Vidéos et récit du temblement de terre
Commentaires 17

Vidéos et récit du temblement de terre

J’étais au travail lorsque le tremblement de terre est survenu un peu avant 15h à Tokyo. J’avais mon nouvel appareil photo pas loin et j’ai pu filmer une bonne partie des deux grosses secousses qui ont frappé. Contrairement aux secousses “classiques” que l’on ressent régulièrement au Japon celles-ci se démarquaient par leur intensité mais aussi par la longueur. Alors que les petites secousses durent généralement quelques secondes, 20 à 30 secondes au maximum, celles du 11 mars ont duré plusieurs minutes, facilement 3 minutes pour la première et presque autant pour la seconde.

3 minutes c’est très long durant un tremblement de terre, d’autant plus que l’intensité du tremblement n’allait pas décroissante mais restait régulière. On ressent un peu la même sensation que sur une montagne russe sauf qu’on ne sais pas quand ça va s’arrêter et on n’est pas sûr de s’en sortir indemne. Ceci dit j’étais plus excité que réellement effrayé et quelque part content de vivre quelque chose d’exceptionnel. Sur le coup je n’ai pas pensé une seule seconde que le tremblement de terre était encore plus violent ailleurs et allait faire des centaines ou milliers de morts. D’ailleurs malgré l’état de surprise et d’angoisse des personnes autour de moi il n’y avait pas de panique et tout le monde était relativement détendu, riait même parfois. Peut-être des rires nerveux?

J’ai pris deux vidéos, une durant chaque grosse secousse à environ 30 minutes d’intervalle. Je suis resté à l’intérieur pour la première accroupi derrière un plan de travail à côté d’une poubelle. Pour la seconde j’ai tenté une sortie dans a rue.

Du coup vous allez découvrir mon second travail au Japon à côté du site. Dommage je comptais vous faire chercher à l’occasion un concours. Je suis boulanger dans le quartier français de Tokyo. La boulangerie n’est pas le lieu le plus sûr pour vivre un tremblement de terre, il vaut mieux travailler dans un magasin qui vend des oreillers.

Personne n’a été blessé mais ça aurait pu. Dès les premières secondes par exemple notre machine à frire a déversé des litres d’huile bouillante dans l’air et heureusement que personne n’était à côté.

J’étais dans le magasin avec 3 filles. Dès le début de la première secousse leur réaction a été parfaite. Celle qui se trouvait à l’arrière avec moi a tout de suite coupé l’alimentation des machines et le gaz et a refermé comme elle pouvait le bac à friture. Les deux filles à la vente ont descendu les gros pains en hauteur et se sont abritées derrière le comptoir. Pendant se temps mon premier réflexe a été d’aller chercher mon appareil photo en espérant avoir le temps de prendre quelques secondes de vidéo. Encore une fois je ne pensais pas que le tremblement de terre était si dévastateur et je me disais que je ne risquais pas grand chose pour autant que je fasse attention à ce que rien ne me tombe dessus.

C’est la fille qui travaille avec moi à l’arrière qui m’a tiré par le col pour que je m’abaisse derrière un meuble. Je connais les consignes de sécurité, je vous en ai même parlé cette semaine mais dans le feu de l’action on ne sais pas vraiment quoi faire. Se protéger derrière quelque chose? Sortir dans la rue? Trouver un bon angle pour filmer?

Pour la première secousse j’ai opté pour l’option “à l’abri” et de toute façon dès que je bougeais j’avais 3 filles pour me rappeler à l’ordre. Pour la seconde secousse je suis sorti.

La différence entre l’intérieur et l’extérieur est énorme. À l’intérieur tout bouge et on ressent vraiment les secousses. À l’extérieur par contre on ne sent pas le tremblement et on ne voit presque rien bouger. Par contre on entend des bruits de chocs qui viennent de tous les bâtiments alentours et tout le monde dans la rue s’immobilise et silence. Je suis un peu déçu par les vidéos que j’ai prise car on voit presque pas la force du tremblement.

Tout le monde réagissait différemment. Certains étaient en larmes alors que d’autres semblaient à peine surpris. Aucune panique en tout cas. À peine la seconde secousse passée un client est entrer acheter son pain que si de rien n’était. Lorsqu’il s’est présenté au comptoir pour payer les filles étaient encore accroupies derrière.

Merci à tous pour vos nombreux messages de soutient.

Jour 5 après le tremblement de terre (midi)
Commentaires 11

Jour 5 après le tremblement de terre (midi)

Déjà a 5e journée après le séisme qui a touché le Japon le 11 mars. Plus le temps passe et moins la probabilité qu’un nouveau gros tremblement de terre ne frappe le pays est grande. Ce matin malgré une alerte à la télévision je n’ai resenti aucune secousse et à part la “forte” réplique hier soir les deux derniers jours ont été calme de ce côté. L’alerte au tsunami est également levée. Après l’acte 1 “le séisme” et l’acte 2 “les tsunami” les média japonais et du monde entier ont maintenant leurs caméras braquées sur la centrale nucléaire de Fukushima au coeur de l’acte 3 de cette pièce contemporaine “la catastrophe nucléaire”.

Ce matin on distinguait de la fumée blanche s’échapper de la centrale. Le nouveau périmètre de sécurité et d’évacuation a été élargi à 30km et les caméras de télévisions filment la centrale depuis cette distance. Impossible de voir précisément ce qui s’y passe donc.

Entre le discours rassurant (trop?) des autorités japonaises et les discours alarmants des médias internationaux (trop!) on ne sait pas quoi penser. Y a t-il un réel danger ou non? L’ambassade de France conseille aux expatriés de quitter la capitale et précise que la situation est préoccupante même si le niveau de radiation dans l’air de Tokyo ne présente pour le moment aucun danger.

Dehors la vie se déroule normalement avec des gens qui vont travailler comme d’habitude. Ce matin j’ai reçu deux livraisons pour la boutique du site et je prépare mes commandes normalement.

Dans les supermarchés certaines choses sont toujours assez rares et les queues à la caisse s’allongent mais la situation est toujours loin d’être inquiétante. Les gens font des réserves ce qui est tout à fait normal. Certains s’inquiètent du problème de l’essence. Pour l’instant elle ne manque pas à la pompe mais il faut parfois patienter jusqu’à 2h pour faire le plein.

Côté transports les trains circulent normalement sur certaines lignes mais j’imagine que d’autres sont arrêtés au moins partiellement à cause des coupures d’électricité. Ce matin en bas de chez moi le personnel ferroviaire inspectait l’état de la ligne.

——

Pour la Xième fois une secousse arrive alors que je relis mon article près à valider. À croire que je n’ai pas le droit de dire qu’il n’y a plus de secousses. J’ai couru dans la cuisine pour prendre une vidéo de la vaisselle mais ça n’a pas bougé à ce point là, juste de quoi balancer un peu l’immeuble.

Les bons côtés du séisme pour le Japon
Commentaires 49

Les bons côtés du séisme pour le Japon

Je me suis livré à un exercice difficile: essayer de trouver des points positifs à la catastrophe qui touche le Japon en ce moment. Histoire de voir si l’on peut toujours tirer quelque chose de bon même dans le pire je voulais trouver 10 points positifs, je n’en ai trouvé que 5. Peut-être pourrez-vous compléter la liste.

Le Japon et les japonais sur le devant de la scène

Du jour au lendemain le Japon s’est retrouvé à la une de l’actualité. Quelque part la catastrophe qui l’a touché l’a aidé à se créer une identité. En occident beaucoup de personnes ne savaient encore pas placer le Japon sur une carte et le confondaient grossièrement avec la Chine. Vue de loin, par quelqu’un qui ne s’intéresse pas à l’Asie, tous les pays du coin sont plus ou moins les mêmes. Maintenant on est sûr que tout le monde connaisse le Japon. Le point positif qui ressort de ça c’est surtout que les gens ont découvert les japonais qui ont montrés une excellente image de leur culture à travers des scènes calmes, dénuées de violences ou de crimes alors qui la situation post-séisme a tout pour faire ressortir le pire côté des hommes (vols, viols, bousculades, scènes de panique, désorganisation…). On a rien vue de tout ça au Japon. Partout où c’est possible les japonais montrent même un comportement exemplaire en continuant leur vie le plus naturellement possible. Ici tout le monde sais que pleurer ne réglera pas la situation. Continuer à travailler, à consommer, c’est la meilleure solution pour que tout redevienne “normal”.

De plus l’ampleur des dégâts et le choc des images font que le Japon a attiré la sympathie de tout le monde. Des pays des quatre coins du globe envoient des équipes de secouristes et du matériel, toute la planète fait des dons pour aider, même les stars américaines se mobilisent et participent à leur manière. D’un coup tout le monde s’est senti plus proche et solidaire du Japon.

D’un côté plus pragmatique le Japon a aussi montré que le monde ne pouvait pas “tourner rond” sans lui. Lorsque le Japon est touché c’est tout le monde qui est touché. Lorsque les usines japonaises s’arrêtent le marché mondial de l’électronique en pâtit (on le voit avec l’iPad 2), pareil pour l’automobile et les constructeurs étrangers qui dépendent de pièces japonaises (Renault) pour continuer à fabriquer leurs voitures etc. Bref on a aussi compris que le Japon était un pays important et bénéficiant d’une excellente réputation pour la qualité de ses produits.

La relance de l’économie

On en parle beaucoup en ce moment. La catastrophe sera sans doute la plus chère de l’histoire. On parle de 200 à 300 milliards de dollars de dégâts matériels et il faudra ajouter la dessus les immenses pertes financières dues aux coupures d’électricité, et sûrement aussi des parts de marché perdues surtout au profit de la Corée, des États-Unis ou de l’Allemagne dans les secteurs de pointe et l’automobile.

Par contre la reconstruction qui va créer des emplois et entraîner d’énormes mouvements d’argent pourrait au final relancer l’économie japonaise. On connaît la capacité que les japonais ont à se relever après un coup dur. Après le tremblement de terre de Kobe en 1995 qui avait complètement ravagé la ville détruisant les routes, les ponts et près de 80 000 logements, la ville était de nouveau “en état” seulement 2 ans après la catastrophe. En en 2003, soit 8 ans après le séisme, 200 000 logements avaient été construit alors que le plan de reconstruction initial n’en prévoyait que 85 000. En comparaison, plus d’un an après le séisme d’Haïti en 2010, la reconstruction n’a toujours pas été entamée.

Le Japon a également réussit à se relever de la seconde guerre mondiale et même à devenir plus puissant que jamais malgré la destruction presque complète de sa capitale par les bombardements et les attaques nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki.

Si un pays peut se relever et devenir plus fort au final c’est bien le Japon. L’histoire l’a déjà montré.

L’entraide et la solidarité au Japon

Le Japon est plein de bonnes choses mais les japonais ont un grand côté individualiste. Surtout à Tokyo. On est poli et respectueux envers les autres, généreux avec ses proches, mais on final on se souci très peu, voir pas du tout de ce qui arrive aux autres. C’est un peu pareil dans tous les pays modernes mais si on compare à la France par exemple le Japon n’a pas cet esprit de compation envers les autres. Ici on ne s’apitoie pas sur le sort d’un sans-abri, on se dit que s’il veut un toit sur la tête il n’a qu’à travailler.

La catastrophe a touché tout le monde. Et tout le monde en ressent les effets. Tout les japonais subissent les conséquences du séisme. Que ça soit en pleurant un proche, en étant privé l’électricité plusieurs heures par jours, ou en faisant la queue pour faire le plein d’essence, tout le monde est touché d’une façon ou d’une autre. Le tremblement de terre a réussi à rapprocher les japonais dans le malheur et l’adversité et un véritable esprit de coopération et de solidarité s’est développé dans le pays. Dans les moments difficiles, on se sert les coudes.

En plus tout le monde participe d’une manière ou d’une autre à l’amélioration de la situation. Beaucoup font des dons, du bénévolat ou des collectes (la croix rouge, le Lions Club, les associations de quartier, le club de baseball du coin etc.) et chacun participe au quotidien et économisant l’électricité. Continuer à vivre normalement en travaillant et en faisant des achats comme le font les japonais contribue aussi à faire tourner les entreprises qui se trouveraient encore en plus grande difficulté si les gens “s’arrêtaient de vivre”.

Incontestablement le tremblement de terre a rapproché les japonais.

Les relations internationales

Le Japon n’est pas le pays qui a les meilleurs relations avec ses voisins. Les relations avec la Chine sont particulièrement tendues en ce moment et des tensions existent aussi avec la Russie et la Corée du Sud. La Corée du Nord inquiète également. D’un coup en revanche toutes les disputes et les rivalités avec ces pays ont disparues laissant place à un esprit de coopération et d’entraide. À la télé on a vu le Japon accueillir des équipes de sauveteurs chinois et coréens et les gouvernements ont multipliés les messages de sympathie les uns envers les autres. C’est un épisode certainement très provisoire (la Chine recommence déjà à montrer les dents) et plutôt d’apparence, mais que l’on apprécie tout de même.

Un pays plus sûr et mieux préparé

Si le Japon était un pays dangereux hier (d’un point de vue catastrophes naturelles) il le sera toujours demain. Mais moins. Il ne fait aucun doute que les japonais vont tirer des leçon de cette tragique expérience.

Suite au tremblement de terre de Kobe les japonais ont considérablement améliorés leurs méthodes de construction pour bâtir des bâtiments encore plus résistants aux secousses sismiques. Et ça a marché. On a pu voir que les dégâts causés par le séisme du 11 mars étaient plutôt minimes pour une magnitude de 9.0. Aujourd’hui les japonais savent qu’ils doivent mieux se défendre contre les tsunami et de gros efforts vont surement être fait de ce côté.

Pareil pour le nucléaire. Le Japon a pris conscience encore plus profondément des dangers qu’il représente et vont mettre à profit leur expérience pour mieux protéger leurs installations et travailler sur de nouveaux moyens de faire face à d’éventuels problèmes.

Les japonais qui viennent de vivre un gros séisme seront aussi certainement mieux préparés si un autre monstre du genre frappe le pays. On attend toujours un gros séisme à Tokyo et avec ce qu’il vient de se passer son effet sera peut-être moins dévastateur s’il a lieu (quand il aura lieu?).

On peut faire confiance au Japon et aux japonais pour tirer les bonnes conclusions et trouver les bonnes solutions pour faire du pays un endroit toujours plus sûr.

Il y a peu d’endroits au monde où il pourrait ressortir de bonnes choses d’une catastrophe aussi exceptionnelle que celle qui a touché le Japon. Mais le Japon est un pays solide qui saura trouver les moyens financiers et techniques, la volonté et le support de sa population, pour se reconstruire rapidement et encore mieux qu’avant.

Spécial Tremblement de Terre
Commentaires 111

Spécial Tremblement de Terre

Les prochains jours il va être difficile de parler d’autre chose que du tremblement de terre sur Ici Japon. Voici une liste des articles publiés sur le blog ainsi que quelques chiffres clés (lisez les commentaires pour avoir les dernières infos):

seisme-japon-2011

Magnitude du tremblement de terre

9.0 – Le plus fort jamais enregistré au Japon, sans équivalent depuis 1900

Zones touchées

Toutes les côtes du Japon du nord au sud sans exception. La côté Est et le nord sont les plus touchés avec des tsunamis de parfois plus de 10m de haut.

Bilan provisoire des victimes

Le 27 mars: aumoins 27 000 morts et disparus (10 400 morts confirmées)

Centrale nucléaire de Fukushima

L’accident est classé au niveau 6 sur l’échelle de gravité internationale qui en compte 7.

Sur Ici Japon

17.03.2012 – Kit de survie spécial séisme

11.03.2012 – Un an après le tremblement de terre – Les toilettes

01.01.2012 – 1er janvier – 1er tremblement de terre de l’année

17.11.2011 – Onagawa – Projet fou 5: Tokyo II

02.08.2011 – Onagawa – 142 jours après le tsunami

01.08.2011 – Ishinomaki – 142 jours après le séisme

06.05.2011 – Rapide comme l’éclair

11.04.2011 – Un mois après le tremblement de terre

03.04.2011 – Une vidéo qui explique Fukushima aux enfants

30.03.2011 – Peut-on de nouveau voyager au Japon?

29.03.2011 – Tout le monde n’aime pas le Japon

27.03.2011 – Photos: Pendant ce temps là à Tokyo on fait du shopping

27.03.2011 – Les bons côtés du séisme pour le Japon

25.03.2011 – Posters: Économisez l’électricité et sauvez des gens

25.03.2011 – Le retour des étrangers à Tokyo (?)

25.03.2011 – Comment on économise l’électricité à Tokyo

24.03.2011 – Les japonais n’aiment pas la Volvic (?)

23.03.2011 – Séisme – Les choses dont je vais me rappeler

23.03.2011 – La vie ne s’arrête pas à Akihabara

22.03.2011 – Le soutien des cosplayers au Japon

21.03.2011 – Dernier problème à Tokyo: L’essence

19.03.2011 – Impact du séisme sur Ici Japon

19.03.2011 – Jour 8 après le tremblement de terre

18.03.2011 – Le séisme vu de France et du Japon

18.03.2011 – Jour 7 après le tremblement de terre

17.03.2011 – Jour 6 après le tremblement de terre

17.03.2011 – Le Japon vous fait-il peur?

16.03.2011 – Tev, est-ce que tu vas rester à Tokyo?

16.03.2011 – Rationnement dans les supermarchés japonais

16.03.2011 – Jour 5 après le tremblement de terre (midi)

15.03.2011 – Jour 4 après le tremblement de terre

14.03.2011 – Jour 3 après le tremblement de terre

13.03.2011 – Jour 2 après le tremblement de terre (soir)

13.03.2011 – Mobilisation générale du Japon pour aider les victimes

13.03.2011 – Tout le monde fait des provisions

13.03.2011 – Jour 2 après le tremblement de terre (midi)

13.03.2011 – Problème de réapprovisionnement dans les combini

12.03.2011 – Jour 1 après le tremblement de terre

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (5)

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (4)

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (3)

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (2)

12.03.2011 – Photos: le soir du tremblement de terre (1)

12.03.2011 – Les minutes après le tremblement de terre

12.03.2011 – Vidéos et récit du tremblement de terre

11.03.2011 – Premières impressions après le tremblement de terre

09-03-2011 – Tremblement de terre et prévention

05-02-2011 – Tokyo: dans l’attente DU tremblement de terre

Rationnement dans les supermarchés japonais
Commentaires 6

Rationnement dans les supermarchés japonais

Malgré le titre cette nouvelle est plutôt rassurante. Ce matin je suis allé faire des courses dans un supermarché de mon quartier, à Tokyo, et j’ai pu acheté tout ce dont j’avais besoin. Même si les rayons n’étaient pas plein on trouvait pour la première fois en 3 jours de l’eau en bouteille, des oeufs et des nouilles instantanées. La raison est la mise en place d’une politique de rationnement des supermarchés. Chaque personne ne peut acheter que deux bouteilles d’eau ou thé, une douzaine d’oeufs, est 9 rations de riz “micro-onde”. Il y avait aussi du pain et des bentos à volonté. L’eau et les nouilles instantanées étaient en rayon mais en très faible quantité. Les gens sont très nombreux dans les supermarchés, peut-être 5 à 10 fois plus nombreux qu’un jour de travail habituel. Pour autant les gens n’achètent pas de grosses quantité et 9 clients sur 10 resortent avec des paniers à moitié vide. Notez aussi que les prix n’ont augmenté nul part à Tokyo à ma connaissance et il y a même des promotions dans les supermarchés. Pour changer des images de rayons vides qui circulent sur le net en ce moment je vais vous montrer les rayons qui sont pleins .

seisme-supermarche-japon-2011
Rayon fruits et légumes plein à craquer

seisme-supermarche-japon-2011
Salades et bento à volonté
seisme-supermarche-japon-2011
Pas de problème pour trouver du pain frais
seisme-supermarche-japon-2011
Plus d'eau mais de la bière en veux-tu en voilà!
seisme-supermarche-japon-2011
Le poisson frais et les sashimi ne manquent pas non plus
seisme-supermarche-japon-2011
Assez de "riz micro-onde" pour tout le monde mais achats limités à 3 pack par personne.
seisme-supermarche-japon-2011
Exceptionnellement la queue aux caisses pouvait faire jusqu'à près de 10minutes (c'est rare au Japon). Remarquez les paniers à moitié vide de gens pas très inquiets de manquer.
seisme-supermarche-japon-2011
Mon panier était l'un des seuls à être plein. Plein de chocolats et bonbons pour la boutique du site...

Special Thanks à Franck B. qui m’a envoyé deux nouveaux logos pour les photos du site dont un spécial tremblement de terre.

Pendant ce temps là à Tokyo on fait du shopping
Commentaires 14

Pendant ce temps là à Tokyo on fait du shopping

Pour les derniers septiques qui pensent toujours que Tokyo est une ville morte, déserté de sa population, sans électricité, avec des magasins fermés, et où une vie normale est devenue impossible, voici quelques photos prisent ce dimanche dans les quartiers de divertissement et de shopping de la capitale. Je pense que les images parlent d’elle même et que je n’ai pas besoin de montrer des photos d’un dimanche ordinaire avant le séisme pour comparer.

seisme-japon-shinjuku
Shinjuku
seisme-japon-shibuya
Shibuya
seisme-japon-akihabara
Akihabara
seisme-japon-harajuku
Harajuku
seisme-japon-omotesando
Omotesando
Les minutes après le tremblement de terre
Commentaires 7

Les minutes après le tremblement de terre

Après la première secousse mon premier geste a été d’ouvrir mon téléphone portable. Je me doutais qu’il serait difficile de l’utiliser mais j’ai essayé quand même de contacter ma femme. Évidemment impossible de la contacter. Durant les grands rassemblements à Tokyo comme les feux d’artifice jusqu’à 200 000 personnes peuvent se déplacer et téléphoner en même temps et déjà là les communications deviennent difficiles, alors lorsque c’est tout un pays qui téléphone en même temps…

Puisqu’on parle de téléphone mentionnons que le système d’alerte n’a pas fonctionné cette fois ci et j’ai reçu mon premier message de prévention le lendemain du séisme.

J’étais en plein coup de bourre au boulot lorsqu’on a resenti les secousses. Et avec le temps perdu j’ai travaillé à une cadence de dingue durant les 3h qui ont suivi le choc. Difficile de se concentrer avec une grosse dose d’adrénaline qui circule dans le corps et les mains qui tremblent. Tout le monde était sous tension comme après un accident de voiture ou n’importe quel grand choc. Tout le monde regardait la télé sur son téléphone portable mais au magasin on a vite été débordé et personne n’avait vraiment le temps de suivre les infos. Ce n’est qu’après 18h en quittant mon travail que j’ai vraiment compris ce qui se passait. Avant ça je savais juste que Sendai avait été touché et que les trains étaient arrêtés à Tokyo. Une conséquence de l’arrêt des transports a apporté un gros afflux de clients qui ne pouvaient pas rentrer chez eux, ce qui a encore accéléré ma cadence de travail.

L’inquiétude a été plus forte avec la seconde secousse. Alors qu’on croyait l’évènement clos se faire toucher violemment à nouveau a rappelé à tous que les ondes de chocs pouvaient encore arriver. Et effectivement des secousses se sont faites sentir toutes les 20 minutes environ. Mais rien de comparable en intensité avec le premier choc.

Dehors tout le monde était inquiet mais personne n’a cédé à la panique et malgré la force du séisme les bâtiments ont très bien résistés à Tokyo. Même en marchant dans la ville quelques heures plus tard je n’ai vu que des dégâts superficiels. Rapidement la vie a repris son cours normal et seuls les bruits de sirènes au loin et le balais incessant des hélicoptères nous confrontaient à la réalité. Ça et les foules de personnes qui rentraient chez elles à pied faute de moyens de transport.

De l’avis de tous, personne n’avait jamais connu de séisme aussi violent.

Tev, est-ce que tu vas rester à Tokyo?
Commentaires 24

Tev, est-ce que tu vas rester à Tokyo?

question-dice Traditionnellement je réponds à l’une de vos questions chaque week-end. En raison de l’actualité que l’on connaît tous j’ai raté ce rendez-vous la semaine dernière mais je me rattrape aujourd’hui avec une question qu’on m’a beaucoup posé ces 3 derniers jours. Est-ce que tu comptes rester à Tokyo/au Japon?

Comme vous le savez les nouvelles aux infos ne sont pas très optimistes sur la situation de la centrale nucléaire de Fukushima située à 250km de Tokyo. L’ambassade de France conseille aux expatriés de s’éloigner de la capitale et la France est même le premier pays à organiser un rapatriement – je ne sais pas si on peut appeler ça comme ça mais ils préparent des avions pour évacuer les français.

À Tokyo on constate que beaucoup de français ont déjà quitté la ville. Vous le savez je travaille dans une boulangerie du quartier français et hier je n’ai vu aucun compatriote parmi la bonne vingtaine de clients français habituels. Sur le net on peut lire beaucoup de témoignages de français qui sont retournés en France ou descendus dans le sud du pays pour quelques jours ou semaines. Vous en avez peut-être lu sur les commentaires d’Ici Japon, et sur les sites d’expatriés assez connus on peut voir le témoignage de Daimaou d’Akihabara News qui rentre en France avec sa fille, ou de David Michaud de LeJapon.fr qui est parti à Kyoto. Beaucoup d’autres annoncent également leur départ sur Forum Japon, forum qui regroupe beaucoup d’expatriés. Au bureau de l’immigration ça devient difficile de mettre son passeport à jour à cause des queues interminables (il faut un “timbre” spécial pour revenir au Japon une fois que l’on sort).

Je comprends cette réaction de prudence qui ne me paraît pas excessive au vue de la situation. Je pense spécialement aux familles avec des enfants qui veulent les mettre en sécurité avant toute chose.

Pour ma part je regarde de près l’évolution de la situation à la centrale de Fukushima. Je n’ai pas encore pensé à partir ni même évoqué la possibilité sérieusement avec ma femme. Déjà parce que j’ai ma femme, ma belle-famille et deux boulots ici. Ensuite parce que je suis plutôt optimiste après avoir recoupé toutes les infos françaises, anglaises/américaines ou japonaises que je pouvais trouver. Je ne suis pas très inquiet au niveau d’un nouveau séisme ou de la pénurie dans les magasins, et seul le problème du réacteur me préoccupe mais reste assez loin de m’alarmer.

Au Japon je suis entouré presque uniquement de japonais et le fait de les voir calmes et aller au travail normalement doit m’inciter machinalement à faire la même chose. J’adopte la voie japonaise en quelques sortes. J’imagine que les expatriés qui parlent entre eux doivent sentir monter la pression à chaque nouvelle conversation, et ce n’est pas le cas avec moi et les personnes japonaises de mon entourage. En plus j’avoue que j’aime être au coeur de l’action et je me considère chanceux de pouvoir observer les évènements de mes propres yeux plutôt qu’à la télé. J’espère que je pourrais toujours me considérer comme chanceux dans les heures et jours à venir. Je vous rassure tout de même si la situation empire je ne vais pas rester planter au milieu de Tokyo pour prendre le nuage radioactif en photo au milieu de la ville (il est transparent en plus) et je partirai si j’estime l’heure venue et que ma femme m’accompagne. Mais je le répète je ne suis pas encore inquiet à ce point là et en plus le temps joue en notre faveur, chaque nouveau jour devient théoriquement de moins en moins dangereux.

Tout le monde n’aime pas le Japon
Commentaires 76

Tout le monde n’aime pas le Japon

Après la catastrophe qui a frappé le Japon les messages de soutien, les dessins, les dons et autres gestes amicaux ont fleurit partout dans le monde. Mais d’un autre côté beaucoup de gens se sont aussi réjouis du malheur des japonais. Ça peut paraître étonnant mais c’est pourtant bien le cas, principalement aux États-Unis. Les États-Unis sont un pays riche en paradoxe et avec le Tsunami on en a un bel exemple. Je me trompe peut-être mais j’ai l’impression que c’est le pays qui a récolté le plus de dons pour venir en aide au Japon que ce soit des dons de particuliers ou de célébrités, et on a vraiment l’impression que le pays est très solidaire de ce qui arrive en ce moment. Par contre on trouve parmi les américains un nombre apparemment assez important de personnes qui s’amusent ou se délectent de la mort de milliers de japonais. Pour la plupart de ces personnes le Tsunami n’est que justice rendue pour l’attaque de Pearl Harbor. Il fallait y penser…

On peut voir les interventions haineuses d’internautes sur les réseaux sociaux et un site qui regroupe les pires phrases ou discussions a même été créé: Ignorant and Online (c’est en anglais).

Sur Openbook, toujours en anglais, vous pouvez aussi regarder le statut des utilisateurs Facebook par mots clés et voir le nombre de fois que les allusions à Pearl Harbor sont faites.

Évidemment j’imagine que c’est une très faible partie de la population américaine qui a ce genre de réaction nauséabonde, mais quand même, si une catastrophe arrivait en Allemagne j’imagine mal des gens dire en France “c’est bien fait ils nous ont envahis en 40”. Surtout que ce sont surtout les jeunes qui tiennent ces propos déplacés et on a du mal a voir comment ils peuvent encore ressentir autant de haine pour un acte qu’eux et leurs parents, et même souvent leurs grands-parents n’ont pas connu.

Comme quoi il y a vraiment toutes sortes de personnes sur Terre. Vous imaginiez qu’on pouvait se réjouir de ce qui est arrivé au Japon?

Le soir du tremblement de terre (1)
Commentaires 5

Le soir du tremblement de terre (1)

Le soir du tremblement de terre les rues de Tokyo étaient totalement transformées. Privé de train j’ai dû marcher jusqu’à chez moi. Une bonne balade de 4h dont voici le récit en photos.

tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
À environ 18h je quitte le boulot et je trouve une rue bien différente des autres soirs envahie par la foule
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Impossible d'appeler avec son portable et les e-mails mettent parfois plusieurs heures à arriver à destination. Pour la première fois je vois des gens faire la queue devant les cabines téléphoniques. On en trouve encore beaucoup à Tokyo.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Voir des gens dans la rue avec des casques m'a frappé. On en voyait partout et j'ai déduit qu'ils avaient été distribués au personnel par les entreprises préparées au pire.
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Je tente ma chance à la gare espérant que la circulation reprenne bientôt. Ce n'est que là que je découvre avec quelques autres les images dévastatrices des tsunami sur un écran géant. Choc!
tremblement-de-terre-tokyo-11-mars-2011
Tout le monde comprend que la train n'est pas près de repartir, et comme beaucoup je décide de rentrer à pied.