réparer” la centrale nucléaire de Fukushima. À Tokyo en revanche ces problèmes paraissent assez loin et le seul effet du tremblement de terre sur la capitale reste la pénurie d’essence. Apparemment les camions de livraison de carburant ont du mal à circuler à cause des routes coupées pour raison de sécurité. Les ravitaillements sont plus rares alors que les clients sont plus nombreux (plus quelque chose se fait rare et plus les gens veulent en acheter pour faire des réserves). La moitié des pompes sont fermées dans la capitale et devant l’autre moitié ce sont des queues interminables qui se forment. On peut encore trouver de l’essence mais il faut être prêt à patienter plusieurs heures.

files-essence-japon
Une file de voitures devant une station essence

Un an après le tremblement de terre – Les toilettes
Commentaires 32

Un an après le tremblement de terre – Les toilettes

Déjà une année d’écoulée depuis le séisme du 11 mars 2011. Vous allez manger des images du tsunami sur tous les JT et partout sur le net alors essayons de traiter l’actualité différemment.

À Tokyo, si vous me demandez les différences entre “avant” et “après” le tremblement de terre, j’aurais du mal à vous répondre. On voit encore une ou deux affiches “Save Power” de temps en temps dans la ville, et quelques éclairages publics sont toujours éteints le soir. Mais à part ces petits détails on ne remarque pas vraiment de changement. Une chose que l’on peut voir tout de même c’est que les rayons consacrés aux équipements de survie ou camping sont plus gros et placés plus en évidence dans les magasins. Pareil dans les magazines de livraison à domicile, une page est toujours consacrée à ce genre d’articles.

Et parmi tout le matériel de première nécessité, entre les lampes de poche et les rations lyophilisées, se trouvent souvent… des toilettes.

Mine de rien c’est super important! Le manque de toilettes a été un problème lors du tsunami l’année dernière, et durant les mois qui ont suivi la catastrophe un bon nombre d’entreprises s’est mis à sortir toutes sortes de produits pour que les victimes puissent au moins se soulager la vessie avec intimité et hygiène, si ce n’est dans le confort.

Une pensée pour les victimes.

Jour 2 après le tremblement de terre (midi)
Commentaires 6

Jour 2 après le tremblement de terre (midi)

Aujourd’hui il fait beau, une vraie journée de printemps. Les trains passent de nouveau régulièrement et les hélicoptères ont cessé de tourner au dessus de Tokyo. Dans la capitale tout semble revenu à la normale. Sauf que.

Les secousses n’ont pas cessées. Elles sont un peu moins fréquentes qu’hier mais aussi forte, voir même plus fortes par moment.

L’alerte au tsunami n’a pas été levée mais les dangers semblent assez faibles à présent. Maintenant tout le monde craint que le premier tremblement de terre en engendre un second aussi dévastateur à cause de l’instabilité des plaques tectoniques. Plus encore tout le monde a le regard tourné vers la centrale nucléaire de Fukushima qui a en partie explosé. Les japonais semblent gérer le problème parfaitement bien mais ça n’empêche pas qu’un nuage radioactif se soit échappé de la centrale. Pour l’instant et pour les jours à venir il se dirige vers l’océan pacifique et les autorités se veulent rassurantes.

La population commence tout de même à s’inquiéter et tout le monde commence à faire des provisions dans les supermarchés. Beaucoup de produits commencent à manquer avec en premier lieu les bouteilles d’eau.

L’ambassade de France conseille aux personnes de boire de l’eau en bouteille et d’éviter de sortir ou d’aérer son logement dans les prochains jours.

De mon côté je ne suis pas vraiment inquiet mais par prudence on a préparé des sacs à dos hier avec ma femme au cas ou il se produirait quelque chose à Tokyo. À la télé les victimes du tremblement de terre de Kobe en 1995 disaient que c’est l’argent liquide qui leur avait manqué le plus. On a donc rassemblé un peu d’argent, nos papiers et prévu des sacs de couchage et des médicaments. On a aussi pensé aux choses utiles comme des piles et des vêtements chauds car les nuits sont encore très froides, et j’ai emballé mes disques durs externes et mon matériel photo.

Toutes les batteries de téléphones ou d’appareils photos sont chargées à bloc. Non pas qu’on s’attende à une catastrophe dans les heures à venir mais avec les problèmes dans les centrales nucléaires l’électricité de Tokyo pourrait être redirigée en partie vers les zones qui en ont plus besoin. On s’attend donc à des coupures dans les jours à venir mais pour l’instant tout fonctionne à merveille. En attendant on a coupé le chauffage depuis deux jours en réponse aux nombreux e-mails qu’on a reçu nous demandant de faire attention à notre consommation.

Le problème de la centrale nucléaire est plus inquiétant. Comme tout le monde nous commençons doucement à faire des provisions en pensant d’abord à la boisson. Faute de trouver de l’eau on s’est rabattu sur le thé et le jus de fruit. Pour le moment on a une bonne semaine de provisions devant nous, voire deux, et on va continuer à stocker petit à petit.
Ce matin j’ai reçu un message de mes parents me disant de sauter dans un avion avec ma belle-famille en direction de la France si le problème s’aggrave. Heureusement on en est pas encore là.

Certains m’ont demandé comment faire des dons pour le Japon mais je n’en ai aucune idée pour ce qui est de l’étranger. Désolé. Ici on peut faire des dons grâce à nos téléphones portables.

Le soutien des cosplayers au Japon
Commentaires 8

Le soutien des cosplayers au Japon

Le site Prayers from Cosplayers, ouvert en réponse au séisme du 11 mars, invite les cosplayers du monde entier à envoyer leurs encouragements et leurs sourires en photo comme message de soutien au Japon et aux japonais. Une initiative originale et rafraîchissante qui permet de voir de beaux cosplay d’un peu tous les pays.

cosplayers-japon

J’ai regardé toutes les photos et je n’y ai vu que 3 français 🙁

Photo du jour: Japan. Thank You.
Commentaires 24

Photo du jour: Japan. Thank You.

“Japan. Thank You.” est une campagne menée par l’organisation nationale du tourisme japonais qui a débuté fin février et qui continuera jusqu’à la fin avril. Le logo représente des fleurs de cerisiers qui s’envolent sur fond de drapeau japonais.

Cette campagne a été mise en place pour remercier la communauté internationale pour son soutien au Japon après le séisme du 11 mars 2011. Elle a aussi pour but de remercier les touristes qui continuent de choisir le Japon comme destination de voyage. Contrairement aux prédictions initiales les touristes internationaux sont plus nombreux que prévu; en janvier 2012 on notait une baisse de seulement 4.5% de visiteurs étrangers par rapport au même mois un an plus tôt. L’impact du séisme sur l’économie du tourisme n’aura duré que quelques mois et c’est une bonne nouvelle. Et à en juger par le nombre incroyable de “Blancs” croisés dans le parc de Yoyogi ce week-end à l’occasion du hanami ça ne m’étonnerait pas que les touristes soient même plus nombreux cette année qu’en 2010.

Cette photo a été prise dans une rue d’Akihabara. On peut voir cette affiche dans les quartiers touristiques, sur les bus publics, à l’aéroport etc. Outre une campagne d’affichage le Japon diffuse aussi son message de remerciement sur des prospectus, via des vidéos ou en créant des évènements spéciaux.

Tout le monde fait des provisions
Commentaires 2

Tout le monde fait des provisions

Ce matin je suis allé faire des courses en pensant acheter de l’eau et des produits qui se cuisinent sans eau. Dans les prochains jours nous ne sommes pas à l’abri que l’eau du robinet soit contaminée par les gaz radioactifs qui s’échappent de la centrale nucléaire de Fukushima. Autant essayer de ne pas boire d’eau radioactive si possible.

Évidemment je n’étais pas le seul a avoir eu cette idée et même s’il ni avait ni bousculade ni tension palpable dans les supermarchés il y avait plus de monde qu’un dimanche classique et les paniers des clients étaient plus remplis que d’habitude.

En arrivant à mon supermarché de quartier j’ai eu du mal à trouver une place pour mon vélo et plus tard j’ai du chercher pour trouver un cadis. C’est la première fois que ça m’arrive ici en près d’un an. À première vue en voyant le coin des fruits et légumes le magasin n’avait l’air de manquer de rien mais plus j’avançais et plus je voyais de rayons vides. Les produits qui sont actuellement épuisés dans la plupart des endroits sont l’eau, les oeufs et les nouilles instantanées ainsi que quelques boissons et des produits laitiers. Pas de soucis près de chez moi pour tout ce qui est viande, poisson, légume et riz. Il y avait même des bentos et des viennoiseries en pagaille.

En boisson il reste beaucoup de thé vert, du lait et des jus de fruits et je me suis rabattu là-dessus. Le rayon surgelé était plein aussi et j’ai fait une provision de pizza et plats micro-onde.

Pour résumer je dirais que les japonais ne sont pas paniqués mais tout de même prudents. Certaines choses commencent à manquer mais d’autres produits sont largement disponibles pour compenser. Il n’y a pas encore de quoi s’inquiéter de manquer mais je vais regarder dans quel sens évolue la situation.

supermarche-japon-tremblement

supermarche-japon-tremblement

supermarche-japon-tremblement