Le chiffre du jour: 150 milliards
Commentaires 4

Le chiffre du jour: 150 milliards

panasonic 150 milliards, en voilà un chiffre impressionnant. C’est le nombre de piles vendues par Panasonic depuis de début de leur production il y a 79 ans. Le constructeur japonais c’est amusé à calculer que si l’on mettait bout à bout ces piles on pourrait faire 180 fois le tour de la Terre. Si on prend en compte tous les constructeurs je n’ose même pas imaginer le nombre de piles que l’on produit chaque année.

Pour la petite histoire je suis un assez gros consommateur de piles et les Panasonic Evolta sont celles que j’utilise le plus souvent.

Le top 3 des pays innovateurs: États-Unis, Japon et Corée du Sud
Commentaires 9

Le top 3 des pays innovateurs: États-Unis, Japon et Corée du Sud

samsung-gaming-phone-patent
Brevet pour téléphone Samsung

219.614! C’est le nombre de brevets déposés aux États-Unis en 2010. Un record, avec une hausse de 31% par rapport à 2009. Jamais la concurrence n’a été aussi importante et jamais le besoin de protéger ses découvertes n’a été aussi fort. Les secteurs les plus actifs se situent dans l’électronique et notamment l’informatique et la téléphonie mobile, puis l’automobile.

En 2010, le top 10 des compagnies ayant déposées de plus de brevets est uniquement constitué de multinationales américaines, japonaises et coréennes.

Largement en tête, et pour la 18e année consécutive, on trouve IBM avec 5896 brevets déposés. C’est la première fois qu’une entreprise dépasse le cap des 5000 brevets en un an. Dans le tas on trouve des brevets sur tout et n’importe quoi et particulièrement un brevet qui a attiré l’attention puisqu’il s’agit d’un brevet sur la manière de déposer un brevet…

En seconde place on retrouve le coréen Samsung qui est le numéro 1 de l’électronique au niveau mondial, extrêmement actif notamment sur le marché des téléphones portables ou des télévisions.

Troisième du classement, Microsoft, devance les quatre compagnies japonaises Canon, Panasonic, Toshiba et Sony. Intel, LG et HP ferment la marche du top 10.

Au total 19 entreprises japonaises entrent dans le top 50, à égalité avec le nombre d’entreprises américaines. Sur les 12 compagnies restantes on trouve 5 entreprises allemandes, 3 coréennes (dont deux fois LG), puis 1 entreprise de Finlande, Taïwan, Australie et Pays-Bas. Apple avec 563 brevets, soit deux fois plus qu’en 2009, ne se classe “qu’en” 46e position.

Top 10:

IBM (USA) – 5893
Samsung (Corée du Sud) – 4551
Microsoft (USA) – 3094
Canon (Japon) – 2552
Panasonic (Japon) – 2482
Toshiba (Japon) – 2246
Sony (Japon) – 2150
Intel (USA) – 1653
LG (Corée du Sud) – 1490
HP (USA) – 1480

icon voir le top 50

La 3D déjà bien installée au Japon
Commentaires 3

La 3D déjà bien installée au Japon

panasonic_3d
télévision 3D Panasonic 386cm

Alors que la 3D apparaît tout doucement partout dans le monde elle se démocratise déjà au Japon. Ainsi les chiffres de décembre 2010 indiquent que 57% des lecteurs-enregistreurs Blu-ray vendus ce mois-ci étaient des appareils compatibles 3D. Sur la même période 23% des télévisons de plus de 40 pouces vendues étaient elles aussi compatibles 3D. On s’attend donc à ce que la 3D devienne rapidement la règle plutôt que l’exception au pays du soleil levant.

Les télés 3D sans lunettes lancées par Toshiba en revanche ne semblent pas encore trouver leur public. Tout le monde s’accorde à dire que la technologie est bluffante et que les produits répondent à une réelle attente, mais le prix de plus de 2.000€ pour un petit modèle de 20 pouces pousse les clients à attendre la sortie de modèles plus grands et meilleur marché avant d’investir.

Photo du jour: Piles One Piece
Commentaires 45

Photo du jour: Piles One Piece

La photo du jour c’est cette série de piles rechargeables Evolta (Panasonic) aux couleurs de One Piece, ou comment rendre les objets du quotidien plus sympa. 999 yens le lot de deux.

piles-one-piece

piles-one-piece

Éclipse en direct du Mont Fuji
Commentaires 21

Éclipse en direct du Mont Fuji

Si vous êtes au Japon le 21 mai 2012 ne manquez pas l’éclipse annulaire qui aura lieu à 7h30 le matin. Si vous n’avez pas la chance d’être au Japon durant cette période vous pourrez voir l’éclipse en vidéo grâce à un film tourné depuis le sommet du Mont Fuji pour un projet de Panasonic: Eclipse Live from Fujiyama by Solar Power (le site officiel). Le projet a pour but de “filmer le soleil en utilisant le soleil”, c’est à dire tourner la vidéo à l’aide de l’énergie solaire.

Quelques jours avant l’évènement une équipe va s’installer au pied du Mont Fuji pour y déployer des panneaux solaires. L’énergie récupérée va être stockée dans des batteries qui seront acheminées au sommet de la montagne avec le matériel vidéo juste avant l’éclipse. Une explication en vidéo:

j

Programme:

– 17 mai: installation du camp de base et déploiement des panneaux solaires.
– 20 mai: ascension du Mont Fuji (diffusée en direct)
– 21 mai: installation de l’équipement au sommet et live durant l’éclipse
– Après l’éclipse: film documentaire publié sur le site du projet.

On espère juste qu’il fera beau.

Un écran plasma UHD de 145 pouces
Commentaires 24

Un écran plasma UHD de 145 pouces

L’année dernière à la même époque on vous avait déjà parlé de la Ultra Haute Définition (UHD) et de sa résolution 16 fois plus importante que la HD actuelle. Après s’être associé à Sharp pour construire une télé UHD de 85″, NHK dévoile cette fois, en partenariat avec le constructeur Panasonic, un écran plasma de 145″.

Contrairement au modèle présenté l’année dernière ce nouvel écran utilise la technologie plasma qui offre une meilleure qualité d’image. Selon les concepteurs, même si les vidéos ne sont pas en 3D, elles paraissent si réelles que l’utilisateur a l’impression de faire partie de la scène.

On sait déjà que la technologie UHD pourra être utilisée pour des télévisions faisant jusqu’à 450″ soit 11.4m de diagonale, et on n’a pas fini de voir des écrans de plus en plus grands être présentés jusqu’à ce qu’ils arrivent finalement dans nos salles de cinéma.

Ce nouvel écran sera présenté au public aux Science & Technology Research Laboratories de la NHK à Tokyo, entre le 24 et 27 Mai.

CEATEC 2012
Commentaires 19

CEATEC 2012

Aujourd’hui je suis allé faire un tour au CEATEC, le salon annuel de la High-Tech à Tokyo. Toutes les grandes marques d’électronique japonaises (et quelques autres) viennent y présenter leurs nouveautés et certains prototypes. J’avais bien aimé l’année dernière et j’ai décidé de remettre ça cette année. Même s’il n’y a plus vraiment de surprises lors de ce genre d’évènement car on sait déjà tout ce qui va sortir grâce à internet c’est toujours un plaisir de voir de ses yeux et de manipuler avec ses propres mains des produits qui ne sont pas encore en vente.

Comme je ne suis pas pro de la High-Tech, plutôt que de vous présenter en détail chaque produit je vous propose une vue d’ensemble du salon et des grands constructeurs, et je vais m’arrêter seulement sur les choses qui m’ont marqué. Attention! Post mega-long plein de photos (désolé pour les petites connections).

Arrivée au Makuhari Messe

Le Makuhari Messe est l’un des deux grands centres d’exposition de Tokyo avec le Tokyo Big Sight. Les deux sont un peu excentrés de la ville et c’est toujours un plaisir de se rendre à l’un comme à l’autre car ils sont implantés dans un cadre super sympa, calme et reposant, avec de grands espaces et de beaux immeubles aux alentours. Les lieux respirent la modernité et la propreté. Aujourd’hui surtout il faisait un temps magnifique, pas trop chaud mais avec un grand ciel bleu. Du coup c’était même dommage d’aller s’enfermer alors qu’on était si bien dehors, mais le CEATEC vaut le coup.

Des immeubles près du Makuhari Messe
La promenade en face du Makuhari Messe avec sur le côté gauche les halls 9 et 10 réservés aux plus petits évènements
L'entrée principale du Makuhari Messe
Devant l'entrée les panneaux d'affichage sont alimentés par des panneaux solaires.

Une fois à l’intérieur c’est un peu la galère pour rentrer. L’évènement est dédié aux professionnels et il ne suffit pas de se rendre au guichet pour acheter un ticket. On doit d’abord acquitter des droits d’entrée (¥1 000) puis remplir un questionnaire (QCM) sur son activité professionnelle et ses centres d’intérêt vis à vis du salon. Même si on n’entend parler que de ça il n’y a pas que des produits grand public au CEATEC et beaucoup de stands de petites entreprises ne sont destinés vraiment qu’aux professionnels de l’électronique (semi-conducteurs etc.). En plus du questionnaire on doit aussi sortir une carte de visite (ou remplir un papier avec ses coordonnées) que l’on portera dans une pochette autour du cou durant le salon.

L’avantage d’un salon pour les professionnels comme celui-ci c’est qu’on ne se marche pas sur les pieds. Il y a du monde mais ça n’a rien avoir avec le Tokyo Game Show (TGS), le Tokyo Auto Salon, ou encore le Wonder Festival qui ont lieu au même endroit. Le TGS étant carrément un enfer sur Terre tellement on étouffe à l’intérieur et tellement les délais d’attente pour voir la moindre chose sont énormes.

L'intérieur du CEATEC, du côté des petits stands.

Nissan

J’ai décidé de parcourir le salon de manière logique en commençant par le hall 1 pour finir par le hall 8. Les halls 1 à 3 étaient les plus intéressants avec les grosses marques. Nissan était le premier et occupait un sacré espace car en plus d’un stand présentant ses véhicules électriques il avait aménagé un petit circuit intérieur sur lequel on pouvait voir tourner deux Nissan Leaf (qui étaient à l’arrêt lors de mon passage malheureusement).

Comme on n’est pas dans un salon de l’auto le constructeur japonais étaient venu présenter uniquement sa gamme de véhicules électriques et les différentes bornes de recharge pour faire le plein d’électricité. Vous savez que pour évoluer plus vite vers une généralisation des véhicules électriques on doit d’abord étendre considérablement le réseau des “pompes à électricité”. C’est très discuté en France actuellement et au Japon aussi on met le paquet de ce côté et ça se voyait lors du CEATEC avec le grand nombre de solutions de recharges, publiques ou privées, en démonstration.

Je sais que j’ai dit qu’il n’y avait pas de surprises au CEATEC mais j’ai tout de même été étonné devant la gamme des véhicules électriques de Nissan. Je connais surtout la Leaf qui circule déjà pas mal dans Tokyo, mais j’ai découvert d’autres véhicules “Zero Emission” qui allaient de la petite voiture citadine proche d’un scooter au camion de livraison en passant par l’utilitaire et la voiture familiale.

Les véhicules électriques avec diverses stations de recharge

Entre autres véhicules on pouvait voir la NV200, une voiture électrique de type monospace/mini-van destinée aussi bien aux familles qu’aux professionnels. Les fameux yellow cabs, taxis jaunes de la ville de New York, seront bientôt progressivement remplacés par des NV200 (toujours jaunes rassurez-vous). Les NV200 seront fabriquées à Barcelone dès 2013.

Nissan présentait aussi un modèle de camion électrique. Il se décline en trois versions dont un camion réfrigéré “Refrigerator Van” et une station d’alimentation “Power Supply Truck”.

En premier plan la Nissan NV200 et un camion Zero Emission

On pouvait aussi découvrir un petit véhicule deux places clairement destiné aux déplacements en ville, ainsi que sa déclinaison destinée à la police ou aux organismes de sécurité avec des portes et un gyrophare sur le toit.

Petit véhicule Zero Emission
Véhicule Zero Emission "Crime Prevention Patrol"

À côté de Nissan un autre constructeur japonais, Hitachi, présentait quatre ou cinq modèles de bornes de recharge. Le marché du véhicule électrique ne concerne pas que les constructeurs de voitures mais tous les acteurs du secteur de l’électronique.

Toyota

Non loin de Nissan se dressait le stand de Toyota. Toyota est plutôt orienté voitures hybrides que voitures électriques. Il commercialise déjà de nombreux modèles hybrides (Prius, Aqua, Estima etc.) et va en sortir encore beaucoup d’autres dès l’année prochaine avec un total de 21 nouveaux véhicules hybrides prévus avant la fin 2015. La nouveauté de Toyota dans ce domaine c’est le Plug-in Hybrid pour ce que l’on appelle les Smart House (“maisons intelligentes” pour les quiches en anglais). Mitsubishi présentait aussi une technologie semblable. En gros c’est la possibilité de brancher son véhicule hybride chez soi. Ça permet de recharger les batteries, ou, au contraire, d’alimenter le logement. Depuis quelques années on voit énormément de choses sur les maisons intelligentes au Japon, et c’est souvent en rapport avec les véhicules “propres”.

Une Prius Plug-in Hybrid et sa station d'accueil pour la maison
Plug-in Hybrid for Smart House

Au centre de l’espace Toyota on pouvait voir la Smart Insect, un prototype de véhicule électrique pour une personne qui prouve que Toyota ne s’intéresse pas qu’à l’hybride. La Smart Insect se recharge sur une prise secteur “normale” et on remarque surtout qu’elle embarque la technologie Kinect de Microsoft qui lui permet de reconnaître le propriétaire du véhicule pour lui afficher des messages personnels. Certaines de ses fonctions comme la climatisation et la fermeture centralisée des portes pourront aussi être activées par smartphone. Mais ce prototype n’arrivera sûrement jamais sur nos routes.

Toyota Smart Inscet

Bien plus intéressant au niveau des véhicules électriques, on pouvait voir et toucher la Toyota EQ, le premier EV de la marque qui sera bientôt commercialisé. Elle a une autonomie de 100km pour une vitesse maximum de 125km/h. Elle sera en vente au Japon et aux États-Unis uniquement et en nombre limité. C’est donc à tout petits pas que Toyota se lance dans l’électrique.

Toyota EQ

Panasonic

Panasonic est réputé pour ses téléviseurs plasma d’excellente qualité et on pouvait confirmer cette réputation sur le stand car les écrans en exposition étaient d’une netteté incroyable.

Le stand de Panasonic
Des écrans de télé extrêmement nets. Même la lecture dessus paraît confortable (du moins sur une courte période).

La star de l’espace Panasonic c’était l’écran Super hi-Vision 8K de 145″. C’est la première fois que je voyais un écran 8K et c’est hallucinant tellement l’image est nette même sur un écran gigantesque. On a même l’impression que l’image est en 3D alors que ça n’est pas le cas. Avec ça à la maison les salles de cinéma peuvent fermer leurs portes.

Téléviseur 145" Super hi-Vision 8K PDP. Tellement grand qu'il n'y avait pas assez de recul pour le prendre correctement en photo.

Autre technologie intéressante: ces écrans plasma tactiles et connectés de 65″ qui font office de tableau interactif. C’est déjà commercialisé et malgré les prix élevés certaines entreprises équipent déjà leurs salles de réunion avec ce genre de choses. Ça pourrait bien arriver prochainement dans les écoles aussi.

Tableau interactif 65" "Interactive Plasma Display"

Pioneer

Je n’ai rien vu d’exceptionnel sur le stand de Pioneer mais c’est possible que j’aie loupé quelque chose. J’ai surtout tourné autour de la superbe Audi TT Carrozzeria présente sur le stand comme véhicule démonstration pour certaines technologies embarquées de Pioneer.

Audi TT Carrozzeria

Un truc marrant tout de même c’est une “table” de maquillage développée par la compagnie japonaise qui permet de faire varier à volonté les conditions d’éclairages (couleur, orientation et intensité) pour obtenir le maquillage parfait. J’imagine que ça doit surtout servir aux professionnels pour adapter plus facilement les maquillages aux éclairages de scènes de spectacles ou de plateaux de télé. C’est le genre d’objet qu’on ne s’attend pas forcément à voir au milieu de matériel audio (le point fort de Pioneer).

Table de maquillage Pioneer

Sony

J’ai bien aimé le stand de Sony mais c’est marrant on remarquait surtout des écrans alors que la société est connue pour perdre de l’argent dans cette branche. Toujours est-il que leurs téléviseurs 4K offrent une qualité d’image superbe et il est temps que le 4K se généralise car les télévisions actuelles commencent à rendre des images limites quand on arrive dans les grandes tailles d’écrans. Arrivée à 60″ l’image n’est déjà plus géniale et on nous vend à prix fort des écrans de 80″ et même bientôt 90″ avec des images de moins en moins jolies.

Sony présentait notamment ses Bravia 84″ 4K qui seront en vente fin novembre au Japon (17 000€) et on pouvait les comparer aux écrans actuels. S’il n’y a pas eu de triche sur les images utilisées la différence saute aux yeux et le Full HD actuel fait pâle figure à côté des télés 4K.

Une télévision 4K de Sony
La comparaison entre un écran 4K et un écran 2K. Il n'y a pas photo. C'est marrant quel que soit l'angle de prise de vue les couleurs des écrans sont différentes en photo alors qu'elles étaient identiques à l'oeil nu.

Le truc qui m’a le plus intéressé chez Sony c’est leur technologie Simulview qui permet de voir deux images différentes sur un même téléviseur. Pour ça on utilise la fonction 3D de l’écran en projetant deux images différentes en même temps. Ensuite en utilisant des lunettes 3D avec deux verres identiques on ne voit qu’une seule image, et une personne portant une paire de lunettes avec des verres différents verra l’autre image.

Franchement c’est bluffant. On pouvait essayer un jeu de course à deux sur la même télé et en portant les lunettes on n’y voit que du feu, on a vraiment l’impression qu’une seule image est diffusée sur l’écran. C’est bientôt la fin des écrans splittés pour les parties de jeux vidéo à deux. Par contre avec plus de deux personnes ça ne fonctionne plus, et autre problème, les spectateurs ne peuvent plus suivre l’évolution des deux joueurs en même temps sans avoir à changer tout le temps de lunettes. Mais c’est génial.

Technologie SimulView de Sony. Sans lunettes on distingue les deux images superposées sur l'écran.

Sony présentait pas mal d’autres choses dans pas mal de domaines: smartphones, APN, Caméras, Baladeurs MP3 etc. La star du stand c’était la nouvelle version de son “Personal 3D viewer”, le T2. Il s’agit d’un casque/lunette qui permet à l’utilisateur de voir une image 3D (film, jeu vidéo…) très nette et de la taille d’une grande télé. Je n’ai pas eu le courage de faire 30 minutes de queue pour l’essayer surtout que je connais déjà bien le T1 et que l’amélioration apportée sur le nouveau modèle concerne surtout le poids de l’appareil qui devient plus léger pour un meilleur confort.

”]

Fujitsu

Je me suis arrêté pour regarder une partie de la présentation de Fujitsu. C’est un constructeur qui assure vraiment mais ils font beaucoup de choses dans tout ce qui touche la science, la recherche en laboratoire, les superordinateurs etc. C’est très intéressant mais sur un stand c’est surtout des explications et rien de concret à voir ou à manipuler. J’ai bien aimé le passage qui parlait du K computer, le superordinateur de Fujitsu (le plus puissant au monde jusque il y a quelques mois) qui se trouve à l’Université de Kobe. J’ai pensé à Valentin, le programmeur d’Ici Japon, qui est peut-être en train de bosser dessus en ce moment.

Présentation de Fujitsu
Présentation de Fujitsu
Un rack de superordinateur Fujitsu

Mitsubishi

Je suis passé vite fait chez Mitsubishi qui faisait une démonstration des futures Smart House autonomes. Même en cas de coupure du réseau électrique elles pourront utiliser des réserves d’électricité pour alimenter l’habitation. Les constructeurs japonais misent énormément sur la domotique avec tout ce qui touche la consommation électrique.

Animation présentant les fonctionnalités d'une maison indépendante en énergie et dans laquelle les appareils électriques consomment intelligemment.

Sharp

J’avais gardé Sharp pour la fin. Je suis un peu dégouté de voir que le groupe galère autant en ce moment car ils font de super produits et innovent beaucoup. Chez moi j’ai plein d’appareils Sharp (frigo, clim, purificateur d’air…) et j’en suis très content.

Il y avait deux trucs à ne pas louper sur le stand de Sharp: les nouveaux écrans Full HD IGZO 5″ pour appareils mobiles et les télévisions ICC-LED 4K. Pas de bol je n’ai vu aucun des deux, et il paraît que les deux écrans sont superbes. J’avais commencé à faire la queue pour voir l’écran ICC-LED 4K et son affichage 3840×2160 pixels mais beaucoup trop de personnes voulaient aussi le voir et il y avait beaucoup trop d’attente. Comme j’étais crevé j’ai décidé d’aller voir ailleurs et du coup j’ai complètement zappé les écrans pour smartphone de 5″.

Le stand de Sharp

J’ai tout de même vu le prototype d’une télé 90″ qui va sûrement bientôt sortir mais même si c’est grand la qualité de l’image s’en trouve dégradée et quitte à mettre un prix énorme dans une télé autant en prendre une en 4K même si elle est plus petite.

Prototype de télévision 90 pouces de Sharp

Puisque l’on parle de IGZO, Sharp a passé sur son stand une vidéo très intéressante montrant comment les écrans tactiles pourront/pourraient être intégrés sur les objets du quotidien dans le futur. J’ai trouvé sur Youtube la vidéo d’un autre visiteur du salon. Ça devient intéressant après 1’40.

Achat: Caméra Panasonic HX A100
Commentaires 13

Achat: Caméra Panasonic HX A100

Le mois dernier je me suis laissé tenter par la nouvelle Panasonic HX A100. Présentée comme une hybride entre la Go Pro et les Google Glass, et vendue à un prix raisonnable (j’en ai eu pour un peu plus de 200€ avec une fixation supplémentaire et une carte mémoire) je n’ai pas hésité très longtemps. Je me voyais déjà la porter tout le temps et vous faire découvrir plein d’endroits où l’on ne peut pas filmer ou prendre des photos au Japon en mode espion. Malheureusement ça ne va pas se passer comme ça.

La HX A100 est un dispositif divisé en deux parties. La caméra en elle-même peut être portée sur la tête grâce à une monture fournie, ou sur un autre support (casque, carrosserie de voiture…) à l’aide d’une fixation universelle en option. Elle est reliée par un câble à un boitier de contrôle qui permet de déclencher les photos et les vidéos, ou de passer en mode wi-fi.

Le gros avantage par rapport à la Go Pro est que la caméra de Panasonic est clairement destinée à être portée sur la tête. Elle est relativement discrète, légère, et montre avec fidélité ce que voit l’utilisateur (une Go Pro placée sur l’épaule ou en hauteur sur un casque n’offre pas un angle de vue idéal). Si on compare avec les Google Glass, pour le coup la HX A100 devient bien moins discrète et moins légère, en plus elle doit être reliée à un boîtier porté au bras et ne fonctionne pas sur commande vocale. Par contre elle a l’avantage d’une meilleure autonomie et d’une meilleure résolution vidéo (1080p contre 720p pour les Glass), elle est aussi étanche jusqu’à 1.5m de profondeur sans utiliser de caisson et résiste à la poussière.

Alors que certaines caméras pour le sport font un peu “cheap” la HX A100 ne donne pas l’impression d’être un gadget. Elle est bien finie et a l’air solide, on se dit qu’elle peut encaisser n’importe quoi. Même le câble qui serait plutôt le point faible du dispositif a l’air solide et fait pour durer. La monture pour la tête, l’attache pour le bras, et la fixation universelle en option inspirent aussi la confiance.

Une fois sur la tête la caméra est effectivement très légère et on la sent à peine, on peut bouger la tête dans tous les sens sans avoir l’impression qu’elle va se décrocher. Personnellement je me sens rapidement gêné par ce qui me serre la tête et j’ai rapidement mal aux oreilles et aux tempes. Je n’ai pas de problème avec des lunettes mais par exemple je ne supporte pas les masques à la japonaise, type masques de chirurgien. Et avec les HX A100 je retrouve malheureusement ce problème. J’ai trouvé la parade en les utilisant au-dessus d’une casquette et en modifiant l’angle du casque de quelques degrés au-dessus des oreilles régulièrement. Le casque est très modulable et s’adapte facilement à tous mais le problème est qu’à chaque fois que l’on touche le casque on risque de changer l’angle de vue de la caméra.

Le premier challenge c’est justement d’arriver à trouver le bon angle pour la caméra. Comme il n’y a pas d’écran sur le dispositif, on ne sait pas si on enregistre vraiment ce que l’on voit et surtout on ne sait pas si la caméra est bien droite. Heureusement la fonction wi-fi permet de se servir de son smartphone comme d’un écran. Cette fonction est essentielle et pour moi la caméra de Panasonic est presque inutilisable sans un smartphone, utile au minimum pour régler la caméra au départ. Comme la partie avec l’objectif est circulaire il est très difficile de savoir si la caméra est bien droite sans avoir de retour d’image. Le smartphone permet aussi de visionner et partager les photos/vidéos prises, et sert aussi de télécommande à distance pour déclencher l’appareil ce qui est plutôt sympa. Par contre établir la connexion wi-fi entre les deux appareils prend du temps et bouffe la batterie du téléphone en même temps que celle de la caméra.

Le gros problème de la HX A100 est qu’on ne peut pas la mettre sur sa tête et s’en servir tout de suite. Il faut déjà attacher la partie contrôleur sur son bras, connecter l’appareil à un smartphone pour l’ajuster, et après seulement on peut y aller. Et dès qu’on la touche on doit à nouveau vérifier que l’image est à niveau sur son smartphone. On perd de précieuses minutes à chaque fois et du coup on se rend compte qu’une utilisation quotidienne en continue est difficile. On sortira la HX A100 juste pour des moments spéciaux mais on ne l’aura jamais en permanence sur la tête.

La batterie n’est pas exceptionnelle mais promet tout de même bien plus d’autonomie que ce que nous promettent les Google Glass. On peut utiliser l’appareil une bonne demi-journée avec une prise régulière de photos et de vidéos. Les batteries se rechargent comme un smartphone et il suffit d’avoir un chargeur à piles sur soi, ou un port USB pour recharger l’appareil à l’extérieur. Avoir la possibilité de changer la batterie aurait quand même été un gros plus. Dommage aussi, il faut se connecter à son smartphone pour voir le niveau de charge restant car il n’y a pas d’indicateur sur la caméra.

À l’utilisation le dispositif est efficace. Bien réglé il capture fidèlement ce que l’on voit, et une fois que l’on a appuyé sur le bouton “enregistrer” on n’a plus à se soucier de rien. Si on n’avait pas le contrôleur sur le bras relié avec un câble on pourrait oublier que l’on est en train de filmer. Concrètement on peut filmer et photographier quasiment partout. J’ai fait des tests dans les magasins, dans le train et dans plusieurs autres endroits où il est difficile de sortir un appareil photo et personne ne m’a jamais rien dit à Tokyo. Une fois que la caméra est prête à l’utilisation c’est vraiment simple et rapide de prendre des vidéos et des photos et on est presque sûr de capturer tous les moments forts.

Là où la déception est grande c’est sur la qualité de l’image. En photo l’appareil de 3Mpx est simplement nul. La plupart des tests sur internet le jugeaient moyen mais pour moi il est quasiment inutilisable. Je me rappelle de mon premier appareil photo numérique qui tenait dans le creux de la main et avait un petit capteur de 2Mpx. C’était il y a presque 10 ans, et il faisait de belles photos. Je m’attendais à quelque chose de similaire, eh bien non, les photos sont vraiment moches même dans de bonnes conditions à l’extérieur. Si le but est de partager les photos avec des amis sur un smartphones alors ok, mais dès que l’on regarde les photos en grand c’est vraiment horrible. Quel dommage!

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Disons que cette caméra est faite pour la vidéo et pas du tout pour la photo. Mais même en mode vidéo la qualité n’est pas vraiment bonne. On est bien en-dessous de la qualité des dernières Go Pro, et c’est vraiment étonnant car Panasonic a une excellente réputation dans le domaine de l’image. Bon, les vidéos ne sont pas horribles non plus. Le système de stabilisation de l’image fonctionne très bien, le son est bon, et avec une bonne lumière on arrive à avoir quelque chose de regardable, mais on est bien en-dessous de la qualité des appareils photo compacts et c’est dommage encore une fois. J’ai fait un test dans le “Big Thunder Mountain” à Tokyo Disneyland, ça me paraît assez révélateur car ça va vite et on a des passages à l’extérieur comme à l’intérieur. Jugez par vous-mêmes (regardez en HD):

Au final je suis plutôt déçu après les premiers tests. Je n’ai pas eu l’occasion de beaucoup utiliser l’engin et il me reste peut-être des choses à découvrir pour améliorer la qualité de l’image. En tout cas le fait qu’il faille prendre plusieurs minutes pour bien préparer la caméra est très ennuyant et ne donne pas envie de s’en servir beaucoup. Ce dimanche je suis sorti en famille dans un genre de parc/ferme et je pensais me servir de la HX A100 pour capturer quelques scènes. Finalement elle est restée dans le sac toute la journée et j’ai utilisé uniquement le traditionnel compact et le smartphone. Maintenant je pense utiliser la HX A100 pour certaines occasions bien définies mais je l’oublie comme appareil de tous les jours. Pour ça je vais attendre la sortie des Google Glass.

Guest House Ici Japon (3)
Commentaires 40

Guest House Ici Japon (3)

Avant d’attaquer je rappelle que nous ne pouvons pas encore répondre à vos questions sur la guest-house (prix, localisation, aménagement des chambres etc.) et que nous ne prenons pas non plus de pré-réservations. Nous essayerons de vous donner toutes les informations sur le site d’Ici Japon avant le début de l’été 🙂

Le week-end dernier a été consacré en grande partie à la visite de showrooms pour choisir l’aménagement intérieur et extérieur de la maison. J’avoue qu’au début on ne savait vraiment pas par quoi commencer tellement il y a de choses à décider et d’endroits à voir. Mais finalement chaque showroom est plutôt bien organisé et ça avance plutôt bien; le plus dur c’est peut-être de tomber d’accord avec ma femme.

La première chose que j’ai découverte c’est que les grandes enseignes d’aménagement intérieur au Japon sont souvent des noms bien connus. Par exemple nous aurons une salle de bain Panasonic et sûrement une cuisine Yamaha ! Je sais que les grandes boîtes japonaises touchent un peu à tout. Mitsubishi fait aussi bien des télés que des avions de chasse, Sony fait autant dans les jeux vidéo que dans la construction de piles ou la production de films et j’en passe. Panasonic, je suis habitué à voir le nom sur tout et n’importe quoi dans une maison et j’avais déjà vu aussi leur présence sur des salons qui touchent la domotique, mais je n’imaginais pas qu’ils faisaient vraiment tout dans la maison (salles de bain complètes, toilettes, cuisines, sols, portes… c’est dingue). Ils ont des catalogues épais comme des bottins téléphoniques sur toutes les thématiques de la maison. Quant à Yamaha on les connaît parfaitement pour les motos et les instruments de musique mais une cuisine Yamaha je n’avais jamais entendu parler.

J’ai aussi découvert les prix. En gros une belle cuisine coûte aussi cher qu’une belle voiture. Quand on a un budget à tenir il faut savoir où sont ses priorités. Évidemment quand on fait construire tout est compris dans le prix de la maison, mais le catalogue de base de choix proposés pour l’aménagement par l’entrepreneur est très mince (comparé au choix énorme que l’on trouve au Japon), et plutôt orienté milieu de gamme voire entrée de gamme dans certaines marques. Personnellement j’aime les choses de qualité et en plus je suis un geek énorme qui veut les dernières technologies sur chaque chose… alors la facture monte vite. Mais ça n’est pas tous les jours que l’on construit sa première maison 🙂

La troisième chose que j’ai découverte avec surprise ces derniers temps, dans les showrooms récemment mais aussi avant cela chez plusieurs amis, c’est que ça a bien changé dans les maisons depuis quelques années. On est encore loin de la maison intelligente qu’on nous promet depuis longtemps (dommage) mais on voit beaucoup d’évolutions sur les aspects pratiques et esthétiques ainsi que l’incrustation de l’électronique un peu partout. Je ne pensais pas que ça serait aussi palpitant de choisir un robinet de cuisine ou les options des toilettes et je m’éclate sur chaque détail.

Je vous avais promis un aperçu de la maison dans le post précédent. Voici donc… la porte d’entrée:

Lumix Phone: téléphone ou appareil photo?
Commentaires 0

Lumix Phone: téléphone ou appareil photo?

Il y a quelques jours, lors du CEATEC 2010, la firme japonaise Panasonic a dévoilé son nouveau téléphone portable: le Lumix Phone. Jusque là on était habitué aux téléphones qui prennent des photos mais cette fois Panasonic nous présente plutôt un appareil photo avec lequel on peut téléphoner. Effectivement si d’un côté on a bien l’impression d’avoir en main un téléphone, de l’autre côté on jurerai que l’on tient un appareil photo numérique.

lumix_phone

Avec ce premier Lumix Phone Panasonic se lance sur le marché des smartphones en adoptant la stratégie de Sony et Casio qui croisent eux aussi leurs téléphones avec des APN avec les Cybershot et Exilim.

Ce qui frappe sur le Lumix c’est son impressionnant capteur de 13.2 mégapixels, tout simplement la plus grande résolution sur un téléphone portable à nos jours (enfin le Lumix Phone ne sortira pas avant quelques mois encore). Autres caractéristiques intéressantes la fonction vidéo HD qui a très bonne réputation sur les reflex Panasonic et que l’on espère à la hauteur. Côté écran on trouve un diagonale de 3,3″ et apparemment l’écran devrait être tactile.

Pour le reste, en bon smartphone le Lumix Phone est Wi-Fi, Bluetooth et DLNA. Il tourne sous Linux et intègre le processeur “Venus Engine” développé par Panasonic.

Le prix et la date de lancement n’ont pas encore été communiqués. On sait juste que l’appareil sera lancé au Japon au printemps 2011 chez l’opérateur NTT DoCoMo.

icone Le site officiel